our love was something they could admire. (melody)


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
avatar
Date d'inscription : : 16/08/2016
Messages : : 3004
Points : : 1001
Avatar : : francisco lachowski.
Autres comptes : : teo, le veuf tout mignon ; aaron, le bébé tout chou et lucca, le flic au regard de braise.
Pseudo internet / prénom : : potatoe (al).
Crédits : : balaclava (avatar) + macfly (signature). J'ai : vingt-quatre ans et mon anniversaire est le : deux janvier. Je suis : hollandais et américain (double nationalité, sisi) et mes origines sont : hollandaises via le papa et espagnoles via la maman. En ce moment, je : suis bel et bien diplômé en architecture, débutant désormais un job dans un cabinet d'archi (et bientôt, j'viendrai faire vos maisons, les keupains, promis). Si jamais vous me cherchez, j'habite : dans un appart sur boyle heights, en coloc avec le grand, le beau, le fort, le génialissime mec au regard de braise qui me rend merguez aka Sio (la pupute). Ce qui m'attire ce sont : les jolies femmes et leurs atouts. les blondes surtout. particulièrement une jolie blonde, en fait et côté coeur je suis : célibataire, clairement épris de ma blonde, mais trop têtu (ou peureux, au choix) pour le lui dire en face. bref, mon coeur est pris au final, quoi que j'en dise.
. :
every day you're here, i'm healing. i never thought i'd find this feeling and when you're gone, i feel incomplete. so if you want the truth, i just wanna be part of your symphony.
will you hold me tight
and not let go ?
♡ :
 

remember
you're the one
who can fill
my world with
sunshine.

i've never had to pretend,
you've always known who i am.

AND I KNOW MY LIFE IS BETTER
BECAUSE YOU'RE A PART OF IT.

the past can hurt but you can either
RUN FROM IT OR LEARN FROM IT


cadeau bonus :
 

remember :
 

memories :
 


Eliott Meertens
« CHILLING UNDER THE SUN »
- citizen

( » ) Jeu 14 Sep 2017 - 4:34
« Je sors, j’vais me prendre un café. » Dis-je à l’attention de mon meilleur ami, puis je quitte la chambre qu’on partageait chez les Iota. Les mains dans les poches, je marche d’un pas tranquille vers le Bruin Walk, l’esprit moins tranquille. Il cogite, lui. C’est sûrement l’un des derniers verres, l’un des derniers cafés, que je vais prendre là-bas en tant qu’étudiant. Le temps est passé vite, surtout cette dernière année. Il faut dire que je n’ai pas eu énormément de repos entre les cours et examens, l’arrivée de Dareios et son annonce à propos de Willem, le retour de Melody qui m’a plutôt remué, la tension et le froid qu’il y a eu pour la première fois entre ma jumelle et moi, l’embrouille avec Siobhan -elle aussi, une première-, et puis ma relation avec Pepper. De plus, à présent, je dois faire le déménagement de mes affaires pour libérer mon ancienne chambre, en prévision d’entrer dans l’appartement qu’on va partager avec mon meilleur ami. En soit, que de mauvaises choses, à l’exception de ma réussite aux examens finaux, du déménagement et de la dernière des Pemrose. Quoi que, même pour mon ex petite-amie, je ne peux clairement plus dire que ça a été mauvais. Au début, oui. Son retour ne m’a pas fait plaisir, bien au contraire. Puis, on s’est réellement parlé et les tensions se sont apaisées. Bon, ok, on ne deviendra sûrement plus amis comme avant, c’est un fait. Mais on se parle à présent, comme deux personnes civilisées, bien qu’on ne se soit plus revus depuis l’épisode de l’ascenseur. On n’a pas cherché à se contacter, ni à se voir. Je me dis qu’elle avait des choses à faire de son côté, ce qui a été mon cas. J’ai été bien occupé ces derniers temps et, par moment, ce n’était pas forcément drôle. Donc, ça doit être normal qu’on ne se soit pas parlé, même si je dois avouer que j’ai envie de le faire. J’en ressens l’envie. Si, au départ, ce désir me semblait bizarre, ça me semble normal à présent. On a partagé énormément de choses elle et moi, elle restera toujours une part importante de ma vie. Alors, ouais, j’ai besoin de la retrouver un peu, d’échanger avec elle. Il faut aussi que je lui dise pour Willem, que je lui raconte toute l’histoire. Elle partageait ma vie quand ça s’est produit, alors je lui dois au moins ça. Sortant de mes pensées, je vois la bâtisse d’un des cafés de l’allée et je me stoppe. Elle est là, assise à l’une des tables, buvant une boisson chaude. Melody. Je prends ça comme un signe du destin, tiens. Je fais donc les quelques pas qui me séparent de la table où elle est posée et m’arrête à ses côtés. « Salut Mel. » Dis-je simplement, pointant ensuite la chaise face à elle. « Je peux m’installer ? » Cette fois-ci, un sourire pointe au coin de mes lèvres.



when i heard that sound, when the walls came down. when my skin grows old, when my breath turns cold. when i run out of air to breathe, it's your ghost i see. i'll be thinking about you.

 
almost love

 ♡ ♡ ♡


:
 
avatar
Date d'inscription : : 05/09/2017
Messages : : 83
Points : : 176
Avatar : : gabriella wilde.
Pseudo internet / prénom : : le spectre.
Crédits : : © cigarette daydreams. J'ai : vingt-trois ans et mon anniversaire est le : deuxième jour du mois de juillet. Je suis : américaine et mes origines sont : lointaines et danoises. En ce moment, je : suis étudiante en master d'histoire de l'art ainsi que model artistique à mes heures perdues. En dehors des cours je fais partie : du club de théâtre. Si jamais vous me cherchez, j'habite : le quartier d'echo park. Ce qui m'attire ce sont : les barbes de trois jours et côté coeur je suis : éternellement insatisfaite.
. :

Melody Darcy
« JUSTICIA OMNIBUS »
- just lambda

( » ) Mar 19 Sep 2017 - 1:33
don't say it gets better, it gets better,
it gets betterer with time, i'm not better,
we're not better, even after all this time.
----------------------------------
Bien que Melody soit de retour à Los Angeles depuis plusieurs mois, il lui était toujours aussi difficile de ré-apprivoiser les lieux. Elle avait tout bonnement l'impression que sa vie ne ressemblait en rien à celle qu'elle vivait auparavant à New York. Ici, les gens étaient toujours détendus, qu'importe leurs statuts ou leurs origines. Les femmes n'avaient pas peur de faire dorer leurs poitrines nues sous le soleil californien, certaines personnes portaient des tenues semblables à des déguisements, d'autres se comportaient tels des personnages de fiction. L'excentricité ne cessait jamais. Pour le meilleur et pour le pire, ça c'était certain. La population newyorkaise lui semblait bien plus "normale" en comparaison. Quoi que ce mot puisse vouloir dire. Pourtant, c'était ici qu'elle avait grandi. Tout ce surplus de tout, elle le connaissait bien. Toutefois, la Grosse Pomme avait eu raison d'elle. Elle s'y refaisait peu à peu, mais elle savait qu'il allait lui falloir du temps pour sentir ici de nouveau chez elle. Peut-être que trop de mauvais souvenirs y étaient rattachés? Allez savoir. Malheureusement, revenir était devenu inévitable. Avec le cancer qui se tenait au chevet de cette grand-mère qui lui avait tout appris, Mel s'était vue dans l'obligation d'abandonner sa vie afin d'être là dans ses derniers instants. Hors de question de passer à côté de ce temps qu'il leur restait ensemble, même si c'était douloureux et que cela devait se passer au beau milieu d'une une chambre d'hôpital.
À présent, Melody était scolarisée à l'université de UCLA depuis le semestre dernier. La récente rentrée ne fut pas de tout repos, mais elle prenait tout de même ses marques. Il fallait avouer que l'ambiance n'y était pas désagréable. Même en plein milieu des examens, la jeune étudiante avait toujours cette légère impression d'être en vacances. D'ailleurs, elle avait choisi de prolonger un peu ce sentiment en s'installant à la petite terrasse d'un des cafés du campus pour y siroter un thé et étudier quelque peu. De cette manière, elle pouvait profiter de l'atmosphère conviviale et détendue de l'institution californienne. Au bout d'une petite heure, une voix masculine et non inconnue l'interpella. "Salut Mel." La belle se retourna afin de découvrir Eliott qui semblait enclin à avoir des rapports civilisés. Bien que les choses se soient arrangées entre les deux anciens amants depuis le retour de Melody, c'était toujours bizarre pour la jeune femme d'être en sa compagnie. Peut-être était-ce dû à la culpabilité qui l'avait rongé pendant tellement longtemps le concernant? Ou encore, à ce reste de sentiment qu'elle s'efforçait d'ignorer? Lorsque ça impliquait Eli, c'était toujours compliqué. Néanmoins, il y avait de l'espoir. Un espoir qu'ils arrivent enfin à mettre tout ce qu'ils ont vécu derrière eux. Le bon comme le mauvais. "Je peux m’installer ?" demanda alors le jeune homme en pointant une chaise qui se trouvait à sa table. Elle fut tout d'abord un tantinet surprise par son attitude, puis elle se remémora leur dernière conversation qui avait permis de tempérer un peu leurs rapports. "Oui bien sûr, vas y." Même si cela lui semblait étrange, Melody était heureuse qu'Eliott ne la déteste plus au point de l'ignorer ou de l'éviter. Il souhaitait même s'asseoir à sa table. Ces temps là semblaient bel et bien révolus. "Qu'est ce que tu fais encore ici? Tes années d'étudiant te manquent déjà?" finit par lui demander la jolie blonde en terminant sa tasse de thé.


Dernière édition par Melody Darcy le Jeu 12 Oct 2017 - 23:56, édité 1 fois
avatar
Date d'inscription : : 16/08/2016
Messages : : 3004
Points : : 1001
Avatar : : francisco lachowski.
Autres comptes : : teo, le veuf tout mignon ; aaron, le bébé tout chou et lucca, le flic au regard de braise.
Pseudo internet / prénom : : potatoe (al).
Crédits : : balaclava (avatar) + macfly (signature). J'ai : vingt-quatre ans et mon anniversaire est le : deux janvier. Je suis : hollandais et américain (double nationalité, sisi) et mes origines sont : hollandaises via le papa et espagnoles via la maman. En ce moment, je : suis bel et bien diplômé en architecture, débutant désormais un job dans un cabinet d'archi (et bientôt, j'viendrai faire vos maisons, les keupains, promis). Si jamais vous me cherchez, j'habite : dans un appart sur boyle heights, en coloc avec le grand, le beau, le fort, le génialissime mec au regard de braise qui me rend merguez aka Sio (la pupute). Ce qui m'attire ce sont : les jolies femmes et leurs atouts. les blondes surtout. particulièrement une jolie blonde, en fait et côté coeur je suis : célibataire, clairement épris de ma blonde, mais trop têtu (ou peureux, au choix) pour le lui dire en face. bref, mon coeur est pris au final, quoi que j'en dise.
. :
every day you're here, i'm healing. i never thought i'd find this feeling and when you're gone, i feel incomplete. so if you want the truth, i just wanna be part of your symphony.
will you hold me tight
and not let go ?
♡ :
 

remember
you're the one
who can fill
my world with
sunshine.

i've never had to pretend,
you've always known who i am.

AND I KNOW MY LIFE IS BETTER
BECAUSE YOU'RE A PART OF IT.

the past can hurt but you can either
RUN FROM IT OR LEARN FROM IT


cadeau bonus :
 

remember :
 

memories :
 


Eliott Meertens
« CHILLING UNDER THE SUN »
- citizen

( » ) Ven 22 Sep 2017 - 3:17
Je ne m’étais pas attendu à trouver Melody en venant sur l’un des cafés du campus. Après tout, la rentrée n’a pas encore officiellement commencé, du coup, il ne devrait pas y avoir grand monde déjà. Et pourtant, le café est plutôt plein d’étudiants. Certains ont sûrement commencés à emménager dans leur chambre, d’autres sont juste venus boire un café ici. Il est super bon, donc je peux comprendre leur motivation. Pour ma part, je n’avais pas eu dans l’idée de rester assis à l’une des tables, mais seulement de prendre un café et de retourner à la chambre. Néanmoins, le fait que mon ex petite-amie se trouve là, ça change complètement la donne. À présent qu’on a plus ou moins une relation cordiale, je n’hésite pas une seule seconde lorsque je lui demande si je peux prendre place à ses côtés. Je vois à son expression qu’elle est surprise par cette démarche, mais ça semble disparaître tout aussi vite des traits de son visage. « Oui bien sûr, vas y. » Un léger sourire prend place sur mes lèvres. Je tire la chaise et m’y assois, déposant mon portable sur la table. Une serveuse vient me voir et je lui commande un café. « Qu'est ce que tu fais encore ici? Tes années d'étudiant te manquent déjà? » Je tourne la tête vers Melody, une fois la serveuse partie, en entendant son questionnement. Si ça me manque déjà ? Sûrement ouais. Peut-être bien plus que ce que je veux bien avouer, d’ailleurs. « J’dois t’avouer que, ouais, ça me manque déjà. » Que je commence par dire, avant d’y ajouter : « La confrérie, les fêtes et tout ça hein. Les cours, ça me manque beaucoup moins, étrangement. » Un léger rire sort d’entre mes lèvres. Clairement, je suis loin d’être un cancre, mais les cours ce n’est vraiment pas ma tasse de thé. Au bout de six ans d’études, je pense que j’ai le droit à un peu de repos maintenant. Enfin, pas aujourd’hui, vu ce que j’étais supposé être en train de faire en ce moment même. « En fait, j’suis ici avec Sio pour débarrasser le reste de nos affaires de notre ancienne chambre. J’ai voulu prendre un peu l’air et un petit café avec, tant qu’à faire. » Une fois la situation expliquée, je chope mon portable et envoie un message à Sio pour le prévenir que je reviendrais un peu plus tard. Je ne précise rien de plus, sachant que ce n’est pas utile. On allait en discuter à mon retour. « Et toi, tu fais quoi ici ? » Je la questionne en retour, intrigué par sa présence sur le campus.


when i heard that sound, when the walls came down. when my skin grows old, when my breath turns cold. when i run out of air to breathe, it's your ghost i see. i'll be thinking about you.

 
almost love

 ♡ ♡ ♡


:
 
avatar
Date d'inscription : : 05/09/2017
Messages : : 83
Points : : 176
Avatar : : gabriella wilde.
Pseudo internet / prénom : : le spectre.
Crédits : : © cigarette daydreams. J'ai : vingt-trois ans et mon anniversaire est le : deuxième jour du mois de juillet. Je suis : américaine et mes origines sont : lointaines et danoises. En ce moment, je : suis étudiante en master d'histoire de l'art ainsi que model artistique à mes heures perdues. En dehors des cours je fais partie : du club de théâtre. Si jamais vous me cherchez, j'habite : le quartier d'echo park. Ce qui m'attire ce sont : les barbes de trois jours et côté coeur je suis : éternellement insatisfaite.
. :

Melody Darcy
« JUSTICIA OMNIBUS »
- just lambda

( » ) Jeu 28 Sep 2017 - 1:12
En apercevant Eliott, Melody s'était retrouvée plus ou moins tiraillée entre l'embarras et la joie. Bien entendu, elle était ravie qu'il puisse enfin l'approcher sans lui lancer ce regard dégoûté à travers lequel il avait pu la regarder à maintes reprises. Cependant, il était difficile pour la jeune femme d'oublier la colère qu'il avait pu éprouver. Elle s'était sentie tellement mal suite à son affront, au point même de s'en rendre malade. Avant que cela ne se produise, jamais elle n'aurait pensé être celle des deux qui fauterait. Et pourtant. Depuis, Mel avait pris du recul sur son action et s'était rendue compte que se mordre les doigts pour une simple erreur commise par des milliers d'autres ne résulterait en rien. Bien sûr, elle comprenait la réaction d'Eliott, car dans le cas inverse, elle aurait probablement réagi de la même manière. Mais maintenant, elle ne se sentait plus coupable, elle n'aimait simplement pas s'en rappeler. Et, elle s'avait qu'avec du temps et de l'entente, cette légère gêne en présence d'Eliott finirait par disparaître.
"J’dois t’avouer que, ouais, ça me manque déjà." répondit tout d'abord le jeune homme à la question de Melody. Elle ne pu s'empêcher d'afficher un léger sourire. Malheureusement, il y avait un temps pour tout. Il ne pouvait pas être un étudiant toute sa vie. "La confrérie, les fêtes et tout ça hein. Les cours, ça me manque beaucoup moins, étrangement." ajouta t-il avec une pointe de nostalgie déjà présente dans sa voix. D'après ce qu'elle savait, Eli avait la réputation d'être un sacré fêtard sur le campus, ce qui en soi ne la surprenait pas vraiment. Aussi, elle pouvait imaginer qu'il lui était difficile de dire au revoir à toute cet environnement, ainsi qu'à ses frères de fraternité. C'était une page de sa vie qui se tournait. "Ça fait déjà un point positif, tu n'auras plus à subir les profs condescendants et les amphithéâtres." s'exclama tout d'abord Mel afin de lui faire oublier un peu ce qu'il perdait. "Et puis, ce n'est pas une fin en soi. Tu pourras toujours faire la fête et garder contact avec les personnes que tu as rencontré." Il n'y avait pas que les étudiants qui étaient en droit de s'amuser. Et puis, ce n'était certaiment pas Los Angeles qui manquait d'endroits où célébrer sa jeunesse. "En fait, j’suis ici avec Sio pour débarrasser le reste de nos affaires de notre ancienne chambre. J’ai voulu prendre un peu l’air et un petit café avec, tant qu’à faire." révéla plus sérieusement Eliott. À l'entente du surnom de son ancien ami, Mel ne pu s'empêcher d'avoir un léger pincement au cœur. Sio lui manquait plus qu'elle n'osait le laisser transparaître. Néanmoins, il lui fallait un peu de temps pour le redécouvrir. "Et toi, tu fais quoi ici ?" finit-il par demander quelque peu intrigué. La rentrée n'ayant pas officiellement commencée, la présence de la demoiselle n'était pas nécessairement évidente. "Deux, trois de mes cours ont déjà commencé alors j'ai décidé de me mettre dans le bain dès le tout début." répondit-elle en lui montrant le livre sur lequel elle était en train d'étudier avant qu'il n'arrive. Rien de bien compliqué à ce stade de l'année mais au moins, ça serait fait.


Dernière édition par Melody Darcy le Mer 18 Oct 2017 - 19:12, édité 2 fois
avatar
Date d'inscription : : 16/08/2016
Messages : : 3004
Points : : 1001
Avatar : : francisco lachowski.
Autres comptes : : teo, le veuf tout mignon ; aaron, le bébé tout chou et lucca, le flic au regard de braise.
Pseudo internet / prénom : : potatoe (al).
Crédits : : balaclava (avatar) + macfly (signature). J'ai : vingt-quatre ans et mon anniversaire est le : deux janvier. Je suis : hollandais et américain (double nationalité, sisi) et mes origines sont : hollandaises via le papa et espagnoles via la maman. En ce moment, je : suis bel et bien diplômé en architecture, débutant désormais un job dans un cabinet d'archi (et bientôt, j'viendrai faire vos maisons, les keupains, promis). Si jamais vous me cherchez, j'habite : dans un appart sur boyle heights, en coloc avec le grand, le beau, le fort, le génialissime mec au regard de braise qui me rend merguez aka Sio (la pupute). Ce qui m'attire ce sont : les jolies femmes et leurs atouts. les blondes surtout. particulièrement une jolie blonde, en fait et côté coeur je suis : célibataire, clairement épris de ma blonde, mais trop têtu (ou peureux, au choix) pour le lui dire en face. bref, mon coeur est pris au final, quoi que j'en dise.
. :
every day you're here, i'm healing. i never thought i'd find this feeling and when you're gone, i feel incomplete. so if you want the truth, i just wanna be part of your symphony.
will you hold me tight
and not let go ?
♡ :
 

remember
you're the one
who can fill
my world with
sunshine.

i've never had to pretend,
you've always known who i am.

AND I KNOW MY LIFE IS BETTER
BECAUSE YOU'RE A PART OF IT.

the past can hurt but you can either
RUN FROM IT OR LEARN FROM IT


cadeau bonus :
 

remember :
 

memories :
 


Eliott Meertens
« CHILLING UNDER THE SUN »
- citizen

( » ) Mar 3 Oct 2017 - 2:10
C’est assez étrange de se retrouver là, tous les deux, assis à la même table, à parler comme s’il n’y avait jamais eu de problèmes entre nous. Ce qui est encore plus bizarre, c’est que ça me paraît totalement normal. La conversation vient d’elle-même, sans qu’on ait à chercher un sujet à aborder. De plus, on s’adresse l’un à l’autre comme deux personnes civilisées et, ça, c’était une chose inespérée il y a encore quelques semaines. Et finalement, contrairement à ce que j’en avais pu penser, ça me plaît. Melody, elle m’a manqué, malgré le mal qu’elle avait pu me faire. Elle avait été l’une des personnes la plus proche de moi à une époque, et cela, sur tous les plans. Alors ouais, ça me fait du bien de retrouver un début de relation amicale avec elle, un peu de cette complicité qu’on avait auparavant. Bon, il y a toujours une petite gêne, mais j’ose penser que c’est plutôt logique au vu de notre passé. Le temps ferait les choses et ça finirait par disparaître, j’en suis persuadé. « Ça fait déjà un point positif, tu n'auras plus à subir les profs condescendants et les amphithéâtres. » Je lâche un léger rire en entendant son premier argument concernant la fin de mon cursus scolaire. Elle n’a pas tort, je l’admets bien volontiers. « Et puis, ce n'est pas une fin en soi. Tu pourras toujours faire la fête et garder contact avec les personnes que tu as rencontré. » J’hoche alors la tête. Les choses changeront sûrement un peu, ce qui serait logique, mais j’aurai toujours l’essentiel : le plaisir de la fête et les amis à côté. « C’est vrai et encore heureux, sinon j’crois que je déprimerais jusqu’à la fin de mes jours. » Lâchais-je, partant dans un nouveau petit rire. « Mais c’est sûr que les profs, tout comme les cours, ils me manqueront vraiment pas du tout. » Cette fois-ci, j’arbore un air amusé. Je pense que c’est un aveu qui ne l’étonnera pas. Elle sait que les cours, ce n’est pas ma tasse de thé, même si j’en ai dans la tête. Je suis juste un mec qui s’appuie sur ses acquis, au lieu de développer un peu plus ses connaissances. « Quoi que, peut-être la prof d’archi. Elle était mignonne. » Que j’ajoute d’un air songeur. Était, ouais. Pas qu’elle ne l’est plus maintenant. Disons que c’est juste moi qui aie changé et qui ne l’observe plus forcément, ni ne tente de la charmer pour qu’elle finisse dans mon lit. Je la questionne ensuite sur sa présence sur le campus, ce à quoi elle répond : « Deux, trois de mes cours ont déjà commencé alors j'ai décidé de me mettre dans le bain dès le tout début. » Je grimace légèrement en voyant le livre qu’elle pointe. « Ah, c’est pas de chance ça. J’ai toujours détesté reprendre quelques jours avant les autres. » Ça m’est arrivé une fois et ça avait suffi à m’en dégoûter. Des journées de cours en plus, ce sont des journées en moins pour faire la fête. Alors bon, nullement intéressant à mes yeux. La serveuse vient m’apporter ma commande et je la remercie d’un fin sourire, me tournant à nouveau vers Melody pour lui dire : « Au fait, tu m’as jamais réellement dit pourquoi t’étais revenue avant la fin de tes études... » En même temps, logique. Je lui ai parlé que pour déverser ma haine sur elle.


when i heard that sound, when the walls came down. when my skin grows old, when my breath turns cold. when i run out of air to breathe, it's your ghost i see. i'll be thinking about you.

 
almost love

 ♡ ♡ ♡


:
 
avatar
Date d'inscription : : 05/09/2017
Messages : : 83
Points : : 176
Avatar : : gabriella wilde.
Pseudo internet / prénom : : le spectre.
Crédits : : © cigarette daydreams. J'ai : vingt-trois ans et mon anniversaire est le : deuxième jour du mois de juillet. Je suis : américaine et mes origines sont : lointaines et danoises. En ce moment, je : suis étudiante en master d'histoire de l'art ainsi que model artistique à mes heures perdues. En dehors des cours je fais partie : du club de théâtre. Si jamais vous me cherchez, j'habite : le quartier d'echo park. Ce qui m'attire ce sont : les barbes de trois jours et côté coeur je suis : éternellement insatisfaite.
. :

Melody Darcy
« JUSTICIA OMNIBUS »
- just lambda

( » ) Ven 20 Oct 2017 - 1:18
Melody ne saurait mettre des mots exacts sur ce qu'elle pensait encore ressentir pour celui qui venait de s'asseoir juste en face d'elle. Elle ne savait pas si elle était plus attachée aux souvenirs qu'ils avaient partagé et à ce qu'elle avait ressenti à ce moment là qu'au jeune homme en lui même. Dans un sens, une partie d'elle l'aimerait toujours, ça elle en était certaine. Et bien que cela lui paraissait difficile à imaginer, elle était persuadée que sa prochaine histoire devait se faire avec quelqu'un d'autre. Un quelqu'un qui ne serait pas Eliott. Car, même si Eliott n'était plus la même personne qu'à l'époque de leur relation, il resterait toujours Eliott. Et le lien qui les unissait allait bien au delà de l'amour. Bien que cela puisse paraître étrange, ils avaient, avant de devenir amants, été amis. Ayant quasiment grandi ensemble, on pourrait même dire que leur lien ressemblait à celui d'un frère et d'une sœur. D'ailleurs, c'était un peu ça que la jolie blonde ressentait en cet instant. Eliott et elle se comportaient ensemble de manière naturelle, presque comme si rien ne s'était passé entre eux. Et c'était probablement la voie que devait prendre leur relation. Même si il était parfois laborieux pour Mel de ne pas se perdre lorsqu'elle voyait le jeune homme sourire ou se montrer particulièrement agréable avec elle.
"C’est vrai et encore heureux, sinon j’crois que je déprimerais jusqu'à la fin de mes jours." commença t-il d'abord en enchaînant sur le sujet concernant la récente fin de ses études. Ce qui en soi, était une très bonne chose. Toutefois la jeune femme comprenait qu'il puisse être compliqué d'abandonner cette vie qui fait rêver tant de jeunes. "Mais c’est sûr que les profs, tout comme les cours, ils me manqueront vraiment pas du tout." Ça, c'était évident. Ne plus avoir qui que ce soit qui juge votre travail comme si il vous jugeait vous devait être un véritable soulagement. Même si au final, un patron restait plus ou moins du même genre. La hiérarchie, quelle qu'elle soit, était quelque chose de difficile à échapper. "Quoi que, peut-être la prof d’archi. Elle était mignonne." termina par dire Eliott en arborant un air pensif. Mel ne pu s'empêcher d'émettre un léger rire, un tantinet sarcastique. Comme quoi, les hommes ne s'arrangaient pas forcément avec l'âge. "J'imagine, oui." répondit tout d'abord la belle toujours quelque peu amusée parce qu'il venait de dire. "Mais ne t'en fais pas, c'est juste un chapitre de ta vie qui se termine, un nouveau va bientôt commencer." ajouta t-elle ensuite sur un ton bien plus sérieux. Elle voulait vraiment lui montrer que dans un sens, elle souhaitait l'aider à dédramatiser un peu la situation. Bien entendu, elle savait qu'Eliott y survivrait dans tous les cas, mais c'était d'avantage une façon pour elle de lui prouver sa bonne volonté.
"Ah, c’est pas de chance ça. J’ai toujours détesté reprendre quelques jours avant les autres." dit par la suite Eliott en parlant des quelques cours que Mel venait de reprendre. "Ça ne me dérange pas plus que ça. Puis, ça me permet d'occuper un peu la journée." Le peu des amis qui lui restaient en ville avaient leurs propres vies, leurs activités, du coup il arrivait parfois à la jeune femme de se sentir un peu seule. Cela dit, la solitude, elle y était habituée. "Au fait, tu m’as jamais réellement dit pourquoi t’étais revenue avant la fin de tes études..." A l'entente de ces paroles, une sensation quelque peu gênante prit possession des membres de Melody. Rien que de penser à ce qu'il l'avait ramené ici lui donnait froid dans le dos. "Ma grand-mère..." lança dans un premier temps la jeune Darcy avant de reprendre son souffle. "Ma grand-mère est atteinte d'un cancer. Elle est en phase terminale." déclara t-elle ensuite d'une traite avant de refermer le livre sur lequel elle travaillait. En vérité, elle avait fait sa paix avec le fait que son ascendante s'en irait, mais la pensée de voir le seul membre de sa famille doté d'un peu d'amour et de bon sens lui fendait le cœur. Cette grand-mère l'avait quasiment élevé, et c'était grâce à elle que Melody était devenue la femme forte qu'elle était aujourd'hui.
avatar
Date d'inscription : : 16/08/2016
Messages : : 3004
Points : : 1001
Avatar : : francisco lachowski.
Autres comptes : : teo, le veuf tout mignon ; aaron, le bébé tout chou et lucca, le flic au regard de braise.
Pseudo internet / prénom : : potatoe (al).
Crédits : : balaclava (avatar) + macfly (signature). J'ai : vingt-quatre ans et mon anniversaire est le : deux janvier. Je suis : hollandais et américain (double nationalité, sisi) et mes origines sont : hollandaises via le papa et espagnoles via la maman. En ce moment, je : suis bel et bien diplômé en architecture, débutant désormais un job dans un cabinet d'archi (et bientôt, j'viendrai faire vos maisons, les keupains, promis). Si jamais vous me cherchez, j'habite : dans un appart sur boyle heights, en coloc avec le grand, le beau, le fort, le génialissime mec au regard de braise qui me rend merguez aka Sio (la pupute). Ce qui m'attire ce sont : les jolies femmes et leurs atouts. les blondes surtout. particulièrement une jolie blonde, en fait et côté coeur je suis : célibataire, clairement épris de ma blonde, mais trop têtu (ou peureux, au choix) pour le lui dire en face. bref, mon coeur est pris au final, quoi que j'en dise.
. :
every day you're here, i'm healing. i never thought i'd find this feeling and when you're gone, i feel incomplete. so if you want the truth, i just wanna be part of your symphony.
will you hold me tight
and not let go ?
♡ :
 

remember
you're the one
who can fill
my world with
sunshine.

i've never had to pretend,
you've always known who i am.

AND I KNOW MY LIFE IS BETTER
BECAUSE YOU'RE A PART OF IT.

the past can hurt but you can either
RUN FROM IT OR LEARN FROM IT


cadeau bonus :
 

remember :
 

memories :
 


Eliott Meertens
« CHILLING UNDER THE SUN »
- citizen

( » ) Lun 20 Nov 2017 - 5:18
« J'imagine, oui. Mais ne t'en fais pas, c'est juste un chapitre de ta vie qui se termine, un nouveau va bientôt commencer. » J’hoche doucement la tête, de façon positive. Je sais que c’est vrai, j’en ai conscience et, même si ça me fiche un peu la trouille, je suis prêt à affronter les nouvelles épreuves que la vie dressera devant moi. Je l’ai toujours fait, après tout. La discussion dévie sur les cours de la jeune femme qui ont commencé plus tôt. Un truc que je n’avais jamais aimé du temps de mes études. « Ça ne me dérange pas plus que ça. Puis, ça me permet d'occuper un peu la journée. » Qu’elle me répond et un air amusé pointe sur mon visage. « C’est aussi parce que t’as toujours été très studieuse. » Je lance ça avec un brin de sournoiserie. C’est la vérité, elle a toujours été une tête cette jolie blonde, et je l’ai bien souvent taquiné sur le sujet. Je le fais, encore une fois, avec un côté naturel que je ne pensais plus avoir en sa compagnie. Si au début, ça me semblait bizarre, maintenant ça me plaît bien. Au fond, la retrouver, ça me fait du bien. La conversation est bon enfant, sans prise de tête, alors j’ose enfin lui demander les vraies raisons de son retour ici. Après tout, je la connais Melody et elle n’aurait pas quitté New-York avant la fin de ses études comme ça, sur un coup de tête ou avec la simple envie de revenir à Los Angeles. Pas alors qu’elle n’avait pratiquement plus personne ici. Ma question semble la perturber et je fronce légèrement les sourcils. Elle ne m’a pas tout dit sur son retour -je ne lui en ai pas laissé le temps aussi- et j’ai l’impression que ce qu’elle va m’annoncer ne va pas me plaire. « Ma grand-mère... » Qu’elle commence par dire et moi, je sens mon cœur se contracter dans ma poitrine, attendant qu’elle termine ce qu’elle a à dire sans l’interrompre. « Ma grand-mère est atteinte d'un cancer. Elle est en phase terminale. » Putain. Je le savais que ça allait être mauvais. Bien trop mauvais, bien trop dur à entendre. Si moi, je ne le vis pas bien, je n’ose même pas imaginer ce que doit endurer mon ex petite-amie. Cette femme est limite sa seule famille. Sa seule famille qui l’aime vraiment et qui l’avait élevée. J’ai été aux premières loges pour voir la relation privilégiée qu’il y a entre les deux femmes. Moi-même, j’ai bâti une très bonne relation avec cette femme, une que j’ai considérée, il fut un temps comme ma propre grand-mère. Et puis, je me suis éloigné parce que j’avais voulu effacer Melody de ma vie et que la voir elle, ça serait penser à mon ex. Je ne pouvais tout simplement pas. Je n’aurai jamais pensé regretter un jour cette décision. Pourtant, c’est le cas à cet instant présent. Je relève le regard vers la jeune femme face à moi et je me rends compte qu’elle m’observe. Je n’ai pas prononcé le moindre mot jusqu’à présent, chose que je rectifie en lui demandant : « Je peux la voir ? » Je pourrais lui dire que je suis désolé d’apprendre ça, désolé pour elle, mais je sais que je n’ai pas besoin de le formuler pour qu’elle le sache. On a toujours eu une grande facilité à se comprendre avec nos simples regards, j’ose espérer que c’est toujours le cas.


when i heard that sound, when the walls came down. when my skin grows old, when my breath turns cold. when i run out of air to breathe, it's your ghost i see. i'll be thinking about you.

 
almost love

 ♡ ♡ ♡


:
 

Contenu sponsorisé

( » )
SUN GOES DOWN :: UCLA :: Bruin Plaza :: Bruin Walk
our love was something they could admire. (melody)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 


Sauter vers: