i am catastrophically in love with you: tomivia


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
avatar
Date d'inscription : : 27/09/2017
Messages : : 57
Points : : 137
Avatar : : harvey newton haydon.
Pseudo internet / prénom : : schreave (leslie).
Crédits : : neon cathedral (avatar) perséphone (signature code). J'ai : vingt-sept ans et mon anniversaire est le : deux mai Je suis : américain et mes origines sont : anglaises et américaines. En ce moment, je : suis cavalier professionnel, membre de l'équipe olympique depuis plus d'un an. Si jamais vous me cherchez, j'habite : à eagle rock, dans un appartement où il est installé depuis son départ de ucla. Ce qui m'attire ce sont : les femmes et côté coeur je suis : englué dans une relation dont je me demande si elle a véritablement un avenir.
. :

thomas "tom" baldwin



≈ ≈ ≈



you need me ? you yell.
you wanna leave ? we go.
i'll get you out of here, no matter what.

≈ ≈ ≈




the world can burn if my family lives


Thomas Baldwin
« CHILLING UNDER THE SUN »
- citizen

( » ) Dim 8 Oct 2017 - 11:26


Ces derniers temps, Tom passait son temps à courir et il ne demandait pas mieux. A vrai dire, s’il était aussi overbooké, c’était car il le voulait bien. D’aussi loin qu’il s’en souvienne, il n’avait jamais été du genre à se tourner les pouces. C’était là une habitude acquise dès l’enfance. Quand il était petit, ses parents ne lui auraient jamais permis de passer l’après-midi sur le canapé, devant des programmes télévisés. Ils l’avaient habitués à une existence bien remplie et c’était tout naturellement qu’il avait conservé ce rythme de vie. Ses semaines avaient toujours été bien chargées, mais ces derniers temps, il se surpassait véritablement. Ce rythme particulièrement soutenu lui permettait de vivre à deux cents à l’heure et de n’avoir que peu de temps pour se prendre la tête. Ses journées étaient longues et éreintantes, si bien qu’il s’endormait chaque soir rapidement, sombrant dans les méandres de son sommeil à l’instant où il s’affalait contre son édredon. La matinée touchait à sa fin et Tom sortait de plusieurs d’entrainement. Conformément à son habitude et pour poursuivre son rythme infernal sans embuches, il pris le chemin de son café préféré et se glissa dans la queue, bien décidé à prendre son remontant préféré avant de repartir de plus belle. Pour le voir quasiment tous les jours, la vendeuse le connaissait par cœur. Il aurait fallu que Tom soit débile pour ne pas avoir qu’elle avait un petit béguin pour lui. Outre le fait qu’elle était trop jeune pour lui, son cœur était déjà pris et il ne lui témoignait de ce fait que la courtoisie polie qu’il servait à tout le monde. Elle n’eut même pas besoin de prendre sa commande, s’activant immédiatement à la préparation de son breuvage favori et n’essaya pas de lui refourguer une pâtisserie gratuite, ayant compris depuis qu’il n’était pas du genre à s’autoriser un excès de douceur quotidien. Après avoir payé et attrapé son gobelet de café, Tom fit volte-face, prêt à partir. Il portait déjà le café à ses lèvres lorsqu’il s’immobilisa en découvrant une personne familière dans la queue, à quelques places de lui. Leurs regards se croisèrent et les lèvres de Tom s’étirèrent par réflexe en un sourire un brin tendu. Il ressentait du plaisir à croiser Livia, mais pas que. « Salut » lança-t’il avant de la rejoindre pour planter un baiser sur sa joue. « Comment tu vas ? »



☆☆☆ “takes a lot of tries before you hit perfection."
he paused to reconsider that.
"well, except for my parents. they got it on the first try."
avatar
Date d'inscription : : 07/10/2017
Messages : : 20
Points : : 100
Avatar : : alexandra daddario
Pseudo internet / prénom : : ana
Crédits : : desires J'ai : vingt-huit ans et mon anniversaire est le : deux janvier 1989. Je suis : américaine et mes origines sont : françaises. En ce moment, je : suis nageuse professionnelle, je fais partie de l'équipe olympique des Etats-Unis. Ce qui m'attire ce sont : les hommes et côté coeur je suis : en couple depuis maintenant cinq ans mais mes sentiments sont tourmentés par un autre homme.
. :

I JUST WANT TO SEE
THE STARS WITH YOU ✯



Olivia Stenfield
« CHILLING UNDER THE SUN »
- citizen

( » ) Dim 8 Oct 2017 - 15:04

i am catastrophically in love with you L'un assit en face de l'autre, seul le bruit des couteaux et des fourchettes retentissaient dans la maison. Livia ne pouvait s'empêcher de regarder les moindre faits et gestes de Ty. Pourquoi s'ententait-il à mettre autant de distance entre eux ? Si la jeune femme aurait pu faire quelque chose pour lui, pour l'aider à retrouver le goût à la vie elle l'aurait fait sans hésité. À chaque fois qu'elle a le malheur de repenser au passé, elle ressent une vive douleur dans sa poitrine. Ty était concentré sur son petit-déjeuner et elle se demandait à quoi il pouvait bien penser. Cela faisait bien longtemps qu'il ne lui faisait plus part de ses pensées. Il gardait beaucoup de choses pour lui mais elle voyait pertinemment qu'il souffrait quotidiennement. « Ça te dirais qu’on aille se balader un peu au bord de la plage aujourd’hui ? » Olive voulait le faire sortir de cette maison, qu'il prenne l'air et ainsi ils pourraient par la même occasion passer du temps ensemble. Il ne prit même pas la peine de lever les yeux vers elle. « Je préfère rester ici. » Une boule se forma dans la gorge de la belle et elle se mordilla légèrement la lèvre faisant pression dessus. Elle avait toujours cette impression que ses efforts ne seraient jamais suffisants. Il sortait si rarement qu'elle s'était dit que ce serait une bonne idée mais il faut croire qu'une fois de plus elle s'était trompée. Ty finit son assiette avant de partir dans le salon. Livia resta sur sa chaise, le regard dans le vide durant de nombreuses minutes. Elle perdait complètement le contrôle sur cette relation à son plus grand désarrois. La belle brune finit par se lever et rangea tout ce qui se trouvait sur la table. Pendant qu'elle faisait la vaisselle, l'infirmière de Ty entra dans la maison et vint saluer la jeune femme avec ce regard compatissant qu'elle lui adressait chaque jour. Olive lui adressa un faible sourire. « Je vais sortir prendre un peu l’air, ça ira ? » L'infirmière hocha positivement la tête avant de rejoindre Ty dans le salon. La brunette soupira doucement avant de prendre ses affaires et de passer le pas de la porte.

Une légère brise caressa son visage et cette sensation l'apaisa. Elle avait besoin de s'éloigner de cette maison, de Ty, de ces tensions constantes. C'est tout naturellement qu'elle s'était dirigée vers un café pour prendre un petit remontant. Inconsciemment elle s'était dirigée vers le café où elle avait pour habitude de retrouver de temps en temps Thomas. Un sentiment de nostalgie ? Ça se pourrait bien, elle le voyait de moins en moins ces derniers temps. Alors qu'elle pénétra dans le café, elle pu remarquer qu'un bon nombre de personnes avaient eu la même idée qu'elle. Livia se mit donc à la suite de la file d'attente tout en observant le lieu autour d'elle. Mais alors que ses yeux se baladaient un peu partout, ils finirent par s'immobiliser sur une personne. Thomas. Il était là devant elle et sur le moment elle s'était dit que c'était son imagination qui lui jouait des tours mais au moment où il lui sourit elle su qu'elle n'était pas en train de rêver. Un sourire se dessina sur ses lèvres. « Salut » Elle le regarda s'approcher d'elle et ferma une demie seconde les yeux au moment où elle sentit les lèvres du jeune homme se poser sur sa joue. « Comment tu vas ? »  Que pouvait-elle bien répondre à cela, rien n'allait dans sa vie. « Ça peut aller. Et toi ? » Bien qu'elle était heureuse de voir le beau brun, Olive ne pouvait s'empêcher de se sentir mal à l'aise face à celui-ci. Elle qui voulait s'éloigner des tensions c'était râté. La file d'attente avança assez rapidement et Livia commanda son café, paya, salua la vendeuse et se retourna vers Tom. Ils s'éloignèrent du comptoir et la belle brune posa son regard bleu azur sur celui-ci. « J'ai l'impression que cela fait une éternité que l'on ne s'est pas vu. » Livia regretta immédiatement ces quelques mots. Bien sur qui lui était arrivé de le voir à certains entraînements de natation mais elle voyait bien qu'ils ne passaient plus autant de temps ensemble et elle n'arrivait pas à supporter cette idée.

avatar
Date d'inscription : : 27/09/2017
Messages : : 57
Points : : 137
Avatar : : harvey newton haydon.
Pseudo internet / prénom : : schreave (leslie).
Crédits : : neon cathedral (avatar) perséphone (signature code). J'ai : vingt-sept ans et mon anniversaire est le : deux mai Je suis : américain et mes origines sont : anglaises et américaines. En ce moment, je : suis cavalier professionnel, membre de l'équipe olympique depuis plus d'un an. Si jamais vous me cherchez, j'habite : à eagle rock, dans un appartement où il est installé depuis son départ de ucla. Ce qui m'attire ce sont : les femmes et côté coeur je suis : englué dans une relation dont je me demande si elle a véritablement un avenir.
. :

thomas "tom" baldwin



≈ ≈ ≈



you need me ? you yell.
you wanna leave ? we go.
i'll get you out of here, no matter what.

≈ ≈ ≈




the world can burn if my family lives


Thomas Baldwin
« CHILLING UNDER THE SUN »
- citizen

( » ) Dim 8 Oct 2017 - 18:22


Il se sentait presque coupable, Tom. Il était familier à ce sentiment. Trop familier. Ca le contrariait beaucoup. Il n’était pas fier de lui, vraiment pas du tout. Il savait qu’il commettait une erreur en restant ainsi proche de Livia. Il n’aurait pas dut. Elle n’était pas disponible. Tom avait bon nombre d’amis et certains ne s’embarrassaient pas d’autant de principes que lui. Il avait déjà vu des mecs embrasser des filles déjà casées et en avait toujours ressenti une irritation certaine. Dans ces moments là, il avait toutes les peines du monde à ne pas jeter aux mecs en question des regards réprobateurs. On ne doit pas s’intéresser à des filles déjà prises. C’était là le bon sens même. Alors il se sentait drôlement comme un hypocrite, Tom. Qui était-il pour juger les autres quand lui-même commettait la même erreur ? Il s’était épris d’Olivia alors même qu’il avait toujours sut qu’elle était prise. Elle l’était il y un an quand ils avaient fait pour la première fois connaissance et elle l’était toujours autant aujourd’hui. Rien n’avait changé. Elle n’avait jamais été à sa portée et ne le serait jamais. Bien sûr, la situation de couple de la brune était particulière. Son couple était en mauvaise posture et ce depuis plusieurs années. C’était en partie pour cela que Tom se voyait bien incapable de tirer un trait sur elle. Il aurait pu le faire, s’il l’avait sut heureuse et épanouie dans une autre relation. Il se serait montré fort, suffisamment pour serrer les dents et passer son chemin. D’ici là, il aurait peut-être même rencontré une autre fille, une fille disponible qui se serait éprise de lui.

Mais voilà, Livia n’était pas heureuse. Il la connaissait bien pour le savoir sans qu’elle ne l’énonce à voix haute et elle l’avait d’ores et déjà fait, car elle avait confiance en lui. Elle s’était confiée à lui et il s’était confié à elle et avec le recul, peut-être aurait-il dut s’abstenir. Quand bien même ils n’avaient jamais rien fait de répréhensible, Tom ne s’en sentait pas moins coupable. L’intensité de ses sentiments à l’égard de Livia lui semblait un crime en soit. Il l’aimait trop, bien plus qu’il n’aurait jamais dut se le permettre. Il essayait de l’éviter pour remédier à cela, pour parvenir à nouveau à se regarder dans une glace, mais c’était une tâche ardue, d’autant plus quand il tombait ainsi sur elle, sans s’y être préparé. Son sourire lui vint avec un naturel désarmant. Il restait heureux de la voir. Toujours. Cette situation n’était pas bonne. Cette situation n’était pas juste, mais elle était douce, infiniment douce. Livia était son plaisir coupable. Il planta un baiser sur sa joue, de la même façon qu’il aurait embrassé sa mère pour la saluer, mais car c’était Livia, c’était différent. Il s’efforça de ne pas inspirer à plein nez l’odeur de son parfum et recula vite sa tête, comme pour écarter la tentation. La question était idiote. Livia n’allait pas bien et il le savait. Quant à lui… Et bien, comment était-il sensé aller bien quand ce n’était pas son cas à elle ? Cette situation était tout bonnement cauchemardesque. « Ça peut aller. Et toi ? » Tom acquiesça machinalement, sans se poser de questions, comme Livia l’avait fait avant lui. « Ca va aussi. » Ce qui était le cas. Plus ou moins. Moins que plus, quand on en venait à elle. « J’ai l’impression que cela fait une éternité que l’on ne s’est pas vu. » Tom se mordit doucement la lèvre en évitant tant bien que mal de croiser de plein fouet ses magnifiques yeux bleus. « C’est vrai. Je suis désolé, je m’entraine beaucoup ces temps-ci. Tu sais ce que c’est. » Un mensonge, indubitablement. Il aurait pu dégager du temps pour elle, s’il l’avait bien voulu. Mais ce n’était pas sage. « C’est bon te voir en tout cas. » Reprit-il avec un joli sourire un brin gêné. Pour le coup, c’était la vérité. Elle lui avait vraiment manqué.



☆☆☆ “takes a lot of tries before you hit perfection."
he paused to reconsider that.
"well, except for my parents. they got it on the first try."
avatar
Date d'inscription : : 07/10/2017
Messages : : 20
Points : : 100
Avatar : : alexandra daddario
Pseudo internet / prénom : : ana
Crédits : : desires J'ai : vingt-huit ans et mon anniversaire est le : deux janvier 1989. Je suis : américaine et mes origines sont : françaises. En ce moment, je : suis nageuse professionnelle, je fais partie de l'équipe olympique des Etats-Unis. Ce qui m'attire ce sont : les hommes et côté coeur je suis : en couple depuis maintenant cinq ans mais mes sentiments sont tourmentés par un autre homme.
. :

I JUST WANT TO SEE
THE STARS WITH YOU ✯



Olivia Stenfield
« CHILLING UNDER THE SUN »
- citizen

( » ) Dim 8 Oct 2017 - 22:40

i am catastrophically in love with you Il était là. Thomas. Face à elle se trouvait l'homme qui lui faisait perdre la tête depuis un an maintenant. Un mélange de sentiments s'empara de la jeune femme. De la gêne, de la joie, de la culpabilité et de l'amour. Les battements de son coeur prirent un rythme plus accéléré dès l'instant où elle avait posé les yeux sur Tom. Comment pouvait-elle ressentir toutes ces choses pour cet homme alors que son copain était à la maison. Comment pouvait-elle trahir Ty de la sorte ? Oui, trahir, c'était le mot. Bien qu'il ne se soit jamais passé quoi que ce soit avec Tom, le simple fait de ressentir des sentiments pour lui était une trahison. Mais comment pouvait-elle les effacer, les oublier ? Elle avait pourtant essayé  pendant plusieurs semaines de se faire croire que tout ceci n'était pas réel, que c'était seulement passager mais il n'en était rien. À chaque fois qu'elle se retrouvait en présence du beau brun, ses sentiments étaient bels et bien là. Olive était heureuse de le voir ici, cela lui remontait toujours le moral de passer du temps avec lui et après l'atroce matinée qu'elle avait passé le voir était peut-être une bonne chose. Pas vrai ? La belle brune était complètement à côté de la plaque, ce n'était pas en le voyant qu'elle allait pouvoir oublier ses sentiments, qu'elle allait pouvoir se concentrer uniquement sur Ty. Malheureusement pour elle, un simple contact avec Tom lui faisait perdre pied. Un baiser sur la joue. Un geste si innocent mais qui affolait le coeur de la belle, ça en devenait ridicule.

« Ca va aussi. » Elle lui adressa un léger sourire à l'entente de ses mots. S'il allait bien, cela lui convenait amplement. Olive regarda le beau brun se mordre légèrement la lèvre. Elle voyait bien qu'il semblait un peu distant et cela lui faisait mal au coeur. « C’est vrai. Je suis désolé, je m’entraine beaucoup ces temps-ci. Tu sais ce que c’est. »Un pincement au coeur. C'est ce qu'elle ressentit en entendant les paroles de Tom. Oui elle savait parfaitement que les entraînements pouvaient prendre du temps, elle en était consciente mais c'était bien la première fois que le beau brun s'en servait d'excuse pour justifier le fait qu'ils ne se voyaient plus. Les entraînements ne les avaient jamais empêcher de passer du temps ensemble, bien au contraire. Ils trouvaient toujours du temps l'un pour l'autre, jusqu'à maintenant. Olivia se sentait blessait, encore plus quand celui-ci n'osait même pas la regarder dans les yeux. Mais au final c'était elle qui était pathétique. Elle était là, triste de voir Thomas être distant avec elle alors qu'elle était en couple. Oui, elle était avec Ty, pas avec Tom, il fallait réellement qu'elle  remette les choses dans leur contexte. Alors pourquoi cette pensée l'attristait-elle à ce point ? « Je... je comprends, oui... » Elle baissa doucement son visage en même temps qu'elle prononça ces quelques mots. Thomas prenait ses distances, elle n'était pas dûpe, qui pourrait lui en vouloir après tout. Mais Olivia ne pouvait se résoudre à le voir s'éloigner de la sorte, elle avait besoin de lui. Oui, besoin de lui plus que n'importe quoi. « C’est bon te voir en tout cas. » La belle brune releva doucement son visage et esquissa un sourire. C'était un plaisir partagé. « Oui, je suis contente de te voir aussi. » Elle ne pouvait pas être plus sincère. Mais alors qu'elle venait à peine de prononcer cette phrase quelqu'un la percuta derrière elle ce qui lui fit perdre l'équilibre. La belle brune n'eut pas le temps de comprendre ce qui venait de se passer qu'elle s'était retrouvée entre deux bras musclés. Thomas venait de lui éviter une chute monumentale. Un sentiment de soulagement l'envahit avant qu'elle ne se rende réellement compte de la situation. Elle, qui était plaquée contre le jeune homme, si près. Impossible de faire quoi que ce soit, elle planta ses yeux dans ceux de Tom. Son coeur s'emballa et un sentiment de bien-être pris possession de tout son être. Elle perdait totalement pied avec ce simple contact. « Je suis vraiment désolé mademoiselle. » Ces quelques mots la firent revenir à la réalité. Olivia fut en manque d'air tout d'un coup, tout tournait autour d'elle. Elle se sentait si mal. Elle avait l'air tellement pathétique à être là immobile avec du café sur son tee-shirt. Livia se recula brusquement d'un coup. Il fallait qu'elle séloigne de Tom, ses pensées n'étant plus raisonnable du tout. « Je.. Je ferais surement mieux de rentrer pour me changer, regarde moi cette tâche. » La jeune femme simula un léger rire mais elle était beaucoup trop gênée pour que cela paraisse vrai. Elle était devenue tout d'un coup maladroite et finit par se retourner pour atteindre la porte. Lorsqu'elle fut dehors elle se passa les mains dans les cheveux et prit une grande inspiration. Mais qu'est-ce qui ne tournait pas rond chez elle ?   



    Love me like you do ◇ uc. endlesslove
avatar
Date d'inscription : : 27/09/2017
Messages : : 57
Points : : 137
Avatar : : harvey newton haydon.
Pseudo internet / prénom : : schreave (leslie).
Crédits : : neon cathedral (avatar) perséphone (signature code). J'ai : vingt-sept ans et mon anniversaire est le : deux mai Je suis : américain et mes origines sont : anglaises et américaines. En ce moment, je : suis cavalier professionnel, membre de l'équipe olympique depuis plus d'un an. Si jamais vous me cherchez, j'habite : à eagle rock, dans un appartement où il est installé depuis son départ de ucla. Ce qui m'attire ce sont : les femmes et côté coeur je suis : englué dans une relation dont je me demande si elle a véritablement un avenir.
. :

thomas "tom" baldwin



≈ ≈ ≈



you need me ? you yell.
you wanna leave ? we go.
i'll get you out of here, no matter what.

≈ ≈ ≈




the world can burn if my family lives


Thomas Baldwin
« CHILLING UNDER THE SUN »
- citizen

( » ) Mar 10 Oct 2017 - 11:37


Il s’était entiché d’elle sans retenue, ce dont il n’était décemment pas très fier. Il avait été très sot, ce qui ne lui ressemblait vraiment pas. Thomas Baldwin n’était pas homme à prendre des décisions uniquement basées sur ses pulsions. Il était plus réfléchi que cela, plus raisonnable. Il l’avait toujours été, même alors qu’il s’extirpait encore de l’enfance. Son rôle de grand-frère l’avait assez aidé en ce sens, le poussant dès les prémices de son existence à se montrer plus posé que sa cadette. Oui. Tom était le bon fils, le bon frère, le bon garçon. Il en avait toujours été ainsi. Il comptait parmi ces gens qui tâchaient toujours de prendre la bonne décision, y compris quand cette dernière leur fendait véritablement le cœur. C’était ce qui était en train de se passer avec Olivia. Elle était en train de lui briser le cœur et il ne pouvait même pas lui en vouloir pour cela. Non, il n’éprouvait aucune colère à son égard quand bien même l’inverse aurait pourtant sacrément arrangé ses affaires. S’il avait pu la détester, il lui aurait été plus simple de passer son chemin, de l’oublier. Mais elle n’avait à son sens rien à se faire pardonner et si Tom s’employait à flageller quelqu’un, c’était lui et lui seul. C’était son erreur et il en payait aujourd’hui le prix. Il avait commis l’erreur idiote de s’enticher d’une fille d’ores et déjà prise et il devait désormais composer avec cela. Peu importe que le couple de Livia soit sur les rotules. Peu importe qu’il soit franchement persuadé qu’elle était loin d’être insensible à son charme elle aussi. Cela n’avait aucune importance. Cela ne changeait rien à la situation. Olivia était engagée auprès d’un autre homme et aussi compliquée que soit leur relation à ce stade, elle se devait néanmoins d’être respectée.

Tom exécrait véritablement cette situation. Il culpabilisait beaucoup et s’il s’évertuait à mettre de la distance entre Olivia et lui, c’était aussi pour se punir lui-même. Et dieu sait que ça marchait bien. Il était carrément aux abois, le cœur perché dans un équilibre précaire au bord de ses lèvres. Mais il ne pouvait pas s’écouter. Peut-être que Livia et son copain devaient se séparer. Peut-être que ça allait finir par se faire car cette situation était insoutenable. Une part égoïste de Tom n’attendait que cela et cette simple pensée lui donnait une envie mordante de se mettre une bonne claque en pleine figure. Si le couple de Livia devait imploser, il ne voulait pas que cela soit à cause de lui. Alors il s’effaçait, ou du moins il essayait. C’était le plus raisonnable, même si ça lui trouait véritablement le cœur. La présence de Livia à ses côtés était un doux supplice, le rappel amer de ce qu’il désirait de tout son cœur, mais ne pouvait avoir. Il ne cherchait pas à la punir en forçant cet éloignement entre eux. Non. Il faisait ça pour elle aussi, d’une certaine façon. Il peinait à croiser son regard, embarrassé. Sa belle éloquence en prenait véritablement un coup. Il avait du mal à lui mentir, d’autant plus qu’il était certain qu’elle ne croyait en rien ce qu’il était en train de lui raconter. « Je…je comprends, oui… » Il en doutait un peu à la vue de son expression peinée, mais il ne releva guère. Que pouvait-il bien ajouter de plus ? Il était résigné, résigné à s’effacer pour la laisser vivre l’histoire qu’elle vivait déjà avec un autre homme. Il faisait ce qu’il fallait faire… Mais était-ce vraiment le cas ? Faisait-il vraiment ce qu’il devait faire s’il devait la blesser dans le processus ? Tom se sentait pris entre deux feux, engagé dans une bataille éprouvante l’opposant à sa propre conscience. Une partie dominante de lui n’aspirait qu’à emprisonner Livia dans une grosse étreinte. Il n’aspirait qu’a cela, qu’à cette proximité qui lui manquait, mais qu’il se refusait à présent. C’était la chose la plus difficile qu’il ait jamais eut à faire. Un combat de chaque instant. Une guerre qui menaçait de le laisser avec un cœur dont chaque millimètre aurait été violemment lacéré. « Oui, je suis contente de te voir aussi. » Tom cherchait déjà une répartie neutre, courtoise et exemptée d’ambiguïté de toute forme, mais il fut coupé dans son élan lorsque Livia se fit percuter. Perdant l’équilibre, elle tomba contre lui, atterrissant entre ses bras qu’il noua autour de son corps dans un réflexe. Il n’avait pas réfléchi, la rattrapant par pur instinct avant qu’elle n’ait eut le temps de s’affaler sur le sol. Ce contact lui sembla comme brulant alors que tout son univers se retrouvait brusquement réduit au corps de Livia, tout contre le sien. C’était la précisément le genre de situations qu’il s’était résolu à éviter. Il ne l’avait toujours pas lâché, redoutant malgré lui le moment où cet instant prendrait. Finalement, ce fut elle qui se détacha de lui en premier, le tee-shirt arrosé de café. Tom fit un effort pour réfréner ses pulsions et détourna le regard de son décolleté, préférant se focaliser sur son regard bleuté. Une vision déchirante. Elle semblait tellement malheureuse. Tom senti son cœur chuter dans sa poitrine. « Je.. Je ferais surement mieux de rentrer pour me changer, regarde moi cette tâche. » Elle essaya de rire, mais il n’était pas dupe. Elle se jeta presque contre la porte et Tom demeura planté sur place, son gobelet de café à la main. Il devait l’éviter. Aussi pénible que cela soit, il devait continuer. C’était là chose à faire. La solution la plus raisonnable. La voie qu’il prenait toujours. Sauf que, bordel, c’était tellement dur d’être raisonnable avec elle. Tom s’adonna quelques instants à un dilemme mental avant de débouler à l’extérieur du café, embrassant rapidement la rue à la recherche de la silhouette trop familière de Livia. Il la retrouva à quelques pas de l’entrée du café, l’air furieusement désorientée. « Livia. » Il adorait le goût de son prénom sur sa langue. Une saveur douce-amère dont il ne se voyait jamais rassasié. Il l’avait suivie sans réfléchir à ce qu’il allait bien pouvoir lui dire et il se retrouva bêtement planté à côté d’elle. Cela ne lui ressemblait guère à se retrouver à court de mots, mais Olivia Stenfield avait le don de le transformer en un véritable monstre de maladresse auquel il n’était pas du tout familier. Les mots finirent par franchir la barrière de ses lèvres, trop vite pour qu’il n’ait le temps de les rattraper. « Mon appart est à quelques minutes d'ici à peine et je dois avoir un tee-shirt à ma sœur là-bas. Elle fait à peu près la même taille que toi, ça pourrait te dépanner… » Il l’invitait véritablement à venir se déshabiller chez lui. Bien joué, Tom. Il ne savait même pas pourquoi il lui avait proposé cela. Il fallait vraiment qu’il soit stupide.



☆☆☆ “takes a lot of tries before you hit perfection."
he paused to reconsider that.
"well, except for my parents. they got it on the first try."
avatar
Date d'inscription : : 07/10/2017
Messages : : 20
Points : : 100
Avatar : : alexandra daddario
Pseudo internet / prénom : : ana
Crédits : : desires J'ai : vingt-huit ans et mon anniversaire est le : deux janvier 1989. Je suis : américaine et mes origines sont : françaises. En ce moment, je : suis nageuse professionnelle, je fais partie de l'équipe olympique des Etats-Unis. Ce qui m'attire ce sont : les hommes et côté coeur je suis : en couple depuis maintenant cinq ans mais mes sentiments sont tourmentés par un autre homme.
. :

I JUST WANT TO SEE
THE STARS WITH YOU ✯



Olivia Stenfield
« CHILLING UNDER THE SUN »
- citizen

( » ) Mer 11 Oct 2017 - 1:12

i am catastrophically in love with you On dit souvent que l'amour est plus fort que tout, du moins c'est ce que pensait Olivia. Ty, cet homme qui avait toujours été là pour elle depuis sa plus tendre enfance. Celui sur lequel elle avait pu compter dans les bons comme dans les mauvais moments. Alors pourquoi son coeur se jouait-il d'elle de la sorte ? Ne devrait-elle pas être éperdument amoureuse de lui alors qu'il a toujours tout fait pour elle ? Livia n'arrive plus à mettre de l'ordre dans ses pensées. Pour elle, l'accident de Ty ne changeait en rien les choses. Elle avait voulu continuer d'être là pour lui car elle l'aimait. Mais lorsque cette personne vous repousse sans cesse, que cette situation vous rend plus malheureuse qu'heureuse, est-ce normal de vous voir vous détourner de celui avec qui vous êtes pour un autre ? Et s'il n'y avait pas eu cet accident, et si Ty ne s'obstinait pas à la repousser, est-ce qu'Olive serait tombée amoureuse de Thomas ? La brunette aimait croire que non mais au fond d'elle, elle savait pertinemment que cela n'aurait surement rien changé. Les sentiments arrivent sans explication, du jour au lendemain sans que l'on ne se rende compte de quoi que ce soit jusqu'au jour où on prend conscience que cette personne nous est indispensable. Olivia savait pourtant que faire une croix sur Tom était la meilleure chose à faire mais elle ne pouvait se résoudre à le laisser.

Le voir là, face à elle n'arrangeait en rien la situation. Encore moins quand elle se retrouva collée contre lui à cause d'une bousculade. Elle ne devrait pas aimer autant cette sensation, sentir Tom contre elle, ses bras autour d'elle, son parfum... Elle se haïssait tellement de ressentir toutes ces choses alors qu'elle était déjà avec Ty. Ty. S'il voyait cette scène, qu'en penserait-il ? Elle ne voulait pas lui briser le coeur. La dernière chose qu'elle voulait, était de lui faire de la peine. Lui faire ça, ce serait comme l'anéantir un peu plus. Livia ne pouvait s'y résoudre. Le coeur ou la raison ? La jeune femme était face à un dilemme qui lui semblait impossible à résoudre. Cette situation n'était pas saine pour la brunette, elle devait mettre un peu de distance physique entre elle et le beau brun. Il fallait qu'elle prenne l'air, qu'elle fasse le tri dans son esprit, qu'elle arrête de se torturer à ce point-là. En quelques secondes Livia était sortie du café. Au fond, elle s'en voulait d'agir de la sorte. Elle avait été si heureuse de voir Tom et parce qu'elle n'était pas capable de gérer correctement ses sentiments, elle avait préférer prendre la fuite. Une main dans les cheveux, elle soupira un bon coup avec de prendre le chemin du retour. La belle brune se plongea dans ses pensées, repensant à ce qui venait de se passer, aux battements de son coeur qui battaient toujours aussi rapidement. Bon sens, que pouvait-elle faire ? « Livia. » Le corps de Livia s'immobilisa. Elle se retourna doucement et vit Thomas. Un léger sourire se dessina sur ses lèvres quand elle le vit derrière-elle, sûrement parce qu'il lui apportait toujours un sentiment de bien-être. Elle le regarda s'avancer un peu plus près d'elle. « Mon appart est à quelques minutes d'ici à peine et je dois avoir un tee-shirt à ma sœur là-bas. Elle fait à peu près la même taille que toi, ça pourrait te dépanner… » Olive regarda le jeune homme sans trop savoir quoi répondre. Aller chez lui, lui permettrait de passer plus de temps avec lui et dieu sait qu'elle en avait envie. Il lui avait manqué ces derniers temps et elle avait juste besoin de se retrouver un peu avec lui. Mais de l'autre côté, elle savait parfaitement que ce n'était pas quelque chose de raisonnable. Il fallait qu'elle soit lucide, plus de temps elle passait avec Tom et plus elle tombait inconditionellement amoureuse de lui. Et en regardant tendrement le jeune homme face à elle, elle savait qu'elle était dans l'incapacité de décliner sa proposition. « Je... tu es sûr ? » C'était Olive tout craché. Elle ne voulait jamais s'imposer chez les autres ou déranger. Il fallait véritablement qu'elle arrête de douter d'elle, son manque de confiance en elle pouvait être un défaut dans beaucoup de situation. « Dans ce cas, je veux bien, c'est très gentil de ta part, merci. » Elle lui adressa son plus beau sourire signe de remerciement. Livia n'était pas sûre qu'elle ait pris la meilleure décision mais elle avait simplement écouter son coeur et son coeur la conduisait vers Thomas.      



    Love me like you do ◇ uc. endlesslove
avatar
Date d'inscription : : 27/09/2017
Messages : : 57
Points : : 137
Avatar : : harvey newton haydon.
Pseudo internet / prénom : : schreave (leslie).
Crédits : : neon cathedral (avatar) perséphone (signature code). J'ai : vingt-sept ans et mon anniversaire est le : deux mai Je suis : américain et mes origines sont : anglaises et américaines. En ce moment, je : suis cavalier professionnel, membre de l'équipe olympique depuis plus d'un an. Si jamais vous me cherchez, j'habite : à eagle rock, dans un appartement où il est installé depuis son départ de ucla. Ce qui m'attire ce sont : les femmes et côté coeur je suis : englué dans une relation dont je me demande si elle a véritablement un avenir.
. :

thomas "tom" baldwin



≈ ≈ ≈



you need me ? you yell.
you wanna leave ? we go.
i'll get you out of here, no matter what.

≈ ≈ ≈




the world can burn if my family lives


Thomas Baldwin
« CHILLING UNDER THE SUN »
- citizen

( » ) Sam 14 Oct 2017 - 12:45


Thomas ne pouvait s’empêcher de se mettre à la place du petit ami de Livia. Un accident l’avait privé du contact quasiment total de son corps et il se voyait désormais prisonnier au sein même de sa propre chair. Une telle perspective glaçait véritablement le sang de Tom. Aurait-il pu supporter une telle chose ? De par les carrières respectives de ses parents, il avait toujours baigné dans les sports en tout genre. Tout au long de sa vie, il avait touché à tout, goûtant à différentes disciplines avant de se tourner vers celle de sa chère maman. Le sport constituait une partie pour le moins conséquente de l’existence de Tom et il peinait à imaginer de se voir brusquement amputé de cela. Une telle perspective le remplissait véritablement d’effroi. De ce fait, il n’avait pas été choqué d’apprendre que le copain d’Olivia peinait à se remettre de ce particulièrement cruel coup du destin. Personne ne pouvait l’en blâmer, pas du point de vue de Tom. Ce pauvre type, il le plaignait, tout en sachant qu’il devait vraiment avoir en horreur toute forme de pitié de ce genre là. Cependant, dans son malheur, ce type avait quand même la chance d’avoir quelqu’un comme Livia, Livia qui devait l’aimer vraiment fort pour s’accrocher ainsi à lui, contre vents et marées. Une obstination qui n’était pas sans accroître encore davantage l’estime que Tom portait à la jeune femme, sentiment qui lui serrait véritablement le cœur.

Il ne pouvait pas continuer de se rapprocher ainsi d’elle. Ce n’était pas bon, ce n’était pas juste. Il devait à Livia et à son petit ami de s’effacer car c’était là ce qu’il fallait faire. Il ne pouvait pas constituer ainsi un obstacle. Ce n’était juste pour personne, lui y compris. Il était malheureux ainsi. Il se blessait en s’accrochant ainsi à une histoire qui s’annonçait sans réel avenir et il allait finir par y laisser une part de lui trop importante. En forçant ainsi un éloignement avec Livia, il se protégeait lui aussi. Il essayait d’apprendre à se passer d’elle car il le faudrait bien si la situation end evait pas évoluer. Il adorait Livia, mais l’intensité de ses sentiments à son égard était telle qu’il se sentait franchement incapable de demeurer pour toujours rien de plus que son ami. Même si c’était mieux que rien, même si c’était d’ores et déjà un privilège, cela ne lui suffirait jamais et il le savait bien. Il l'aimait trop pour se résigner à cadenasser ses sentiments en lui. Alors il se faisait violence, ou du moins il essayait. Malheureusement, il ne manquait pas de découvrir depuis quelques temps que sa belle obstination en prenait un méchant coup lorsqu’il en venait à Olivia. Il ne supportait tout simplement pas de la savoir malheureuse et encore moins lorsqu’il était lui-même la source de ce malheur. Il ne pouvait pas la laisser partir ainsi, quand bien même il aurait dut. Il aurait dut s’effacer, mais il ne pouvait s’y résoudre. Il ne pouvait tout simplement pas se décider à la laisser tomber.

Il se montrait idiot, irraisonnable et il le savait. Il lui proposait de venir se déshabiller chez elle, rien de moins, s’imposant une véritable torture silencieuse. Les mots avaient franchis la barrière de ses lèvres à présent et il ne pouvait plus les reprendre, en admettant qu’il en éprouve seulement la moindre envie. Sa proposition laissa Livia à court de mots durant un instant et Tom sentit avec un agacement accru ses joues se parer d'une légère couleur rosée. « Je... tu es sûr ? » Non. Il acquiesça de la tête, avec un doux sourire qui lui venait tout naturellement en présence de Livia. « Dans ce cas, je veux bien, c'est très gentil de ta part, merci. » Sur ces mots, Thomas réduisit en quelques pas la distance qui les séparait encore et commença à ses côtés à entamer le court trajet permettant de rejoindre son appartement. Ils évoluèrent durant quelques instants l'un à côté de l'autre et Tom porta une main à sa nuque qu'il massa doucement, geste caractéristique d'une gêne certaine chez lui. « Comment se passent tes entrainements ? » Lâcha-t'il avec un peu trop de brusquerie. Le sport était un terrain relativement neutre et il avait besoin de cela en cet instant.



☆☆☆ “takes a lot of tries before you hit perfection."
he paused to reconsider that.
"well, except for my parents. they got it on the first try."
SUN GOES DOWN :: Los Angeles :: Central
i am catastrophically in love with you: tomivia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 


Sauter vers: