AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 (jediya) lust at first sight


 :: UCLA :: Dickson Court :: Law Department

Gamma
avatar
Mon arrivée sur Sun Goes Down date du : 30/06/2017 et depuis j'ai posté : 63 messages. J'en suis à : 210 points ce mois-ci. Je sais, j'ai des airs de : gal gadot Sur le forum je suis aussi : cael el-hadid (douglas booth) On peut me connaître sous le nom de : fucking face. (jaël) Pour mon avatar et ma signature je crédite : SATURNIENNE. (bzrt)
J'ai : vingt-sept ans et mon anniversaire est le : 5 juin Je suis : américaine et mes origines sont : israéliennes En ce moment, je : 3rd year of law school Si jamais vous me cherchez, j'habite : chez les gamma dans une chambre avec natalia & sofia Ce qui m'attire ce sont : hétérosexuelle et côté coeur je suis : célibataire
. :
totally spiesjediyadeanlibre





DON'T LET YOURSELF GET TRAPPED
outsmart your heart
- - - - - - - - - - - - - - - - - -







the meredith and alex
to my cristina


Hédiya Stawinsky

Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : Devenir la meilleure procureure général du comté de Los Angeles

Ven 7 Juil 2017 - 4:40 (jediya) lust at first sight

lust at first sight
Jens & Hédiya

There's just something about you. Your personality, the way you smile, or your humor. Something about you catches my attention and draws me towards you.

Une main sortant à peine de mon lit, l'autre poser sur Letters to a Law Student de Nicholas McBride, j'ai bien failli ne pas entendre mon réveil sonner. Une nouvelle journée commençait et avec cela, la suite de mes aventures d'étudiante en avant-dernière année dans le département de droit de UCLA. Après tant d'années, tant de travail et de dur labeur, je n'avais qu'une hâte et c'était d'entrée, pleinement, dans la vie active. J'avais plus de plaisir sur mon lieu de travail qu'à l'université elle-même, et je ressentais cela depuis le premier jour. Je ne me vois pas être assistante juridique pour le restant de mes jours non plus, mais c'est un métier si proche que celui d'avocat, qu'il me donne l'impression de toucher mes rêves du bout des doigts et m'aide à tenir le coup. Aujourd'hui, je m'en fichais presque totalement d'avoir plus de travail que je ne puisse le supporter, moins d'heures pour dormir ou pas assez pour manger, j'ai les épaules pour supporter une tel quantité de travail, à vrai dire j'étais née pour ça. Alors comme tous les jours, après un peu plus de 4 heures de sommeil, je me réveillais, prenais une douche, choisissais ma tenue et allais au département de droit, passant auparavant par un coffee shop pour y prendre mon large café hebdomadaire.

Je savais exactement comment mon temps dans le département allait se passer, c'était la chose qui m'irritait de plus en plus dans cette faculté. Aucune surprise. À chaque fois que je mettais les pieds ici, je tombais dans une routine des plus ennuyeux, et si ce n'était pas pour les quelques professeurs excellents qu'on y retrouver, j'aurais probablement essayé de trouver quelques choses de plus excitant à faire. C'est qui je suis, comment je suis, je n'arrive pas à rester en place, à ne rien faire, il me faut de l'action. De la recherche, une intrigue peut-être, quelque chose qui ne me forcera pas à rester assise dans un amphithéâtre bondé à écouter le vieux Simpsons parler plus de sa vie privée que de loi constitutionnelle américaine. Comme d'habitude, je me surprenais à rêver d'être au bureau du procureur, plonger sur une affaire qui ne me concernerait en rien, retrouvé l'excitation de chercher un moyen de mettre des criminels sous les verrous, que justice soit rendu. Mais surtout, d'être ailleurs. 10 minutes avant la fin de ces deux longues heures, l'horloge me narguait presque tellement je la vérifiais. Mon regard revient vers la fenêtre que je contemplais depuis 1 heures et 50 minutes, puis, du coin de l’œil, je crois l'apercevoir. Lui, que je m'efforce d'ignorer depuis notre rencontre. Lui et son sourire ravageur. Lui et son regard irrésistible. Jamais je ne l'avais vu ou même n'avais-je pensé à lui en dehors de mon lieu de travail, mais à présent, il m'était impossible de penser à autre chose. Une hallucination ? Quelqu'un lui ressemblant ? La dernière hypothèse semble la plus plausible, et je décidais consciemment d'enfouir cette partie de moi qui se questionnait sur le semblant d'excitation que j'avais ressenti quand j'avais cru l'apercevoir, c'était uniquement parce que je me faisais chier. L'Hédiya sérieuse et studieuse reprenait le dessus et écouta son cours pendant ce qui paraissait être une éternité, mais qui selon l'horloge n'a duré que cinq minutes. Je lève les yeux au ciel, regarde la porte avec envie et y vois Jens. Pur hasard ? Peut-être, j'étais d'une partie fière de l'avoir partiellement reconnu quelques minutes avant et d'une autre anxieuse, ou plutôt j'appréhendais le moment où il me remarquerait. ce n'est pas le plus discret des lieutenants de la brigade criminelle, au contraire. Qu'est-ce qu'il fait là ? Demandais-je au bon Dieu, qui ne me répondit pas, Et pourquoi je le fixe... Il va finir par me griller et oh voilà, c'est fait. nos regards se croisent, ou du moins, je le crois. Je suis maintenant sûr à 68% qu'il m'a vu, mais détourne le regard et fait comme si moi, je ne l'avais pas remarqué.

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Citizens
avatar
Mon arrivée sur Sun Goes Down date du : 04/07/2017 et depuis j'ai posté : 31 messages. J'en suis à : 128 points ce mois-ci. Je sais, j'ai des airs de : charlie hunnam. Sur le forum je suis aussi : el mexicano sio et le soldat jad. On peut me connaître sous le nom de : feeling free. Pour mon avatar et ma signature je crédite : january blues (av).
J'ai : trente-quatre ans et mon anniversaire est le : dix-huit février. Je suis : américain et mes origines sont : suédoises. En ce moment, je : suis lieutenant à la brigade criminelle de los angeles. Ce qui m'attire ce sont : les femmes et leurs doux sourires et côté coeur je suis : célibataire (mais divorcé).
. :

i'll die if i have to.


what went down today was us burying the last piece of a very broken past.


Jens Creighton
En ligne

Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : devenir quelqu'un de meilleur.

Ven 7 Juil 2017 - 10:17 Re: (jediya) lust at first sight

lust at first sight
some women fear the fire
some women simply become it.


Cette journée avait commencé plus tôt que prévu. J’avais eu le droit à un appel de la magnifique chef de la brigade, qui me demandait de me rendre dans l’immédiat à l’adresse communiquée par message. Vos désirs sont des ordres, avais-je répondu en sautant dans la première chemise et premier pantalon qui me passait sous la main. A tous les coups, elle avait levé les yeux au ciel. Elle le faisait tout le temps lorsque je m’amusais à exagérer. L’affaire Sawyer. Cette étudiante retrouvée dans un conteneur à ordures. Je vous le dit, il y a plus agréable comme scène de crime, surtout de bon matin. C’était il y a deux jours, maintenant, on en était à taper la discussion avec ses proches, les potentiels témoins et puis certains suspects. Ce matin, c’était aussi le salon de thé. C’était loin d’être ma partie préférée. Je n’avais aucun tact, je posais soi-disant des questions trop osées. Au bout du compte, ce n’est pas d’avoir les bonnes informations qui compte ? C’est moi qui parle aujourd’hui, je sens que t’as trop de conneries à déballer. Ça se voit à ta tête. Carrément, « ça se voit à ta tête ». Après on va m’dire que je fais pas mon job et je vais être viré. On se demande pas à cause de qui, qui m’empêche de jouer le Lieutenant. Je lève les mains de mon faux air innocent, laissant donc passer Lucca avant moi. Si il veut parler, alors qu’il fasse tout de A à Z. Les bras croisés, je scrute la porte d’entrée du potentiel témoin. Un instant, je me dis qu’on va devoir fracturer la porte mais malheureusement, cette dernière s’ouvre et laisse apparaître une étudiante. Une jolie étudiante, petite précision. Soudainement, je suis déçu de ne pas avoir à parler. Une amie de la victime, semble-t-il.

Les amis de la victime, ils étaient tous à l’université. UCLA. La liste de prénoms dans la main, avec quelques photos pour ceux qui nieraient ou prétendraient avoir une autre identité. Milo nous avait tout envoyé sur chacun, on les connait même avant de les interroger. Le directeur de l’université décide même de nous accompagner jusqu’à l’amphithéâtre où ces jeunes gens avaient cours. Un endroit plus qu’étranger pour moi, je n’y ai jamais mis les pieds. On attend alors que monsieur le Professeur finisse de parler. Soit une éternité. Je comprends mieux pourquoi j’ai arrêté l’école après le lycée. Mon regard scrute l’assemblée afin de comparer avec les photos. C’est compliqué, il y a un peu trop de monde pour correctement reconnaître les concernés. Mon regard s’accroche au sien, comme aimanté. Mes sourcils quant à eux se froncent puis je me souviens ce que je sais sur elle. Elle étudie ici, le droit, mais tient parfois compagnie au procureur. Hédiya. Je crois qu’elle aussi m’a remarqué mais je la vois qui se défile. Elle fait tout le temps ça. Je me promets alors de trouver un moyen d’aller m’entretenir quelques minutes avec elle. Chifoumi … Et je sors victorieux de ce duel de titans. C’est moi qui vais parler dans le micro, faire ma petite annonce. Tu restes pro, Creighton. Pas de connerie. On traverse l’amphithéâtre par l’une des allées principales jusqu’à parvenir à l’estrade. Les salutations avec le Professeur sont très polies et il nous laisse faire notre boulot. J’énumère alors la liste des témoins à interroger. Suffit de rester où vous êtes et si jamais vous mentez sur votre identité et que vous vous échappez, on vous fera la peau. C’est tout. Mais ils ne peuvent pas s’échapper, bien entendu. Tout est sous contrôle. Mon regard se pose de nouveau à l’endroit même où nous avions échangé un bref regard. Je la vois qui semble ranger ses affaires, non concernée par l’affaire de la victime. Mais c’est plus fort que moi. Je m’empare une nouvelle fois du micro. Jeune demoiselle là … Vous êtes dans la liste. Et sur les photos, aussi. Vous allez devoir rester. Non, il n’y avait pas de Hédiya Stawinsky sur la liste. Ni son visage sur les clichés. Si elle avait cru pouvoir m’éviter toute à l’heure, elle ne va certainement pas le faire maintenant. Tu continues d’interroger, alors. Vu que j’ai pas le droit aujourd’hui, Pour le coup, ça m’arrange. Je descends de l’estrade et longe l’allée des sièges jusqu’à arriver à la lignée où est installée Hédiya. Non je sais que t’es pas dans la liste, que tu connais pas la victime, quoi que … peut-être. Tu connais la victime ? J’arbore mon sourire en coin. Et je sais aussi que t’as pas forcément envie de me voir, surtout après ce superbe appel au micro. Manque de bol, je suis là. A croire que je vais te hanter partout. Je prends la peine de m’installer sur un siège, à ses côtés. Mes yeux se mêlent aux siens, cet air taquin sur mon visage. Ah, Hédiya…

code by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Gamma
avatar
Mon arrivée sur Sun Goes Down date du : 30/06/2017 et depuis j'ai posté : 63 messages. J'en suis à : 210 points ce mois-ci. Je sais, j'ai des airs de : gal gadot Sur le forum je suis aussi : cael el-hadid (douglas booth) On peut me connaître sous le nom de : fucking face. (jaël) Pour mon avatar et ma signature je crédite : SATURNIENNE. (bzrt)
J'ai : vingt-sept ans et mon anniversaire est le : 5 juin Je suis : américaine et mes origines sont : israéliennes En ce moment, je : 3rd year of law school Si jamais vous me cherchez, j'habite : chez les gamma dans une chambre avec natalia & sofia Ce qui m'attire ce sont : hétérosexuelle et côté coeur je suis : célibataire
. :
totally spiesjediyadeanlibre





DON'T LET YOURSELF GET TRAPPED
outsmart your heart
- - - - - - - - - - - - - - - - - -







the meredith and alex
to my cristina


Hédiya Stawinsky

Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : Devenir la meilleure procureure général du comté de Los Angeles

Ven 7 Juil 2017 - 15:58 Re: (jediya) lust at first sight

lust at first sight
Jens & Hédiya

There's just something about you. Your personality, the way you smile, or your humor. Something about you catches my attention and draws me towards you.

Je m'efforçais de ne pas regarder dans sa direction, naïvement dans l'espoir qu'il ne m'est pas reconnu, que je sois tiré d'affaire. J'essayais discrètement de cacher une partie de mon visage derrière mon ordinateur, jouant l'élève plongé dans un cours que j'avais à peine écouté. Soudainement, l'ambiance change, des chuchotements se font entendre, des gloussements pour certaines, de l'agacement pour l'autre. Une voix que je reconnaissais presque immédiatement se faisait entendre. Ma première réaction fut d'être tout d'abord horrifié en le voyant sur l'estrade, à la place du Professeur Simpson. Est-ce qu'il allait m’embarrasser aussi ouvertement ? Je me calme rapidement, ouf, ça ne me concerne pas. Je me rappelle vaguement de Sawyer, l'étudiante retrouvée dans une benne à ordures et me rends compte qu'il était simplement sur l'affaire, et qu'il avait mieux à faire que de s'occuper de moi. Je range mes affaires aussi rapidement que je le peux, la fuite semblait être la meilleure des solutions. Je le voyais déjà me taquiner avec ça la prochaine fois qu'il passerait chez le procureur, Tu m'évites ? ou autre connerie qu'il puisse bien inventer, je ne doute pas de sa capacité à trouver quelque chose pour me taper sur les nerfs. Jeune demoiselle là … Vous êtes dans la liste. Et sur les photos, aussi. Vous allez devoir rester. La surprise sur mon visage se voyait à des kilomètres, et se transforma vite en un air horrifié. L'attention de la moitié de la salle se tournait vers moi, d'autres chuchotements se faisaient entendre. Ma paranoïa prenait le dessus et je ne pouvais m'empêcher de m'imaginer ce que les gens devaient penser, se dire que j'avais quelque chose à cacher ou se demander pourquoi j'avais voulu fuir aussi rapidement. J'étais si embarrassé que je m'étais rassise immédiatement, aussi vite que je m'étais relevé, et ai caché mon visage avec une de mes mains. Je n'avais rien à faire dans cette liste, j'aurais remarqué si mon nom était sorti de sa bouche. James prenait ces affaires en ricanant, me narguant du regard, il savait à quel point je détestais être la dernière à arriver en classe, ça l'amusait plus qu'autre chose. Je n'allais très certainement pas aller à mon prochain cours, et tout ça à cause de ce lieutenant. Jens. Qui s'approchait de moi, de plus en plus. Ces autres collèges trop préoccupés par le fait de réellement faire leur travail pour s'occuper de lui. Rien ne pouvait calmer ma frustration, pas même son magnifique sourire ou son regard espiègle. « Ca t'amuse de me faire perdre mon temps, de me mettre mal à l'aise. » Je me retenais de ne pas le bousculer un peu, le secouer, pour exprimer ma frustration, pour qu'il comprenne qu'il jouait avec mes nerfs et que je n'allais pas le laisser faire. « Effectivement, alors tu ne penses pas que tu devrais aller t'occuper de ton enquête au lieu de t'encombrer avec moi ? Je ne connaissais pas Sawyer, je n'ai rien à te dire sur elle et étant donné qu'aucune assistante juridique n'a encore été assignée à l'affaire on à rien à se dire de plus, Lieutenant. » Une partie de moi ne voulait pas entrer dans son jeu, pas me laisser piéger sachant très bien que c'est ce qu'il attendait : une réponse. Que je reste, que je joue, que je lui fasse ce plaisir... Et je n'arrivais pas à me retenir. « Quoi que, j'ai bien une question vue qu'on est sur le sujet : tu es comme ça avec toutes les femmes que tu rencontres sur ton lieu de travail ou toute cette attention m'est uniquement destiné ? »

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Citizens
avatar
Mon arrivée sur Sun Goes Down date du : 04/07/2017 et depuis j'ai posté : 31 messages. J'en suis à : 128 points ce mois-ci. Je sais, j'ai des airs de : charlie hunnam. Sur le forum je suis aussi : el mexicano sio et le soldat jad. On peut me connaître sous le nom de : feeling free. Pour mon avatar et ma signature je crédite : january blues (av).
J'ai : trente-quatre ans et mon anniversaire est le : dix-huit février. Je suis : américain et mes origines sont : suédoises. En ce moment, je : suis lieutenant à la brigade criminelle de los angeles. Ce qui m'attire ce sont : les femmes et leurs doux sourires et côté coeur je suis : célibataire (mais divorcé).
. :

i'll die if i have to.


what went down today was us burying the last piece of a very broken past.


Jens Creighton
En ligne

Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : devenir quelqu'un de meilleur.

Sam 8 Juil 2017 - 18:21 Re: (jediya) lust at first sight

lust at first sight
some women fear the fire
some women simply become it.


C’est la façon dont je me suis retrouvé aux côtés d’Hédiya, au cœur même d’un amphithéâtre de l’université. Étonnant pour un type qui a toujours eu une grande phobie des études. Maintenant que la demoiselle ne peut plus m’échapper, c’est l’occasion de s’amuser un peu. Inutile qu’elle s’exprime avec des mots pour comprendre que je l’agace. Son visage la trahit très largement. A chaque fois, elle peut m’en voir grandement amusé, comme si je ne me lasse pas. Non, c’est vrai, je m’en lasse pas. Voir toutes les expressions de son fin et doux visage, ou l’entendre parfois me rappeler à quel point il serait préférable que je retourne travailler. J’ai pourtant le sentiment qu’elle pense ce genre de remarque qu’à moitié, et c’est certainement ce qui me distrait d’autant plus. Ca m’amuse, ouais. Faut bien un peu de distraction dans ce métier par toujours drôle. Mes doigts en viennent à tapoter la table, alors que j’observe d’un autre œil le reste de la grande salle. Je t’ai mise mal à l’aise ? Je m’en excuse alors, lui dis-je, à demi moqueur. Non, je suis loin d’être désolé. Peut-être à moitié également, mais c’est toujours une source de satisfaction quand l’un de mes coups est réussi. Satisfaction grandissante en entendant le Lieutenant qui sortait de sa bouche. Tout ce qu’elle me dit est bien sûr assimilé, retenu dans un petit coin de ma tête. Je pense plus à profiter de la situation, plutôt que de faire mon job. De toute façon, Hédiya ne connait pas la victime, inutile d’en débattre. Ta façon de dire Lieutenant te rend encore plus sexy. Tu devrais le dire plus souvent. Cette fois-ci, Hédiya a toute mon attention. Mes yeux savourent les siens, détaillent chaque trait de son visage. Inutile de cacher le fait que sa beauté m’attire. Hédiya, elle fait tourner la tête de tous les hommes. En plus d’un physique ravageur, il y a l’intelligence. Que demander de plus ? Finalement, je décide de rompre tout contact visuel, laissant mon dos trouver le dossier de la chaise. Bras croisés, l’une de mes mains prend le chemin de ma barbe. Vieille habitude de toujours. Tu es comme ça avec toutes les femmes que tu rencontres sur ton lieu de travail ou toute cette attention m'est uniquement destiné ? La question tant attendue. Je suis étonné de voir que la belle brune a mis autant de temps à la poser. Peut-être qu’elle prend enfin ses aises avec moi. Qu’elle décide de montrer un peu qui elle est, exposer son caractère… Je vois en elle un fort caractère, je mettrais ma main à couper. L’heure est à la réponse, l’heure de lui mentir ou de dire la vérité. Mais on sait tous comment je suis. Franchise et honnêteté. Je suis tout le temps comme ça mais avec toi, l’attention est un peu plus grande que pour les autres. Je penche un instant ma tête vers mon téléphone portable, je ne suis pas réclamé. Tant mieux, je peux continuer de taquiner Hédiya. Tu dois te dire que t’as pas de chance. Je peux l’entendre tellement que tu le penses fort. Ne pouvant absolument pas rester en place, je m’accoude de nouveau au bout de table. Ce n’est pas bien large. Je peux ainsi voir d’autant plus le visage d’Hédiya, profiter de cette jolie vue jusqu’à ce qu’on m’appelle pour une raison diverse. Je peux constater que tu ne cherches jamais à partir. Tu pourrais le faire. Prendre l’excuse de ton prochain cours, simplement dire que t’as autre chose à faire. Mais non… Je vais commencer à croire que t’aimes bien ma compangie, Hédiya. Et mes yeux, ils descendent jusqu’à ses lèvres, les miennes élargies en un sourire provocateur.

code by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Gamma
avatar
Mon arrivée sur Sun Goes Down date du : 30/06/2017 et depuis j'ai posté : 63 messages. J'en suis à : 210 points ce mois-ci. Je sais, j'ai des airs de : gal gadot Sur le forum je suis aussi : cael el-hadid (douglas booth) On peut me connaître sous le nom de : fucking face. (jaël) Pour mon avatar et ma signature je crédite : SATURNIENNE. (bzrt)
J'ai : vingt-sept ans et mon anniversaire est le : 5 juin Je suis : américaine et mes origines sont : israéliennes En ce moment, je : 3rd year of law school Si jamais vous me cherchez, j'habite : chez les gamma dans une chambre avec natalia & sofia Ce qui m'attire ce sont : hétérosexuelle et côté coeur je suis : célibataire
. :
totally spiesjediyadeanlibre





DON'T LET YOURSELF GET TRAPPED
outsmart your heart
- - - - - - - - - - - - - - - - - -







the meredith and alex
to my cristina


Hédiya Stawinsky

Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : Devenir la meilleure procureure général du comté de Los Angeles

Lun 10 Juil 2017 - 1:42 « »

lust at first sight
Jens & Hédiya

There's just something about you. Your personality, the way you smile, or your humor. Something about you catches my attention and draws me towards you.

« C'est ça que je suis, une distraction ? » Je savais pertinemment qu'il n'avait aucune, aucune raison de me garder ici, et je savais aussi que je pouvais partir à tous moment sans qu'il ne m'en empêche, mais je ne disais rien. J'avais beau être agacé, ou penser l'être, je ne faisais rien de concret pour me sortir de ma situation. Je brassais du vent, lui parlais, faisais exactement ce qu'il attendait moi en fait, et le faisais consciemment. Ne pas entrer dans son jeu, ne pas lui répondre, l'ignorer, n'étais pas vraiment ce que je cherchais. Je ne savais pas réellement ce que je cherchais, ou si je cherchais quelque chose, mais je n'allais pas juste le "subir" en silence. « Tu ne penses pas un mot de ce que tu dis. » Ces excuses n'étaient pas vraies, ou ne l'étaient pas pour moi. Il profitait de chaque seconde de cette discussion, de cette distraction. Peut-être n'étais-je que ça pour lui, une distraction, une échappatoire. Après tout, il s'amusait à mon dépourvu et laissait son affaire à ses collègues. Son compliment me prend de court, m'interrompt dans mon élan, ma tirade. J'aurais pu continuer longtemps s'il ne m'avait pas arrêté, j'aurais pu lui dire à quel point son comportement n'était pas professionnel, à quel point il m'irritait... Gênée ? Non, prise au dépourvu, surprise, une partie de moi peut-être flattée, mais aussi perturbée. J'étais presque impressionné par son culot. Je l'observe, l'amusement prenait presque le dessus, ou de l'admiration. De parler aussi librement, sans avoir peur de ce que l'autre pense, de comment on va être perçu, de ne pas se gêner de dire la première chose qui nous vient par l'esprit et de le faire sans jamais s'excuser. Ce qui pourrait paraître arrogant me semblait admirable, bien qu'agaçant. Il avait l'audace de faire et dire ce que bon lui semblait, et c'est tout à son honneur d'une certaine manière... Je me surprenais à regarder son sourire, ses yeux, encore... Je plongeais dedans sans retenu, sans rien ajouté de plus. Puis je regarde sa main caresser sa barbe, lui pose la fameuse question. Est-il comme ça avec tout le monde ? Étais-je unique ? Et celle que je me posais à moi-même, allais-je tomber dans le piège ? Je ricanais, regardais ailleurs, fuyais son regard. Qu'est-ce que je suis censé répondre ? Il prédisait mes pensées, les lisait sur mon visage peut-être, dans mes yeux. J'étais si indomptable d'habitude, difficile à cerner, mais il me faisait réagir, il était impossible à ignorer. « Tu es incroyable... Tu n'en as pas fini avec moi ? » Soufflais-je, croisant les bras. J'étais prête à me relever et à partir, juste pour lui prouver que je pouvais le faire, pour lui prouver qu'il avait tort. Son sourire satisfait me hérissait les poils, me donnait des frissons. Sa beauté était trop perturbante, me déconcertait, me faisait perdre de vue l'objectif, de partir. Rapidement. « Je peux m'en aller maintenant, Lieutenant ? » Je voulais avoir le même effet sur lui, je voulais qu'il soit aussi déconcerté, troublé. Je parlais lentement, chuchotant presque, m'approchant de lui pour le désarçonner.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Citizens
avatar
Mon arrivée sur Sun Goes Down date du : 04/07/2017 et depuis j'ai posté : 31 messages. J'en suis à : 128 points ce mois-ci. Je sais, j'ai des airs de : charlie hunnam. Sur le forum je suis aussi : el mexicano sio et le soldat jad. On peut me connaître sous le nom de : feeling free. Pour mon avatar et ma signature je crédite : january blues (av).
J'ai : trente-quatre ans et mon anniversaire est le : dix-huit février. Je suis : américain et mes origines sont : suédoises. En ce moment, je : suis lieutenant à la brigade criminelle de los angeles. Ce qui m'attire ce sont : les femmes et leurs doux sourires et côté coeur je suis : célibataire (mais divorcé).
. :

i'll die if i have to.


what went down today was us burying the last piece of a very broken past.


Jens Creighton
En ligne

Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : devenir quelqu'un de meilleur.

Lun 10 Juil 2017 - 23:29 Re: (jediya) lust at first sight

lust at first sight
some women fear the fire
some women simply become it.


Une distraction, c’est bien le mot que j’ai utilisé. J’use de mon regard en coin pour regarder Hédiya. Je réfléchis, je laisse un peu de temps entre sa question et ma réponse. La faire attendre, j’aime bien aussi. La rendre impatience, l’énerver un peu plus. J’étais plutôt doué dans ce domaine –et dans bien d’autres. Puis, vient le moment où je lui réponds, le moment où je la regarde une énième fois. Tu voudrais être plus ? Répondre à une question par une question. Du grand Art avec un grand A et signé Creighton en plus ! D’un côté, je ne comprends pas tellement où la belle brune veut en venir. Elle m’intrigue, je veux savoir sa façon de voir. Qui doit être bien différente de la mienne, je suis curieux. Je prétends aussi des excuses, excuses fausses et que je ne pense pas réellement. Hédiya l’a compris et j’en suis content. Elle prouve qu’elle m’a cerné. Et puis aussi, le fait qu’elle le dise franchement. J’aime son honnêteté. C’est que tu commences à me connaître, j’aime. Non, il n’y a jamais eu de conversations sérieuses entre nous. Rien qui mènerait à une éventuelle relation plus que professionnelle. Outre mes compliments à répétition, ma drague à chacune de nos rencontres. Hédiya et moi, c’est avant tout une relation professionnelle. Enfin, le seul lieu où l’on se voit, c’est soit le bureau du procureur soit le QC de la brigade. Comment lui parler de façon plus approfondie quand elle vous file sous le nez en trente secondes ? Aujourd’hui est peut-être la conversation la plus longue depuis notre rencontre. Conversation qui n’enchante guère la jeune femme, qui pourtant ne cherche pas à fuir. Je prends un malin plaisir à lui faire remarquer. Je lui dis aussi qu’elle est l’une des seules avec qui je suis comme ça. Bien sûr que je ne cherche pas à draguer la vieille secrétaire de la brigade. Bien sûr qu’Hédiya est certainement la plus belle créature qui soit dans le domaine. Alors, peut-être que le fait que je sois extrêmement collant est justifié. Non, j’en ai pas fini. Ça sonne bizarre comme tournure de phrase, d’ailleurs. Je lève mon index en lui faisant remarquer ce détail. Mais je compte bien croiser ta route le plus de fois possible. Te faire la conversation, t’agacer un peu plus que je le fais déjà. Etre moi-même en fait. Avec un peu de chance, tu me montreras qui t’es vraiment, avec le temps. Je suis patient parfois. Je la vois qui souffle, qui, elle, s’impatiente. Mon plan fonctionne à merveille. Parler pour ne rien dire, c’est une de mes passions. Je me fais moi-même sourire. Vous savez, la fierté. Puis, voilà qu’elle me surprend. Hédiya abuse du « Lieutenant », s’approche, chuchote. Une voix presque sensuelle, une voix douce qui caresse agréablement mon oreille. Je ne bouge pas, si ce n’est que l’envie de me rapprocher me titille. Elle m’attire, mais ce n’est pas nouveau. Est-ce qu’elle peut partir ? Toi, moi. Un repas chez moi ?   Mon regard est planté dans le sien. Si un regard pouvait dévorer. Je ne perds pas le contrôle de la situation une seule seconde. Elle ne m’aura pas aussi facilement. Tout est sous contrôle.


code by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Gamma
avatar
Mon arrivée sur Sun Goes Down date du : 30/06/2017 et depuis j'ai posté : 63 messages. J'en suis à : 210 points ce mois-ci. Je sais, j'ai des airs de : gal gadot Sur le forum je suis aussi : cael el-hadid (douglas booth) On peut me connaître sous le nom de : fucking face. (jaël) Pour mon avatar et ma signature je crédite : SATURNIENNE. (bzrt)
J'ai : vingt-sept ans et mon anniversaire est le : 5 juin Je suis : américaine et mes origines sont : israéliennes En ce moment, je : 3rd year of law school Si jamais vous me cherchez, j'habite : chez les gamma dans une chambre avec natalia & sofia Ce qui m'attire ce sont : hétérosexuelle et côté coeur je suis : célibataire
. :
totally spiesjediyadeanlibre





DON'T LET YOURSELF GET TRAPPED
outsmart your heart
- - - - - - - - - - - - - - - - - -







the meredith and alex
to my cristina


Hédiya Stawinsky

Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : Devenir la meilleure procureure général du comté de Los Angeles

Lun 17 Juil 2017 - 3:29 Re: (jediya) lust at first sight

lust at first sight
Jens & Hédiya

There's just something about you. Your personality, the way you smile, or your humor. Something about you catches my attention and draws me towards you.

Je rejetais ces paroles avec un ricanement légèrement forcé. Il a le don de poser innocemment des questions qui mettaient dans une position délicate, ou de tout simplement éluder les questions qu'on lui posait à l'origine. C'est la première chose que j'ai remarquée, après tout, je suis une avocate - ou future avocate, enfin, assez doué pour m'apercevoir qu'il était bon à détourner l'attention, un sujet bref, une conversation et la tourner à son avantage. J'ai la prétention de penser que je le suis tout autant, et qu'avec Jens, j'avais peut-être rencontré mon égal. Peut-être même qu'il me surpassait, mais ça, je ne l'admettrais jamais. Si je disais non, tu serais déçu ? Jens Creighton était difficile à cerner, mais pas impossible. Et j'ai difficilement appris à cerner les gens, reconnaître les "gentils" des "méchants", ou plutôt de différencier les personnes qui ont du potentiel pour être des êtres humains décents de ceux qui ne peuvent pas être sauvés. Lieutenant Creighton faisait partie des êtres humains décents, quelqu'un qui ne faisait pas juste son travail pour le chèque à la fin du mois, mais pour les bonnes raisons. Quelqu'un qui était, de plus, doué à ce qu'il faisait. derrière son attitude, qu'on peut facilement décrire comme "(limite) inapproprié" ou "immature", se cachait peut-être quelqu'un qui en avait quelque chose à foutre de ce qu'il se passait autour de lui. C'est ce qui me rendait curieuse à son propos, ce qui me faisait vouloir en savoir plus. Qu'est-ce qu'il se cachait derrière cette façade, cette attitude. Je veux dire, tout ça dois être une façade. Ah bon, vraiment ? J'ai l'impression qu'il y a tellement plus de profondeur à ton personnage pourtant... C'était peut-être la première chose sincère que je lui ai jamais dite. Plongé dans ces yeux, j'essayais d'y trouver une once de vulnérabilité, de vérité. Ma soif de connaissance, ma curiosité prenait le dessus, comme toujours et je demandais de lui ce que moi-même, ne lui donnerait jamais : une partie de lui. C'est bien que tu sois patient, parce que je suis quelqu'un d'assez occuper, et puis je n'ai pas l'impression que tu auras d'autres occasions d'user de ton pouvoir pour me contraindre de t'écouter. Tu voudrais être plus ? Ça question résonne encore dans mes oreilles, faisant écho à sa proposition. Un repas, rien que nous deux, en tête-à-tête changeraient notre relation, strictement professionnelle jusqu'à maintenant. Limite inappropriée certes, mais professionnelle. Plus de blagues cette fois, je le voyais bien, je le sentais bien. Prise au dépourvue ? Peut-être, j'aurais peut-être dû m'y attendre, cet échange allait dans une direction quoi qu'il arrive, non ? Je reste surprise, pris de court. Je souris nerveusement, laisse échapper un son qui se rapproche à un soupir ou un gloussement. Qu'est-ce qui ne va pas chez moi ? Je ne glousse jamais. Je regarde le sol, gênée par mon comportement, la relevait quelques secondes plus tard quand je me rendais compte que je ne voulais pas qu'il me voie gênée. Tu cuisines ? La simple idée me fait pouffer de rire, voir clairement rigoler. Puis je diverge et l'imagine dans un tablier... Que le tablier. Les pensées fusent, Est-ce que je rougis ? Je porte une main à mon visage de façon qui se voulait désinvolte, comme si je pouvais savoir au toucher si ma peau rougissait. je voulais prendre le contrôle, et rapidement. Il m'avait trop souvent chamboulé, ça en devenait frustrant. Un petit sourire au coin, je relevais le regard qui s'était égaré sur son torse vers son visage et répond : Il va falloir te montrer convaincant. Qu'est-ce que j'y gagne ? Je jouais avec le feu, et j'en étais bien trop satisfaite.


Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Citizens
avatar
Mon arrivée sur Sun Goes Down date du : 04/07/2017 et depuis j'ai posté : 31 messages. J'en suis à : 128 points ce mois-ci. Je sais, j'ai des airs de : charlie hunnam. Sur le forum je suis aussi : el mexicano sio et le soldat jad. On peut me connaître sous le nom de : feeling free. Pour mon avatar et ma signature je crédite : january blues (av).
J'ai : trente-quatre ans et mon anniversaire est le : dix-huit février. Je suis : américain et mes origines sont : suédoises. En ce moment, je : suis lieutenant à la brigade criminelle de los angeles. Ce qui m'attire ce sont : les femmes et leurs doux sourires et côté coeur je suis : célibataire (mais divorcé).
. :

i'll die if i have to.


what went down today was us burying the last piece of a very broken past.


Jens Creighton
En ligne

Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : devenir quelqu'un de meilleur.

Hier à 23:44 Re: (jediya) lust at first sight

lust at first sight
some women fear the fire
some women simply become it.


Alors qu’Hédiya se décide à poser un peu trop de questions, à creuser un peu plus, le seul moyen de lui échapper et de ne pas répondre. Accoudé à la table, je ne cherche pourtant pas à éviter son regard. Au contraire, je lui fais comprendre que tout ce qu’elle a pu dire est pris en compte… mais que je n’y répondrai pas. C’est plus facile que de se lancer dans des conversations sans queue ni tête, à réfléchir à quoi lui dire ou quoi lui cacher. Au lieu de ça, je souris. Sourire provocateur, sourire qui en dit long. Hédiya ne pourra jamais avoir le contrôle sur nos conversations. Ni sur moi. Je suis le seul maître de nos dires, le seul à orchestrer les sujets de conversations. Dieu seul sait à quel point la future avocate a encore du chemin à faire si elle veut un jour réussir à me faire perdre pied. Elle a beau avoir un regard de braise, un sourire impeccable… je resterai de marbre. Le gars solide comme un roc, le mec qui a l’absolu contrôle. Sur Hédiya, en l’occurrence. Je fais glisser ma main sur la surface lisse, au point d’en effleurer le bras de la jolie plante. C’est peut-être une partie de mon plan. Hédiya semble beaucoup trop confiante. Etonnant, elle s’affirme à chaque fois un peu plus. J’aime ça mais d’un autre côté, je préfèrerais qu’elle arrête.  Et comme pour la déstabiliser encore plus, comme un coup de maître, je lui propose ce dîner. Dans ses yeux, je vois qu’elle arbore une toute autre expression. De la panique, de la surprise. Je ne sais pas ce qu’elle va répondre. Un oui, pour me clouer le bec à mon tour. Un non, pour le plaisir de me prendre un vent. Dans les deux cas, je reste satisfait de ma proposition. L’effet de surprise, l’un de mes nombreux dons. Hédiya me demande si je cuisine. Je sens cette pointe d’amusement dans sa voix. Je la fixe plusieurs secondes –qui pourraient paraître une éternité.  Je suis autant dragueur que cuisinier. J’ai de nombreux talents. Je me retiens de lui faire un clin d’œil. Ma déclaration couvre de nombreuses arrière-pensées. Le mot « talent » est tellement vaste. A mes oreilles, il semble tellement pervers. Sorti de ma bouche, également. Hédiya, elle semble bien s’en moquer. Un instant je la sens partir loin, me quitter un instant pour s’évader dans ses pensées. Je le sais, parce que ses yeux ont quitté les miens. Je la vois qui me détaille, ce qui ne me dérange pour le moins du monde. Je me demande à quel moment elle va finir par plonger son beau regard dans le mien. Et puis comme si elle m’entend, elle le fait. Je capture son attention, je la fixe une énième fois. Quelques secondes, j’observe son sourire en coin, qui étire ses lèvres à l’apparence si douces. Lèvres si attirantes. Il va falloir te montrer convaincant. Qu'est-ce que j'y gagne ? De savoir qui est le Jens en dehors du travail ? Je sais qu’elle en meurt d’envie. La curiosité la démange tout le temps, je sais qu’elle cherche à savoir qui je suis. Mon histoire, mon réel moi en dehors du Jens dragueur. Mettre un pied chez moi, c’est un privilège. Et sans hésiter une seule seconde, je finis par remonter ma main jusqu’à la joue d’Hédiya. Je fais effleurer mon pouce à sa peau, qui est sans surprise comparable à du coton. Je te laisse deux minutes pour me donner une réponse. Je parle fermement, peut-être sans le vouloir. Le métier qui veut ça, mais aussi parce qu’au fond, j’aime l’autorité. C’est dans ma nature, être le type qui veut diriger, le type qui impose ses règles.

code by black arrow
Revenir en haut Aller en bas

 (jediya) lust at first sight


 :: UCLA :: Dickson Court :: Law Department

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-
Sauter vers: