Bienvenue sur Sun Goes Down !
La SNCF Le staff vous souhaite un agréable séjour.
Venez aider le forum !
En votant toutes les deux heures par ici, en postant dans les sujets pubs par là,
et en arborant une signature que vous trouverez dans ce sujet.

 I wanna see your smile again to make my life worthwhile


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
avatar
Date d'inscription : : 11/04/2017
Messages : : 118
Points : : 0
Avatar : : Emma Watson.
Autres comptes : : pas schizo.
Pseudo internet / prénom : : no day but today (alex).
Crédits : : schizophrenic (avatar). J'ai : 25 ans. et mon anniversaire est le : 15 avril 1992. Je suis : australienne. et mes origines sont : anglaise. En ce moment, je : suis étudiante en philosophie. (2è année master) et employée au Grauman's Chinese Theatre. Ce qui m'attire ce sont : les hommes. et côté coeur je suis : en couple, et pas forcément heureuse.
. :






Jad + You're kinda sorta basically pretty much always on my mind


Cael + On s'épuise, on se rend fou


℘ Elle est née à Sydney, en Australie, de parents Britanniques qu'elle ne connait pas. Ayant accouché de jumelles, les parents biologiques de Robyn ont préféré abandonné cette dernière pour lui permettre d'avoir une vie meilleure. Ils n'avaient pas les moyens d'élever deux enfants. La petite fille a rapidement été adoptée par une famille Canadienne, et ainsi grandi à Toronto. ℘ La famille Wheeler vivait dans un spacieux loft installé dans un vieil immeuble rénové et avait comme un animal de compagnie un petit chien qui répondait au nom de Clover, comme l'un des personnages du roman de Gorge Orwell, la Ferme des Animaux. Robyn et Clover ont grandi ensemble, et la jeune fille était très attachée à sa petite chienne.



℘ Ses parents lui ont transmis le goût de la lecture. Robyn prenait plaisir à piocher un bouquin dans l'immense bibliothèque de son père et à le dévorer jusqu'au suivant. Elle admire particulièrement la plume d'Agatha Christie, la Reine du crime. Cependant, son livre préféré reste La Ferme des animaux, d'Orwell, comme son père. ℘ Lorsqu'elle était jeune, ses parents ont engagé plusieurs filles au pair pour s'occuper d'elle et lui faire apprendre le français. Aujourd'hui, Robyn est quasiment bilingue. ℘ Elle est végétarienne et fait partie de plusieurs associations pour la défense des animaux. Elle n'hésite pas à faire circuler des pétitions et à informer son entourage sur tout ce qui a un rapport avec eux (notamment élevages, abattoirs, etc). ℘ Elle vit seule avec un petit chien prénommé Akamaru, comme dans le manga Naruto, l'un de ses mangas préférés. ℘ Elle travaille dans un cinéma pour payer son loyer et ses activités extra-scolaires. Parfois au guichet, parfois au coin gourmandise, il lui arrive de voir des films gratuitement, et ça, elle adore.





Robyn Wheeler
« JUSTICIA OMNIBUS »
- just lambda

( » ) Mar 20 Juin 2017 - 11:37
I wanna see your smile again to make my life worthwhile
Jad & Robyn

You're kinda sorta basically pretty much always on my mind

"Non, ce soir je ne peux pas, j'ai d'autres projets." dit-elle d'un ton à la fois doux et ferme, afin qu'il n'insiste pas davantage. "Je suis désolée. Un autre soir, d'accord ?" reprit-elle alors. Elle s'en voulait un peu de se comporter ainsi avec lui, alors qu'il était gentil avec elle, et patient surtout. Mais elle n'était pas amoureuse. Elle l'aimait bien, il n'y avait aucun doute là-dessus. Elle aimait bien passer du temps avec lui aussi. Mais ce soir, elle n'avait pas envie. Elle s'était montrée honnête avec lui en lui disant qu'elle avait d'autres projets pour la soirée. Cependant, c'est bien parce qu'elle l'appréciait qu'elle ne voulait pas lui faire de mal, ni le peiner, qu'elle passait sous silence son programme de la soirée. C'était assez étrange et contradictoire de se montrer froide et distante à son égard, alors qu'elle ne voulait pas lui faire de mal, mais... Mais c'était Robyn. Elle était un peu paumée dans cette histoire. Surtout que... Elle passait la soirée avec Jad. Le beau blondinet rencontré au parc, alors qu'ils s'occupaient tous les deux d'un chien du refuge, où ils étaient bénévoles. Une jolie rencontre, inattendue. Elle l'aimait bien, Jad. Peut-être plus que bien, même. Le courant était immédiatement passé entre eux deux, si bien que lorsque l'heure de se quitter arriva, le jeune homme lui proposa de l'inviter à dîner un soir, chez lui. Plus pratique pour lui, toujours en béquilles. Une offre que Robyn ne pouvait refuser. Elle avait vraiment apprécié sa compagnie, discuter avec lui et apprendre à le connaître. Le revoir serait donc un plaisir. Ils s'étaient alors échangé leurs numéros de téléphone, afin de trouver une soirée où ils pourraient se retrouver autour d'un dîner.    

La petite brune vérifia une nouvelle fois l'adresse qu'elle avait griffonné rapidement sur un morceau de papier. West Hollywood. Et le numéro de la maison des Fairfield. Plus aucun doute, elle était arrivée à destination. Un sourire étira alors ses lèvres, et sa main vint cogner à trois reprises la porte d'entrée, attendant maintenant patiemment de voir la silhouette du jeune homme face à elle. Mais, surprise, c'est un autre homme qui fit son apparition. Peut-être que Jad l'avait invité, lui aussi. Elle qui pensait qu'ils ne seraient que deux... "Bonsoir. Mh... C'est bien ici que vit Jad ?" demanda-t-elle alors. Un bruit se fit entendre derrière le jeune homme. Un bruit de béquilles. Jad apparut alors face à la jeune femme, qui sourit de nouveau, contente de le revoir. "Hey ! Ca va, toi ?" Le colocataire de Jad s'éloigna pour laisser les deux jeunes gens seuls. "Alors je sais que tu as dit que tu t'occupais du dîner, mais... J'ai quand même apporté le dessert". Elle lui montra alors le gros pot de glace Ben&Jerrys saveur cookie, un sourire espiègle et gourmand aux lèvres. Mais en rentrant dans la maison, elle s'aperçut que d'autres personnes étaient présentes, sans se douter qu'il s'agissait des nombreux colocataires de Jad. "Par contre, je pensais qu'on serait que tous les deux... Il n'y aura jamais assez de glace pour tout le monde" Elle fit une petite moue. C'était assez embêtant.

Made by Neon Demon
avatar
Date d'inscription : : 21/03/2017
Messages : : 218
Points : : 177
Avatar : : antoine griezmann.
Autres comptes : : siobhan el mexicano et le lieutenant creighton.
Pseudo internet / prénom : : feeling free.
Crédits : : feeling free (donc moi-même, pour l'avatar). J'ai : vingt-deux ans et mon anniversaire est le : trois mai. Je suis : américain et mes origines sont : australiennes. En ce moment, je : me remets de cet accident, me faisant me demander si j'aurais un jour ma place dans la US airforce. Si jamais vous me cherchez, j'habite : dans la demeure familiale des fairfield. Ce qui m'attire ce sont : les jolies femmes et côté coeur je suis : un petit coeur libre.
. :
on trime, on pleure, on vit puis on meurt. échange de sentiments partagés, des bouts d'doigts effleurant nos peaux glacées. on veut toujours plus, toujours plus fort. on crise, on s'méprise, on s'fait la gueule. on tourne nos vestes mais quand viendra l'heure, on sera tout seul.
________________
family (n.) 1. one of life's greatest blessings.n2. people who will love and support each other in good times and bad.
________________
dear bestfriend,nplease stay in my life forever because you're one of the best things to ever happen to me.
Love.
________________
1 universe
9 planets
204 countries
809 islands
7 seas
and i had the privilege of meeting you.
________________


Jad Fairfield
« CHILLING UNDER THE SUN »
- citizen

( » ) Ven 23 Juin 2017 - 17:07
J’avais été fou. Qu’est-ce qu’il m’avait pris de lui proposer un dîner après seulement quelques heures passées ensemble ? En fait, ce n’était pas que je n’en avais pas envie, loin de là. J’en crevais d’envie, parce que je l’avais tout de suite appréciée Robyn, mais … peut-être avait-elle pensé que j’étais un garçon trop rapide… Ce n’était pas le cas, j’étais le premier à mettre toujours trop de temps dans une relation. Enfin, nous ne parlions pas de relation à l’heure actuelle. Robyn était une amie, du moins une connaissance qui prenait la direction de l’amitié. Je ne dîne pas avec vous, ce soir. Je reste dans ma chambre. Ma mère soupirait aussitôt. Elle en avait marre que je cherche à m’exclure sans arrêt, seulement ce soir, j’avais une toute autre excuse. Jad, tu sais ce que je t’ai dit là-dessus… Je ne veux pas que- J’ai invité une amie et j’aimerai qu’on soit tranquilles, en fait. Et non, je ne compte pas faire ce à quoi tu penses, me regarde pas comme ça. Ma mère levait les mains en signe d’excuses, mais c’était réellement agaçant qu’elle se comporte de cette manière avec moi. Je n’ai plus dix-sept ans. Me tournant, je remarquai Mia qui avait entendu la conversation du début à la fin. Je plissai mes yeux en croisant ceux de ma sœur et lui faisais signe de se taire bien avant qu’elle ne fasse une remarque. Je l’avais senti à des kilomètres, Mia aimait toujours fourrer son nez dans les affaires qui ne la regardent pas. Quand ce n’était pas elle, c’était soit un des jumeaux ou simplement ma mère. On ne pouvait rien faire dans cette baraque sans que tout le monde le sache.

Zyo, je t’ai dit que j’allais ouvrir. J’ai dit que j’attendais quelqu’un. Je râlai, mais ce dernier s’en fichait. Il allait ouvrir, se retrouvant nez à nez avec Robyn. Mon invitée. Bien sûr, il fallait toujours qu’il joue les chieurs. Un sourire se dessinait sur mon visage en croisant le regard de la jolie brune. Notre dernière rencontre ne datait pas tellement mais j’étais heureux de la revoir. Bon, ce n’était pas le meilleur des lieux, ici. Mes béquilles m’aidaient à avancer jusqu’à la porte d’entrée. Je vais bien et toi ? Je suis vraiment content de … te revoir. Je me décalai maladroitement de façon à laisser entrer Robyn. Mon regard évitait ceux de mes frères qui trainaient juste à côté pour tout écouter. Je voulais que tu viennes sans rien Robyn, je te l’ai dit… Mais bon, je suppose que ça te fait plaisir de participer au dîner. Je lâchais un petit rire face à ce fameux dessert. C’était un excellent choix. Mon regard retombait sur Robyn alors qu’elle remarquait qu’elle n’avait pas pris la quantité suffisante. T’inquiète pas… On mange pas avec eux. C’est ma famille. Et comme tu peux le voir, ils jouent les commères. Je secouai ma tête de façon plutôt désespérée. Ma mère leur disait de la rejoindre dans la cuisine, mais elle était la première à tout vouloir savoir. A tous les coups, elle demanderait des détails sur Robyn. Je me suis fait aider pour transporter le plateau. Le dîner est déjà … dans la chambre. J’étais absolument gêné de lui offrir un dîner dans cette pièce. J’avais bien sûr tout rangé et nettoyé, ça ne sentait pas le fauve. J’avais laissé passer Robyn avant moi. Tu pensais sûrement qu’on allait manger dans un cadre plus agréable… Mais ma chambre, elle est super cool hein. Je la laissais découvrir le lieu alors que je prenais soin de fermer la porte derrière nous. Je .. J’ai préparé une salade, cent pour cent végétarienne. Je ne savais pas trop quoi faire et puis vu mes talents de cuisinier … Je me pinçai la lèvre inférieure avec mes dents. C’était bien cliché de faire manger de la salade à une personne végétarienne. Mais si ça ne suffit pas, on pourra faire autre chose et même si t’aimes pas… Bon, Jad. Dès à présent, il faut que tu te détendes. J’étais beaucoup trop stressé et je n’avais aucune raison de l’être. Robyn était la fille la plus cool du monde. Je finissais par lui offrir un sourire, mais elle devait sentir mon angoisse à plein nez. Oh euh … fais comme chez toi, bien sûr !
avatar
Date d'inscription : : 11/04/2017
Messages : : 118
Points : : 0
Avatar : : Emma Watson.
Autres comptes : : pas schizo.
Pseudo internet / prénom : : no day but today (alex).
Crédits : : schizophrenic (avatar). J'ai : 25 ans. et mon anniversaire est le : 15 avril 1992. Je suis : australienne. et mes origines sont : anglaise. En ce moment, je : suis étudiante en philosophie. (2è année master) et employée au Grauman's Chinese Theatre. Ce qui m'attire ce sont : les hommes. et côté coeur je suis : en couple, et pas forcément heureuse.
. :






Jad + You're kinda sorta basically pretty much always on my mind


Cael + On s'épuise, on se rend fou


℘ Elle est née à Sydney, en Australie, de parents Britanniques qu'elle ne connait pas. Ayant accouché de jumelles, les parents biologiques de Robyn ont préféré abandonné cette dernière pour lui permettre d'avoir une vie meilleure. Ils n'avaient pas les moyens d'élever deux enfants. La petite fille a rapidement été adoptée par une famille Canadienne, et ainsi grandi à Toronto. ℘ La famille Wheeler vivait dans un spacieux loft installé dans un vieil immeuble rénové et avait comme un animal de compagnie un petit chien qui répondait au nom de Clover, comme l'un des personnages du roman de Gorge Orwell, la Ferme des Animaux. Robyn et Clover ont grandi ensemble, et la jeune fille était très attachée à sa petite chienne.



℘ Ses parents lui ont transmis le goût de la lecture. Robyn prenait plaisir à piocher un bouquin dans l'immense bibliothèque de son père et à le dévorer jusqu'au suivant. Elle admire particulièrement la plume d'Agatha Christie, la Reine du crime. Cependant, son livre préféré reste La Ferme des animaux, d'Orwell, comme son père. ℘ Lorsqu'elle était jeune, ses parents ont engagé plusieurs filles au pair pour s'occuper d'elle et lui faire apprendre le français. Aujourd'hui, Robyn est quasiment bilingue. ℘ Elle est végétarienne et fait partie de plusieurs associations pour la défense des animaux. Elle n'hésite pas à faire circuler des pétitions et à informer son entourage sur tout ce qui a un rapport avec eux (notamment élevages, abattoirs, etc). ℘ Elle vit seule avec un petit chien prénommé Akamaru, comme dans le manga Naruto, l'un de ses mangas préférés. ℘ Elle travaille dans un cinéma pour payer son loyer et ses activités extra-scolaires. Parfois au guichet, parfois au coin gourmandise, il lui arrive de voir des films gratuitement, et ça, elle adore.





Robyn Wheeler
« JUSTICIA OMNIBUS »
- just lambda

( » ) Lun 26 Juin 2017 - 23:26
I wanna see your smile again to make my life worthwhile
Jad & Robyn

You're kinda sorta basically pretty much always on my mind

Depuis leur rencontre faite au parc, Robyn s'était surprise à penser au beau blondinet plus d'une fois, sans qu'il n'y ait pourtant de raison apparente. Mais ce qui la troublait le plus, c'est qu'elle avait toujours ce même sourire rêveur aux lèvres. Le sourire un peu niais. C'était bizarre quand même. Elle l'aimait bien, Jad. Beaucoup même. Mais au point de la mettre dans cet état... C'était bizarre. Surtout que... Elle avait quelqu'un dans sa vie. Mais ce n'était pas pareil. Quand elle pensait à lui, elle n'avait pas ce même sourire aux lèvres. Elle n'attendait pas leur prochain rendez-vous avec une impatience dévorante. Alors que pour Jad... C'était bizarre. Enfin. Elle était là, devant sa porte, puis devant cet inconnu qui s'avérait être le frère de Jad. Ce dernier se montra enfin, pour le plus grand bonheur de la petite brune. "Je vais bien et toi ? Je suis vraiment content de … te revoir." La jeune femme acquiesça, tout sourire. "Je vais bien aussi, et... Moi aussi je suis contente de te revoir Jad. Vraiment.". Un petit rire s'échappa de ses lèvres. Elle se sentait observée, par la famille du blondinet, et c'était une sensation assez étrange. Alors tout de suite, elle présenta le pot de glace à Jad d'une voix enjouée. "Je voulais que tu viennes sans rien Robyn, je te l’ai dit… Mais bon, je suppose que ça te fait plaisir de participer au dîner." S'il pensait qu'elle était du genre à venir les mains vides, il avait tort sur toute la ligne. "Oui, ça me fait plaisir. Même si clairement, j'ai juste pris la peine d'aller la chercher au supermarché. Je n'ai pas vraiment de mérite." avoua-t-elle dans un éclat de rire. "La prochaine fois, je me mettrai derrière les fourneaux, c'est promis". Est-ce qu'elle venait de sous-entendre qu'elle espérait qu'il y ait une prochaine fois ? Ca en avait tout l'air, en tout cas. Seulement, en s'apercevant du monde qui se trouvait chez Jad, elle regretta son choix. Un pot de glace était suffisant pour deux, mais pour une famille entière... "T’inquiète pas… On mange pas avec eux. C’est ma famille. Et comme tu peux le voir, ils jouent les commères." Un rire qui trahit son soulagement s'échappa de ses lèvres. C'était mignon, tout de même, de les voir à l'affût, comme ça. Un peu déstabilisant, certes, mais mignon. Puis, surtout, elle avait bien Jad pour elle toute seule. C'était là le plus important. "Oh d'accord... T'en fais pas. Mes parents feraient la même chose, je pense. Je crois que c'est naturel". Elle lui adressa un sourire complice tandis qu'il l'invitait à le suivre. Enfin c'est elle qui passa devant lui. "Je me suis fait aider pour transporter le plateau. Le dîner est déjà … dans la chambre." Spontanément, la jolie Robyn se tourna vers Jad, un peu surprise, c'était vrai. Elle ne s'attendait pas à ce qu'ils dînent dans la chambre du jeune homme, mais vu le monde, c'était au final compréhensible. Et avant qu'elle n'ait le temps de répondre quoi que ce soit, Jad reprit la parole. "Tu pensais sûrement qu’on allait manger dans un cadre plus agréable… Mais ma chambre, elle est super cool hein." Une fois encore, la jeune femme se mit à rire. "Mais non, ne t'inquiètes pas. Je me fiche pas mal du cadre, tu sais. Que tu m'invites à dîner au sommet de la Tour Eiffel ou sur le sol de ta salle de bain, ça me va, tant que t'es avec moi". Elle se mordilla la lèvre avant de se retourner pour lui sourire.  Mais il était vrai que la chambre, c'était tout de même assez particulier. Elle allait pénétrer dans l'intimité de Jad. Son cocon. Ce n'était pas rien, elle en avait conscience. "Puis je vais découvrir la chambre de Jad Fairfield, c'est un honneur !" Enfin, ils arrivèrent dans la pièce. Robyn eut l'agréable surprise de voir effectivement un plateau, sur le lit, où trônaient deux belles assiettes de verdure bien garnies. "Je .. J’ai préparé une salade, cent pour cent végétarienne. Je ne savais pas trop quoi faire et puis vu mes talents de cuisinier…Mais si ça ne suffit pas, on pourra faire autre chose et même si t’aimes pas… " Il s'était souvenu de son végétarisme. Délicate attention qui lui allait droit au coeur. "Mais Jad... C'est la chose la plus mignonne qu'on ait jamais faite pour moi. J'en reviens pas que tu te sois souvenu du fait que j'étais végétarienne. J'ai dû te le dire en coup de vent, en plus..." Elle s'approcha de lui pour déposer un baiser sur sa joue. "Merci mille fois pour cette délicate attention. Et ne t'en fais pas, je pense que ça suffira amplement. Et elle m'a l'air délicieuse, j'ai hâte de la dévorer ! Alors arrête de stresser comme ça" lui dit-elle avec douceur. Car elle le sentait effectivement assez angoissé. "Ce n'est que moi, tu sais." Il ne recevait ni Kate Middleton ni le Président de la République, juste elle, une simple petite étudiante en philosophie. Il n'avait vraiment pas de quoi stresser. "Oh euh … fais comme chez toi, bien sûr !" Elle acquiesça et retira ses chaussures qu'elle laissa devant la porte avant de venir s'installer sur le lit. "Tu dors de quel côté ?" Demanda-t-elle en riant, souhaitant se poser du côté où il dort (a), avant de zieuter un peu la chambre. "J'aime bien ton petit cocon, je trouve qu'il te correspond bien". Elle tourna la tête vers le jeune homme, à présent assis à ses côtés, et lui adressa un franc sourire. "C'est moi qui devrais être intimidée à l'idée d'être dans ta chambre, tu sais. Et même si je le montre pas forcément, je le suis un peu. C'est ton endroit à toi, le plus intime et... Et au fond, j'suis flattée que tu me laisses découvrir ton cocon. C'est un peu bizarre dis comme ça mais..." Elle se met à rire, une fois encore, se sentant un peu stupide. "Je crois que je vais arrêter de parler, parce qu'autrement, tu vas me trouver tellement bizarre que tu vas me demander de partir". Elle sourit, amusée, avant de jeter un oeil gourmand vers la salade.  

Made by Neon Demon
avatar
Date d'inscription : : 21/03/2017
Messages : : 218
Points : : 177
Avatar : : antoine griezmann.
Autres comptes : : siobhan el mexicano et le lieutenant creighton.
Pseudo internet / prénom : : feeling free.
Crédits : : feeling free (donc moi-même, pour l'avatar). J'ai : vingt-deux ans et mon anniversaire est le : trois mai. Je suis : américain et mes origines sont : australiennes. En ce moment, je : me remets de cet accident, me faisant me demander si j'aurais un jour ma place dans la US airforce. Si jamais vous me cherchez, j'habite : dans la demeure familiale des fairfield. Ce qui m'attire ce sont : les jolies femmes et côté coeur je suis : un petit coeur libre.
. :
on trime, on pleure, on vit puis on meurt. échange de sentiments partagés, des bouts d'doigts effleurant nos peaux glacées. on veut toujours plus, toujours plus fort. on crise, on s'méprise, on s'fait la gueule. on tourne nos vestes mais quand viendra l'heure, on sera tout seul.
________________
family (n.) 1. one of life's greatest blessings.n2. people who will love and support each other in good times and bad.
________________
dear bestfriend,nplease stay in my life forever because you're one of the best things to ever happen to me.
Love.
________________
1 universe
9 planets
204 countries
809 islands
7 seas
and i had the privilege of meeting you.
________________


Jad Fairfield
« CHILLING UNDER THE SUN »
- citizen

( » ) Lun 3 Juil 2017 - 10:22
C’est très bon les desserts de supermarché, remarquais-je lorsqu’elle s’excusait de ne pas avoir fait appel à ses dons de pâtissière. Je ne pouvais pas lui en vouloir, j’étais de ce genre moi aussi. C’était plus simple d’acheter une pâtisserie toute faite et surtout, c’était presque assuré que ce soit bon. A défaut de ne pas être fait avec amour, c’était acheté avec amour. C’était sûrement l’amour que portait ma famille à mon égard qui les poussait tous à jouer les commères. Ils devaient toujours tout surveiller, tout le temps. J’avais pris la peine de m’excuser auprès de ma superbe invitée. Toujours très naturelle, Robyn m’avouait que ses parents feraient pareil. Je supposais que c’était quelque chose de courant alors, la belle brune n’allait pas sortir d’ici traumatisée.

Puis je vais découvrir la chambre de Jad Fairfield, c'est un honneur ! Je rigolai un peu, lui avouant que le repas se passerait donc dans ma chambre. Non, je n’avais pas de salle à manger rien que pour moi. Une simple chambre avec un lit, une armoire, un bureau. Le basique. L’avantage, c’était que la superficie de la pièce était assez grande –mais pas trop. Ainsi, j’avais laissé Robyn rentrer pour découvrir donc ma chambre. Rien d’exceptionnel en soit. Elle pouvait cependant un peu plus comprendre ma vie. Des souvenirs trônaient un peu partout. Des photos sur lesquelles je posais en tenue de l’Armée de l’air. La photo de mon premier vol. D’autres clichés représentant des moments en famille, principalement sur la plage durant nos journées surf. Le bon temps, je me lassais jamais de voir ces photos. J’avais l’impression de redécouvrir ma chambre, moi aussi. Mais Jad... C'est la chose la plus mignonne qu'on ait jamais faite pour moi. J'en reviens pas que tu te sois souvenu du fait que j'étais végétarienne. J'ai dû te le dire en coup de vent, en plus... Oui, je m’en étais souvenu. Il y avait certains détails qui paraissaient inutiles mais moi, j’aimais tout écouter, tout retenir. C’était ce genre d’attention qui pouvait faire plaisir, la preuve avec Robyn. Tu as dit beaucoup de choses mais j’oublie rien. Et Je ne stresse pas, voyons… J’essayais certainement de me convaincre moi-même. J’étais stressé, n’importe qui aurait pu le voir. Non, ce n’était pas que Robyn. C’était Robyn, c’était énorme. Je ne recevais pas des tas de filles chez moi, je ne les invitais pas à déjeuner. J’observais alors Robyn qui se débarrassait de ses chaussures. Ça me faisait plaisir qu’elle fasse comme chez elle, comme je lui avais demandé. Peut-être que ça me mettrait moi-même un peu plus à l’aise de voir qu’elle l’était aussi. Tu dors de quel côté ? Je penchai ma tête vers le lit, l’observant. Normalement je m’endors de ce côté-là, à gauche. Le matin je me réveille, au milieu, complètement de travers. J’avais le sommeil agité. Ca l’avait toujours été, du genre à faire l’étoile de mer à écraser quiconque osait dormir avec moi. Mais en ce moment, c’était à cause des cauchemars liés à l’accident. J'aime bien ton petit cocon, je trouve qu'il te correspond bien. Des avions partout ou la famille. Ça me résume assez bien. J’avais lâché mes béquilles en bas du lit et m’étais laissé tomber sur le matelas. Bien sûr, j’avais fait attention à ne pas renverser la salade faite avec soin. Mon attention se portait une nouvelle fois sur Robyn alors qu’elle s’exprimait. C’était mon endroit le plus intime, c’était certain, et elle me remerciait de l’accepter dans un tel endroit. Ça me fit sourire, même rire, quand elle disait arrêter de parler. Elle était beaucoup trop adorable comme femme. Certes bavarde, mais c’était ce que j’appréciais chez elle. Sa simplicité, le fait de tout raconter avec passion. Robyn me faisait penser à autre chose, elle me permettait de m’évader et oublier les problèmes du moment. T’es pas bizarre et je vais pas te demander de partir de chez moi. T’étais déjà très bavarde à notre rencontre et je t’ai quand même invitée ici. Je lui lançai un petit regard amusé et taquin. Elle parlait pour moi, c’était tout. Là-bas, c’est une photo qui date de quand on était encore en Australie. Byron Bay. Le meilleur endroit du monde. J’ai envie d’y retourner. Je montrai une photo posée sur une étagère près du bureau. Toute la famille, avec quelques rides et centimètres en moins. Autrement dit, que des garçons et Mia et notre mère. Les deux seules femmes des Fairfield. Là, mon premier vol en hélicoptère. Ou j’ai piloté hein, j’ai pas fait le touriste derrière. Je souriais en me remémorant ces souvenirs. Mais on va commencer à manger ! La salade va pas refroidir mais je vois ton œil là. J’attrapais les deux bols et les remplissais chacun. Bon appétit à toi ! J’ai oublié d’emmener à boire mais je vais aller chercher tout ce qu’il faut. J’esquissai un sourire. Je détestais mal faire mais j’allais vite rattraper tout ça.
avatar
Date d'inscription : : 11/04/2017
Messages : : 118
Points : : 0
Avatar : : Emma Watson.
Autres comptes : : pas schizo.
Pseudo internet / prénom : : no day but today (alex).
Crédits : : schizophrenic (avatar). J'ai : 25 ans. et mon anniversaire est le : 15 avril 1992. Je suis : australienne. et mes origines sont : anglaise. En ce moment, je : suis étudiante en philosophie. (2è année master) et employée au Grauman's Chinese Theatre. Ce qui m'attire ce sont : les hommes. et côté coeur je suis : en couple, et pas forcément heureuse.
. :






Jad + You're kinda sorta basically pretty much always on my mind


Cael + On s'épuise, on se rend fou


℘ Elle est née à Sydney, en Australie, de parents Britanniques qu'elle ne connait pas. Ayant accouché de jumelles, les parents biologiques de Robyn ont préféré abandonné cette dernière pour lui permettre d'avoir une vie meilleure. Ils n'avaient pas les moyens d'élever deux enfants. La petite fille a rapidement été adoptée par une famille Canadienne, et ainsi grandi à Toronto. ℘ La famille Wheeler vivait dans un spacieux loft installé dans un vieil immeuble rénové et avait comme un animal de compagnie un petit chien qui répondait au nom de Clover, comme l'un des personnages du roman de Gorge Orwell, la Ferme des Animaux. Robyn et Clover ont grandi ensemble, et la jeune fille était très attachée à sa petite chienne.



℘ Ses parents lui ont transmis le goût de la lecture. Robyn prenait plaisir à piocher un bouquin dans l'immense bibliothèque de son père et à le dévorer jusqu'au suivant. Elle admire particulièrement la plume d'Agatha Christie, la Reine du crime. Cependant, son livre préféré reste La Ferme des animaux, d'Orwell, comme son père. ℘ Lorsqu'elle était jeune, ses parents ont engagé plusieurs filles au pair pour s'occuper d'elle et lui faire apprendre le français. Aujourd'hui, Robyn est quasiment bilingue. ℘ Elle est végétarienne et fait partie de plusieurs associations pour la défense des animaux. Elle n'hésite pas à faire circuler des pétitions et à informer son entourage sur tout ce qui a un rapport avec eux (notamment élevages, abattoirs, etc). ℘ Elle vit seule avec un petit chien prénommé Akamaru, comme dans le manga Naruto, l'un de ses mangas préférés. ℘ Elle travaille dans un cinéma pour payer son loyer et ses activités extra-scolaires. Parfois au guichet, parfois au coin gourmandise, il lui arrive de voir des films gratuitement, et ça, elle adore.





Robyn Wheeler
« JUSTICIA OMNIBUS »
- just lambda

( » ) Sam 8 Juil 2017 - 17:15
I wanna see your smile again to make my life worthwhile
Jad & Robyn

You're kinda sorta basically pretty much always on my mind

"C’est très bon les desserts de supermarché" Du Jad tout craché. Ce gars était définitivement la gentillesse incarnée. Au point qu'il s'excusa même de la curiosité dont faisait preuve sa famille à l'égard de la petite brune, alors qu'il n'y était clairement pour rien. Et puis, de toute façon, ça ne la dérangeait pas plus que ça. Ses parents en auraient sûrement fait de même, comme tous les parents, elle imaginait. L'être humain était curieux, c'était ainsi. Ainsi, ils se dirigèrent tous les deux vers la chambre de Jad, où ils allaient dîner. De nombreuses photos habillaient les murs, des photos que Robyn observera plus en détails un peu plus tard. En attendant, le jeune homme lui annonça le menu: une salade. Il s'était souvenu de son végétarisme. Une petite attention qui toucha la jeune étudiante. Il s'en était souvenu, alors même qu'elle le lui avait annoncé d'une façon très brève. "Tu as dit beaucoup de choses mais j’oublie rien. Et Je ne stresse pas, voyons…" Amusée, un sourire étira les lèvres de la jeune femme. C'est vrai qu'elle avait été très bavarde, lors de leur première rencontre. En même temps, elle n'avait rien fait d'autre que d'être elle même. Et puis, ça lui faisait plaisir de voir qu'il retenait des choses la concernant. Elle avait l'impression d'être... Importante à ses yeux. Le mot était peut-être un peu fort, mais c'est vraiment comme ça qu'elle se sentait: importante. Et c'était plaisant d'être importante aux yeux de Jad. Et puis, le voir aussi stressé de la recevoir était mignon à voir. Pourtant, ce n'était qu'elle, Robyn Wheeler, la fille qui ne se prenait jamais la tête. Alors pour qu'il se sente à l'aise, l'étudiante lui demanda de quel côté il dormait. "Normalement je m’endors de ce côté-là, à gauche. Le matin je me réveille, au milieu, complètement de travers." Ni une, ni deux, elle se débarrassa de ses chaussures qu'elle rangea, histoire de ne pas les laisser en plein milieu du passage quand même, et s'assit en tailleur du côté gauche, le côté où s'endormait Jad. "Très bien... Alors maintenant, c'est ma place !" Elle lui adressa son plus joli sourire avant de lui faire signe de venir s'installer à ses côtés. Assise sur le lit, elle observa une nouvelle fois la chambre. C'était celle de Jad, il n'y avait aucun doute là-dessus, elle lui correspondait bien. "Des avions partout ou la famille. Ça me résume assez bien" Robyn en profita alors pour le remercier de la faire entrer dans son petit cocon intime qu'était sa chambre. Alors certes, il n'avait peut-être pas le choix, s'ils voulaient être tranquilles juste tous les deux, mais quand même. Et puis, elle se rendit compte qu'elle parlait encore beaucoup, trop même, peut-être... "T’es pas bizarre et je vais pas te demander de partir de chez moi. T’étais déjà très bavarde à notre rencontre et je t’ai quand même invitée ici." Un éclat de rire s'échappa de ses lèvres. Deuxième fois en quelques minutes qu'il lui faisait comprendre qu'elle parlait beaucoup. Elle soutint son regard taquin et d'un geste complice, elle ébouriffa sa chevelure blonde. "La pipelette que je suis est très heureuse de savoir que malgré mon bavardage incessant, tu as bien voulu de moi". Elle sourit avant d'enchaîner. "Tu me montres quelques unes de tes photos ?" L'occasion d'en apprendre davantage sur lui. Du doigt, il lui indiqua une photo posée sur l'étagère près du bureau. "Là-bas, c’est une photo qui date de quand on était encore en Australie. Byron Bay. Le meilleur endroit du monde. J’ai envie d’y retourner." Elle observa la photo puis tourna la tête vers Jad. "Ca te manque ? Tu n'y es pas retourné depuis quand ?" Robyn observa une nouvelle fois la photo. "C'est dommage. Je suis née en Australie, mais les choses ont fait que... Je ne connais rien de ce pays. Rien du tout..." Elle se pinça doucement la lèvre. "Si tu retournes en Australie, tu m'emmènes avec toi ?" Une demande un peu folle, sachant que ce n'est que la deuxième fois qu'ils se voient, mais une demande pourtant sérieuse. Jad serait le compagnon idéal pour découvrir la terre qui l'avait vu venir au monde. Après avoir répondu à sa complice, Jad passa à une autre photo. Une photo qui lui tenait à coeur. "Là, mon premier vol en hélicoptère. Ou j’ai piloté hein, j’ai pas fait le touriste derrière." Le sourire de Jad fit le sien. Mieux que la photo, c'était de voir les petites étoiles dans les jolis yeux bleus du pilote. "Classe... J'imagine même pas ce que tu dois ressentir en pilotant ton hélicoptère, ça doit être géant !" Mais le pilote mit fin à la séquence photo souvenirs. "Mais on va commencer à manger ! La salade va pas refroidir mais je vois ton œil là." Robyn ne put s'empêcher de rire. Bavarde et gourmande. Sa réputation était faite. "Bon appétit à toi ! J’ai oublié d’emmener à boire mais je vais aller chercher tout ce qu’il faut." L'étudiante se leva. "Non, reste ici, je vais y aller". Elle n'allait pas laisser Jad, en béquilles, descendre, récupérer les boissons, et remonter ensuite. "Tu veux quoi ?" Après sa réponse, elle fila à la cuisine chercher de l'eau et des canettes de soda. Evidemment, elle préféra demander à Maman Fairfield, un peu timidement, plutôt que de se servir toute seule. Faire comme chez elle, d'accord, mais il y avait des limites. Enfin, elle remonta, les bras chargés. "Votre commande est arrivée, Monsieur Fairfield". Elle sourit et déposa le tout sur le lit. "Merci pour la salade !" dit-elle en reprenant sa place. "Et bon appétit !" Un dernier sourire et la voilà en train de prendre une première fourchette de salade. "Mh... C'est super bon! T'es pas mal doué pour les salades, sache le". Elle rigole un peu, taquine.

Made by Neon Demon
avatar
Date d'inscription : : 21/03/2017
Messages : : 218
Points : : 177
Avatar : : antoine griezmann.
Autres comptes : : siobhan el mexicano et le lieutenant creighton.
Pseudo internet / prénom : : feeling free.
Crédits : : feeling free (donc moi-même, pour l'avatar). J'ai : vingt-deux ans et mon anniversaire est le : trois mai. Je suis : américain et mes origines sont : australiennes. En ce moment, je : me remets de cet accident, me faisant me demander si j'aurais un jour ma place dans la US airforce. Si jamais vous me cherchez, j'habite : dans la demeure familiale des fairfield. Ce qui m'attire ce sont : les jolies femmes et côté coeur je suis : un petit coeur libre.
. :
on trime, on pleure, on vit puis on meurt. échange de sentiments partagés, des bouts d'doigts effleurant nos peaux glacées. on veut toujours plus, toujours plus fort. on crise, on s'méprise, on s'fait la gueule. on tourne nos vestes mais quand viendra l'heure, on sera tout seul.
________________
family (n.) 1. one of life's greatest blessings.n2. people who will love and support each other in good times and bad.
________________
dear bestfriend,nplease stay in my life forever because you're one of the best things to ever happen to me.
Love.
________________
1 universe
9 planets
204 countries
809 islands
7 seas
and i had the privilege of meeting you.
________________


Jad Fairfield
« CHILLING UNDER THE SUN »
- citizen

( » ) Mar 18 Juil 2017 - 22:10
Ça me paraissait normal de faire découvrir mon monde à Robyn. Je ne savais pas si elle était vraiment intéressée par les avions, mais je savais qu’elle prenait toujours un certain plaisir à en savoir plus. Elle posait des questions, beaucoup de questions, mais je ne pouvais jamais lui en vouloir d’être curieuse. Trop curieuse, d’autres diraient, mais je me sentais important avec elle. Elle était plutôt du genre à s’intéresser à autrui plutôt qu’à elle-même, alors souvent, j’essayais de creuser de son côté. C’était comme un match de tennis de table, on se renvoyait la balle avec toujours la même envie. Parce que oui, je voulais vraiment connaître Robyn. Savoir quasiment tout de sa vie, tout en lui laissant son jardin secret, comme on dit. Voilà que je lui expliquais certaines photos posées sur les différentes étagères de ma chambre. Avion, famille .. C’était les deux principaux sujets. L’Australie, maintenant. Je suis parti quand j’avais environ dix ans. J’y suis jamais retourné mais je prévois de le faire. Ça me manque vraiment, c’est vraiment un pays super. De ce que je me rappelle. Je regardai la photo avec un brin de nostalgie. C’était le bon temps, comme j’aimais penser. Le temps où toute la petite famille se portait à merveille, où nos parents ne faisaient qu’un. Oh, je n’étais pas à plaindre aujourd’hui, mais il était certain que j’aurais préféré grandir à Byron Bay. Si tu retournes en Australie, tu m'emmènes avec toi ? J’haussai mes épaules à sa question. En fait, je ne m’y attendais tellement pas. Pas du tout. Robyn était souvent surprenante et une fois de plus, elle me le montrait. En temps normal, j’aurais répondu avec le plus de rationalité possible, compte tenu qu’on en se connaissait pas beaucoup. Mais moi, j’avais envie d’un peu de péripéties, de pep’s. Oui, bien sûr. Te faire découvrir ton chez toi inconnu. J’imaginais déjà ma sœur en train de me dire que je perdais la tête, que ce n’était pas raisonnable, que Robyn n’était pas une amie proche. Au fond, elle était plus proche que quiconque. Ce feeling inexplicable. Puis, l’Australie, c’était peut-être un moyen de se rapprocher un peu plus. Même si c’était une terre étrangère pour Robyn, je la connaissais quant à moi un peu plus. Je pourrais lui faire découvrir mon enfance, les lieux dont on lui a peut-être parlé… J’avais même envie de partir dès maintenant. C’était cependant bien impossible. Mon état n’était pas le meilleur pour voyager et puis… il y avait cette salade à dévorer. Elle allait attendre encore un peu puisque cette fois-ci je lui avais expliqué la photo de mon premier vol en hélicoptère. Un cliché bourré d’émotions, et encore plus aujourd’hui. Il signifiait tellement pour moi. T’as l’impression de voler. T’oublies tout ce qui il y a autour et tu te sens pousser des ailes. Vraiment. Quand l’engin reste dans les airs et ne fait pas des siennes, mais je gardais cette remarque négative pour moi. Elle n’avait pas sa place dans cette ambiance, à la conversation joyeuse.

Nous commencions à déguster cette salade. J’avais bien sûr tout préparé avec soin mais il fallait que quelque chose manque. Les boissons. Robyn se proposait immédiatement d’y aller, même si je râlais. Elle était déjà partie. Je me demandais bien qui est-ce qu’elle allait et j’espérais que son périple se passe sans mauvaise rencontre. Mia, par exemple. Aussitôt, mon regard se posait sur Robyn lorsqu’elle revenait avec la commande. Je souriais doucement. Ca a été ? On t’a aidé ? Et on t’a pas agressé aussi ? Je reprenais ma fourchette, que j’avais posée pour attendre la belle demoiselle. Hors de question de manger sans elle. En tout cas merci d’y être allé. C’est beaucoup plus rapide, sinon tu serais peut-être en train de mourir de soif à l’heure actuelle. C’était courant que je me moque de moi-même, mais en même temps, c’était la réalité. Bon, j’exagérais mais le principe y était. J’étais content que la salade plaise à Robyn. C’était pour elle spécialement que j’avais endossé le temps de quelques minutes le tablier de chef cuistot. Je te cache pas que j’ai été aidé mais je pense que tu t’en doutes. On sent l’aide maternelle, c’est trop bien fait et trop bon pour que tout soit fait par moi. Puis le repas se déroulait autant dans la bonne humeur. On discutait, de tout et de rien à la fois. On se découvrait un peu plus, on riait ensemble. Je ne me lassais jamais de sa présence, j’en redemandais même. Je me surprenais. Je sais pas toi, mais j’ai bien mangé ! lançais-je après avoir terminé le dessert. Et c’était le meilleur pour la fin en plus. Je faisais référence au dessert apporté par Robyn. Dessert dont elle n’était pas fière mais à propos de quoi je la taquinais. Je savais moi aussi l’embêter un peu, même si j’avais toujours peur d’être maladroit. De dire quelque chose de trop, quelque chose qui ne va pas. Qu’est-ce que tu veux faire maintenant ? J’ai pensé qu’on pouvait regarder un film mais… on peut parler.. Enfin, dis-moi ce dont t’as envie. J’affichai un sourire franc. J’étais nerveux mais j’espérais que ma joie d’être à ses côtés prenne le dessus sur mon côté timide. Ce n’était pas gagné.
SUN GOES DOWN :: Los Angeles :: Central :: West Hollywood
I wanna see your smile again to make my life worthwhile
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 


Sauter vers: