Teo & Mia - Strat crying cause I miss my brother.


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
avatar
Date d'inscription : : 13/04/2017
Messages : : 738
Points : : 187
Avatar : : Bridget Satterlee.
Autres comptes : : Vitoria A. Jamlows et Hazel T. Caldwell.
Pseudo internet / prénom : : Héléna/Hmtbn.
Crédits : : ultraviolette. J'ai : 18 ans même si je dis assez souvent que j'en ai 21 et mon anniversaire est le : 1er juin. Je suis : américaine et mes origines sont : Australiennes comme tous les membres de la famille Fairfield. En ce moment, je : rentre en deuxième année de communication et de design des médias sans savoir pourquoi et comment j'ai fait pour valider mon année. Je commence également le mannequinat à mon plus grand plaisir. En dehors des cours je fais partie : de théâtre., l'unique chose qui m'intéresse réellement. Si jamais vous me cherchez, j'habite : dans la maison familiale, même si je squatte beaucoup dans la confrérie pour être tranquille. Ce qui m'attire ce sont : les deux sexes, je n'ai pas d'étiquette du moins je suis bien trop jeune pour m'en coller une sur le front et côté coeur je suis : célibataire. Celui qui sortira avec moi devra passer le test des six grands frères, bonjour l'angoisse.
. :
Mes rps en cours :
Teo-LiloJamesfairfieldJaedenAriellaNaveenTeo

mes rps archivés:
 



Family where life begins and love never ends.

✾✾✾



I will always have this piece of my heart that smiles whenever I think about you


◀️▶️︎◁

You know I try but I don't do too well with apologies


★☆★☆


Mia G. Fairfield
« COR UNUM ET ANIMA UNA »
- solidarity gamma

( » ) Jeu 21 Sep 2017 - 14:18
Tout était beau que ce soit le lustre ou les tenues habillées des personnes présentes à ce gala. Tout se passait bien, parfaitement bien. Des défis, du rire et de la moquerie face aux bourgeois bien trop coincés, rien n'aurait pu te faire penser une minute que tu finirais ta soirée ici. Tu ne l'aurais jamais voulu et si tu avais su tu aurais fait plus attention, ça paraissait logique que les petits riches se nourrissent de fruits de mer c'était des aliments bons et couteux pourtant quand de ta main tu avais prit divers toasts tu n'y avais pas songé une seconde bien trop les idées ailleurs. Tu avais peur pour Naveen et toi, tu étais dans l'incompréhension la plus totale à ce moment là de ce qu'il avait fait, t'étais dans une situation qui ne te plaisait pas. Evidemment il ne fallut que quelques minutes pour que ton corps réagisse à ces aliments qu'il considérait nocif pour ton corps. Tu avais vomis, un oedeme avait prit place au niveau de ta gorge bloquant ta respiration et des plaques étaient apparues sur ton corps. L'adrénaline n'avait pas calmé ta crise, tu avais si peur que ton pouls s'était accéléré et que ta tension avait chuté. Tu te sentais en enfer en train de mourir intérieurement, ce n'était pas une mégarde habituelle où tu te rendais vite compte de ta bêtise, non tu en avais consommé bien trop pour que ton corps ne le supporte et c'est à l'hôpital, aux urgences précisément que tu avais atterri. Masque à oxygène sur ton visage tu avais avant envoyé un message à ton frère en attendant les secours, du moins tu avais tenté de lui envoyer un message clair et précis. Tu voulais le voir, t'avais besoin du soutien de Teo même si vos relations étaient au plus mal en ce moment. Jad n'avait pas à remettre les pieds à l'hôpital et déranger Jay..ce n'était pas ce dont tu avais envie. Masque à oxygène sur le visage, il te fit descendre de l'ambulance sur ce brancard qui te faisait déjà te sentir des plus inutiles. Si ton corps ne suivait plus ta propre volonté, tes yeux ne cherchait plus que Teo qui s'il avait comprit le message ne devait pas tarder à arriver. En plein enregistrement de ton identité, de ta main tu retiras le masque. "C'est mon frère là" dis-tu doucement à l'infirmière avec le peu de force qui te restait pour qu'elle aille le récupérer. Tu ne tardas pas à le retrouver, il était venu à ton appel à l'aide et c'est en tendant ta main, encore ornée de la fausse bague, pour avoir la sienne que votre peau rentra en contact pour la première fois depuis l'histoire chez lui. Tu t'en voulais terriblement que tes mots aient échappé à ta pensée mais ses mots avaient été destructeurs sur toi. Vous étiez trop fiers l'un et l'autre pour faire le premier pas, et pourtant sans l'avoir fait, tu avais eu le courage de l'avoir prévenu lui. Après tout, s'il pensait vraiment que tu aurais fait des vacances à tout le monde en restant en Australie, dans une tombe aussi tu ne viendrais plus déranger ta famille.


@Teo Fairfield




Beat me, hate me
You can never break me.
©crackintime
avatar
Date d'inscription : : 21/03/2017
Messages : : 828
Points : : 311
Avatar : : adam gallagher.
Autres comptes : : eli, le chasseur de gazelles ; aaron, le bébé tout chou et lucca, le flic au regard de braise.
Pseudo internet / prénom : : potatoe (al).
Crédits : : beating heart (avatar). J'ai : vingt-six ans et mon anniversaire est le : 14 février. Je suis : américain et mes origines sont : australiennes. En ce moment, je : suis prof pour les p'tits et je donne des cours particuliers aux petits, comme aux étudiants. Si jamais vous me cherchez, j'habite : à westlake, avec la jolie lilo qui squatte. Ce qui m'attire ce sont : les courbes féminines et côté coeur je suis : célibataire, veuf pour être plus précis et pas prêt à m'attacher de nouveau.
. :
i love when you fly with me 'cause you're the only one that sets me free. i just want to let you know that you're the only one i see. so why are we waiting ? my heart is inflating, this love we're creating. just take a breath and set me free, oh come and fly with me.

to my heart you have the key
u.c
memories :
 


Teo Fairfield
« CHILLING UNDER THE SUN »
- citizen

( » ) Mar 26 Sep 2017 - 23:16
"Hôpital de LA. Urgences tout de suite, si tu peux." Le message à peine lu, je me leve du canapé, prend mes clés et sors de l’appartement dans une vitesse inouïe sous le regard interrogateur de Lilo. Je ne prends même pas le temps de lui expliquer, décidant de le faire à mon retour. Ou peut-être par sms pour qu’elle ne s’inquiète pas. Mais là, je n’ai juste pas le temps. Il faut que j’aille à l’hôpital, dans ce lieu que je n’aime pas. Ouais, les hôpitaux sont ma hantise, surtout celui de LA. Les dernières fois où j’avais dû m’y rendre, c’était pour aller au chevet de deux des personnes qui comptent le plus dans ma vie, ces dernières étant dans le coma. L’une en est jamais ressortie, l’autre est toujours actuellement diminué physiquement. Et encore une fois, je me retrouve à partir là-bas pour rejoindre une personne qui compte tout autant à mes yeux. Ma sœur, la seule et unique, Mia. Celle avec qui les choses ne sont pas roses dernièrement. Je n’ai toujours pas digéré ce qu’elle a pu me dire, mais je ne peux pas faire celui qui n’a pas lu le message, celui qui ne sait pas qu’elle est hospitalisé. Malgré tout, elle reste mon trésor et je sais que je le regretterais à jamais si je ne vais pas à son chevet aujourd’hui. Je roule à vive allure, me fichant bien de savoir si je dépasse les limitations de vitesse et j’arrive bien vite à l’hôpital, me précipitant vers l’accueil pour savoir où elle se trouve. Je suis complètement perturbé, l’esprit pas clair et pourtant, tout le monde sait que je suis le membre de la famille qui garde toujours son calme. Là, c’est dur. Alors que l’infirmière fait ses recherches dans l’ordinateur, une autre infirmière vient à ma rencontre pour me demander de la suivre. Fronçant les sourcils, je le fais quand même et aperçoit enfin Mia allongée sur un brancard, masque à oxygène sur le visage. Elle a des plaques parsemées un peu partout sur les morceaux de peau apparente et je comprend tout de suite qu’elle fait une allergie. Ce n’est pas la première fois. Je m’approche et attrape sa main de la mienne, la serrant délicatement et osant enfin soufflé de soulagement. Parce que je le sais, elle est prise en charge et tout ira bien. Il faut que je redevienne optimiste, comme d’habitude. Mon regard s’accroche un instant sur la bague qui orne fièrement sur son doigt et je jure intérieurement de lui demander des comptes à ce sujet-là, mais plus tard. Quand elle irait mieux. Et puis, je veux profiter un peu du fait qu’on se retrouve après autant de temps, redevenant le grand frère ultra protecteur et nounours avec elle. « Je t’interdis de me faire aussi peur encore une fois, Mia. » Je lâche, la voix enrouée, déposant ensuite un baiser sur son front. Les larmes qui ont commencé à sortir dans la voiture, elles, ne coulent plus parce que ça a toujours été comme ça, je joue au fort devant les autres. « Qu’est-ce qu’il s’est passé ? » Je pose la question, même si je m’attends à un mensonge de sa part.


and now we are alive
pour être heureux, je crois qu'il faut avoir souffert auparavant. je crois que c'est en résistant au malheur qu'on a une chance de gagner le bonheur. •• ALASKA (guillaume musso)

avatar
Date d'inscription : : 13/04/2017
Messages : : 738
Points : : 187
Avatar : : Bridget Satterlee.
Autres comptes : : Vitoria A. Jamlows et Hazel T. Caldwell.
Pseudo internet / prénom : : Héléna/Hmtbn.
Crédits : : ultraviolette. J'ai : 18 ans même si je dis assez souvent que j'en ai 21 et mon anniversaire est le : 1er juin. Je suis : américaine et mes origines sont : Australiennes comme tous les membres de la famille Fairfield. En ce moment, je : rentre en deuxième année de communication et de design des médias sans savoir pourquoi et comment j'ai fait pour valider mon année. Je commence également le mannequinat à mon plus grand plaisir. En dehors des cours je fais partie : de théâtre., l'unique chose qui m'intéresse réellement. Si jamais vous me cherchez, j'habite : dans la maison familiale, même si je squatte beaucoup dans la confrérie pour être tranquille. Ce qui m'attire ce sont : les deux sexes, je n'ai pas d'étiquette du moins je suis bien trop jeune pour m'en coller une sur le front et côté coeur je suis : célibataire. Celui qui sortira avec moi devra passer le test des six grands frères, bonjour l'angoisse.
. :
Mes rps en cours :
Teo-LiloJamesfairfieldJaedenAriellaNaveenTeo

mes rps archivés:
 



Family where life begins and love never ends.

✾✾✾



I will always have this piece of my heart that smiles whenever I think about you


◀️▶️︎◁

You know I try but I don't do too well with apologies


★☆★☆


Mia G. Fairfield
« COR UNUM ET ANIMA UNA »
- solidarity gamma

( » ) Dim 1 Oct 2017 - 9:35
Dans l’ambulance tu espérais qu’une chose c’était de voir ton frère à ton arrivée à l’hôpital, tu ne pouvais pas rester dans ce lieu maudit seule. Tu détestais l’hôpital depuis que tu y avais passé des jours et des jours pour Jad bien qu’il le méritait. Cependant quand Jad s’était réveillé tu t’étais jurée de ne pas y retourner à mois qu’il soit question d’une urgence vitale. C’était une urgence vitale. L’œdème t’empêchait de respirer correctement, ta voix était presque inaudible et c’était avec le peu de force qu’il te restait que tu avais prévenu l’infirmière que l’homme était ton frère. Tu quittais Naveen qui t’avait suivi pour être prit en charge. Il ne pouvait te suivre, il n’était pas de ta famille et pour tout avouer sa présence n’aurait rien arrangé à ton cas. Si quelqu’un avait toujours réussi à te calmer quand tu avais peur, quand tu étais triste c’était Teo, il avait toujours trouvé les mots pour mais en contre partie il savait également si bien te blesser. Ses mots comme armes qui étaient venus frapper ta poitrine quand ils étaient sortis. Tu l’avais cherché mais tu n’avais pas mérité tel traitement. Personne n’aurait mérité ses propos et fiers comme vous pouviez l’être vous ne vous étiez plus parlés depuis. Sa main qui rencontre la tienne comme si toutes les tensions s’étaient enfuies face à la bâtisse blanche du bâtiment, son contact qui te rend vivante. Tu es toujours là et tu seras encore là pour prendre sa main, le serrer contre toi s’il t’accepte de nouveau dans sa vie. Il était ton frère, un de tes frères mais bien un avec qui tu étais le plus proche malgré votre différence d’âge. Il était vieux jeu Teo et t’avais peut-être bien besoin de ça dans ta vie même si tu refusais de l’avouer, t’avais eu besoin de ses coups de main à l’école pour en arriver là où tu étais. T’avais toujours eu besoin de lui comme un poisson à besoin d’eau. Sans Teo rien ne serait plus pareil. Tu ne dirais pas la même chose pour les jumeaux par contre, eux n’existaient quasiment pas à tes yeux voilà pourquoi tu espérais que Teo ne les prévienne pas, tu ne voulais pas d’une réunion de famille à l’hôpital. « Je suis désolée.. » réussis-tu à articuler. Tu n’avais rien trouvé de mieux à écrire dans ton message quand tu sombrais, tu le voulais clair et compréhensible ce qui semblait avoir marché. Pour la première fois tu n’avais pas tenté d’attirer l’attention sur toi en dramatisant la chose, la petite Mia s’était calmée le temps d’une soirée. Douce et gentille c’était bien des qualités que tu rangeais au fond de toi simplement car quand on est trop gentille on se fait toujours avoir alors toi tu étais celle qui faisait du mal, qui ne s’attachait pas simplement car blesser les autres c’était bien moins douloureux que de se faire blesser. Raisonnement tellement égoïste mais qui te ressemble.  Le baiser de Teo vient soulager ta conscience quelques secondes, tu t’imaginais bien loin de cette réalité mais quand l’infirmière tenta de te perfuser tu retiras aussitôt ton bras d’un geste instinctif. Tu tremblais encore et tu le savais ce n’était pas le moment de faire des enfantillages alors tu ne laissas pas le temps à Teo de dire quoi que ce soit que tu tendis de nouveau ton bras alors que tu serrais bien plus fort la main de ton frère. Si tu souffrais, il pouvait souffrir un instant avec toi. D’ailleurs alors que tu avançais dans la salle dans laquelle tu allais rester pour les prochaines vingt quatre heures comme tu le savais, Teo te posa la question que tu attendais. Elle était inévitable et si tu avais une multitude d’idée en tête tu savais que la vérité ne serait que l’unique bonne réponse à la question. « J’étais à un gala..ce qui explique la robe de maman. J’ai..J’ai pas fait attention au buffet, j’ai mangé car j’avais la tête ailleurs et la conne que je suis se retrouve ici.. » expliques-tu alors que des larmes viennent couler sur tes joues. Quelle erreur de débutante tu avais fait, une erreur qui t’avait fait la peur de ta vie tu l’avoues. « Merci d’être venu, j’y croyais pas.. » Pleine d’honnêteté ce soir car c’était l’heure des réconciliations du moins tu l’espérais de tout ton coeur.




Beat me, hate me
You can never break me.
©crackintime
avatar
Date d'inscription : : 21/03/2017
Messages : : 828
Points : : 311
Avatar : : adam gallagher.
Autres comptes : : eli, le chasseur de gazelles ; aaron, le bébé tout chou et lucca, le flic au regard de braise.
Pseudo internet / prénom : : potatoe (al).
Crédits : : beating heart (avatar). J'ai : vingt-six ans et mon anniversaire est le : 14 février. Je suis : américain et mes origines sont : australiennes. En ce moment, je : suis prof pour les p'tits et je donne des cours particuliers aux petits, comme aux étudiants. Si jamais vous me cherchez, j'habite : à westlake, avec la jolie lilo qui squatte. Ce qui m'attire ce sont : les courbes féminines et côté coeur je suis : célibataire, veuf pour être plus précis et pas prêt à m'attacher de nouveau.
. :
i love when you fly with me 'cause you're the only one that sets me free. i just want to let you know that you're the only one i see. so why are we waiting ? my heart is inflating, this love we're creating. just take a breath and set me free, oh come and fly with me.

to my heart you have the key
u.c
memories :
 


Teo Fairfield
« CHILLING UNDER THE SUN »
- citizen

( » ) Sam 14 Oct 2017 - 15:57
Je n’avais pas hésité une seule seconde avant de venir rejoindre Mia à l’hôpital, la retrouvant allongée sur un brancard. Rapidement, je suis à côté d’elle, ma main dans la sienne, rassuré de voir qu’elle a été prise en charge très vite. Les choses auraient pu être pires après tout. « Je suis désolée.. » Qu’elle articule avec une douceur dont elle fait rarement preuve, chose qui me prend un peu par surprise. Mais je n’en montre rien et me contente de serrer un peu plus sa main dans la mienne. « C’est moi qui suis désolé... » Désolé d’avoir laissé les choses s’envenimer autant entre nous. Désolé de ne pas avoir eu le comportement d’aîné et d’adulte que j’ai toujours eu. C’était à moi de venir la voir pour qu’on arrange les choses parce que j’ai toujours été le moins têtu. Il faut croire que je l’étais tout autant qu’elle finalement. À ce moment-là, une infirmière arrive et tente de perfuser Mia, ce que ma jeune sœur refuse, retirant son bras d’un geste brusque. Elle tremble et je me sens démuni face à ça. Et alors que je pense que je vais devoir l’encourager à laisser l’infirmière faire, elle finit par tendre le bras, exerçant une pression bien plus forte sur ma main. Je grimace, mais ne dis rien. Je la connais la petite, si je me plains, elle serait capable de serrer encore plus fort. Du coup, le mieux est le silence. J’attends que l’infirmière fasse ce qu’elle a à effectuer et une fois qu’elle sort de la chambre, je questionne ma sœur sur sa présence ici. « J’étais à un gala..ce qui explique la robe de maman. J’ai..J’ai pas fait attention au buffet, j’ai mangé car j’avais la tête ailleurs et la conne que je suis se retrouve ici.. » Devant la gravité de la situation, je n’avais même pas remarqué qu’elle porte une robe de maman, et je dois dire que ce n’est pas ce qui me travaille le plus. « Merci d’être venu, j’y croyais pas.. » Habituellement, j’aurai été choqué par ses propos. Ce soir, je ne peux pas lui en tenir rigueur. Après ce qu’on s’est dit la dernière fois, il est assez normal qu’elle en doute dans le fond. « Je viendrais toujours Mia, je serais toujours là, car tu restes mon petit bébé de sœur. Même si t’es casse pied parfois. » Parce que c’est vrai. Même si on se prend la tête, même si un jour, on a une dispute encore plus grosse, je serai toujours présent. Comme je l’ai toujours été. « Faut que tu fasses plus attention à ce que les gens t’offres à manger, Mia. Ça aurait pu être plus grave. » Et voilà que mon côté paternaliste ne peut s’empêcher de revenir à la charge, et cela, même si je lutte contre. Ce n’est pas forcément ce qu’elle souhaite entendre, des reproches, alors j’enchaîne : « Ils ont dit quand ils arrivent, les autres ? » Les autres. Je n’ai pas besoin de donner de noms pour qu’elle sache de qui je parle. De la fratrie, de notre mère. De notre famille, tout simplement. C’est quand même étonnant qu’il n’y ait personne encore. Ça en est même étrange et je me demande finalement s’ils sont au courant. Je fronce légèrement les sourcils et lui demande : « T’as prévenu personne à part moi, c’est ça ? »


and now we are alive
pour être heureux, je crois qu'il faut avoir souffert auparavant. je crois que c'est en résistant au malheur qu'on a une chance de gagner le bonheur. •• ALASKA (guillaume musso)

SUN GOES DOWN :: UCLA :: Westwood Plaza :: Ronald Reagan UCLA Medical Center
Teo & Mia - Strat crying cause I miss my brother.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 


Sauter vers: