Flèche hautFlèche baslife is too short (jaerah)

Partagez | 
avatar
Date d'inscription : : 13/04/2017
Messages : : 321
Points : : 98
Avatar : : Sophie Turner
Autres comptes : : Natalia B-Montaigu, princesse insouciante & Arthur, le torturé
Pseudo internet / prénom : : exotic (Sarah).
Crédits : : avatar : Kidd | sign : soon. J'ai : 22 ans et mon anniversaire est le : 11 Septembre. Je suis : irlandaise et mes origines sont : germano-américaines par mon père, irlandaises-norvégiennes par ma mère. En ce moment, je : étudiante en 1e année de master Musique (violoncelle) et Industrie de la musique, travaillant au Grausman's Chinese Theatre. En dehors des cours je fais partie : du club de musique et de chant. Si jamais vous me cherchez, j'habite : chez les Tri-Pi avec Victoria, la délurée & Ariella, la petite nouvelle. Ce qui m'attire ce sont : les hommes rebelles et côté coeur je suis : célibatarde, bien trop volage pour rester fidèle.
. :



♪ SHE WAS BORN WILD ♪
and sometimes we need people like her
____________________________



BEING INTO YOU IS LIKE
holding the sun and hoping i don't get burn
____________________________


BE THE PERSON
who make my life more better
____________________________



NOTHING IS IMPOSSIBLE
when you're around



samuel ♪ elena ♪ jae

Norah Bishop
s« ACVBBCVBCVBCVBC »
drunken tri-pi



Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme :
() Ven 13 Oct 2017 - 14:18


Life is short, and it is up to you to make it sweet.
feat. Jaerah
Epuisée, je regardais cette perfusion à mon bras gauche qui me donnait de nouveau la gerbe. Depuis le temps, j’étais habituée aux aiguilles et à la désagréable sensation qu’elles pouvaient engendrer. Pourtant, je ne m’habituais jamais à cette signification, à cette maladie et à ces obligations. Je regardais le sens se vider d’un côté pour se réinjecter de l’autre. Je devais faire ça toutes les semaines si je devais survivre. C’était un prix à payer pour avoir un corps auto-destructeur. Et là, dans cette salle d’attente où d’autres patients se faisaient traités, on se sentait impuissant et vulnérable. Certains faisaient leur chimio, d’autres leurs perfusions de vitamines ou autres. C’était dur de voir qu’autant de personne souffrait d’un mal inconnu, dont seul le propre corps refusait de combattre. L’attente était la plus douloureuse, parce qu’on savait que tout ça prenait du temps, et qu’on pouvait facilement faire autrement. On était totalement désarmé. « Ca va Norah ? » Je souris à Olivia, cette jolie infirmière brune et élancée. Elle avait l’habitude de me voir, et elle était devenue un soutien. « Oui, ça va. Ça m’épuise. » « Quelqu’un vient te chercher aujourd’hui ? » « Non, j’ai dû prendre ma voiture. » Elle roula des yeux en fermant ses bras sur sa poitrine. « Tu sais que c’est dangereux. » J’haussais les épaules. Oui, j’en avais conscience. Se faire drainer son sang était épuisant, et une fois terminée, je n’avais plus d’énergie. Alors, conduire… « Je sais Olivia. Mais personne n’a pu se libérer à temps aujourd’hui. Je ferai attention, ça ira. » « T’as intérêt hein, je n’ai pas envie de te retrouver aux urgences » Je lui souris en guise de réponse. Mourir d’une maladie ou d’un accident, au final la finalité était la même non ?

J’en avais encore pour une longue heure avant que le drainage se termine. Alors, après consultation, je finis par me balader dans l’hôpital pour me dégourdir les jambes. Le hall de l’hôpital était rempli de personnes, et ça me brisa encore un peu plus de constater que l’être humain était aussi vulnérable. Je souris à quelques docteurs et infirmières que je connaissais, certains patients aussi. Au fond, l’hôpital était comme une seconde maison pour moi. Triste à dire hein ? Je discutais avec une infirmière de ma santé, lorsque le hall des urgences s’ouvrit et laissa entrer un visage familier. Il était accompagné d’un mec, sacrément plus vieux et tatoué. A sa vue, je déglutis sauvagement mais ne put m’empêcher de le contempler. Jaeden, le regard en sang, la lèvre déchiquetée, tenait à peine debout. Mais lorsqu’il croisa mon regard, c’est certainement sa surprise qui m’arracha une boule au ventre.

© MADE BY SEAWOLF. @L. Jaeden Clarke


She was made of all complicated things
but she always had a simplicity in the way she laughed. And that’s all she ever wanted, to understand her while she was out trying to make sense of her soul and the handful of flowers blooming from the top of her skull.
avatar
Date d'inscription : : 23/08/2017
Messages : : 138
Points : : 62
Avatar : : Cole Sprouse
Pseudo internet / prénom : : *.HURRiiCANE (Marine).
Crédits : : vinylle idylle (av.) ; Breesus (sign.) J'ai : 25 ans et mon anniversaire est le : 14 Février. Je suis : américain et mes origines sont : australiennes. En ce moment, je : étudiant en quatrième année de communication. En dehors des cours je fais partie : du gang de Nazarov. Si jamais vous me cherchez, j'habite : dans une maison miteuse à Watts Ce qui m'attire ce sont : les femmes et leurs manies et côté coeur je suis : célibataire car l'amour c'est pour les faibles.
. :

Don't play with fire honey






With you all is beautiful






Bro for life


Spoiler:
 

L. Jaeden Clarke
s« JUSTICIA OMNIBUS »
just lambda



Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : Me libérer de Nazarov en le tuant tout simplement
() Mer 18 Oct 2017 - 17:23


Life is short, and it is up to you to make it sweet.
feat. Jaerah
Les cours il avait lâché depuis quelques semaines maintenant, lui qui voulait tant se détacher de ce gang il se retrouvait à être complètement plongé dedans. Mais il n’avait pas le choix, clairement pas pour le coup parce qu’il devait donner le change, il devait faire en sorte de montrer à tout le monde que son implication dans le gang n’avait pas changé malgré ses années de prison. Il passa une nouvelle fois sa langue sur ses lèvres avant de pousser la porte de cette maison, de cette maison qu’occupait les membres de son gang, ceux qu’ils devaient considérer comme ses frères, mais il avait tellement de mal. Il s’était tellement détaché depuis ses années de prison, depuis qu’il avait été enfermé pendant toutes ses années. Ils avaient changés, il avait l’impression de se retrouver autour de personne qu’il ne connaissait plus, autour de personne qu’il ne reconnaissait même plus et il ne parlait même pas des nouveaux – il ne prenait de toute manière pas la peine de les connaître. Il s’en foutait, il se foutait de tout depuis qu’il était de retour. Le brun écoutait, d’une oreille sourde jusqu’à entendre son prénom, c’était quoi ce bordel ? Il devait rencontrer un ancien membre qui était partis du jour au lendemain sans prévenir personne, ce n’était pas son rôle, mais apparemment il n’avait pas le choix. Il soupira avant de se lever pour partir, n’attendant pas la fin de cette réunion qui était déjà en train de lui prendre la tête.

Après sa mission ou il ne savait trop quoi, il se dirigea dans un bar pour boire, il en avait besoin. Il s’était pris la tête, il avait menacé, il avait collé son arme contre la tempe de ce mec avant de le frapper. C’était les conditions, c’était ce qu’il devait faire et pourtant il était loin d’aimer faire ça, il était loin d’adorait, mais il n’avait pas le choix. Il soupira doucement avant de reprendre un verre, il ne savait plus combien cela faisait, mais ça le rendait bien. Il ne pensait plus à ce stupide baiser, il ne pensait plus à rien et c’était parfait. Parfait jusqu’à temps qu’il perde son calme, pour une connerie, pour quelque chose qui ne devait pas le faire réagir normalement, mais il se lança à corps perdu dans cette bagarre et qu’importe ce qu’il se passera. Peut-être que mourir était une bonne solution pour lui.

Il allait le tuer, réellement. Ce connard avait eu la chance qu’un membre de son gang fût venu les séparer, il avait eu la chance qu’il n’avait pas eu le temps de faire autre chose comme sortir son putain de flingue comme il avait été capable de le faire cette nuit-là. Il poussa son ami – un des derniers qu’il lui restait – alors qu’il était en train de le pousser aux urgences. Bien sûr qu’il n’avait pas voulu y aller, bien sûr qu’il avait été forcé à le faire et bien sûr ça l’énervait que d’avantage, il aimerait tellement qu’on le laisse tranquille pour le reste de la soirée, mais il pouvait rêver. Et en plus, il avait la tête qui tournée donc il ne tenait pas droit, il serra les dents en rentrant dans le hall avant de tourner les yeux pour voir elle, pour la voir elle et il resta scotcher sur place en la voyant avec ce truc dans le bras. Il restait sur place, laissant la surprise se faire voir sur son visage et sans attendre, il s’avança vers elle. Il ne devait pas et pourtant c’était plus fort que lui, est-ce qu’il ne commençait pas à s’inquiéter pour le coup ? Peut-être et dieu que c’était mauvais. « Qu’est-ce que tu as ? » Et il n’y avait aucune trace d’agressivité dans sa voix, il était plus doux qu’ordinaire avec elle.


© MADE BY SEAWOLF.



  Aujourd'hui, tous les crimes du monde se déroulent en direct, et nous sommes toujours aussi passifs. Peut-être même encore plus, parce que côtoyer de telles saloperies jour après jour nous anesthésie.
avatar
Date d'inscription : : 13/04/2017
Messages : : 321
Points : : 98
Avatar : : Sophie Turner
Autres comptes : : Natalia B-Montaigu, princesse insouciante & Arthur, le torturé
Pseudo internet / prénom : : exotic (Sarah).
Crédits : : avatar : Kidd | sign : soon. J'ai : 22 ans et mon anniversaire est le : 11 Septembre. Je suis : irlandaise et mes origines sont : germano-américaines par mon père, irlandaises-norvégiennes par ma mère. En ce moment, je : étudiante en 1e année de master Musique (violoncelle) et Industrie de la musique, travaillant au Grausman's Chinese Theatre. En dehors des cours je fais partie : du club de musique et de chant. Si jamais vous me cherchez, j'habite : chez les Tri-Pi avec Victoria, la délurée & Ariella, la petite nouvelle. Ce qui m'attire ce sont : les hommes rebelles et côté coeur je suis : célibatarde, bien trop volage pour rester fidèle.
. :



♪ SHE WAS BORN WILD ♪
and sometimes we need people like her
____________________________



BEING INTO YOU IS LIKE
holding the sun and hoping i don't get burn
____________________________


BE THE PERSON
who make my life more better
____________________________



NOTHING IS IMPOSSIBLE
when you're around



samuel ♪ elena ♪ jae

Norah Bishop
s« ACVBBCVBCVBCVBC »
drunken tri-pi



Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme :
() Mar 24 Oct 2017 - 21:07


Life is short, and it is up to you to make it sweet.
feat. Jaerah
L’hôpital pour moi, c’était un lieu de rencontre. Depuis toute petite, je ne voyais pas cette bâtisse comme un endroit malfaisant et froid. Il était loin d’être sordide. A vrai dire, là où certains y voyaient la maladie et la mort, j’y voyais comme la plupart des personnes y travaillant un endroit d’espoir et de vie. Les gens riaient malgré leurs soucis. Ils se battaient là où ils avaient toutes les raisons d’abandonner. Il était source de modèle et de force. Oh, il y avait bien des moments de faiblesses ; ces moments où j’observais ces familles déchirées par la perte d’un être aimé, ou encore ces moments de désespoir où on vous apprenait que vous n’aviez plus que quelques mois à vivre. C’était terrorisant de savoir que la vie était aussi simple, aussi fragile. Et pourtant, l’Homme, dans toute sa splendeur, finissait par encaisser et se relever malgré tout. Je gardais la tête haute. J’étais convaincue que le destin me réservait encore de belles surprises. J’étais persuadée que mon corps pouvait tenir encore des années. Je n’avais pas d’autres choix que de penser ainsi. Les pensées noires, avait-on l’habitude de me dire, empiraient la situation. Alors, je voyais positif. Pourtant…lorsque je vis son visage ensanglanté, c’est la peur que je ressentis en premier. Allait-il bien ? Que lui était-il arrivé ? Pourquoi était-il dans cet état ? Et pourtant, lorsqu’il finit par s’approcher de moi, en laissant presque bêtement son pote, c’est cette peur qu’il puisse découvrir ma condition qui me terrorisa. « Qu’est-ce que tu as ? » Sa voix était douce, inquiète. Elle me réchauffa un peu le cœur, alors que je luttais contre l’envie de l’enlacer. Je n’eus pas le temps de répondre qu’une infirmière cria mon nom. « Norah, on t’attends. C’est l’heure » Ma tête vacilla entre l’infirmière qui me souriait et la tête inquiète de Jae. « Je.. » « Allez, viens Jaeden. Je n’ai pas que ça à faire. » Son pote désagréable venait de le tirer le bras pour le forcer à s’enfoncer dans les urgences. Nos regards si intenses se dévisagèrent encore une fraction de seconde avant qu’il ne disparaisse derrière un mur blanc. Mon souffle se relâcha une seconde et je pris conscience que j’étais en apnée. Diable, quel effet me faisait-il sérieusement ? Troublée, je remontais au service de l’hôpital de jour, et finit par rejoindre l’infirmière pour qu’elle m’enlève tout ça. Après avoir repris une énième fois mes constantes, et donner des futures ordonnances, j’étais prête à partir. J’allais sortir mes clés de voiture, lorsqu’hésitante dans l’ascenseur, je me ravisai. J’appuyais sur l’étage des urgences pour me faufiler parmi les patients. A première vue, il devait avoir été pris en charge. Je m’avançais vers l’accueil et finit par demander : « Excusez-moi, Bonjour…Un certain Jaeden a été admis ici y’a quelques minutes, vous pouvez me dire où il est ? » « Je suis désolée, il n’y a aucun Jaeden. » C’était pourtant son nom, non ? « Vous êtes certaine ? Clarke ? Jaeden Clarke ? Je l’ai vu tout à l’heure. » « Oh y’a bien un Clarke qui a été admis. Laël Clarke… » J’arquais un sourcil, devant cette femme qui venait de me donner un élément crucial. Décidemment, Jaeden était un pur mystère.

© MADE BY SEAWOLF. @L. Jaeden Clarke


She was made of all complicated things
but she always had a simplicity in the way she laughed. And that’s all she ever wanted, to understand her while she was out trying to make sense of her soul and the handful of flowers blooming from the top of her skull.
avatar
Date d'inscription : : 23/08/2017
Messages : : 138
Points : : 62
Avatar : : Cole Sprouse
Pseudo internet / prénom : : *.HURRiiCANE (Marine).
Crédits : : vinylle idylle (av.) ; Breesus (sign.) J'ai : 25 ans et mon anniversaire est le : 14 Février. Je suis : américain et mes origines sont : australiennes. En ce moment, je : étudiant en quatrième année de communication. En dehors des cours je fais partie : du gang de Nazarov. Si jamais vous me cherchez, j'habite : dans une maison miteuse à Watts Ce qui m'attire ce sont : les femmes et leurs manies et côté coeur je suis : célibataire car l'amour c'est pour les faibles.
. :

Don't play with fire honey






With you all is beautiful






Bro for life


Spoiler:
 

L. Jaeden Clarke
s« JUSTICIA OMNIBUS »
just lambda



Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : Me libérer de Nazarov en le tuant tout simplement
() Mer 25 Oct 2017 - 17:25


Life is short, and it is up to you to make it sweet.
feat. Jaerah
C’était bien le dernier endroit dans lequel il se voyait finir sa soirée, mais bon il n’avait pas eu le choix. On l’avait contraint à venir ici pour se faire soigner, des conneries à ses yeux, comme toujours. Il n’avait pas besoin d’aller aux urgences pour prendre soin de lui, il le faisait depuis qu’il était gamin, depuis que son paternel était mort et que sa mère avait sombré dans l’alcool. Il ne parlait pas des coups qu’il avait pu recevoir, il était autonome même si pendant de nombreuses années il avait eu son grand-frère enfin son demi-frère avec lui. Il avait grandis tellement vite qu’il ne gardait aucun souvenir heureux de son enfance, secouant la tête pour faire sortir de ce genre de pensée, ce n’était pas le moment pour un truc pareil. Il passa sa langue sur ses lèvres avant de grogner doucement passant la porte de l’hôpital puis il tourna la tête pour voir une tête qu’il connaissait que trop bien. Ses yeux se posèrent ensuite sur ce qui était reliée à elle, il pencha sa tête ne comprenant pas. Il n’avait clairement pas l’habitude de venir dans un endroit pareil, donc comprendre ce qu’il se passait pour elle, c’était mission impossible. Jaeden avançait vers elle, laissant son inquiétude se lire sur son visage, il n’était pas dans son état naturel et il se cacherait derrière ça. Il posa la question d’une voix qui était bien différente des autres fois, il ne l’envoyait pas chier, surtout pas, il voulait des réponses pour une fois, mais tout se passait trop vite. Il ne comprenait pas tellement, mais il entendait une voix dire le prénom de Red et lui qui était en train d’être tiré par ce connard qui l’avait amené ici. Il fronça les sourcils continuant de la regarder, même s’il ne devrait pas. Le brun avait l’impression que le monde était en train de tourné autour de lui, il n’avait plus la notion du temps et il ne savait pas du tout quelle heure il était, quand il allait sortir de cette pièce et avoir enfin ses réponses. Bien sûr qu’il n’oubliait pas ce qu’il avait pu voir il y a quelques minutes plus tôt.
Il se laissait faire, laissant l’infirmière prendre soin de lui en quelque sorte avant de dire à son pote de partir. Il ne voulait pas qu’il reste, il se cachait derrière des réponses toutes faites, mais c’était seulement pour qu’il ne le suive pas, qu’il ne reste pas là alors qu’il retournerait voir Norah pour ses réponses. Il voulait la protéger en quelque sorte, il savait que son monde était compliqué, il savait que ça pouvait parfaitement la mettre en danger surtout avec ce qu’il comptait faire. Il sortit de cette pièce quelques minutes plus tard, il avait pris son temps laissant un moment assez long entre la sortie de son ami et lui-même, les habitudes étaient toujours présentes. Une fois devant l’entrée, il s’arrêta en regardant la rousse et surtout en entendant ce que l’infirmière était en train de lui, putain. C’était un truc qu’elle n’aurait jamais dû savoir, utiliser son deuxième prénom était beaucoup plus simple pour lui, personne ne le connaissait. Il avança vers elle pour lui prendre le bras doucement. « Viens avec moi… Faut pas qu’on nous voit ensemble. » Pas ici, pas pour son propre bien.



© MADE BY SEAWOLF.



  Aujourd'hui, tous les crimes du monde se déroulent en direct, et nous sommes toujours aussi passifs. Peut-être même encore plus, parce que côtoyer de telles saloperies jour après jour nous anesthésie.
avatar
Date d'inscription : : 13/04/2017
Messages : : 321
Points : : 98
Avatar : : Sophie Turner
Autres comptes : : Natalia B-Montaigu, princesse insouciante & Arthur, le torturé
Pseudo internet / prénom : : exotic (Sarah).
Crédits : : avatar : Kidd | sign : soon. J'ai : 22 ans et mon anniversaire est le : 11 Septembre. Je suis : irlandaise et mes origines sont : germano-américaines par mon père, irlandaises-norvégiennes par ma mère. En ce moment, je : étudiante en 1e année de master Musique (violoncelle) et Industrie de la musique, travaillant au Grausman's Chinese Theatre. En dehors des cours je fais partie : du club de musique et de chant. Si jamais vous me cherchez, j'habite : chez les Tri-Pi avec Victoria, la délurée & Ariella, la petite nouvelle. Ce qui m'attire ce sont : les hommes rebelles et côté coeur je suis : célibatarde, bien trop volage pour rester fidèle.
. :



♪ SHE WAS BORN WILD ♪
and sometimes we need people like her
____________________________



BEING INTO YOU IS LIKE
holding the sun and hoping i don't get burn
____________________________


BE THE PERSON
who make my life more better
____________________________



NOTHING IS IMPOSSIBLE
when you're around



samuel ♪ elena ♪ jae

Norah Bishop
s« ACVBBCVBCVBCVBC »
drunken tri-pi



Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme :
() Mer 25 Oct 2017 - 19:21


Life is short, and it is up to you to make it sweet.
feat. Jaerah
Laël Clarke. Je ne comprenais pas encore quelle signification cette infirmation allait m’apporter. Utilisait-il simplement son deuxième prénom comme pour tenter d’effacer son ancienne lui ? Ou simplement était-ce pour éviter des personnes qui le connaissaient vraiment ? Des malfrats ? Des meurtriers ? Je frissonnais en guise de réponse et finit par remercier l’infirmière. J’allais devoir patienter sur les bancs froids et durs de la salle d’attente. Je n’étais pas autorisé à rentrer, dans les soins d’urgences. J’allais me retourner et regarder sur quel siège mes fesses allaient se poser lorsqu’il apparût devant moi, et m’attrapa le bras. Ce contact me figea presque tellement qu’il fût si soudain. En une fraction de seconde le flashback de notre premier baiser me frappa en pleine gueule. « Viens avec moi…Faut pas qu’on nous voit ensemble. » C’était assez doux mais encore autoritaire. « Jae… atte..» Soufflais-je alors qu’il m’embarqua hors du hall bondé. Encore une fois il prenait les devants, et ça me tapait sur les nerfs. Je savais qu’il aimait contrôler la situation, alors que d’ordinaire c’était moi qui aimais ça. Mais devant lui, je m’effaçais. Comme si sa prestance, son aura me rendait vulnérable. Pauvre fille… Le fait qu’il tende mon bras qui venait de se faire longtemps perfusé me fit grimacer. Il m’emmena dans un recoin hors de l’hôpital, presque proche du parking, et ce n’est que lorsqu’il constata que nous étions enfin seul que ses épaules s’affaissèrent. Il pleuvait, d’une légère pluie fine qui commençait déjà à me mouiller les cheveux. Je me dégageais instantanément de son bras, pour me passer doucement mon avant-bras. « Tu peux me dire quelle mouche t’as piqué hein ? » commençais-je par dire énervée. « T’as pas le droit de débarquer et exigé que les gens te suivent comme de pauvres chiens. Tu m’as fait mal ! » A mesure que mes paroles s’évadaient, ma colère diminuaient. Je pris une grande inspiration, et ce n’est qu’à ce moment précis que je constatai qu’il s’était rapproché, bien plus que d’ordinaire. J’étudiais la courbure de ses lèvres abîmées, son arcade sous un pansement, et son œil qui commençaient doucement à devenir violet. « Dis donc, le type t’as pas loupé. » ajoutais-je beaucoup plus doucement. De l’inquiétude presque s’entendait dans ma voix. Je luttais contre l’envie de monter une main caresser sa joue, son arcade blessé et ses cheveux en bataille. Je commençais à avoir froid, ma tête me tournait légèrement. Les conséquences de mon traitement. Il me fallait deux choses : m’asseoir et manger. Mais malgré tout l’effort de mon corps à vouloir se bouger, je restais simplement obnubilée par le mordoré de ses iris.

© MADE BY SEAWOLF. @L. Jaeden Clarke


She was made of all complicated things
but she always had a simplicity in the way she laughed. And that’s all she ever wanted, to understand her while she was out trying to make sense of her soul and the handful of flowers blooming from the top of her skull.
avatar
Date d'inscription : : 23/08/2017
Messages : : 138
Points : : 62
Avatar : : Cole Sprouse
Pseudo internet / prénom : : *.HURRiiCANE (Marine).
Crédits : : vinylle idylle (av.) ; Breesus (sign.) J'ai : 25 ans et mon anniversaire est le : 14 Février. Je suis : américain et mes origines sont : australiennes. En ce moment, je : étudiant en quatrième année de communication. En dehors des cours je fais partie : du gang de Nazarov. Si jamais vous me cherchez, j'habite : dans une maison miteuse à Watts Ce qui m'attire ce sont : les femmes et leurs manies et côté coeur je suis : célibataire car l'amour c'est pour les faibles.
. :

Don't play with fire honey






With you all is beautiful






Bro for life


Spoiler:
 

L. Jaeden Clarke
s« JUSTICIA OMNIBUS »
just lambda



Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : Me libérer de Nazarov en le tuant tout simplement
() Mer 25 Oct 2017 - 20:38


Life is short, and it is up to you to make it sweet.
feat. Jaerah
Il devrait lui expliquer, lui dire que cette histoire était beaucoup plus dingue qu’elle ne pourrait le croire, qu’elle devrait rester loin de lui si elle ne voulait pas que sa vie devienne beaucoup plus compliquée. Mais il en était incapable, une part de lui avait besoin de sa présence alors que l’autre avait juste envie de fuir cette femme qui commençait à prendre une place beaucoup trop importante dans sa vie. Être accro à quelqu’un, être à ce point inquiet, ce n’était pas dans ses habitudes. Il était le genre de mec qui préférait les coups d’un soir, qui prenait les femmes pour des objets parce que c’était tellement plus amusant, c’était tellement plus simple que de vivre une histoire, d’avoir des sentiments et tout ce bordel de merde. Jaeden ne prit pas le temps d’attendre une quelconque réponse de la part de la rousse, il n’avait pas le temps pour ce genre de connerie et il essayait de ne pas trop serrer les bras tout en dirigeant la jeune femme. Il essayait d’être doux, il essayait du moins, mais ce n’était pas simple pour lui parce que ce n’était clairement pas dans ses habitudes. De plus, il avait cette boule au ventre ayant beaucoup trop peur qu’on puisse les voir ensemble, mas après quelques minutes, il trouvait un endroit parfait. Un endroit assez caché pour que personne ne puisse les voir et il entendait ses paroles, il était loin d’être sourd et pourtant il s’approchait d’elle. Il voulait sentir son corps proche du sien, puis c’était tellement mieux quoi de l’avoir près de lui. « Il ne faut pas qu’on puisse nous voir ensemble c’est tout. » Et elle ne se rendait pas compte à quel point ça pouvait être dangereux et il faisait seulement ça pour la protéger autant qu’il le pouvait. « Je suis désolé. » Il parlait le plus doucement possible avant de poser sa main sur sa joue, il était différent par rapport aux autres fois, il était calme et bien trop doux. C’était sûrement étrange, ce n’était pas le comportement qu’il avait normalement avec elle, il préférait clairement l’envoyer chier, il aimait bien ça parce que c’était une des seules qui étaient capables de lui répondre, de lui faire du rentre dedans en quelque sorte. Il haussa les épaules, il s’en foutait de son état et sans attendre encore une minute de plus, il laissait sa bouche rencontrer la sienne encore une fois. Il en avait envie, il en mourrait même d’envie depuis qu’il était proche d’elle, depuis qu’il était en train de lui parler et puis pour une fois, autant qu’il laisse ses envies prendre le dessus. Le brun s’en fichait des conséquences, il s’en fichait du reste tant qu’il avait ses lèvres contre les siennes, tendrement. Puis sans comprendre vraiment ce qu’il se passait, il sentit les lèvres de la jeune femme s’éloignait des siennes et heureusement qu’il avait le réflexe de passer son bras autour de sa taille ne la laissant pas tomber au sol.



© MADE BY SEAWOLF.



  Aujourd'hui, tous les crimes du monde se déroulent en direct, et nous sommes toujours aussi passifs. Peut-être même encore plus, parce que côtoyer de telles saloperies jour après jour nous anesthésie.
avatar
Date d'inscription : : 13/04/2017
Messages : : 321
Points : : 98
Avatar : : Sophie Turner
Autres comptes : : Natalia B-Montaigu, princesse insouciante & Arthur, le torturé
Pseudo internet / prénom : : exotic (Sarah).
Crédits : : avatar : Kidd | sign : soon. J'ai : 22 ans et mon anniversaire est le : 11 Septembre. Je suis : irlandaise et mes origines sont : germano-américaines par mon père, irlandaises-norvégiennes par ma mère. En ce moment, je : étudiante en 1e année de master Musique (violoncelle) et Industrie de la musique, travaillant au Grausman's Chinese Theatre. En dehors des cours je fais partie : du club de musique et de chant. Si jamais vous me cherchez, j'habite : chez les Tri-Pi avec Victoria, la délurée & Ariella, la petite nouvelle. Ce qui m'attire ce sont : les hommes rebelles et côté coeur je suis : célibatarde, bien trop volage pour rester fidèle.
. :



♪ SHE WAS BORN WILD ♪
and sometimes we need people like her
____________________________



BEING INTO YOU IS LIKE
holding the sun and hoping i don't get burn
____________________________


BE THE PERSON
who make my life more better
____________________________



NOTHING IS IMPOSSIBLE
when you're around



samuel ♪ elena ♪ jae

Norah Bishop
s« ACVBBCVBCVBCVBC »
drunken tri-pi



Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme :
() Jeu 26 Oct 2017 - 21:15


Life is short, and it is up to you to make it sweet.
feat. Jaerah
La dernière fois que j’avais ressenti cette attirance aussi intense et aussi perturbatrice c’était avec Tim. Autant dire que j’ai peur de ressentir ces nouvelles choses, surtout envers quelqu’un comme Jaeden. Par définition, il était tout le genre de type que je ne devais pas approcher. Par son passé, par son attitude de rebelle, par ses relations, ils le catégorisent, ils le définissent. Ça devrait être interdit de juger quelqu’un pour toutes ses choses, et pourtant c’est ce que ma tête me dicte instantanément lorsqu’il est question de lui. Mon cœur, en revanche, s’agite, s’affole et envie. Il redouble d’attention, il étudie, il écoute. Tout ce qu’il souhaite c’est battre en rythme avec lui dans une douce mélodie. Ces yeux me captivent une nouvelle fois. Et c’est sa voix fragile et sans doute sincère qui me trouble. « Il ne faut pas qu’on puisse nous voir ensemble, c’est tout. » J’ai envie de lui demander pourquoi, mais ma tête connaissait sans doute déjà la réponse. Cela dit, j’avais besoin de confirmation. Pourquoi serait-ce si terrible de nous voir ensemble ? Pour nous ? Pour les gens qu’il fréquentait ? On ne peut pas non plus dire que nous sommes quoi que ce soit. Nous étions que deux aimants captivés l’un à l’autre dont la raison restait à déterminer. « Je suis désolé. » J’humidifie mes lèvres avant de déglutir sous sa proximité. « Ce serait si… » Je n’ai pas le temps de continuer mon interrogation qu’il s’approche encore plus, ses mains capturant mon cou, comme pour me forcer à ne plus bouger. Ses lèvres rencontrèrent les miennes bien trop rapidement. Ce baiser m’ôta toute pensée saine. Je laissais sa langue s’infiltrer dans ma bouche, en lui rendant expressivement son baiser. J’en avais marre d’être à sa merci, j’en avais assez de ses sauts d’humeurs incontrôlés. J’avais envie qu’il comprenne, non j’avais besoin qu’il comprenne ce qu’il me faisait ressentir. Il me perturbait, me laissait sans voix. Il me rendait folle et attirée. Mon cœur palpitait bien trop vite, et alors que je m’abonnais pleinement à la douceur de ses lèvres légèrement rugueuses, je perdis toutes vitalités dans mes forces. Je me sentis partir en arrière, essoufflée, aveuglée par des petites étoiles dans les yeux. Ses mains protectrices m’enveloppèrent, alors qu’instinctivement les miennes s’agrippèrent à sa veste. « Pardon… » Soufflais-je alors qu’il était la cause de cette perdition. « Ça fait beaucoup… » Dis-je alors que ma tête vacille encore légèrement. « …J’ai besoin de manger. » Mon traitement m’avait affaibli – l’inquiétude m’avait épuisé – le baiser m’avait achevé. Je rencontrais son regard une nouvelle fois, alors qu’une de mes mains se posa doucement sur sa joue. « Ma voiture est là-bas. Amène-moi où tu veux. » Je n’ose pas parler de mon traitement, de ma maladie. Il faut que je me repose, c’est clé pour mon corps. Pourtant, je ne veux pas le quitter, pas maintenant.

© MADE BY SEAWOLF. @L. Jaeden Clarke


She was made of all complicated things
but she always had a simplicity in the way she laughed. And that’s all she ever wanted, to understand her while she was out trying to make sense of her soul and the handful of flowers blooming from the top of her skull.
avatar
Date d'inscription : : 23/08/2017
Messages : : 138
Points : : 62
Avatar : : Cole Sprouse
Pseudo internet / prénom : : *.HURRiiCANE (Marine).
Crédits : : vinylle idylle (av.) ; Breesus (sign.) J'ai : 25 ans et mon anniversaire est le : 14 Février. Je suis : américain et mes origines sont : australiennes. En ce moment, je : étudiant en quatrième année de communication. En dehors des cours je fais partie : du gang de Nazarov. Si jamais vous me cherchez, j'habite : dans une maison miteuse à Watts Ce qui m'attire ce sont : les femmes et leurs manies et côté coeur je suis : célibataire car l'amour c'est pour les faibles.
. :

Don't play with fire honey






With you all is beautiful






Bro for life


Spoiler:
 

L. Jaeden Clarke
s« JUSTICIA OMNIBUS »
just lambda



Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : Me libérer de Nazarov en le tuant tout simplement
() Lun 30 Oct 2017 - 20:20


Life is short, and it is up to you to make it sweet.
feat. Jaerah
Il ne comprenait pas ce qu’il se passait, dans un sens, il ne cherchait pas à comprendre parce qu’il avait envie de profiter tout simplement. Il avait envie de faire cette chose qu’il n’avait jamais faite dans sa vie, ne pas faire attention, ne pas être autant sur ses gardes au point de ne plus jamais vivre. Alors avec Norah, il ne réfléchissait pas, il ne repoussait pas cette attirance enfin pour le moment, normalement il faisait en sorte de l’éviter. C’était mieux pour elle, lui était déjà foutue, mais s’il pouvait faire en sorte que rien ne l’affecte, il le ferait. Sauf que c’était plus fort que lui, depuis qu’il l’avait vu avec ces trucs dans le bras, quand il avait vu dans quel état elle pouvait être, il s’était réellement inquiété. Il s’était posé beaucoup trop de questions, il avait envoyé valser son ami pour avoir la chance de la croiser, pour passé un petit moment avec elle. Une fois avec elle, rien qu’avec elle, il posait sa bouche sur la sienne. Il était incapable de se retenir, de jour au mec froid alors que le son de sa voix montrait qu’il était en quelque sorte inquiet, qu’il était beaucoup plus tendre que les autres fois sauf qu’il ne s’attendait pas à un truc pareil. Heureusement qu’il avait eu le réflexe de poser son bras autour de sa taille, de faire en sorte de la retenir pour ne pas qu’elle tombe sur le sol, mais il était doublement inquiet. C’était anormal ce qui venait de se passer, il savait qu’il embrassait bien, mais pas à ce point et c’était sûrement la raison de sa présence dans cet hôpital, la raison de tout ce qu’elle avait vécue, il n’en savait rien. « Qu’est-ce qui se passe ? » Il avait besoin de comprendre, bien qu’il ne se dévoilait très peu, mais là franchement il était encore plus paumé. Pourtant, il était en train de la porter pour aller en direction de la voiture de la rousse, pas la meilleure idée, mais elle lui avait demandé non ? Bref, il était juste perdu et agissait sans réellement savoir s’il devait le faire ou pas. Il finit par l’installer avant de prendre place derrière le volant, il passa sa main dans ses cheveux puis sur son visage avant de soupirer doucement. Il coinça la main de la jeune femme dans la sienne avant de démarrer. « Tu veux manger quoi ? »

© MADE BY SEAWOLF.



  Aujourd'hui, tous les crimes du monde se déroulent en direct, et nous sommes toujours aussi passifs. Peut-être même encore plus, parce que côtoyer de telles saloperies jour après jour nous anesthésie.
avatar
Date d'inscription : : 13/04/2017
Messages : : 321
Points : : 98
Avatar : : Sophie Turner
Autres comptes : : Natalia B-Montaigu, princesse insouciante & Arthur, le torturé
Pseudo internet / prénom : : exotic (Sarah).
Crédits : : avatar : Kidd | sign : soon. J'ai : 22 ans et mon anniversaire est le : 11 Septembre. Je suis : irlandaise et mes origines sont : germano-américaines par mon père, irlandaises-norvégiennes par ma mère. En ce moment, je : étudiante en 1e année de master Musique (violoncelle) et Industrie de la musique, travaillant au Grausman's Chinese Theatre. En dehors des cours je fais partie : du club de musique et de chant. Si jamais vous me cherchez, j'habite : chez les Tri-Pi avec Victoria, la délurée & Ariella, la petite nouvelle. Ce qui m'attire ce sont : les hommes rebelles et côté coeur je suis : célibatarde, bien trop volage pour rester fidèle.
. :



♪ SHE WAS BORN WILD ♪
and sometimes we need people like her
____________________________



BEING INTO YOU IS LIKE
holding the sun and hoping i don't get burn
____________________________


BE THE PERSON
who make my life more better
____________________________



NOTHING IS IMPOSSIBLE
when you're around



samuel ♪ elena ♪ jae

Norah Bishop
s« ACVBBCVBCVBCVBC »
drunken tri-pi



Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme :
() Lun 6 Nov 2017 - 21:07


Life is short, and it is up to you to make it sweet.
feat. Jaerah
Ce mec me renverse. Littéralement. Il bouleverse mes principes. Il chamboule mes résolutions. Il perturbe mon cœur. Son attitude avait de l’audace, je devais l’avouer. Une seule minute seuls, voilà que ses lèvres empoignent les miens dans un baiser qui se veut tumultueux. Il est partagé entre cette passion et ces interdictions. Il balance entre une timidité presque trop pure et une dévotion particulière. Souffle court, j’halète dans ses bras alors que le sol avait paru m’accueillir quelque secondes plus tard. Subir cet assaut, aussi bon et surprenant, avait comblé le désordre au plus profond de moi. Il m’avait désorienté, et en même temps m’avait montré un peu plus que Jaeden, le grand rebelle Jaeden Clarke avait ressenti lui aussi cette électrique le soir où nos bouches s’étaient entremêlées pour la première fois. De ses quelques centimètres de plus que moi, son bonnet et ses cheveux rebelles, ses grands yeux me dévisageaient dans leur lagon vert d’eau. « Qu’est ce qui se passe ? » Je comprenais bien sa tension ; sa question était subtile et directe à la fois. Qu’est-ce qui se passe entre nous ? Qu’est-ce qui se passe pour moi ? J’hésitais une seconde avant de répondre. « Amène-moi manger, avant. » Je lui expliquerai tout si je devais le faire ; je n’aimais pas ça. Je n’aimais pas parler de ma maladie, de ma faiblesse et des chances de mourir avant tout le monde. C’était comme accepter que cela puisse se faire demain. Dans un mois. Dans dix ans. C’était incertain. C’était flou. En parler n’aidait en rien sur ma facilité à cacher ma défaillance. Je préférais laisser les gens croire que Norah Bishop était une battante, dévouée et passionnée. Cette fille, qu’il avait aperçue, perfusion en bras, déambulant dans les couloirs de l’hôpital était une infime partie de moi. Mais quelque chose me criait qu’hélas, il allait avoir besoin de réponse. Il m’aide à avancer, d’un pas lent mais déterminé. En quelques minutes, je me retrouve assise dans ma voiture, lui au volant. « Tu veux manger quoi ? » « Surprends-moi. » dis-je en appuyant ma tête sur l’appuie-tête. « Je suis tellement stone que je serai incapable de choisir. » Et dire que j’avais eu l’idée de conduire toute seule. La bonne blague. Peut-être que le destin avait voulu que je le rencontre cette fois-ci, pour m’éviter d’une mort inutile et idiote. Au fond, ma maladie m’aura un jour, pas un pauvre accident de la route.

© MADE BY SEAWOLF. @L. Jaeden Clarke
[


She was made of all complicated things
but she always had a simplicity in the way she laughed. And that’s all she ever wanted, to understand her while she was out trying to make sense of her soul and the handful of flowers blooming from the top of her skull.
avatar
Date d'inscription : : 23/08/2017
Messages : : 138
Points : : 62
Avatar : : Cole Sprouse
Pseudo internet / prénom : : *.HURRiiCANE (Marine).
Crédits : : vinylle idylle (av.) ; Breesus (sign.) J'ai : 25 ans et mon anniversaire est le : 14 Février. Je suis : américain et mes origines sont : australiennes. En ce moment, je : étudiant en quatrième année de communication. En dehors des cours je fais partie : du gang de Nazarov. Si jamais vous me cherchez, j'habite : dans une maison miteuse à Watts Ce qui m'attire ce sont : les femmes et leurs manies et côté coeur je suis : célibataire car l'amour c'est pour les faibles.
. :

Don't play with fire honey






With you all is beautiful






Bro for life


Spoiler:
 

L. Jaeden Clarke
s« JUSTICIA OMNIBUS »
just lambda



Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : Me libérer de Nazarov en le tuant tout simplement
() Ven 10 Nov 2017 - 21:32


Life is short, and it is up to you to make it sweet.
feat. Jaerah
Il ne savait pas qu’une femme pourrait prendre une place assez importante dans sa vie enfin il veut dire à part sa meilleure amie qui avait déjà une grande place dans sa vie, dans son cœur et ça depuis des années. Mais ouais, elle commençait à prendre une place au fur et à mesure dans sa vie, c’était fou dans le fond parce qu’il ne savait pas que c’était possible, il ne savait pas qu’il pourrait tenir à quelqu’un après tout ce qu’il avait vécu. Passant sa langue sur ses lèvres encore une fois, il fronça les sourcils ne comprenant pas ce qu’il se passait actuellement avec la rousse, pourquoi venait-elle de tomber comme ça dans ses bras ? A cause de sa raison de sa venue ici à l’hôpital ? Lui, c’était évident de la raison de sa présence, il avait frappé un mec et bien sûr, il avait reçu des coups en retour. Bien évidemment, sinon ça serait trop simple, mais elle ? Qu’est-ce qui se passait avec sa santé hein ? Il ne savait pas qu’il pouvait être aussi inquiet que ça, qu’il pourrait sentir son corps battre aussi vite en voyant tout ça, en pensant à toutes ses choses. « Ok… » Il allait faire comme elle voulait, après tout il n’avait pas d’autres choix parce que s’il la forçait, elle n’allait pas lui répondre et sûrement partir. Pour une fois, il voulait vraiment des réponses, il voulait juste comprendre alors il fit en sorte d’aller vers la voiture, pour l’installer dedans avant de démarrer rapidement. Il avait des gestes doux, presque tendre avec elle, tout en continuant d’imposer les choses, de ne pas lui demander son avis parce qu’il ne pouvait pas changer, pas complètement et il en avait pas envie de toute manière, pas pour ça en tout cas. « Je connais un endroit sympa. » Un endroit qu’il fréquentait quand il était gamin avec son père, il était encore petit et pourtant il se rappelait de ça, il se rappelait de chaque souvenir avec lui, comme ci il n’arrivait pas à faire le deuil pourtant, il n’était pas quelqu’un de bien. Il était comme lui, un mauvais mec qui foutait sa vie en l’air, qui était dans un gang et ça avait causé sa mort. Peut-être que ça allait causer la sienne après tout, c’était toujours comme ça que ça se finissait.

Après quelques minutes, il se garait sur un parking devant un restaurant plus tôt tranquille. Un truc qui était pas tellement fréquenté et ce n’était pas plus mal dans le fond, il avait besoin d’un endroit tranquille, c’était un peu le sien dans le fond. Il s’installait sur une banquette en face de le rousse. « Tu m’expliques avant ou après manger ? » Parce que la patience ce n’était pas tellement son genre dans le fond, il avait tenu assez longtemps là.


© MADE BY SEAWOLF.



  Aujourd'hui, tous les crimes du monde se déroulent en direct, et nous sommes toujours aussi passifs. Peut-être même encore plus, parce que côtoyer de telles saloperies jour après jour nous anesthésie.
avatar
Date d'inscription : : 13/04/2017
Messages : : 321
Points : : 98
Avatar : : Sophie Turner
Autres comptes : : Natalia B-Montaigu, princesse insouciante & Arthur, le torturé
Pseudo internet / prénom : : exotic (Sarah).
Crédits : : avatar : Kidd | sign : soon. J'ai : 22 ans et mon anniversaire est le : 11 Septembre. Je suis : irlandaise et mes origines sont : germano-américaines par mon père, irlandaises-norvégiennes par ma mère. En ce moment, je : étudiante en 1e année de master Musique (violoncelle) et Industrie de la musique, travaillant au Grausman's Chinese Theatre. En dehors des cours je fais partie : du club de musique et de chant. Si jamais vous me cherchez, j'habite : chez les Tri-Pi avec Victoria, la délurée & Ariella, la petite nouvelle. Ce qui m'attire ce sont : les hommes rebelles et côté coeur je suis : célibatarde, bien trop volage pour rester fidèle.
. :



♪ SHE WAS BORN WILD ♪
and sometimes we need people like her
____________________________



BEING INTO YOU IS LIKE
holding the sun and hoping i don't get burn
____________________________


BE THE PERSON
who make my life more better
____________________________



NOTHING IS IMPOSSIBLE
when you're around



samuel ♪ elena ♪ jae

Norah Bishop
s« ACVBBCVBCVBCVBC »
drunken tri-pi



Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme :
() Mer 15 Nov 2017 - 14:42


Life is short, and it is up to you to make it sweet.
feat. Jaerah
« Ok… » Je ne saurai dire ce qui me dérangeait dans ce simple mot. La manière dont il avait aussi vite capitulé, ou peut-être le fait que je percevais de l’inquiétude. Peut-être que je me faisais tout simplement des films, mais j’osais croire que ce baiser voulait bien dire quelque chose ; qu’importe ce qu’il signifiait. Jaeden était dangereux. Il était interdit. Et comme avec un fruit défendu, je n’arrivais pas à m’éloigner. Il m’avait d’abord intrigué, ensuite il m’avait envouté, et me voilà dans ses bras, le suivant jusqu’à ma voiture pour aller manger avec lui. « Je connais un endroit sympa. » Pas la peine d’acquiescer. Tout m’allait tant que je mangeais un morceau, et à vrai dire la tournure des évènements était tellement rapide et si étrange que je ne me faisais pas de l’endroit où il m’amenait. Mes songes se tournaient vraiment plus sur la raison de sa présence ici. Qu’est-ce qui avait pu changer depuis les dernières fois ? Pourquoi prenait-il la peine de s’occuper de moi alors que clairement ce n’était pas son habitude ? C’était bizarre de se comporter ainsi, mais la tête penchée vers la vitre, je me laissais guider sans trop poser de questions.

Quelques minutes plus tard, la voiture se gara dans un petit parking devant un restaurant que je ne connaissais pas. Il semblait être un endroit plutôt paisible, un restaurant de quartier. En regardant autour de nous, je me demandais alors si Jae avait été élevé dans le coin ou si même il y habitait en ce moment-même. Une fois rentrée, on trouvera rapidement une banquette et une table vide. Il s’installa en face de moi et plongea son regard dans le mien. « Tu m’expliques avant ou après manger ? » Je roulais des yeux. « Ta patience te perdra Jaeden. Ou devrais-je dire Laël ? » Son regard s’assombrit aussitôt et il comptait sans doute répliquer quelque chose de sanglant, mais la serveuse arriva pour nous interrompre. Je jouais avec le feu, j’en avais conscience. Mais ce feu était bien trop attractif pour que je n’y résiste. « Vous avez choisis ? » demanda-t-elle dans un sourire presque charmant. Je pris la carte, et pris le premier plat que mes yeux rencontrèrent : « Une omelette fromage, s’il vous plait. Et un café. Long. » « C’est noté. Et pour vous ? » Elle s’était retourné vers Jaeden, et je vu à ses joues rougirent. Ouai, il avait ce pouvoir sur une bonne partie des filles. Je me pinçais les lèvres alors que Jae n’osait même pas la regarder. Il lui répondit sans prendre la peine d’être vraiment sympa. Il était sans doute trop obnubilé par toutes ses questions. A peine avait-elle tourné des talons que je saisis l’opportunité avant de me faire incendier par ses sombres paroles : « Je m’explique, si tu t’expliques. Une question chacun. » C’était mes conditions. Pourquoi devrais-je dévoiler ma vie privée à un type qui ne dévoilait même pas la sienne ?


© MADE BY SEAWOLF. @L. Jaeden Clarke


She was made of all complicated things
but she always had a simplicity in the way she laughed. And that’s all she ever wanted, to understand her while she was out trying to make sense of her soul and the handful of flowers blooming from the top of her skull.
avatar
Date d'inscription : : 23/08/2017
Messages : : 138
Points : : 62
Avatar : : Cole Sprouse
Pseudo internet / prénom : : *.HURRiiCANE (Marine).
Crédits : : vinylle idylle (av.) ; Breesus (sign.) J'ai : 25 ans et mon anniversaire est le : 14 Février. Je suis : américain et mes origines sont : australiennes. En ce moment, je : étudiant en quatrième année de communication. En dehors des cours je fais partie : du gang de Nazarov. Si jamais vous me cherchez, j'habite : dans une maison miteuse à Watts Ce qui m'attire ce sont : les femmes et leurs manies et côté coeur je suis : célibataire car l'amour c'est pour les faibles.
. :

Don't play with fire honey






With you all is beautiful






Bro for life


Spoiler:
 

L. Jaeden Clarke
s« JUSTICIA OMNIBUS »
just lambda



Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : Me libérer de Nazarov en le tuant tout simplement
() Ven 17 Nov 2017 - 18:30


Life is short, and it is up to you to make it sweet.
feat. Jaerah
Il ne comprenait rien, c’était exactement ce qu’il détestait. On ne dirait pas comme ça, mais il était du genre à gérer sa vie le plus possible, chaque action, chaque chose qu’il pouvait entreprendre était calculé. La preuve, il faisait attention pour ce qu’il souhaitait faire, ce qu’il allait faire pour se sortir de cette merde, pour se sauver en quelque sorte. C’était bien pour ça qu’il ne devait pas s’approcher de cette femme, que Norah devait rester le plus loin possible de lui. Qu’est-ce qu’il se passerait s’il ratait son coup ? Si Nazarrov finissait par savoir que cette femme était dans sa vie, qu’elle avait en quelque sorte une grande place ? On allait juste l’utiliser contre elle, on allait juste faire en sorte qu’on l’attaque et il ne pouvait pas gérer ça, il ne pourrait tout simplement pas. Donc ouais, elle devait rester loin de lui comme il ne devait pas s’attacher à elle, il devra reprendre son attitude de connard, la pousser encore et encore. Voir même devenir méchant, lui montrer à quel point il n’était pas un mec pour elle, pas un mec qu’elle devait fréquenter. Face à sa réponse, il se ferma tout simplement. Chose qu’il faisait à merveille, tout pouvait se lire dans ses yeux, sur son visage et il se retient de l’envoyer chier, de lui faire comprendre qu’elle devait clairement s’occuper de ses putains d’affaires et non des siennes, mais malheureusement la serveuse vient vers eux, pour prendre la commande. « Un hamburger et un milkshake chocolat. » Il avait été à deux doigts de dire comme d’habitude, parce qu’il était un habitué dans cet endroit et il prenait toujours la même chose, depuis qu’il était enfant. Il se retient, elle devait en savoir le moins possible sur lui, il était hors de question qu’il avait pu l’amener dans un endroit qui lui tenait autant à cœur. « Ferme-là, Red. Juste ferme-là. » Et même si ces paroles étaient horribles, il était sympa dans le fond. Il ne voulait pas l’entendre pour le coup, il ne voulait même plus de réponse, bien que sa curiosité fût grandement piquée, mais pour ses réponses, il devait s’ouvrir, il devait lui parler de sa propre vie et il en avait horreur. « Finalement, j’en ai rien à faire. Après tout si tu crèves demain, c’est pas mon souci. » Jae avait été trop faible, il lui avait trop facile donner la possibilité de rentrer dans sa vie, d’apprendre à le connaître, de montrer qu’elle pouvait le toucher en quelque sorte et c’était bien ce qu’il ne devait pas faire.

© MADE BY SEAWOLF.



  Aujourd'hui, tous les crimes du monde se déroulent en direct, et nous sommes toujours aussi passifs. Peut-être même encore plus, parce que côtoyer de telles saloperies jour après jour nous anesthésie.
avatar
Date d'inscription : : 13/04/2017
Messages : : 321
Points : : 98
Avatar : : Sophie Turner
Autres comptes : : Natalia B-Montaigu, princesse insouciante & Arthur, le torturé
Pseudo internet / prénom : : exotic (Sarah).
Crédits : : avatar : Kidd | sign : soon. J'ai : 22 ans et mon anniversaire est le : 11 Septembre. Je suis : irlandaise et mes origines sont : germano-américaines par mon père, irlandaises-norvégiennes par ma mère. En ce moment, je : étudiante en 1e année de master Musique (violoncelle) et Industrie de la musique, travaillant au Grausman's Chinese Theatre. En dehors des cours je fais partie : du club de musique et de chant. Si jamais vous me cherchez, j'habite : chez les Tri-Pi avec Victoria, la délurée & Ariella, la petite nouvelle. Ce qui m'attire ce sont : les hommes rebelles et côté coeur je suis : célibatarde, bien trop volage pour rester fidèle.
. :



♪ SHE WAS BORN WILD ♪
and sometimes we need people like her
____________________________



BEING INTO YOU IS LIKE
holding the sun and hoping i don't get burn
____________________________


BE THE PERSON
who make my life more better
____________________________



NOTHING IS IMPOSSIBLE
when you're around



samuel ♪ elena ♪ jae

Norah Bishop
s« ACVBBCVBCVBCVBC »
drunken tri-pi



Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme :
() Ven 24 Nov 2017 - 15:12


Life is short, and it is up to you to make it sweet.
feat. Jaerah
Il est direct, comme toujours. Il ne prit la même pas la peine de remercier la serveuse alors que son regard froid et dominant se consumait devant moi. « Ferme-la, Red. Juste ferme-la. » Je n’aimais pas avoir affaire à ce Jae-là, robuste et impénétrable. Il était désagréable et sans intérêt. Pourtant, j’osais apprécier cet instant où il se renfermait parce que c’était signe d’une corde sensible. Je venais d’ouvrir une porte qui n’était pas entièrement fermée, et même si le torturer n’était pas plaisant, je pensais sincèrement qu’il fallait pouvoir l’ouvrir entièrement pour dévoiler totalement son âme. Que ça lui plaise ou non, je savais maintenant des choses qu’il en contrôlait plus. Et ça, ça le mettait sans doute plus en colère. « Finalement, j’en ai rien à faire. Après tout si tu crèves demain, ce n’est pas mon souci. » Non, clairement pas. J’hausse les épaules, prenant une paille avec laquelle je me met à jouer et m’enfonce dans le siège. « Pourtant, c’est bien ce qui va se passer. » Avec une maladie comme la mienne, on relativisait. La vie était difficile, mais nous devions l’apprécier coute que coute…jusqu’au jour où elle décidait, dans sa plus grande malice, d’emporter ce qui lui était due. Ma vie n’était qu’un pauvre décompte dont la fin était malheureusement bien définie. « Un jour. » ajoutais-je bêtement en reportant mon regard sur la vitre. Je voyais dans son reflet son regard s’assombrissant un peu plus, un doux mélange de colère et d’incompréhension. Devais-je vraiment lui en parler ? Devais-je vraiment exposer ma vie. J’avais exposé les règles, une question chacun. Mais il ne semblait pas avoir envie de vouloir jouer, alors…à quoi bon mentir. A quoi bon dire que tout va bien, que tout semblait parfait. Ma tête se tourna et je plantai mon regard dans le sien. « Une drépanocytose, qui s’est déclarée quand j’avais deux ans. C’est stable pour le moment, mais je ne suis pas à l’abri qu’elle décide de m’emporter quand elle veut. » Ma voix avait changée, elle était plus dramatique, plus profonde, plus moi. Et pourtant, elle était détachée, comme si j’étais en paix avec cette nouvelle. « Je suis maître de mon destin, je suis le capitaine de mon âme » avait-dit William Henley. Si la plupart des gens en avait la possibilité, hélas pour ma part, je n’étais qu’une pauvre esclave du destin qui prenait plaisir à me tourmenter.

© MADE BY SEAWOLF. @L. Jaeden Clarke


She was made of all complicated things
but she always had a simplicity in the way she laughed. And that’s all she ever wanted, to understand her while she was out trying to make sense of her soul and the handful of flowers blooming from the top of her skull.
avatar
Date d'inscription : : 23/08/2017
Messages : : 138
Points : : 62
Avatar : : Cole Sprouse
Pseudo internet / prénom : : *.HURRiiCANE (Marine).
Crédits : : vinylle idylle (av.) ; Breesus (sign.) J'ai : 25 ans et mon anniversaire est le : 14 Février. Je suis : américain et mes origines sont : australiennes. En ce moment, je : étudiant en quatrième année de communication. En dehors des cours je fais partie : du gang de Nazarov. Si jamais vous me cherchez, j'habite : dans une maison miteuse à Watts Ce qui m'attire ce sont : les femmes et leurs manies et côté coeur je suis : célibataire car l'amour c'est pour les faibles.
. :

Don't play with fire honey






With you all is beautiful






Bro for life


Spoiler:
 

L. Jaeden Clarke
s« JUSTICIA OMNIBUS »
just lambda



Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : Me libérer de Nazarov en le tuant tout simplement
() Dim 26 Nov 2017 - 11:10


Life is short, and it is up to you to make it sweet.
feat. Jaerah
Il ne comprenait plus grand-chose, il ne comprenait pas comment elle pouvait être au courant d’un truc pareil. Il savait qu’il avait donné ce prénom à l’hôpital pour qu’on ne puisse pas savoir qui il était réellement, il ne voulait pas qu’on sache qu’il avait pu faire de la prison et surtout pourquoi. Le brun s’en voulait énormément d’avoir pu tuer quelqu’un, sans le vouloir, il avait juste perdu le contrôle de la situation, comme actuellement. Alors il se fermait comme une huitre, l’envoyant chier alors que dans le fond, il se faisait du souci pour elle, mais si la seule solution était de faire en sorte qu’elle le fuit, il allait le faire. La rousse devait être loin de lui, elle ne devait pas connaître sa vie, son passé et tout le reste. Il l’écoutait même s’il ne montrait pas grand-chose, il écoutait ce qu’elle pouvait lui dire et sa mâchoire était en train de se serrer encore une fois. Elle lui en disait tellement peu, il ne comprenait tellement pas ce qu’elle pouvait avoir et il avait juste envie de lui poser des questions, tellement de questions parce que sa curiosité été piquée beaucoup trop à vif là. Sans rien demander et rien faire, il finit par avoir des réponses à ses questions, il posa son regard sur elle et petit à petit sa colère diminuait. Même s’il était toujours en colère contre elle, il passa sa main dans ses cheveux rapidement avant de prendre la parole pour lui avouer une partie de sa vie, pas forcément la plus joyeuse, mais pas quelque chose aussi intime que ce qu’il venait d’apprendre sur la jeune femme. « J’ai été en prison pendant cinq avant d’en sortir cet été. J’étais en train de voler une voiture, ça s’est mal passé avec le propriétaire et… J’ai totalement perdu le contrôle de la situation, je l’ai tué avant de finir ce que je devais faire et dégager. » Il haussa les épaules suite à ce qu’il venait de dire, il lui montrait à quel point, il était mauvais pour elle, qu’elle risquait totalement sa vie en sa présence. « C’est mon demi-frère qui est policer qui m’a arrêté et qui a fait en sorte que mon jugement ne soit pas aussi dur que ça. » Il devait beaucoup de choses à son frère, mais c’était trop compliqué. Vous aviez deux vies totalement différentes, toi qui était dans un gang et lui qui était dans la police, deux vies totalement contradictoire et pourtant, la seule chose qu’il voulait c’était avoir un vrai lien avec le jeune homme.

© MADE BY SEAWOLF.



  Aujourd'hui, tous les crimes du monde se déroulent en direct, et nous sommes toujours aussi passifs. Peut-être même encore plus, parce que côtoyer de telles saloperies jour après jour nous anesthésie.
avatar
Date d'inscription : : 13/04/2017
Messages : : 321
Points : : 98
Avatar : : Sophie Turner
Autres comptes : : Natalia B-Montaigu, princesse insouciante & Arthur, le torturé
Pseudo internet / prénom : : exotic (Sarah).
Crédits : : avatar : Kidd | sign : soon. J'ai : 22 ans et mon anniversaire est le : 11 Septembre. Je suis : irlandaise et mes origines sont : germano-américaines par mon père, irlandaises-norvégiennes par ma mère. En ce moment, je : étudiante en 1e année de master Musique (violoncelle) et Industrie de la musique, travaillant au Grausman's Chinese Theatre. En dehors des cours je fais partie : du club de musique et de chant. Si jamais vous me cherchez, j'habite : chez les Tri-Pi avec Victoria, la délurée & Ariella, la petite nouvelle. Ce qui m'attire ce sont : les hommes rebelles et côté coeur je suis : célibatarde, bien trop volage pour rester fidèle.
. :



♪ SHE WAS BORN WILD ♪
and sometimes we need people like her
____________________________



BEING INTO YOU IS LIKE
holding the sun and hoping i don't get burn
____________________________


BE THE PERSON
who make my life more better
____________________________



NOTHING IS IMPOSSIBLE
when you're around



samuel ♪ elena ♪ jae

Norah Bishop
s« ACVBBCVBCVBCVBC »
drunken tri-pi



Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme :
() Mer 13 Déc 2017 - 16:45


Life is short, and it is up to you to make it sweet.
feat. Jaerah
Parler de sa maladie n’avait jamais été facile, quand bien même elle avait accepté son destin. Ce qu’elle n’aimait pas, c’est prendre en pitié les gens et la rendre vulnérable. Parce qu’être malade revenait à montrer au monde entier sa plus grande faiblesse ; elle qui avait toujours la tête haute et la gueule ouverte. Pourtant, elle savait qu’en le lui confiant, il n’allait jamais la prendre en pitié, il était bien trop dur pour ça. Elle n’attendait qu’une critique sanglante de sa part. Mais il n’en fit rien. Ses yeux s’assombrissent à mesure qu’elle attendait une réaction de sa part, mais tout ce qu’il fit c’est de se passer la main dans les cheveux, signe d’agacement. « J’ai été en prison pendant cinq ans avant d’en sortir cet été. J’étais en train de voler une voiture, ça s’est mal passé avec le propriétaire et… » Le cœur de la jeune femme s’emballait. Quelqu’un lui avait raconté des rumeurs sur un vol qui avait mal tourné, mais dans sa bouche chaque détail était différent. C’était plus profond, plus vide. «…j’ai totalement perdu le contrôle de la situation, je l’ai tué avant de finir ce que je devais faire et dégager. » Comme si ça ne comptait pas, il haussa les épaules en guise de rébellion avant de reprendre : « C’est mon demi-frère qui est policier qui m’a arrêté et qui a fait en sorte que mon jugement ne soit pas aussi dur que ça » Digérer les informations, c’était un processus dur. Le plus surprenant était qu’il se confie sans qu’elle ait vraiment à le forcer, il le faisait de plein gré, comme s’il voulait lui démontrer quelque chose. Mais, elle…elle ne comprenait pas. Tout ce qu’elle voyait c’était cet homme qui n’avait pas eu de chance, et qui à la première occasion, sa vie avait dérapé. Comme la sienne. « Je n’ai pas peur de toi, Jaeden. » dit-elle finalement d’une voix dure et sincère. Si certaines refusaient d’approcher un meurtrier, elle, au contraire, n’arrivait pas à taire son obsession pour lui. Il l’intriguait bien trop pour qu’elle fasse abstraction de sa curiosité grandissante. « Et voilà ! » dit la serveuse avec leur plat dans les mains. « Un Hamburger, Milkshake chocolat pour monsieur, et une omelette fromage, café long pour la demoiselle. Bonne appétit ! » Elle leur sourit, mais Norah était bien trop captivée par Jaeden pour s’en soucier réellement. Alors, avant même de toucher à son plat, elle osa demander ce qui lui brulait les lèvres : « Pourquoi t’as fait ça ? » Elle n’avait pas besoin de préciser, sa question portait sur son vol, probablement l’un parmi tant d’autre. Elle voulait simplement savoir pourquoi il avait dû recourir à ce genre de solution dans sa vie. Sans doute pour mieux le connaître ou mieux le comprendre.

© MADE BY SEAWOLF. @L. Jaeden Clarke


She was made of all complicated things
but she always had a simplicity in the way she laughed. And that’s all she ever wanted, to understand her while she was out trying to make sense of her soul and the handful of flowers blooming from the top of her skull.
Contenu sponsorisé


(

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: