life is too short (jaerah)


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant
avatar
Date d'inscription : : 13/04/2017
Messages : : 276
Points : : 259
Avatar : : Sophie Turner
Autres comptes : : Natalia B-Montaigu, princesse insouciante & Arthur, le torturé
Pseudo internet / prénom : : exotic (Sarah).
Crédits : : avatar : alaska | sign : soon. J'ai : 22 ans et mon anniversaire est le : 11 Septembre. Je suis : irlandaise et mes origines sont : germano-américaines par mon père, irlandaises-norvégiennes par ma mère. En ce moment, je : étudiante en 1e année de master Musique (violoncelle) et Industrie de la musique, travaillant au Grausman's Chinese Theatre. En dehors des cours je fais partie : du club de musique et de chant. Si jamais vous me cherchez, j'habite : chez les Tri-Pi avec Victoria, la délurée & Ariella, la petite nouvelle. Ce qui m'attire ce sont : les hommes rebelles et côté coeur je suis : célibatarde, bien trop volage pour rester fidèle.
. :



♪ SHE WAS BORN WILD ♪
and sometimes we need people like her
____________________________



BEING INTO YOU IS LIKE
holding the sun and hoping i don't get burn
____________________________


BE THE PERSON
who make my life more better
____________________________



NOTHING IS IMPOSSIBLE
when you're around



samuel ♪ elena ♪ jae


Norah Bishop
« ACVBBCVBCVBCVBC »
- drunken tri-pi

( » ) Ven 13 Oct 2017 - 14:18


Life is short, and it is up to you to make it sweet.
feat. Jaerah
Epuisée, je regardais cette perfusion à mon bras gauche qui me donnait de nouveau la gerbe. Depuis le temps, j’étais habituée aux aiguilles et à la désagréable sensation qu’elles pouvaient engendrer. Pourtant, je ne m’habituais jamais à cette signification, à cette maladie et à ces obligations. Je regardais le sens se vider d’un côté pour se réinjecter de l’autre. Je devais faire ça toutes les semaines si je devais survivre. C’était un prix à payer pour avoir un corps auto-destructeur. Et là, dans cette salle d’attente où d’autres patients se faisaient traités, on se sentait impuissant et vulnérable. Certains faisaient leur chimio, d’autres leurs perfusions de vitamines ou autres. C’était dur de voir qu’autant de personne souffrait d’un mal inconnu, dont seul le propre corps refusait de combattre. L’attente était la plus douloureuse, parce qu’on savait que tout ça prenait du temps, et qu’on pouvait facilement faire autrement. On était totalement désarmé. « Ca va Norah ? » Je souris à Olivia, cette jolie infirmière brune et élancée. Elle avait l’habitude de me voir, et elle était devenue un soutien. « Oui, ça va. Ça m’épuise. » « Quelqu’un vient te chercher aujourd’hui ? » « Non, j’ai dû prendre ma voiture. » Elle roula des yeux en fermant ses bras sur sa poitrine. « Tu sais que c’est dangereux. » J’haussais les épaules. Oui, j’en avais conscience. Se faire drainer son sang était épuisant, et une fois terminée, je n’avais plus d’énergie. Alors, conduire… « Je sais Olivia. Mais personne n’a pu se libérer à temps aujourd’hui. Je ferai attention, ça ira. » « T’as intérêt hein, je n’ai pas envie de te retrouver aux urgences » Je lui souris en guise de réponse. Mourir d’une maladie ou d’un accident, au final la finalité était la même non ?

J’en avais encore pour une longue heure avant que le drainage se termine. Alors, après consultation, je finis par me balader dans l’hôpital pour me dégourdir les jambes. Le hall de l’hôpital était rempli de personnes, et ça me brisa encore un peu plus de constater que l’être humain était aussi vulnérable. Je souris à quelques docteurs et infirmières que je connaissais, certains patients aussi. Au fond, l’hôpital était comme une seconde maison pour moi. Triste à dire hein ? Je discutais avec une infirmière de ma santé, lorsque le hall des urgences s’ouvrit et laissa entrer un visage familier. Il était accompagné d’un mec, sacrément plus vieux et tatoué. A sa vue, je déglutis sauvagement mais ne put m’empêcher de le contempler. Jaeden, le regard en sang, la lèvre déchiquetée, tenait à peine debout. Mais lorsqu’il croisa mon regard, c’est certainement sa surprise qui m’arracha une boule au ventre.

© MADE BY SEAWOLF. @L. Jaeden Clarke


She was made of all complicated things
but she always had a simplicity in the way she laughed. And that’s all she ever wanted, to understand her while she was out trying to make sense of her soul and the handful of flowers blooming from the top of her skull.
avatar
Date d'inscription : : 23/08/2017
Messages : : 84
Points : : 126
Avatar : : Cole Sprouse
Pseudo internet / prénom : : *.HURRiiCANE (Marine).
Crédits : : perséphone (av.) ; Breesus (sign.) J'ai : 25 ans et mon anniversaire est le : 14 Février. Je suis : américaine et mes origines sont : australiennes. En ce moment, je : étudiant en quatrième année de communication. En dehors des cours je fais partie : du gang de Nazarov. Si jamais vous me cherchez, j'habite : dans une maison miteuse à Watts Ce qui m'attire ce sont : les femmes et leurs manies et côté coeur je suis : célibataire car l'amour c'est pour les faibles.
. :

Don't play with fire honey






With you all is beautiful






Bro for life


L. Jaeden Clarke
« JUSTICIA OMNIBUS »
- just lambda

( » ) Mer 18 Oct 2017 - 17:23


Life is short, and it is up to you to make it sweet.
feat. Jaerah
Les cours il avait lâché depuis quelques semaines maintenant, lui qui voulait tant se détacher de ce gang il se retrouvait à être complètement plongé dedans. Mais il n’avait pas le choix, clairement pas pour le coup parce qu’il devait donner le change, il devait faire en sorte de montrer à tout le monde que son implication dans le gang n’avait pas changé malgré ses années de prison. Il passa une nouvelle fois sa langue sur ses lèvres avant de pousser la porte de cette maison, de cette maison qu’occupait les membres de son gang, ceux qu’ils devaient considérer comme ses frères, mais il avait tellement de mal. Il s’était tellement détaché depuis ses années de prison, depuis qu’il avait été enfermé pendant toutes ses années. Ils avaient changés, il avait l’impression de se retrouver autour de personne qu’il ne connaissait plus, autour de personne qu’il ne reconnaissait même plus et il ne parlait même pas des nouveaux – il ne prenait de toute manière pas la peine de les connaître. Il s’en foutait, il se foutait de tout depuis qu’il était de retour. Le brun écoutait, d’une oreille sourde jusqu’à entendre son prénom, c’était quoi ce bordel ? Il devait rencontrer un ancien membre qui était partis du jour au lendemain sans prévenir personne, ce n’était pas son rôle, mais apparemment il n’avait pas le choix. Il soupira avant de se lever pour partir, n’attendant pas la fin de cette réunion qui était déjà en train de lui prendre la tête.

Après sa mission ou il ne savait trop quoi, il se dirigea dans un bar pour boire, il en avait besoin. Il s’était pris la tête, il avait menacé, il avait collé son arme contre la tempe de ce mec avant de le frapper. C’était les conditions, c’était ce qu’il devait faire et pourtant il était loin d’aimer faire ça, il était loin d’adorait, mais il n’avait pas le choix. Il soupira doucement avant de reprendre un verre, il ne savait plus combien cela faisait, mais ça le rendait bien. Il ne pensait plus à ce stupide baiser, il ne pensait plus à rien et c’était parfait. Parfait jusqu’à temps qu’il perde son calme, pour une connerie, pour quelque chose qui ne devait pas le faire réagir normalement, mais il se lança à corps perdu dans cette bagarre et qu’importe ce qu’il se passera. Peut-être que mourir était une bonne solution pour lui.

Il allait le tuer, réellement. Ce connard avait eu la chance qu’un membre de son gang fût venu les séparer, il avait eu la chance qu’il n’avait pas eu le temps de faire autre chose comme sortir son putain de flingue comme il avait été capable de le faire cette nuit-là. Il poussa son ami – un des derniers qu’il lui restait – alors qu’il était en train de le pousser aux urgences. Bien sûr qu’il n’avait pas voulu y aller, bien sûr qu’il avait été forcé à le faire et bien sûr ça l’énervait que d’avantage, il aimerait tellement qu’on le laisse tranquille pour le reste de la soirée, mais il pouvait rêver. Et en plus, il avait la tête qui tournée donc il ne tenait pas droit, il serra les dents en rentrant dans le hall avant de tourner les yeux pour voir elle, pour la voir elle et il resta scotcher sur place en la voyant avec ce truc dans le bras. Il restait sur place, laissant la surprise se faire voir sur son visage et sans attendre, il s’avança vers elle. Il ne devait pas et pourtant c’était plus fort que lui, est-ce qu’il ne commençait pas à s’inquiéter pour le coup ? Peut-être et dieu que c’était mauvais. « Qu’est-ce que tu as ? » Et il n’y avait aucune trace d’agressivité dans sa voix, il était plus doux qu’ordinaire avec elle.


© MADE BY SEAWOLF.



  Aujourd'hui, tous les crimes du monde se déroulent en direct, et nous sommes toujours aussi passifs. Peut-être même encore plus, parce que côtoyer de telles saloperies jour après jour nous anesthésie.
SUN GOES DOWN :: UCLA :: Westwood Plaza :: Ronald Reagan UCLA Medical Center
life is too short (jaerah)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant 


Sauter vers: