Bienvenue sur Sun Goes Down !
La SNCF Le staff vous souhaite un agréable séjour.
Venez aider le forum !
En votant toutes les deux heures par ici, en postant dans les sujets pubs par là,
et en arborant une signature que vous trouverez dans ce sujet.

 may you always do for others and let others do for you (le trio)


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
avatar
Date d'inscription : : 04/07/2017
Messages : : 345
Points : : 1372
Avatar : : charlie hunnam.
Autres comptes : : el mexicano sio et le soldat jad.
Pseudo internet / prénom : : feeling free.
Crédits : : hershelves (av), bonnie (icon), hunnamsource (gifs), astra (sign). J'ai : trente-quatre ans et mon anniversaire est le : dix-huit février. Je suis : américain et mes origines sont : suédoises. En ce moment, je : suis lieutenant à la brigade criminelle de los angeles, avec mes deux acolytes milo et lucca. Si jamais vous me cherchez, j'habite : dans une maison retapée par mes soins à mount washington. Ce qui m'attire ce sont : les femmes et leurs doux sourires et côté coeur je suis : célibataire (mais divorcé).
. :


a hero into the masses,
to those born without chances
there's a freedom that everyone deserves

i know there's greed and there's corruption
i've seen death and mass destruction
but i'm telling you, and i hope that i'm heard

and i will not be commanded,
and i will not be controlled
and i will not let my future go on,
without the help of my soul.


and in that time i was alone,
so many years without my home
i made brothers of a different kind instead


she was storm
not the kind you run from,
the kind you chase


even with broken wings
she dare to fly


take it back
i would take it back
for just another minute
just another chance with you

en échange de babies jedi :
 


Jens Creighton
« CHILLING UNDER THE SUN »
- citizen

( » ) Lun 28 Aoû 2017 - 17:47
may you always do for others
and let others do for you
May you build a ladder to the stars
And climb on every rung,
May you stay forever young.


Sept heures. L’heure à laquelle je prends habituellement mon petit-déjeuner, même si je suis réveillé depuis deux bonnes heures. Pour cette fois, c’est râpé. Mon portable vient de sonner. Urgence. Je saute sur ma moto –ma petite femme- et prends aussitôt la route vers le lieu du crime. Je ne sais pas pourquoi, mais je sens que cette journée sera longue. Non pas parce qu’elle commence un peu trop tôt  à mon goût, mais parce que c’est une sorte de pressentiment. Comme on peut se réveiller et se dire qu’on sent le malheur arriver ou encore que ça peut être une bonne journée. Sauf que là, je la sens interminable et agaçante. J’éteins la moto, je descends en ajustant ma chemise à carreaux. Non, je ne suis pas encore arrivé, je sais que je vais être en avance alors il est encore temps de prendre de quoi manger, pour moi et pour mes petits collègues d’amour. Mes meilleurs amis, mes frères. Je sais qu’ils ne refuseront pas, c’est loin d’être la première fois que l’on fait ça. Ni la dernière.

Tous les trois assis sur une poutre qui traîne au sol, on profite de ce repas matinal improvisé. Quel bonheur de les retrouver. Au moins un point positif dans cette journée. Lucca à ma droite, Milo à ma gauche. Mon regard fixe le corps sans vie de la personne. Il ne faut pas croire que ça a de quoi nous couper l’appétit, avec le temps, on s’y fait. On prend plutôt des forces. Corps ou plutôt ce qui en reste. Une jeune femme tristement tuée d’une façon que l’on ignore encore mais apparemment découpée. Le tout est de savoir où se trouvent les autres morceaux du corps. Remonter au motif du crime, trouver un ou des coupables. Faire notre job de flic. Malheureusement, les crimes dans la ville ne cesseront jamais. Victime coupable ou victime innocente ? C’est ce qu’on chercherait à savoir. Elucider les affaires, on s’y est habitué. Voir du sang, des corps ou parfois ce qui en reste, comme aujourd’hui. Sentir l’odeur nauséabonde lorsqu’on s’approche de trop. Je finis par lâcher un soupir, mes coudes appuyés sur mes jambes. Je sens le regard d’une collègue posé sur nous, plus loin, qui s’occupe quant à elle du corps. Ou plutôt nous observe,. Cette collègue qui nous tape sur le système. Vous pariez qu’elle vient nous couper dans notre petit déjeuner ? Comme d’habitude. Il est sept heures du mat’ sans rire. Je savoure mon énième bouchée de ce si délicieux donut après avoir lancé un juron dans mon accent le plus texan possible. Elle s’appelle comment déjà ? Si elle était un minimum canon, elle pourrait être la plus chiante que je ne dirais rien. Mais là…   On ne fait pas notre boulot sérieusement, on prend ça à la légère… Le genre de phrases qu’elle nous dit tous les jours. Il nous faut beaucoup moins de temps pour résoudre une affaire qu’elle pour trouver une toute petite piste. En plus elle aime pas tes blagues, Fleming. Les blagues sur les cadavres, qui nous font toujours rire, Milo et moi. Parfois, dédramatiser un peu, c’est pas plus mal. Rendre notre métier moins difficile qu'il ne l'est déjà, moralement. Commencer la journée sur une bonne base, avec des forces, et ensuite se mettre au travail. Notre façon de faire depuis plusieurs années et qui semble nous réussir.


code by black arrow


@Milo Watkins @Lucca Fleming
avatar
Date d'inscription : : 19/08/2017
Messages : : 113
Points : : 450
Avatar : : Jamie Dornan
Autres comptes : : eli, le chasseur de gazelles ; teo, le veuf tout mignon et aaron, le bébé tout chou.
Pseudo internet / prénom : : potatoe (al).
Crédits : : Morrigan J'ai : trente-deux ans et mon anniversaire est le : vingt février. Je suis : anglo-américain et mes origines sont : américaine par ma mère et croate par mon père. En ce moment, je : suis lieutenant à la brigade criminelle de LA. Si jamais vous me cherchez, j'habite : à Echo Park, à 50% dans mon appartement, à 50% dans celui d'Irina, ma voisine, femme la plus canon, la plus intelligente, la plus parfaite du monde. Ce qui m'attire ce sont : les magnifiques courbes d'Irina, son corps de déesse, sa perfection tout simplement, et côté coeur je suis : 100% pris par Irina, mon coeur n'appartient qu'à elle, mes yeux ne voient qu'elle (et je vais me faire tatouer son prénom partout partout sur le corps).
. :
this love is a sure thing
even when the sky comes fallin, even when the sun don't shine. i got faith in you and i, so put your pretty lil hand in mine. even when were down to the wire babe, even when it's do or die.we can do it babe simple and plain.

u.c


Lucca Fleming
« CHILLING UNDER THE SUN »
- citizen

( » ) Jeu 31 Aoû 2017 - 1:37
Je marche dans les ruelles du quartier de Boyle Heights dans le sud de la ville, le visage encore endormi et tendu par ce réveil bien trop tôt. Il est sept heures, j’ai perdu l’habitude des réveils aussi tôt. Généralement, les découvertes de corps se produisent plus tard. J’aimerais bien savoir qui est le fils de pute qui a découvert ce corps aussi tôt aujourd’hui, que je lui fasse avaler son réveil pour qu’il ne puisse plus se lever à cette heure-là. Je suis toujours énervé quand on me force à sortir de mon lit à l’aube, je n’y peux rien. Je traîne des pieds, les mains dans les poches, lorsque j’arrive finalement sur le lieu du crime. Je découvre le corps, ou plutôt ce qu’il en reste, et grimace. Une jeune femme qui a été découpée et pas très bien en plus. Les morceaux portent des coupures qui ne sont même pas droites, ils pourraient faire des efforts aussi les meurtriers ! Et puis, elle, elle foutait quoi ici, dans cette ruelle malfamée, toute seule, d’abord ? Elle n’aurait pas été là, il n’y aurait pas eu de corps et le grand lieutenant que je suis aurait pu dormir un peu plus longtemps. Franchement, les gens... Il n’y a pas de respect dans ce monde.
Et alors que je soupire, je vois Milo me rejoindre, suivis de très près par Jens et… de la bouffe. Ce mec est mon sauveur ! Du coup, maintenant, on est assis tous les trois sur une poutre, en train de bouffer les bonnes choses qu’a ramener Jens. Le petit-déjeuner du matin, on ne s’en prive jamais. Et puis, on est bien là, malgré l’odeur dégoutante du cadavre. Enfin, pour ça, on s’y fait à force. Mangeant tranquillement, je lève les yeux pour regarder droit devant moi lorsque mon collègue parle d’une autre collègue. Elle est à côté du corps, mais elle nous regarde. Bon, je peux la comprendre. On est vachement mieux à regarder que cette victime. Je grogne un peu lorsqu’il parle du fait qu’elle n’aime pas mes blagues. « Vous avez vu sa coiffure un peu ? Elle a des goûts de chiotte, c’est normal qu’elle aime pas mes blagues aussi ! » C’est bas et moche de s’en prendre au physique, mais bordel, si vous l’aviez devant vous, vous comprendriez et ne pourriez me blâmer ! À la distribution de goût, cette femme a été oubliée, ce n’est pas possible sinon. « Je crois qu’elle s’appelle... je sais plus en fait, mais on s’en fout, elle est trop chiante pour que je m’en souvienne. » Déclarais-je après quelques minutes de réflexion pour tenter de remettre un nom sur son visage, rien à faire. Il m’échappe, son nom et, au final, je m’en fous. Je croque un bout de mon sandwich et la voilà qui débarque, s’arrêtant juste devant nous. Qu’est-ce qu’elle veut encore ? « Toujours en train de glander, messieurs ! Si vous pourriez examiner le corps au lieu de vous goinfrer comme des porcs, ça serait utile. » Je soupire et avale ma bouchée avant de parler. « Pourquoi ? On pourra plus le faire après ? Cette femme doit partir ? » La questionnais-je, me penchant ensuite pour avoir vu sur le cadavre. « Excusez-moi, madame, vous avez quelque chose à faire ? » Pas de réponse. Normal, en même temps, le contraire aurait été bien plus effrayant. « Ah bah comme vous le voyez, elle est pas prête de bouger cette gentille dame. » Ajoutais-je après m’être redressé pour lui faire face, un air un brin trop provocateur sur le visage. D’ici la fin de la journée, je suis sûr que j’allai me retrouver à clarifier la situation avec la commandante. « Du coup, vous pouvez nous laisser manger comme des porcs, merci. » Finissais-je par dire, sourire aux lèvres et croquant de nouveau dans mon pain.
avatar
Date d'inscription : : 08/07/2017
Messages : : 485
Points : : 1282
Avatar : : luke pasqualino.
Autres comptes : : reios, le beau grec et maxyne, la jolie tri-pi.
Pseudo internet / prénom : : karen
Crédits : : ultraviolences (avatar). J'ai : vingt-huit ans et mon anniversaire est le : dix-neuf février. Je suis : américain et mes origines sont : inconnues (comme mes parents). En ce moment, je : propose mes compétences informatiques à la bridage criminelle de la. Si jamais vous me cherchez, j'habite : dans un appartement à echo park. Ce qui m'attire ce sont : les femmes et leurs belles courbes et côté coeur je suis : in love du célibat.
. :

“One thing i’ve learned is that you should never look back. The past is dead and buried, you get nothing from living there. It's all about today. ”

VICTOIRE + JENS + JEMILU + ZEPPELIN + F.R.I.E.N.D.S

remember:
 


Milo Watkins
« CHILLING UNDER THE SUN »
- citizen

( » ) Dim 3 Sep 2017 - 13:12
Milo gigote sur cette poutre loin d’être le siège le plus confortable qu’il ait connu. Finalement, il parvient à trouver sa position et peut pleinement déguster le petit-déjeuner offert pour Jens Creighton, le mec qui pense toujours à tout et particulièrement, à la bouffe. Ce matin, tout comme ses collègues, Milo n’a pas eu le temps de prendre un petit-déjeuner. La raison ? Le corps d’une femme a été trouvé dans une ruelle mal famée de Boyle Heights. Du moins, si on peut toujours appeler ça un corps. Pour Milo, il s’agit surtout de restes de corps humains. Si le meurtrier s’attendait à ce qu’ils fassent une chasse au trésor et qu’ils reconstituent le puzzle et bien… c’est réussi ! Non pas que l’idée enchante réellement l’informaticien mais si ils veulent avoir une chance de coffrer ce psychopathe, ils n’auront guère le choix. Soyons clair. Une personne qui zigouille et découpe une autre personne est tout sauf saine d’esprit. Ils ont donc affaire à un meurtrier qui aime les bains de sang. Reste à savoir si la découpe a été faite avant ou après le décès. Ça, seul le médecin légiste le dira et pour le moment, il n’est pas encore arrivé sur les lieux du crime. Pas de quoi se presser donc.
Si à une époque – pas très lointaine certes – ce genre de vues aurait totalement dégoûté Milo, aujourd’hui, il s’y fait. Evidemment, il préfèrerait partager le petit-déjeuner avec ses amis partout sauf ici mais il faut savoir faire avec, ça fait partie du métier. Puis, n’importe quelle personne qui connait Milo vous dira qu’il est bon à rien l’estomac vide. Alors, il mange. Il déguste les délicieux donuts bourrés de sucre que Jens a gentiment apporté. C’est la bouche pleine qui lève la tête vers son collègue lorsque celui-ci prend la parole. Milo, il ne se donne même pas la peine de tourner le regard. Cette bonne femme ne mérite pas une minute de son attention. Les donuts, si. « Elle s’appelle pas, elle vient toute seule. » Et mince, c’est ce qu’elle fait justement. Elle se pointe. Elle est là devant eux. « Toujours en train de glander, messieurs ! Si vous pourriez examiner le corps au lieu de vous goinfrer comme des porcs, ça serait utile. » Milo roule exagérément des yeux. Quelle conne. Tel un véritable gosse, le grand brun pouffe à la prise de parole de Lucca. Se foutre ouvertement des gens de la sorte, il a-do-re et admirer le spectacle est tout aussi amusant. « C’est quoi votre nom déjà ? » Hors sujet total mais ça lui prouve bien à quel point il peut royalement se moquer de ce qu’elle a pu dire précédemment. Elle peste dans sa moustache qui ne devrait même pas être là et tourne les talons. « Bah… je comprends pas. On est gentils. » fait-il d’un air penaud avant de rire comme un gosse en regardant ses deux compères.
avatar
Date d'inscription : : 04/07/2017
Messages : : 345
Points : : 1372
Avatar : : charlie hunnam.
Autres comptes : : el mexicano sio et le soldat jad.
Pseudo internet / prénom : : feeling free.
Crédits : : hershelves (av), bonnie (icon), hunnamsource (gifs), astra (sign). J'ai : trente-quatre ans et mon anniversaire est le : dix-huit février. Je suis : américain et mes origines sont : suédoises. En ce moment, je : suis lieutenant à la brigade criminelle de los angeles, avec mes deux acolytes milo et lucca. Si jamais vous me cherchez, j'habite : dans une maison retapée par mes soins à mount washington. Ce qui m'attire ce sont : les femmes et leurs doux sourires et côté coeur je suis : célibataire (mais divorcé).
. :


a hero into the masses,
to those born without chances
there's a freedom that everyone deserves

i know there's greed and there's corruption
i've seen death and mass destruction
but i'm telling you, and i hope that i'm heard

and i will not be commanded,
and i will not be controlled
and i will not let my future go on,
without the help of my soul.


and in that time i was alone,
so many years without my home
i made brothers of a different kind instead


she was storm
not the kind you run from,
the kind you chase


even with broken wings
she dare to fly


take it back
i would take it back
for just another minute
just another chance with you

en échange de babies jedi :
 


Jens Creighton
« CHILLING UNDER THE SUN »
- citizen

( » ) Lun 4 Sep 2017 - 16:02
may you always do for others
and let others do for you
May you build a ladder to the stars
And climb on every rung,
May you stay forever young.


Je prends un malin plaisir à écouter Lucca critiquer la fameuse collègue insupportable. Je ne réponds même pas, mais l’idée de savoir qu’il bouillonne déjà, me fait rire. Ça ne m’étonne pas qu’aucun des deux, que ce soit Milo ou Lucca, n’est capable de me dire son prénom. Cela restera  un grand mystère mais pour une fois, je n’ai aucune envie de résoudre son mystère. Il suffit juste que je m’adresse à la personne concernée, mais l’envie n’est pas vraiment là. Concernée qui d’ailleurs finit par venir nous voir, d’un pas déterminé. C’est de ta faute Milo, tu l’as fait venir. La voilà qui se plante devant nous, ses mains sur sa taille. Elle veut tellement se donner cet air sévère mais elle fait preuve d’aucune crédibilité. Je ne préfère pas me mêler à la conversation, mon petit-déjeuner est bien plus important. Je mange, ou plutôt, je dévore. Puis soudainement, je manque de m’étouffer en entendant la blague de Lucca. Mais quel con celui-là. Je vois que la femme-sans-nom me  jette un regard noir et je fais mine de me cacher derrière ce qu’il reste de mon donuts. Comme si j’ai peur d’elle, comme si elle pouvait faire sa loi face à trois énergumènes dans notre genre. Je n’ai même pas besoin de lui poser la fameuse question sur son prénom que Milo le fait à ma place. Parfait, il lit dans mes pensées. J’essuie bruyamment mes mains entre elle pour enlever le plus possible les grains de sucre et attrape une serviette en papier, fournie avec le petit-déjeuner. Les mecs, sérieux, pourquoi est-ce que vous cherchez toujours les emmerdes ? Je tente de prendre cet air innocent et le rendre le plus crédible possible, même si il l’est autant que l’air sévère de la collègue. Je passe ma main dans ma barbe pour éventuellement enlever du sucre et finis par rire. Elle a mis un string aujourd’hui. Qui veut lui enlever avec les dents ? J’agite mes sourcils en direction de mes deux acolytes. Nous savons tous les trois qu’elle nous répugne au plus haut point, et même pour une simple partie de jambes en l’air, autant rêver. Je veux juste bien les écœurer un peu, les entendre gémir et me sortir des « t’es dégueulasse, Jens ». Je finis par me lever, agite mes jambes en tournant presque en rond. Puis de ma poche, je sors une cigarette qui ne demande qu’à être fumée. Ce que je fais. Clope, messieurs ? Je jette un furtif regard vers la scène de crime. Je croise le regard de l’affreuse collègue, qui ne cesse de nous regarder. Malgré ce que les mecs avaient pu lui dire. Je lui fais un coucou avant de me mettre à parler fort pour qu’elle entende. Mais merde, deux secondes ! Vous allez nous tenir la bite quand on ira pisser aussi ?!


code by black arrow
avatar
Date d'inscription : : 19/08/2017
Messages : : 113
Points : : 450
Avatar : : Jamie Dornan
Autres comptes : : eli, le chasseur de gazelles ; teo, le veuf tout mignon et aaron, le bébé tout chou.
Pseudo internet / prénom : : potatoe (al).
Crédits : : Morrigan J'ai : trente-deux ans et mon anniversaire est le : vingt février. Je suis : anglo-américain et mes origines sont : américaine par ma mère et croate par mon père. En ce moment, je : suis lieutenant à la brigade criminelle de LA. Si jamais vous me cherchez, j'habite : à Echo Park, à 50% dans mon appartement, à 50% dans celui d'Irina, ma voisine, femme la plus canon, la plus intelligente, la plus parfaite du monde. Ce qui m'attire ce sont : les magnifiques courbes d'Irina, son corps de déesse, sa perfection tout simplement, et côté coeur je suis : 100% pris par Irina, mon coeur n'appartient qu'à elle, mes yeux ne voient qu'elle (et je vais me faire tatouer son prénom partout partout sur le corps).
. :
this love is a sure thing
even when the sky comes fallin, even when the sun don't shine. i got faith in you and i, so put your pretty lil hand in mine. even when were down to the wire babe, even when it's do or die.we can do it babe simple and plain.

u.c


Lucca Fleming
« CHILLING UNDER THE SUN »
- citizen

( » ) Lun 11 Sep 2017 - 3:50
Le nom de cette collègue restera sûrement toujours aussi inconnu. Il faut dire qu’on ne cherche pas non plus à savoir comment elle s’appelle. Et puis, comme vient de le dire Milo, elle s’appelle pas, elle vient toute seule. Alors la voilà, planté comme un piquet devant nous, à limite nous engueuler. Mais oh... Il faut qu’elle se détende celle-là, elle va nous claquer entre les doigts avec un infarctus à force de s’énerver. Elle fulmine lorsque je parle au cadavre, je le sens à son regard qui me chauffe la nuque. Moi, tranquillement, je me replace correctement et la regarde, provocateur comme à mon habitude. Qu’elle me réponde, je n’attends que ça pour continuer à jouer le con. Sauf qu’elle n’en a pas le temps, Milo prend la parole avant. « C’est quoi votre nom déjà ? » Et tout comme mes compères auparavant, je pouffe de rire face à elle, sans m’en cacher un minimum. Forcément, elle le prend mal, nous insulte encore et se tire. Bah dis, faut qu’elle se calme, on n’est pas des punching-balls sur qui elle peut se défoulé quand elle a ses règles. Je lève les yeux au ciel en entendant la question de Jens. « On cherche pas les emmerdes, on dit juste la vérité. C’est pas de notre faute si elle le prend mal aussi, cette rabat-joie. » Je fais une légère moue, montrant que je suis grognon, boudeur. On est cool et ça nous retombe dessus. Ce n’est vraiment pas sympa hein. « Elle a mis un string aujourd’hui. Qui veut lui enlever avec les dents ? » Je tourne la tête vers mon collègue et fronce légèrement les sourcils, avant d’aborder un air taquin. « Depuis quand tu la reluques toi ? » Il ne faut pas me tendre la perche aussi, quelle idée. Moi, je suis comme ça, je saute sur toutes les occasions possibles pour faire chier mon monde. « Sinon, je passe mon tour. J’ai bien mieux chez moi. » J’ai Irina. Puis même si je ne l’avais pas, je ne serais pas aussi désespéré pour coucher avec cette frustrée de la vie. Il faudrait être fou pour le faire, je crois. Je fini ensuite mon petit-déjeuner et lève les yeux lorsque Jens nous propose une cigarette. Fumer au travail, c’est mal. Surtout sur une scène de crime, là où les cendres peuvent se déposer et tout ruiner. Ouais, voilà, fumer au travail, c’est vraiment mal... Alors du coup, j’hoche positivement la tête et chope la clope que me tend le blond et l’allume pour en tirer une taffe. Je ris par la suite au questionnement de mon collègue à l’autre coincée du cul. « Putain, elle est chiante... » Que je soupire. Je passe une main dans mes cheveux et me lève à mon tour. « Le pire, c’est que c’est peut-être ce qu’elle veut, nous tenir la bite. » J’hausse doucement des épaules et fini par me tourner vers Milo. « T’es le plus jeune, le plus queutard. C’est décidé, tu vas lui donner un orgasme et elle nous fera plus chier. » Je me penche pour poser une main sur son épaule, le visage sérieux, comme pour lui donner une mission de la plus haute importance. « Soit notre sauveur, Milo Watkins. »
avatar
Date d'inscription : : 08/07/2017
Messages : : 485
Points : : 1282
Avatar : : luke pasqualino.
Autres comptes : : reios, le beau grec et maxyne, la jolie tri-pi.
Pseudo internet / prénom : : karen
Crédits : : ultraviolences (avatar). J'ai : vingt-huit ans et mon anniversaire est le : dix-neuf février. Je suis : américain et mes origines sont : inconnues (comme mes parents). En ce moment, je : propose mes compétences informatiques à la bridage criminelle de la. Si jamais vous me cherchez, j'habite : dans un appartement à echo park. Ce qui m'attire ce sont : les femmes et leurs belles courbes et côté coeur je suis : in love du célibat.
. :

“One thing i’ve learned is that you should never look back. The past is dead and buried, you get nothing from living there. It's all about today. ”

VICTOIRE + JENS + JEMILU + ZEPPELIN + F.R.I.E.N.D.S

remember:
 


Milo Watkins
« CHILLING UNDER THE SUN »
- citizen

( » ) Mar 12 Sep 2017 - 14:36
« C’est de ta faute Milo, tu l’as fait venir. » L’accusé roule des yeux, comme si c’était vraiment lui qui l’avait fait venir. C’est bien une chose dont il n’avait absolument pas envie surtout qu’il déteste être dérangé pendant son petit-déjeuner, aussi improvisé soit-il. Maintenant, il l’est. Heureusement, Lucca se dévoue pour faire l’essentiel de la conversation. Milo intervient juste pour lui demander son prénom. Bah quoi ? Est-il censé retenir tous les prénoms de ses collègues ? Elle serait jolie, bien sûr qu’il s’en serait souvenu tout comme ces deux camarades mais ce n’est pas le cas. « Les mecs, sérieux, pourquoi est-ce que vous cherchez toujours les emmerdes ? » Milo lève la tête vers le blond baraqué, un air indigné sur le visage. C’est à peine s’il a prononcé trois mots qu’il subit déjà sa deuxième accusation infondée de la journée. Lui, il s’est surtout contenté de manger et d’ailleurs, il ne peut que se défendre. « Je mange ! »[ s’exclame-t-il simplement en pointant du doigt le donut entamé qu’il a dans la main. Lorsqu’il mange, Milo a vraiment autre chose à faire que de chercher les ennuis. En effet, il… mange. Jens doit pourtant suffisamment le connaître pour savoir qu’il y a peu de choses qui peuvent le détourner de sa passion pour la bouffe. Le grand brun hoche vivement la tête aux propos de Lucca, approuvant ceux-ci. Cette personne n’a qu’à avoir un peu plus d’humour ou bien commencer par en avoir tout simplement.
« Elle a mis un string aujourd’hui. Qui veut lui enlever avec les dents ? » La grimace qui apparait bien vite sur son visage, Milo ne peut guère la contenir. Si le cadavre situé à quelques mètres de là ne lui a pas coupé la faim, son collègue pourrait y parvenir. « Sinon, je passe mon tour. J’ai bien mieux chez moi. » Pas étonnant qu’il passe son tour. Personne ne troquerait sa Irina contre cette… chose. Un petit sourire s’installe sur les lèvres de l’informaticien. « Clope, messieurs ? » Milo regarde son dernier donut pas encore terminé puis hoche finalement la tête. La clope d’après petit-déjeuner est indispensable. Il calle la cigarette tendue par Jens derrière son oreille. Puis, il se replonge dans sa dégustation tandis que Jens ne peut s’empêcher d’envoyer bouler cette collègue. Et après, ce n’est pas lui qui cherche les ennuies ? Mais bien sûr. « Le pire, c’est que c’est peut-être ce qu’elle veut, nous tenir la bite. T’es le plus jeune, le plus queutard. C’est décidé, tu vas lui donner un orgasme et elle nous fera plus chier. Soit notre sauveur, Milo Watkins. » La bouche encore pleine, le grand brun pose tour à tour son regard sur la main de Lucca posée sur son épaule et la fin de son gâteau. « P*tain, je mange ! » s’exclame-t-il à nouveau, feintant d’être écœuré même si il n’est pas loin de l’être. Il finit son donut, tout de même, par respect. « Saches une chose, je n’apprécie guère être réduit au titre de "queutard". » Bien sûr, il plaisante. Bien sûr, Lucca ne le voit pas uniquement de la sorte. A son tour, il s’essuie les mains et allume sa cigarette. La première taffe lui fait un bien fou. « Le médecin légiste ferait bien de se pointer rapidement si il ne veut pas terminer de la même façon que la victime. » Là encore, Milo fait référence à leur affreuse collègue qu’il voit fulminer à quelques mètres de là où ils se trouvent.
avatar
Date d'inscription : : 04/07/2017
Messages : : 345
Points : : 1372
Avatar : : charlie hunnam.
Autres comptes : : el mexicano sio et le soldat jad.
Pseudo internet / prénom : : feeling free.
Crédits : : hershelves (av), bonnie (icon), hunnamsource (gifs), astra (sign). J'ai : trente-quatre ans et mon anniversaire est le : dix-huit février. Je suis : américain et mes origines sont : suédoises. En ce moment, je : suis lieutenant à la brigade criminelle de los angeles, avec mes deux acolytes milo et lucca. Si jamais vous me cherchez, j'habite : dans une maison retapée par mes soins à mount washington. Ce qui m'attire ce sont : les femmes et leurs doux sourires et côté coeur je suis : célibataire (mais divorcé).
. :


a hero into the masses,
to those born without chances
there's a freedom that everyone deserves

i know there's greed and there's corruption
i've seen death and mass destruction
but i'm telling you, and i hope that i'm heard

and i will not be commanded,
and i will not be controlled
and i will not let my future go on,
without the help of my soul.


and in that time i was alone,
so many years without my home
i made brothers of a different kind instead


she was storm
not the kind you run from,
the kind you chase


even with broken wings
she dare to fly


take it back
i would take it back
for just another minute
just another chance with you

en échange de babies jedi :
 


Jens Creighton
« CHILLING UNDER THE SUN »
- citizen

( » ) Ven 22 Sep 2017 - 15:00
may you always do for others
and let others do for you
May you build a ladder to the stars
And climb on every rung,
May you stay forever young.


Depuis quand tu la reluques toi ? Je ricane. Et la grimace de Milo, elle est mémorable. J’ai bien joué mon coup cette fois-ci, mes amis sont plus écœurés que jamais. Bien sûr, je me retrouve moi-même dégouté à l’idée d’imaginer notre collègue en petite tenue. Elle ne me plait déjà pas entièrement vêtue alors dénudée, il y a des chances pour que je rende mes donuts. La cigarette, c’est un bon moyen pour oublier cette vision terrible et me remettre de mon petit fou-rire. Je rigole toujours bien avec eux deux. Encore plus lorsque Lucca désigne Milo comme celui qui donnerait un orgasme à notre collègue. Je pouffe de rire, regardant l’échange entre les deux hommes. Je préfère fumer tranquillement plutôt que de me lancer dans un débat, parce qu’avec eux, des débats, il y en a tous les jours et à chaque minute. Soit notre sauveur, on t’en supplie. Je répète, je rigole, et expulse la fumée en soufflant. Milo, non, ce n’est pas qu’un queutard mais je trouve toujours ça drôle de les voir se « chamailler » sur ça. Sourire en coin, j’observe mes amis. Tu dois quand même trouver un moyen de la déstresser. Orgasme ou pas. C’est ta mission. Regard en coin, j’observe la principale concernée. Elle semble tenter de travailler mais presque tout le temps, elle tournait sa tête dans notre direction. D’un moment à l’autre, elle pouvait revenir nous couvrir de reproches. Qu’est-ce qu’elle pourrait bien dire cette fois ? Je n’ai pas le temps d’y réfléchir, lorsque le médecin légiste se pointe enfin. Quand Milo parle du loup, il se pointe. Ah, tiens. T’as bien fait d’en parler. Au boulot les mecs. Je finis ma clope, je prends le temps de la savourer, sinon ce serait un sacrilège. Puis, quand elle est terminée, j’écrase le mégot que je glisse dans un gobelet à café. Je glisse mes mains dans mes poches, me balance sur mes pieds en attendant que les deux princes finissent leurs affaires. On peut y aller ou vous voulez vous remaquiller ? Je garde mon air sérieux alors que je ne le suis pas du tout. Simplement naturel. Tout le monde est prêt, et voilà que les trois mousquetaires s’avancent vers la scène du crime. On pourrait tout à fait faire comme dans les films. Un ralenti, une musique qui défonce tout, puis nous, en mannequins. Bon, ce n’est pas la réalité ça. Je prends place autour du corps, comme les gars et d’autres personnes de l’équipe pour écouter ce que va dire le médecin légiste. Milo, qui se trouve face à moi. J’agite mes sourcils, de mon air le plus pervers, comme pour lui faire repenser à notre imbuvable de collègue. Je sens le coup de coude de la boss de la brigade –étrange qu’elle soit ici d’ailleurs-, à côté de moi, qui a bien vite compris que je suis plus décidé à rire qu’à travailler. Je plisse les yeux et préfère m’éloigner d’elle. Je me décale, vers mes deux acolytes. Je ne peux pas rester loin d’eux trop longtemps , ils me manquent toujours trop vite, voyons.


code by black arrow
SUN GOES DOWN :: Los Angeles :: South :: Boyle Heights
may you always do for others and let others do for you (le trio)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 


Sauter vers: