AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 we were sipping on emotions ∞ artwald


 :: Los Angeles :: South :: Boyle Heights :: The Lash

Citizens
avatar
Mon arrivée sur Sun Goes Down date du : 02/06/2017 et depuis j'ai posté : 482 messages. J'en suis à : 760 points ce mois-ci. Je sais, j'ai des airs de : Chloe -flawless- Bennet. Sur le forum je suis aussi : Quinn la chieuse, Warren le prince & Elena la belle rousse. On peut me connaître sous le nom de : Amélie (aka .sassenach). Pour mon avatar et ma signature je crédite : lallybroch (avatar) & tumblr (gifs)
J'ai : 25 ans et mon anniversaire est le : 31 janvier. Je suis : anglaise et mes origines sont : inconnues. En ce moment, je : suis résidente en 2ème année de médecine & ambulancière remplaçante (l'été) ... mère à temps plein aussi. Si jamais vous me cherchez, j'habite : un appartement offert par papa à Venice Beach en compagnie de ma fille de 5 ans, James. Ce qui m'attire ce sont : les hommes et côté coeur je suis : célibataire, le coeur brisé parce que je suis une idiote (soit totalement amoureuse d'un prince).
. :

smile to hide the truth
AIN'T NOBODY HURT YOU LIKE I HURT YOU BUT AIN'T NOBODY LOVE YOU LIKE I DO.


i wanna feel your love
OH I'M A MESS RIGHT NON INSIDE OUT, SEARCHING FOR A SWEET SURRENDER BUT THIS IS NOT THE END.
the family you choose
THERE ARE SOME PEOPKE IN LIFE THAT MAKE YOU LAUGH A LITTLE LOUDER, SMILE A LITTLE BIGGER.


you're the always to my forever
SHOW ME WHAT IT'S LIKE TO BE THE LAST ONE STANDING.


game on bitches
ARTHURCAELROXANE ✰ ...

24k MAGICYOUNG GOLDHAPPYLUSH LIFESUCKER FOR PAIN

Oswald Holmes

Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : ✰ Être enfin heureuse & confiante.

Mar 27 Juin 2017 - 21:32 we were sipping on emotions ∞ artwald


oswald & arthur

❝ We were sipping on emotions ❞

Mon regard porté sur la tenue que je porte, je pince mes lèvres, nerveuse. Je sors d’une soirée de gala où je me suis ennuyée à mourir mais où j’ai du feindre la bonne humeur et sourire à m’en déboiter la mâchoire. Depuis ma réconciliation avec mon père j’ai enfin l’occasion de reprendre ma vie là où je l’avais laissé. Les galas, les collectes de fond … c’est tout ce que j’adorais faire avant de n’être que l’ombre de moi-même. Plus fine qu’il y a quelques mois, plus sombre aussi, je joue un rôle dès que je quitte mon appartement et ce soir je vais devoir l’endosser plus longtemps. « Je ne suis pas certaine de porter les bons vêtements. » Dis-je enfin en posant mes iris chocolats sur Chloe, ma belle-soeur. Cette dernière me scrute de la tête aux pieds en tapotant ses lèvres de son index. Il faut dire que ma robe longue mauve qui a coûté un bras n’est pas vraiment adapté pour l’endroit où elle me traine afin de me "changer les idées". « Justement ! J’ai quelque chose pour toi. » M’informe-t-elle en attrapant le petit sac à côté d’elle qu’elle me tend. « Ça devrait t’aller même si t’as quand même bien fondu. » Je roule des yeux. Étant donné que je vois mon reflet dans le miroir tous les matins, je pense savoir que je suis trop maigre. Sans un commentaire, je sors une robe qui me fait grimacer. « C’est quoi ça ? », « Ça s’appelle une robe, Oswald. », « Non ça, c’est un bout de tissu qui va laisser voir beaucoup mais alors beaucoup trop de peau. » Le satin noir est doux entre mes doigts mais l’idée que ça m’arrive mi-cuisses me fait frissonner.

Seulement, au regard assassin que me lance Chloe je me change immédiatement. Une fois arrivée devant le club et une fois sortie de la voiture, je sens le vent mordre chacun centimètre de ma peau. « Attends … » La main sur mon bras, ma belle-soeur m’arrête et tire sur l’élastique qui retenait élégamment mes cheveux qui tombent alors en cascade sur mes épaules. « C’est bien la seule chose encore potable chez toi. » Retenant ma réplique cinglante, nous entrons par l’entrée des VIP et très vite je ne me sens pas à ma place. La musique me vrille les tympans et il fait trop chaud. Chloe me colle un verre d’alcool dans les mains que je pose sur une table dès qu’elle a le dos tourné et je m’éloigne à la recherche d’un peu de tranquillité et d’air. C’est alors que j’approche du bar que je le vois. Ses centimètres de plus qui font qu’il dépasse les autres d’une bonne tête, voire même de deux, cette stature qui donne tout sauf envie de lui chercher des ennuis et ce charme naturel. Tout mon corps se met à frissonner tandis que je m’arrête net. Je ne l’ai pas vu depuis le jour où j’ai rompu et je n’ai pas arrêté de m’en vouloir depuis. Son absence a creusé un vide dont je suis la seule coupable et le voir là, dans ce bar, me retourne complètement. « Merde ! Je suis désolé ! » Ramenée à la réalité, je prends conscience du gars devant moi et de son air navré. Il me faut quelques secondes pour comprendre qu’il ne m’avait pas vu et qu’il a renversé son verre sur moi. Chloe va me tuer ! Tête baissée, j’essaye bêtement d’essuyer avec ma main pour finalement me précipiter vers les toilettes, du moins je crois que c’est par là.
@P. Arthur Windsor
Revenir en haut Aller en bas
Citizens
avatar
Mon arrivée sur Sun Goes Down date du : 27/05/2017 et depuis j'ai posté : 71 messages. J'en suis à : 548 points ce mois-ci. Je sais, j'ai des airs de : Brett -sexiest- Dalton. Sur le forum je suis aussi : Natalia la princesse & Neena la détective infernale. On peut me connaître sous le nom de : exotic (Sarah). Pour mon avatar et ma signature je crédite : av : lallybroch | sign : base d'endlesslove.
J'ai : 29 ans et mon anniversaire est le : 31 Janvier. Je suis : Anglais et mes origines sont : pure souches Anglaises. En ce moment, je : Prince d'Angleterre à plein temps, Air Commodor en réserve dans la Royal Air Force, diplômé de UCLA en relation internationale et dernièrement promu directeur général au sein de Cartairs Industries. Si jamais vous me cherchez, j'habite : sur Venice Beach. Ce qui m'attire ce sont : les femmes et côté coeur je suis : Célibataire, ex Don Juan dont le coeur a été brisé par la seule femme qu'il n'ait jamais aimé.
. :




And still, in the middle of the crowd,
you feel more alone than ever.
__________________________________



You break me down in ways
I could have never imagined.

__________________________________




Other things may change us,
but we start and end with the familly


P. Arthur Windsor

Ven 30 Juin 2017 - 18:21 Re: we were sipping on emotions ∞ artwald



WE WERE SIPPING ON EMOTIONS
feat. Artwald
Les jours se ressemblaient pratiquement tous. Ils étaient fades, sans aucune couleur. J’essuyais des échecs à longueur de journée, et malgré mes allers-retours rapides à Londres pour soutenir mon propre pays, je n’avais goût à rien. Ce que je faisais uniquement à la perfection c’était mon travail. Je me renfermais littéralement, dedans, sans avoir la possibilité de m’y échapper. Pas parce que j’en avais envie non, simplement parce que cela permettait à mon esprit de rester concentré sur des tâches exactes. A contrario, au moment où je passais la porte de mon propre appartement, son fantôme hantait chaque pièce, chaque objet. Comment continuer à y vivre ? Alors, j’y passais le moins de temps possible, préférant parfois mon simple bureau à mon majestueux loft.

Un coup rapide à la porte me sortis de mes recherches. Quitte à ne plus vouloir mettre les pieds dans mon appartement à cause de ce qu’elle m’avait fait, j’avais entrepris de rechercher un nouvel appartement. Qu’importe l’endroit ou la surface, il fallait que je change. La porte s’ouvrit rapidement, et la tête de Jamie, collègue fêtard, me sourit. « On va boire un verre au Lash, tu veux venir ? » Je passais une main sur mon visage, alors que je m’enfonçais dans ma chaise. « Je sais pas. » Je n’avais pas le goût d’aller danser, ni de boire un verre. Mais s’il y avait bien une chose dont j’avais l’habitude de faire c’était de faire semblant. Le temps d’un instant. Jamie entra rapidement dans mon bureau, en souriant. « Allez, on va bien s’amuser. On a réservé un carré VIP, la plupart des mecs sont là. » Je n’avais pas envie de rentrer, je n’avais pas envie de continuer à être seul, alors j’haussais finalement les épaules en me redressant. « Allons y alors ! » Je me levais, saisis ma veste de costume et l’enfila tout aussi rapidement. Quelques secondes plus tard, la porte de mon bureau se refermait sur la pénombre.

La musique était si forte qu’elle tapait mes entrailles à chaque beat. J’avais autrefois aimé chaque partie de ma vie qui m’offrait la possibilité de faire la fête. J’en avais profité pendant bien trop longtemps, et même si aujourd’hui, je me sentais un minimum étranger, j’avais cette ferme impression d’être comme à la maison. Le tableau était simple : carré VIP, des grosses bouteilles, une bande de mecs en chaleur, et des nanas en robe courte. A l’époque, j’aurai trouvé cette soirée intéressante. Aujourd’hui, comme tout le reste, elle semblait fade. Portant mon attention sur mon verre de vodka, je bus une énième gorgée en tentant de trouver comment faire passer la soirée. « Salut beau mec ! » La voix d’une jeune femme s’immisça proche de moi alors que sa main se plaça sur ma cuisse. « T’es bien trop sage pour profiter de la soirée, tu sais. » Je souris au coin, en ne bougeant cependant pas. « Les sages sont parfois les plus féroces, tu sais. » Des apparences, encore des apparences. Elle ne m’attirait guère, mais si j’avais toujours aimé jouer le rôle de l’indifférence, là c’était clairement le cas. Elle tenta de me coller un peu plus mais je finis par me détacher d’elle, pour m’extraire. J’avais besoin d’air, alors je me levais, excusant une pauvre excuse et sorti de ce cercle privé pour me changer les esprits.


© MADE BY SEAWOLF. @Oswald Holmes
Revenir en haut Aller en bas
Citizens
avatar
Mon arrivée sur Sun Goes Down date du : 02/06/2017 et depuis j'ai posté : 482 messages. J'en suis à : 760 points ce mois-ci. Je sais, j'ai des airs de : Chloe -flawless- Bennet. Sur le forum je suis aussi : Quinn la chieuse, Warren le prince & Elena la belle rousse. On peut me connaître sous le nom de : Amélie (aka .sassenach). Pour mon avatar et ma signature je crédite : lallybroch (avatar) & tumblr (gifs)
J'ai : 25 ans et mon anniversaire est le : 31 janvier. Je suis : anglaise et mes origines sont : inconnues. En ce moment, je : suis résidente en 2ème année de médecine & ambulancière remplaçante (l'été) ... mère à temps plein aussi. Si jamais vous me cherchez, j'habite : un appartement offert par papa à Venice Beach en compagnie de ma fille de 5 ans, James. Ce qui m'attire ce sont : les hommes et côté coeur je suis : célibataire, le coeur brisé parce que je suis une idiote (soit totalement amoureuse d'un prince).
. :

smile to hide the truth
AIN'T NOBODY HURT YOU LIKE I HURT YOU BUT AIN'T NOBODY LOVE YOU LIKE I DO.


i wanna feel your love
OH I'M A MESS RIGHT NON INSIDE OUT, SEARCHING FOR A SWEET SURRENDER BUT THIS IS NOT THE END.
the family you choose
THERE ARE SOME PEOPKE IN LIFE THAT MAKE YOU LAUGH A LITTLE LOUDER, SMILE A LITTLE BIGGER.


you're the always to my forever
SHOW ME WHAT IT'S LIKE TO BE THE LAST ONE STANDING.


game on bitches
ARTHURCAELROXANE ✰ ...

24k MAGICYOUNG GOLDHAPPYLUSH LIFESUCKER FOR PAIN

Oswald Holmes

Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : ✰ Être enfin heureuse & confiante.

Ven 30 Juin 2017 - 21:21 Re: we were sipping on emotions ∞ artwald


oswald & arthur

❝ We were sipping on emotions ❞

Alors que j’essaye de chasser son image de mon esprit, j’avance dans un couloir vide où la musique est moins assourdissante et l’air plus respirable. Mes yeux s’habituent à la pénombre avant d’être agressés par les néons des toilettes dans lesquelles je m’engage. Un reflet dans le miroir renvoie une image effrayante. J’ai les joues plus rouge que jamais, les yeux brillants à cause des larmes que sens venir m’assaillir et mes joues sont plus creuses qu’elles ne l’ont jamais été. Je fais moins peur que ce que Chloe affirmait mais, clairement, j’ai perdu beaucoup trop de poids. Baissant mon regard sur la mini robe de ma belle-soeur, je sens une vague de soulagement me gagner à me rappelant que le noir cache ce qui aurait pu être la tâche la plus agaçante du monde. Mais ce soulagement après avoir vu Arthur n’est pas une bonne chose. Mes nerfs me lâchent d’un coup. Mon corps se met à trembler tandis que je pleure des larmes que je ne pensais pas avoir encore en moi. Il me faut une bonne minute pour me calmer et je passe de l’eau fraîche sur mon visage mais continue d’avoir l’impression d’étouffer. Attrapant ma pochette, je sors comme une furie des toilettes et fonce vers ce qui semble être une des sorties de secours du club. Le vent frais à l’extérieur est une véritable bénédiction. J’offre mon visage au ciel et inspire un bon coup pour tenter d’aller mieux, rien à faire. A la place je fais les cents pas dans la petite ruelle jusqu’à sentir mon escarpin refuser de me suivre. Fronçant les sourcils, je remarque alors mon talon enfoncé dans une grille et plutôt que de penser à retirer ma chaussure, je force jusqu’à casser le talon et me retrouver par terre. Un cri d’agacement et de frustration m’échappe. « Putain, j’en ai marre ! » Criai-je sans me préoccuper de si oui ou non je suis vraiment seule dans cette petite ruelle. Comme une gamine énervée, je tape mon poing contre le bitume ce qui m’arrache une grimace de douleur lorsque je sens mes phalanges craquer. Les larmes affluent le long de mes joues. Mon maquillage coule mais je m’en moque … à vrai dire je me moque de tout, le fait de le revoir a été une véritable claque. Mon pieds toujours coincé dans ma chaussure et donc tordu, mes fesses sur le sol mouillé après une pluie orageuse, je reste là et relève la tête uniquement lorsque j’entends la porte par laquelle je suis passer grincer quand bien même suis-je incapable de voir qui vient de sortir.
@P. Arthur Windsor
Revenir en haut Aller en bas
Citizens
avatar
Mon arrivée sur Sun Goes Down date du : 27/05/2017 et depuis j'ai posté : 71 messages. J'en suis à : 548 points ce mois-ci. Je sais, j'ai des airs de : Brett -sexiest- Dalton. Sur le forum je suis aussi : Natalia la princesse & Neena la détective infernale. On peut me connaître sous le nom de : exotic (Sarah). Pour mon avatar et ma signature je crédite : av : lallybroch | sign : base d'endlesslove.
J'ai : 29 ans et mon anniversaire est le : 31 Janvier. Je suis : Anglais et mes origines sont : pure souches Anglaises. En ce moment, je : Prince d'Angleterre à plein temps, Air Commodor en réserve dans la Royal Air Force, diplômé de UCLA en relation internationale et dernièrement promu directeur général au sein de Cartairs Industries. Si jamais vous me cherchez, j'habite : sur Venice Beach. Ce qui m'attire ce sont : les femmes et côté coeur je suis : Célibataire, ex Don Juan dont le coeur a été brisé par la seule femme qu'il n'ait jamais aimé.
. :




And still, in the middle of the crowd,
you feel more alone than ever.
__________________________________



You break me down in ways
I could have never imagined.

__________________________________




Other things may change us,
but we start and end with the familly


P. Arthur Windsor

Ven 30 Juin 2017 - 22:48 Re: we were sipping on emotions ∞ artwald



WE WERE SIPPING ON EMOTIONS
feat. Artwald
A peine un pied dehors du carré que Gaël me tapa l'épaule. « Tu vas où, Arthur ? » J'avais l'impression d'être épier, à longueur de journée. J'aurai du être habitué, mais là c'était presque ennuyant. Ils voulaient sans doute tous bien faire. Si j'étais resté discret sur ma vie privée dans mon nouveau job, la presse s'était ravie de me détruire un peu plus. Ils avaient simplement décidé de tenter de me changer les idées, en vain. C'était fade. Tout était fade. « Je vais vite prendre l'air, je reviens. » dis-je en souriant, d'une manière convaincante. Il hocha de la tête en rythme avec la musique et reparti dans le sens inverse, une nana sous le bras. Je roulais des yeux, et tenta de trouver une issue de secours. Si j'allais revenir à eux ? J'en doutais sincèrement.

Je me faufilais en travers de la foule, sous quelques sourires féminins. Elles avaient beau être toutes mignonnes, divines, et avec un sourire à tomber, elles ne me faisaient aucun effet. J'étais comme mort de ce côté là. Je n'avais jamais ressenti ça auparavant. C'était nouveau, pour un Don Juan comme moi...Presque perturbant. M'enfonçant dans un couloir un peu noir, je passais devant des couples qui se bécotaient sans me soucier d'eux, et parvint à une porte de sortie. Au moment où j’entrouvis la porte, j'entendis cette voix maudire je ne sais quoi. C'était comme un lointain écho malgré la musique, pourtant, cette intonation était si parfaite. Lorsque mes yeux la repère au sol, en train de taper le bitume, je me stoppais net. Mon coeur flanchait. Mon coeur paniquait. Mon coeur se révoltait. Je ne l'avais pas revu depuis qu'elle avait claqué la porte de mon appartement. Elle ne m'avait pas contacté malgré mes tentatives d'appels ou de contact. Le silence radio avait été enclenché, et ce n'était que parmi les journaux que je suivais sa progression au sein de sa famille. La voir me flanquait une belle claque. Je la haïssais pour m'avoir abandonné au moindre problème. Je la haïssais pour m'avoir autant brisé alors que je lui avais tout donné. Pourtant...en la voyant s’effondrer en larme, j'eus la simple envie de m'avancer et de la prendre dans les bras. Grossière erreur, pas vrai ? Alors...prenant une grande inspiration, je sorti prendre l'air comme j'en avais l'intention. La porte grimaça lorsque je la lâchais ce qui indiqua ma présence. Elle se tourna alors vers moi et son regard s'intensifia, son visage se décomposa. Je mordis ma joue intérieur, avant de lever les yeux au ciel. « Belle soirée hein ? » dis-je avec toute l'ironie possible.

© MADE BY SEAWOLF. @Oswald Holmes
Revenir en haut Aller en bas
Citizens
avatar
Mon arrivée sur Sun Goes Down date du : 02/06/2017 et depuis j'ai posté : 482 messages. J'en suis à : 760 points ce mois-ci. Je sais, j'ai des airs de : Chloe -flawless- Bennet. Sur le forum je suis aussi : Quinn la chieuse, Warren le prince & Elena la belle rousse. On peut me connaître sous le nom de : Amélie (aka .sassenach). Pour mon avatar et ma signature je crédite : lallybroch (avatar) & tumblr (gifs)
J'ai : 25 ans et mon anniversaire est le : 31 janvier. Je suis : anglaise et mes origines sont : inconnues. En ce moment, je : suis résidente en 2ème année de médecine & ambulancière remplaçante (l'été) ... mère à temps plein aussi. Si jamais vous me cherchez, j'habite : un appartement offert par papa à Venice Beach en compagnie de ma fille de 5 ans, James. Ce qui m'attire ce sont : les hommes et côté coeur je suis : célibataire, le coeur brisé parce que je suis une idiote (soit totalement amoureuse d'un prince).
. :

smile to hide the truth
AIN'T NOBODY HURT YOU LIKE I HURT YOU BUT AIN'T NOBODY LOVE YOU LIKE I DO.


i wanna feel your love
OH I'M A MESS RIGHT NON INSIDE OUT, SEARCHING FOR A SWEET SURRENDER BUT THIS IS NOT THE END.
the family you choose
THERE ARE SOME PEOPKE IN LIFE THAT MAKE YOU LAUGH A LITTLE LOUDER, SMILE A LITTLE BIGGER.


you're the always to my forever
SHOW ME WHAT IT'S LIKE TO BE THE LAST ONE STANDING.


game on bitches
ARTHURCAELROXANE ✰ ...

24k MAGICYOUNG GOLDHAPPYLUSH LIFESUCKER FOR PAIN

Oswald Holmes

Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : ✰ Être enfin heureuse & confiante.

Dim 2 Juil 2017 - 21:00 Re: we were sipping on emotions ∞ artwald


oswald & arthur

❝ We were sipping on emotions ❞

J’ai probablement l’air très intelligente à rester ainsi par terre mais c’est bien la dernière chose qui me préoccupe. Frustrée, en colère, détruite … j’ai besoin d’un petit temps pour me reprendre. Si je sais que je dois cette situation uniquement à moi-même ça n’est pas pour autant que ça facilite les choses lorsque je le vois. Ces dernières semaines, j’ai évité la presse autant que je l’ai pu ne la lisant que lorsque j’y étais obligée pour m’assurer que mon nom n’allait pas casser l’image de ma famille. Parfois, je suis tombée sur des articles le concernant lui ou sa famille et, incapable de supporter de voir sa photo, je passais rapidement. Là, je l’ai vu en chair et en os, je n’étais vraiment pas prête. Il faut que je parvienne à me ressaisir, je me lèverai qu’après, du moins je le pensais avant d’entendre la porte grincer. D’un mouvement de la tête, je regarde dans la direction que j’ai pris plus tôt et doucement je vois sa silhouette se dessiner et son visage m’apparaitre. Evidemment. « Belle soirée hein ? » Mes sourcils se froncent. Je n’ai jamais aimé son ironie lorsqu’elle est mauvaise et se tourne contre moi. « Magnifique ! Je porte une robe trop courte et trempée, mon talon vient de se péter et pour couronner le tout de tous les clubs de la ville il a fallu que je tombe pile sur le même que mon ex qui trouve rien de mieux que d’être sarcastique. Parfaite cette soirée t’as raison ! » Grognai-je en desserrant les lanières de mes chaussures pour ensuite me relever. « Allez dis-le, Arthur ! Je suis certaine que ça te démange. Dis-le que t’es content de voir qu’il y a de la justice dans ce monde et que je paye pour mes erreurs. » Gardant volontairement de la distance avec lui, je plaque mes mains sur mes joues pour effacer mes larmes et le mascara qui a coulé. « Quoi que non le dit pas, je pense que je me punis déjà assez pour ce qui est sans doute la plus grosse connerie de toute ma vie. » Je ne suis pas stupide et je sais que j’ai une fois de plus réagit sur un coup de tête ou, plus exactement, sous le coup de l’émotion. Il ne se passe pas un jour sans que je regrette ma décision, sans que je m’imagine divers scénarios concernants cette journée qui me hante tout le temps. Seulement je suis trop bornée pour accepter d’avouer mes tords et surtout trop fière pour revenir la queue entre les jambes.
@P. Arthur Windsor
Revenir en haut Aller en bas
Citizens
avatar
Mon arrivée sur Sun Goes Down date du : 27/05/2017 et depuis j'ai posté : 71 messages. J'en suis à : 548 points ce mois-ci. Je sais, j'ai des airs de : Brett -sexiest- Dalton. Sur le forum je suis aussi : Natalia la princesse & Neena la détective infernale. On peut me connaître sous le nom de : exotic (Sarah). Pour mon avatar et ma signature je crédite : av : lallybroch | sign : base d'endlesslove.
J'ai : 29 ans et mon anniversaire est le : 31 Janvier. Je suis : Anglais et mes origines sont : pure souches Anglaises. En ce moment, je : Prince d'Angleterre à plein temps, Air Commodor en réserve dans la Royal Air Force, diplômé de UCLA en relation internationale et dernièrement promu directeur général au sein de Cartairs Industries. Si jamais vous me cherchez, j'habite : sur Venice Beach. Ce qui m'attire ce sont : les femmes et côté coeur je suis : Célibataire, ex Don Juan dont le coeur a été brisé par la seule femme qu'il n'ait jamais aimé.
. :




And still, in the middle of the crowd,
you feel more alone than ever.
__________________________________



You break me down in ways
I could have never imagined.

__________________________________




Other things may change us,
but we start and end with the familly


P. Arthur Windsor

Mar 4 Juil 2017 - 22:30 Re: we were sipping on emotions ∞ artwald



WE WERE SIPPING ON EMOTIONS
feat. Artwald
Son souvenir me hantait. Chaque jour. Chaque heure. Chaque minute. J'avais longtemps espéré qu'elle frappe à cette fichue porte en me suppliant qu'elle avait fait la plus grosse bétise de sa vie. Je l'avais espéré, imaginé et rêvé. Mais ce moment n'était jamais arrivé. Mon bonheur s'était évaporé selon ses désirs, sans que je puisse y dire un mot. J'avais beau lutté, contre ce desespoir intense, le plus dur était cette colère incessante. Elle avait décidé pour nous, comme si son simple choix était le bon. Mais il n'en était rien. Si au début j'avais tenté de la croiser, de la convaincre, la détermination avait finit par laisser place à ce cynisme et à cette indifférence totale. Si j'avais rêvé de la revoir, aujourd'hui la voir devant moi me brisait de nouveau le coeur. Mais rien...rien sortait réellement. J'étais totalement dépourvu d'émotions. Contrairement à elle. « Magnifique ! Je porte une robe trop courte et trempée, mon talon vient de se péter et pour couronner le tout de tous les clubs de la ville il a fallu que je tombe pile sur le même que mon ex qui trouve rien de mieux que d’être sarcastique. Parfaite cette soirée t’as raison ! » J'haussais les épaules, en m'avançant un peu plus dans la ruelle au clair de lune. Je ne savais pas comment réagir, ni quoi dire vraiment. Des trucs j'en avais plein à dire. Mais ça n'avait aucun ordre, aucun sens. « Allez dis-le, Arthur ! Je suis certaine que ça te démange; Dis-le que t'es content de voir qu'il y a de la justice dans ce monde et que je paye pour mes erreurs...Quoi que non le dit pas, je pense que je me punis déjà assez pour ce qui est sans doute la plus grosse connerie de toute ma vie. » Si elle avait toujours été bavarde, elle l'était encore plus ce soir. Je soupirai une seconde avant de m'asseoir sur l'un des petits murets. « A vrai dire...tu le fais bien toute seule. » Un léger sourire au coin se dessina sur mes lèvres. Il était là le fameux connard qui se fichait royalement de tout...dont elle. Je le haïssais, mais elle avait brisé la seule chose qui l'avait jamais fait taire : mon coeur. Maintenant, elle en payait le prix comme toutes les autres. « Je te trouve simplement plus pitoyable que la dernière fois que je t'ai vu, cela dit. » Méritait-elle mon indifférence ? Royalement. N'avais-je pas d'autre truc à lui dire ? Si. Pourtant mon auto-défense s'était réveillée, et j'avais limite envie de la faire souffrir autant qu'elle m'avait fait souffrir.  

© MADE BY SEAWOLF. @Oswald Holmes
Revenir en haut Aller en bas
Citizens
avatar
Mon arrivée sur Sun Goes Down date du : 02/06/2017 et depuis j'ai posté : 482 messages. J'en suis à : 760 points ce mois-ci. Je sais, j'ai des airs de : Chloe -flawless- Bennet. Sur le forum je suis aussi : Quinn la chieuse, Warren le prince & Elena la belle rousse. On peut me connaître sous le nom de : Amélie (aka .sassenach). Pour mon avatar et ma signature je crédite : lallybroch (avatar) & tumblr (gifs)
J'ai : 25 ans et mon anniversaire est le : 31 janvier. Je suis : anglaise et mes origines sont : inconnues. En ce moment, je : suis résidente en 2ème année de médecine & ambulancière remplaçante (l'été) ... mère à temps plein aussi. Si jamais vous me cherchez, j'habite : un appartement offert par papa à Venice Beach en compagnie de ma fille de 5 ans, James. Ce qui m'attire ce sont : les hommes et côté coeur je suis : célibataire, le coeur brisé parce que je suis une idiote (soit totalement amoureuse d'un prince).
. :

smile to hide the truth
AIN'T NOBODY HURT YOU LIKE I HURT YOU BUT AIN'T NOBODY LOVE YOU LIKE I DO.


i wanna feel your love
OH I'M A MESS RIGHT NON INSIDE OUT, SEARCHING FOR A SWEET SURRENDER BUT THIS IS NOT THE END.
the family you choose
THERE ARE SOME PEOPKE IN LIFE THAT MAKE YOU LAUGH A LITTLE LOUDER, SMILE A LITTLE BIGGER.


you're the always to my forever
SHOW ME WHAT IT'S LIKE TO BE THE LAST ONE STANDING.


game on bitches
ARTHURCAELROXANE ✰ ...

24k MAGICYOUNG GOLDHAPPYLUSH LIFESUCKER FOR PAIN

Oswald Holmes

Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : ✰ Être enfin heureuse & confiante.

Ven 7 Juil 2017 - 13:50 Re: we were sipping on emotions ∞ artwald


oswald & arthur

❝ We were sipping on emotions ❞

Du revers de mon index, je tente de chasser les traces de mascara qui ont coulé sur mes joues. Je ne renifle sans la moindre élégance en tâchant de ravaler les quelques larmes de frustration et de colère qui me reste au coin de l’oeil. J’aimerais fuir comme je sais si bien le faire, ne pas avoir à l’affronter, mais ne serait-ce pas empirer mon cas ? Je suppose que si. « A vrai dire...tu le fais bien toute seule. Je te trouve simplement plus pitoyable que la dernière fois que je t'ai vu, cela dit. » Mâchoire crispée, j’encaisse sa critique comme je le peux. J’ai face à moi la pire version d’Arthur, l’homme que je suis incapable de supporter, celui à qui je pourrais coller une bonne paire de claques si j’en avais la force. Avant de tomber amoureuse de lui j’aurais pu, mais maintenant … c’est impossible. « Et je suppose que ton Altesse s’en réjouit. T’es vraiment un salaud quand tu t’y mets. » Lâchai-je pleine de colère. Évidemment que ça lui fait plaisir ! Je lui ai fais du mal et maintenant je m’en mords les doigts et bien. « Tu peux aussi retourner d’où tu viens tu sais. » Continuai-je en désignant la porte par laquelle nous sommes passés tous les deux. Pourquoi n’irait-il pas se taper une femme bien moins pitoyable que moi plutôt que de rester à me regarder être qu’une merde ? « J’ai pas besoin que tu restes là à te délecter du fait que je paye le fait de t’avoir fais souffrir, Arthur. » Ou peut-être que si … peut-être que je me rendrais encore plus compte du fait que j’ai été stupide, plus stupide que stupide à vrai dire. « Je suis désolée, d’accord ? Je suis sincèrement désolée de t’avoir fais du mal. Je suis désolée d’être une éternelle impulsive et de pas avoir été capable de te faire confiance. Je suis désolée de pas être celle que tu voulais que je sois mais rassure-toi je m’en veux tous les jours. » Sans m’en rendre compte, je me suis rapprochée et je m’arrête d’un coup. Je ne pourrais pas supporter d’être trop proche de lui, pas alors que le simple fait de le voir me retourne complètement. « Quand je disais que je t’aimais je le pensais et je le pense encore alors je suis désolée de pas être capable d’affronter les problèmes et d’être une telle déception pour toi. » La voix d’abord déformée par l’émotion, elle devient rapidement froide à mesure que son regard moqueur et son sourire narquois me rendent malade.
@P. Arthur Windsor
Revenir en haut Aller en bas
Citizens
avatar
Mon arrivée sur Sun Goes Down date du : 27/05/2017 et depuis j'ai posté : 71 messages. J'en suis à : 548 points ce mois-ci. Je sais, j'ai des airs de : Brett -sexiest- Dalton. Sur le forum je suis aussi : Natalia la princesse & Neena la détective infernale. On peut me connaître sous le nom de : exotic (Sarah). Pour mon avatar et ma signature je crédite : av : lallybroch | sign : base d'endlesslove.
J'ai : 29 ans et mon anniversaire est le : 31 Janvier. Je suis : Anglais et mes origines sont : pure souches Anglaises. En ce moment, je : Prince d'Angleterre à plein temps, Air Commodor en réserve dans la Royal Air Force, diplômé de UCLA en relation internationale et dernièrement promu directeur général au sein de Cartairs Industries. Si jamais vous me cherchez, j'habite : sur Venice Beach. Ce qui m'attire ce sont : les femmes et côté coeur je suis : Célibataire, ex Don Juan dont le coeur a été brisé par la seule femme qu'il n'ait jamais aimé.
. :




And still, in the middle of the crowd,
you feel more alone than ever.
__________________________________



You break me down in ways
I could have never imagined.

__________________________________




Other things may change us,
but we start and end with the familly


P. Arthur Windsor

Sam 8 Juil 2017 - 12:41 Re: we were sipping on emotions ∞ artwald



WE WERE SIPPING ON EMOTIONS
feat. Artwald
« Et je suppose que ton Altesse s’en réjouit. T’es vraiment un salaud quand tu t’y mets. » Elle avait raison, je l’étais. Je l’avais toujours été, même si elle avait réussis à dompter ce côté désagréable de moi-même. C’était l’allure que je me donnai, et qui me collait trop souvent à la peau. A l’exception que là, j’avais envie de l’être. C’était ma manière de me protéger…simplement parce qu’à la minute où j’avais ouvert cette porte et que mon regard s’était posé sur elle, je m’étais senti vulnérable. Comme à chaque fois qu’elle était près de moi. Cette faiblesse qu’elle était pour moi, et qui m’avait détruit il y a bien des jours. En avait-elle encore conscience ? Je ne saurai dire. Mais c’était la raison de mon attitude fermé et dégueulasse. « Tu peux retourner d’où tu viens tu sais. » Mon corps refusait de bouger de ce petit muret sur lequel il s’était posé. J’aurai sans doute dû partir, comme elle le disait, mais sa proximité m’en empêchait. Je me faisais du mal en restant, c’était une certitude. Mais j’avais besoin d’imprimer les contours de son visage, ces lèvres tremblantes et son regard étincelants, même si toute la haine qu’elle éprouvait était pour moi. Ça me donnerait la force de tenir les prochaines semaines, quitte à ce que cette fois-ci serait la dernière. « J’ai pas besoin que tu restes là à te délecter du fait que je paye le fait de t’avoir fait souffrir, Arthur. » Je n’osais rien dire de plus. Simplement parce qu’il n’y avait rien à dire. Ou peut-être que si, j’aurai sans doute du dire toutes les choses que je voulais lui dire la dernière fois mais dont je n’avais eu aucunement l’occasion. J’aurai sans doute dû, mais je ne pus. « Je suis désolée, d’accord ? Je suis sincèrement désolée de t’avoir fait du mal » explosa-t-elle. La voilà. Cette Oswald que j’aimais tant. Colérique et impulsive. Grande gueule et sensible. Elle prenait les devants, elle l’avait toujours fait. Si dire ce qu’elle pensait lui faisait du bien, je n’étais pas certain de pouvoir y échapper. « Je suis désolée d’être une éternelle impulsive et de ne pas avoir été capable de te faire confiance. Je suis désolée de pas être celle que tu voulais que je sois mais rassure-toi je m’en veux tous les jours. » Une seconde brisure. Cassure. Fracture. C’était ce que je ressentais à mesure que ces paroles se précisaient, simplement parce j’aurai tué pour entendre ça des jours durant. Et maintenant que je les avais, j’étais simplement tétanisé.

« Quand je disais que je t’aimais je le pensais et je le pense encore alors je suis désolée de pas être capable d’affronter les problèmes et d’être une telle déception pour toi. » Je me noyais un peu plus dans ce qu’elle disait, dans cette vague d’émotions qui me ramenait à cet enfer que j’avais vécu après son départ. Si j’avais envie de la retrouver, je n’étais pas certain de pouvoir le supporter. J’avais vécu cet abandon comme une trahison, une manière de me prouver qu’à la seconde où votre cœur s’ouvre, il se fait détruire en un millier de morceaux. Alors, perturbé, mais sans le montré, je finis par sourire d’un air presque ironique. « Ça n’a plus d’importance. » mentis-je en me levant du muret pour tenter de m’éloigner d’elle et de son emprise. Cette drogue je la sentais encore, et plus j’y restais, plus je retombais dans ses filets. « T’aurais sans doute dû y penser avant. » dis-je avec une froideur presque remarquable. Lui tournant le dos rapidement, je commençais à m’éloigner alors que la pénombre de la ruelle m’enveloppait. Et puis soudain, je sentis son talon s’enfoncer dans mon dos et retomber au sol. Sérieusement, venait-elle de me jeter sa chaussure en pleine gueule ? J’avais tenté de masquer cette vague qui se préparait en moi, mais lorsque je me retournais, ce n’est pas ce côté ironique et froid qui lui fit face, c’est cette rage et ce désespoir. « Arrêtes ça Oswald ! » criais-je alors qu’un éclair vint nous éclairer une seconde suivis d’un tonnerre. Je ramassais sa chaussure avant de continuer : « Arrêtes de faire semblant d’être énervé contre moi ! C’est toi qui es partie, toi qui a décidé de tirer un trait sans me laisser la chance de t’expliquer. Ce n’est pas de simple excuse qui m’aidera à oublier ce que tu m’as fait subir ! » J’envoyais valser sa chaussure qui s’éclata contre la poubelle au loin. J’étais en rage, simplement parce qu’elle transmettait sa rage sur moi, alors que c’était uniquement elle la fautive. « Putain, tu savais à quel point j’ai du mal à aimer, t’es la première à m’avoir fait chavirer. Et à la première occasion, tu m’as simplement abandonné parce que t’étais pas capable d’affronter ça avec moi ! » Je faisais les cents pas, inconsciemment, comme pour expulser cette rage. « Alors ouai, laisse-moi être un salaud parce que c’est le seul moyen que j’ai pour oublier à quel point tu me manques. »

© MADE BY SEAWOLF. @Oswald Holmes
Revenir en haut Aller en bas
Citizens
avatar
Mon arrivée sur Sun Goes Down date du : 02/06/2017 et depuis j'ai posté : 482 messages. J'en suis à : 760 points ce mois-ci. Je sais, j'ai des airs de : Chloe -flawless- Bennet. Sur le forum je suis aussi : Quinn la chieuse, Warren le prince & Elena la belle rousse. On peut me connaître sous le nom de : Amélie (aka .sassenach). Pour mon avatar et ma signature je crédite : lallybroch (avatar) & tumblr (gifs)
J'ai : 25 ans et mon anniversaire est le : 31 janvier. Je suis : anglaise et mes origines sont : inconnues. En ce moment, je : suis résidente en 2ème année de médecine & ambulancière remplaçante (l'été) ... mère à temps plein aussi. Si jamais vous me cherchez, j'habite : un appartement offert par papa à Venice Beach en compagnie de ma fille de 5 ans, James. Ce qui m'attire ce sont : les hommes et côté coeur je suis : célibataire, le coeur brisé parce que je suis une idiote (soit totalement amoureuse d'un prince).
. :

smile to hide the truth
AIN'T NOBODY HURT YOU LIKE I HURT YOU BUT AIN'T NOBODY LOVE YOU LIKE I DO.


i wanna feel your love
OH I'M A MESS RIGHT NON INSIDE OUT, SEARCHING FOR A SWEET SURRENDER BUT THIS IS NOT THE END.
the family you choose
THERE ARE SOME PEOPKE IN LIFE THAT MAKE YOU LAUGH A LITTLE LOUDER, SMILE A LITTLE BIGGER.


you're the always to my forever
SHOW ME WHAT IT'S LIKE TO BE THE LAST ONE STANDING.


game on bitches
ARTHURCAELROXANE ✰ ...

24k MAGICYOUNG GOLDHAPPYLUSH LIFESUCKER FOR PAIN

Oswald Holmes

Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : ✰ Être enfin heureuse & confiante.

Mar 11 Juil 2017 - 12:00 Re: we were sipping on emotions ∞ artwald


oswald & arthur

❝ We were sipping on emotions ❞

Jamais je n’aurais pensé qu’être celle qui part puisse détruire autant que d’être celle qui reste et qui voit l’autre partir. Peut-être est-ce simplement parce que mon départ a été une grosse erreur et que je l’ai fais en étant toujours extrêmement attachée à cet homme ? Sans doute. Il est entré dans ma vie sans que je m’y attende. Lui le grognon de service jamais satisfait de quoi ce soit et distant avec tout le monde, il est parvenu à me faire céder, à me faire craquer. Je me suis attachée à lui plus que je n’aurais jamais pu l’imaginer. Je suis tombée pour lui, à la fois touchée par cet homme qui se battait pour retrouver sa vie passée et par la sensation de sécurité qu’il me procurait. Pourtant, à la première embûche je suis partie par instinct de protection. Le rejet d’autrui est l’une de mes plus grandes peurs et l’idée même de le subir une fois encore m’a fais réagir au quart de tour. Pas une seule chance, je ne lui en ai pas laissé une seule tout simplement par peur qu’il me dise ne plus vouloir de moi ce que je n’aurais pas supporté. Des jours entiers j’ai tenté de l’oublier et de ne pas le croiser. Dans une grande ville comme Los Angeles ce n’est pas si difficile que ça malgré nos milieux très similaires et voilà que je tombe sur lui ici, à mon grand désarroi - et probablement au sien aussi. « Ça n’a plus d’importance. » Assure-t-il en quittant le petit muret sur lequel il a pris place quelques minutes auparavant. Je sens une cassure se faire en moi, au niveau de mon coeur. Je déglutis, les larmes venant piquer mes yeux. « T’aurais sans doute dû y penser avant. » Là-dessus, Arthur n’a pas tord. J’aurais dû y penser avant, j’aurais dû revenir le soir même où je suis partie, me confondre en excuse, lui demander de me pardonner et de ne jamais plus me laisser partir mais trop fière je suis restée sur mes positions et je me déteste pour ça. Seulement je le déteste encore plus d’agir comme ça même s’il a toutes les raisons de le faire.

La colère l’emportant sur le reste, alors qu’il part comme je lui ai demandé, je lui jette l’une de mes chaussures dans le dos, atteins ma cible sans problème. Arthur s’arrête alors que je m’apprête à lancer la seconde juste pour me défouler. « Arrêtes ça Oswald ! » Je manque de sursauter sans savoir si c’est le ton de sa voix ou le tonnerre qui m’a surpris. Je croise les bras pour me donner un peu de contenance et je continue de lui lancer un regard noir refusant de me laisser démonter malgré sa fureur. « Arrêtes de faire semblant d’être énervé contre moi ! C’est toi qui es partie, toi qui a décidé de tirer un trait sans me laisser la chance de t’expliquer. Ce n’est pas de simple excuse qui m’aidera à oublier ce que tu m’as fait subir ! » Mon regard suit ma chaussure qui part dans l’autre sens et s’éclate contre la poubelle. La voyant retomber au sol je ne peux pas m’empêcher de me dire qu’au moins ça l’égalise avec celle déjà cassée que j’ai encore dans la main. « Putain, tu savais à quel point j’ai du mal à aimer, t’es la première à m’avoir fait chavirer. Et à la première occasion, tu m’as simplement abandonné parce que t’étais pas capable d’affronter ça avec moi ! Alors ouais, laisse-moi être un salaud parce que c’est le seul moyen que j’ai pour oublier à quel point tu me manques. » Un frisson remonte le long de mon dos et n’a rien à voir avec la fraîcheur de cette nuit. Je me brise un peu plus à l’intérieur, souffre d’autant plus de mon erreur. Je le suis en train de faire les cents pas devant moi pour tenter d’extérioriser sa colère. Juste avant j’étais prête à lui dire que s’il m’avait rassuré, s’il avait agis contre cette folle, je ne serais pas partie. J’aurais joué la mauvaise foi, j’aurais fais en sorte de partager les tords, mais les mots restent coincés. Seul le "à quel point tu me manques" tourne en boucle dans ma tête. Mon cerveau mit sur pilote automatique, j’avance toujours pieds nus dans cette fichue ruelle, j’attrape la manche de sa chemise pour le forcer à s’arrêter et je plaque mes lèvres sur les siennes. Oh ça me fait déjà mal de nous imposer ça mais c’est aussi agréable que douloureux. Si ça doit être la dernière fois que je l’embrasse ainsi soit-il, pour l’instant j’en ai besoin parce qu’il n’a pas idée de combien il peut me manquer aussi.  
@P. Arthur Windsor
Revenir en haut Aller en bas
Citizens
avatar
Mon arrivée sur Sun Goes Down date du : 27/05/2017 et depuis j'ai posté : 71 messages. J'en suis à : 548 points ce mois-ci. Je sais, j'ai des airs de : Brett -sexiest- Dalton. Sur le forum je suis aussi : Natalia la princesse & Neena la détective infernale. On peut me connaître sous le nom de : exotic (Sarah). Pour mon avatar et ma signature je crédite : av : lallybroch | sign : base d'endlesslove.
J'ai : 29 ans et mon anniversaire est le : 31 Janvier. Je suis : Anglais et mes origines sont : pure souches Anglaises. En ce moment, je : Prince d'Angleterre à plein temps, Air Commodor en réserve dans la Royal Air Force, diplômé de UCLA en relation internationale et dernièrement promu directeur général au sein de Cartairs Industries. Si jamais vous me cherchez, j'habite : sur Venice Beach. Ce qui m'attire ce sont : les femmes et côté coeur je suis : Célibataire, ex Don Juan dont le coeur a été brisé par la seule femme qu'il n'ait jamais aimé.
. :




And still, in the middle of the crowd,
you feel more alone than ever.
__________________________________



You break me down in ways
I could have never imagined.

__________________________________




Other things may change us,
but we start and end with the familly


P. Arthur Windsor

Mar 11 Juil 2017 - 20:21 Re: we were sipping on emotions ∞ artwald



WE WERE SIPPING ON EMOTIONS
feat. Artwald
« C’est fini. » La voix résonnait dans le couloir de l’immeuble avec une puissance qui me surprit. Elle se voulait insensible et autoritaire. Elle était brutale et intense. Pourtant, ce n’est pas cette voix claire qui me surpris, mais bien ce visage fermé que j’arpentais. Je n’éprouvais rien. Je n’éprouverais désormais plus rien pour elle. Elle avait osé franchir cette ligne qu’on avait autrefois définie. Elle s’était brulé ses belles ailes à vouloir jouer avec le feu. Maintenant, elle allait en payer le prix. « Oh, arrêtes donc, Arthur. Tu sais très bien que ça ne sera jamais fini entre nous. » Même le son de sa voix, rugueuse et fausse, m’agaçait aujourd’hui. Elle n’avait plus rien d’attirant. Elle n’était qu’une pâle copie de cette femme que j’avais autrefois appréciée. Ce n’était qu’un déchet. Je m’approchais d’elle alors d’elle, le regard de braise, aussi dur qu’il n’avait jamais été. « Tu oses encore l’approcher Ivanka, tu es morte. T’as bien compris ? » « De paroles si mauvaises pour un prince d’Angleterre » dit-elle en souriant. Elle s’approcha de moi, son souffle à quelques millimètres de moi avant d’ajouter : « Tu ne franchiras jamais cette ligne, mon beau. » J’eus envie de la plaquer contre le mur, de l’encastrer mais je me retins. Au sens littéral, elle avait sans doute raison. Mais elle me sous-estimait encore une fois. « Non. Mais je me ferai le plaisir de geler tes comptes en Suisse. A ce qu’il parait un certain Woodwork ne serait pas contre d’être remboursé ». Elle fit un pas en arrière, les yeux écarquillés. Oui, ma jolie, tu n’es pas la seule à avoir des cartes à jouer. « Comment… » Souffla-t-elle les dents serrées. « Tu l’approches. Tu m’approches. Ou tu approches encore un membre de ma famille, tu es morte Ivanka. C’est clair ? » Elle recula d’un pas à nouveau, comme si elle comprenait enfin mes réelles menaces. Je ne la menaçais pas, lui le ferait.

***

« C’est fini. » Je me souvenais encore de ma voix tremblante et incompréhensible lorsque je l’avais annoncé à Casey. Je ne pensais pas dire ça un jour, ni ressentir cette souffrance en ces quelques mots. Je n’aurai pensé me retrouver à cette place-là, et pourtant, la roue avait tournée. J’avais été brisé. Anéanti. Abandonné. Trahi. En quelques minutes, tout s’envolait. Quand bien même j’avais vite pris conscience de ce qu’Oswald était dans ma vie, je comprenais maintenant ce qu’elle aurait pu être pour mon avenir. Hélas, tout s’effaçait. La voir devant moi réanimait ce sentiment de vide en moi. Et, à mesure que ma langue se déliait, je prenais conscience que rien ne pouvait changer ça. Elle me manquait. Horriblement. Terriblement. Royalement. Je la contemple une seconde, alors que je sens quelques gouttes venir s’infiltrer sur mon costume. L’orage arrivait, mais je m’en fichais. Son regard m’hypnotisait, comme il ne m’avait jamais hypnotisait. Si j’avais lu de la colère dans son regard, à ce moment précis, ce n’était plus le cas. Quelque chose avait changé. Elle réduit la distance entre nous, attrape mon bras, et m’embrasse d’une manière si désespérée qu’elle me tétanise à nouveau. Ses lèvres me terrifient, m’électrifient. Elles s’emparent de moi, tout entier, m’amenant à ce que je voulais oublier, à cette dépendance à laquelle je faisais preuve, à elle. Juste elle. Pourtant, je ne succombe pas. Pas encore. Je la repousse, de mes bras puissants. « Non ! » criais-je. « Tu peux pas faire ça, bordel. » J’avais l’impression d’être un objet, avec qui elle aimait tant jouer. Un jour, oui. Un jour, non. Je rageais une seconde, lui tournant le dos, marchant quelques mètres et finit par lever la tête lorsque je constatais que la pluie tombait de plus en plus violemment. A mesure qu’elle me trempait comme un sac d’os, je me sentis totalement confus, dévoré par cette brûlure qu’avaient laissée ses lèvres sur les miennes. J’étais totalement en manque. Sauf que cette piqure de rappel finissait par me rendre fou. « Et merde ! » Je tournais des talons, et parcouru les quelques mètres d’un pas rapide, pour la rejoindre. Je plaquais violemment mes lèvres contre les siennes, mes bras s’infiltrant sur ses cuisses, la soulevant de son poids plume. Ses jambes s’enroulèrent autour de ma taille, ses bras autour de mon cou. Je reculais, la dévorant entièrement d’une pluie de baisers, avant d’heurter le mur. Je ne me contrôlais plus. J’étais la victime de cette drogue. J’étais la victime de ce manque. Et je n’étais pas certain de pouvoir m’arrêter avant d’avoir consommer toute cette dose.


© MADE BY SEAWOLF. @Oswald Holmes
Revenir en haut Aller en bas
Citizens
avatar
Mon arrivée sur Sun Goes Down date du : 02/06/2017 et depuis j'ai posté : 482 messages. J'en suis à : 760 points ce mois-ci. Je sais, j'ai des airs de : Chloe -flawless- Bennet. Sur le forum je suis aussi : Quinn la chieuse, Warren le prince & Elena la belle rousse. On peut me connaître sous le nom de : Amélie (aka .sassenach). Pour mon avatar et ma signature je crédite : lallybroch (avatar) & tumblr (gifs)
J'ai : 25 ans et mon anniversaire est le : 31 janvier. Je suis : anglaise et mes origines sont : inconnues. En ce moment, je : suis résidente en 2ème année de médecine & ambulancière remplaçante (l'été) ... mère à temps plein aussi. Si jamais vous me cherchez, j'habite : un appartement offert par papa à Venice Beach en compagnie de ma fille de 5 ans, James. Ce qui m'attire ce sont : les hommes et côté coeur je suis : célibataire, le coeur brisé parce que je suis une idiote (soit totalement amoureuse d'un prince).
. :

smile to hide the truth
AIN'T NOBODY HURT YOU LIKE I HURT YOU BUT AIN'T NOBODY LOVE YOU LIKE I DO.


i wanna feel your love
OH I'M A MESS RIGHT NON INSIDE OUT, SEARCHING FOR A SWEET SURRENDER BUT THIS IS NOT THE END.
the family you choose
THERE ARE SOME PEOPKE IN LIFE THAT MAKE YOU LAUGH A LITTLE LOUDER, SMILE A LITTLE BIGGER.


you're the always to my forever
SHOW ME WHAT IT'S LIKE TO BE THE LAST ONE STANDING.


game on bitches
ARTHURCAELROXANE ✰ ...

24k MAGICYOUNG GOLDHAPPYLUSH LIFESUCKER FOR PAIN

Oswald Holmes

Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : ✰ Être enfin heureuse & confiante.

Mer 12 Juil 2017 - 15:01 Re: we were sipping on emotions ∞ artwald


oswald & arthur

❝ We were sipping on emotions ❞

Désespérée, malheureuse, détruite … les adjectifs pour me qualifier sont nombreux. Ce soir le premier l’emporte largement sur les autres. Je suis totalement désespérée mais aussi apeurée à l’idée de ne plus jamais l’avoir dans ma vie. J’ai peur que cette soirée soit définitivement la dernière et qu’après ce début de dispute nous n’aurons plus jamais l’occasion de nous revoir. Que je n’aurais plus jamais l’occasion d’essayer de me racheter. Même si je sais que ça ne sera pas chose aisée, qu’il est tout autant rancunier que je peux l’être, l’espoir nait à chaque fois que mon regard se pose sur lui. Je ne peux pas croire qu’il ne ressent plus rien, je ne peux pas imaginer qu’il a tiré un trait définitif sur nous malgré toute la souffrance que je lui ai causé. Alors, par peur j’agis. En le voyant s'énerver, à faire les cents pas après m’avoir avoué que je lui manque, j’agis d’instinct. C’était tout ce que j’avais besoin d’entendre, tout ce qu’il me fallait pour agir de manière impulsive. Je l’ai toujours été, nous avoir détruit n’a pas changé ça. Je l’embrasse à en perdre le souffle, rongée par la peur qu’il me repousse ce que Arthur fait. Ses bras forts m’éloignent de lui si brutalement que ça me fait peur. « Non ! » Crie-t-il. Je sursaute et me sens plus coupable que jamais. Par fierté je garde tout de même la tête haute. Il sait que je ne me démonte pas facilement qu’importe le ton qu’il emploi ou le regard féroce qu’il peut me lancer. J’ai toujours refusé de le laisser me marcher sur les pieds, ça ne changera jamais. « Tu peux pas faire ça, bordel. » Blessée plus que je ne pourrais jamais l’admettre, je le regarde me tourner le dos et s’éloigner. Je reste plantée au milieu de la ruelle tandis qu’une averse nous tombe dessus et que le tonnerre continue de gronder au-dessus de nos têtes.

Quelques secondes suffisent pour que je sois trempée. Mes cheveux dégoulinent dans mon dos, l’espèce de robe que je porte devient plus lourde, seulement je ne bouge toujours pas. « Et merde ! » Grogne-t-il pour finalement se retourner et venir droit sur moi. Toujours sous le choc de son ton et de la forcé usée pour me repousser, je recule d’un pas mais Arthur me rattrape vite et plante ses lèvres sur les miennes. Un baiser d’une violence surprenante mais qui se révèle être une délivrance. En quelques instants il me soulève, mes jambes l’entourent et mes bras passent autour de son cou. Dans ses bras, il continu d’avancer jusqu’à ce que mon dos rencontre durement un mur. Je grogne mais ne cesse de l’embrasser pour autant. Une de mes mains glissent dans ses cheveux trempés et je tire dessus mordant par la même occasion sa lèvre inférieure presque jusqu’au sang. Je deviens féroce, avide de ses baisers, de lui tout entier. La pluie est froide mais j’ai chaud, toujours plus chaud tandis que ses mains s’aventurent sur mon corps trempé, nos baisers toujours plus brutaux. « Laisse-moi juste cette nuit. » Soufflai-je en reculant mon visage du sien, toujours agrippée à Arthur. « S’il ne doit plus y avoir de nous dans le futur, laisse-moi cette nuit pour pouvoir l’accepter. » Le suppliai-je. Je repars à l’assaut de ses lèvres, bloquant la sienne entre mes dents pour finalement jouer avec sa langue qui s’insinue dans ma bouche. Mes mains, légères, voyagent sur son torse et glissent sous le tissu trempé de sa chemise, caresse sa peau brûlante sans jamais s’en lasser.
@P. Arthur Windsor
Revenir en haut Aller en bas

 we were sipping on emotions ∞ artwald


 :: Los Angeles :: South :: Boyle Heights :: The Lash

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: