Flèche hautFlèche basnobody here's perfect. (irina)


nobody here's perfect. (irina)
avatar
Lucca Fleming
s« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 19/08/2017
Messages : : 854
Points : : 396
Avatar : : Jamie Dornan
Autres comptes : : eli, le sexy hollandais (f. lachowski) ; teo, le prof séduisant (a. gallagher) ; aaron, le bébé parfait (l. lerman) et aleks, le séducteur né (d. barrueco).
Pseudo internet / prénom : : potatoe (al).
Crédits : : .sassenach aka Amy la magnifique (avatar). J'ai : trente-trois ans et mon anniversaire est le : vingt février. Je suis : anglo-américain et mes origines sont : américaine par ma mère et croate par mon père. En ce moment, je : suis lieutenant à la brigade criminelle de LA. Si jamais vous me cherchez, j'habite : à Echo Park, à 50% dans mon appartement, à 50% dans celui d'Irina, ma voisine, femme la plus canon, la plus intelligente, la plus parfaite du monde. Ce qui m'attire ce sont : les magnifiques courbes d'Irina, son corps de déesse, sa perfection tout simplement, et côté coeur je suis : 100% pris par Irina, mon coeur n'appartient qu'à elle, mes yeux ne voient qu'elle (et je vais me faire tatouer son prénom partout partout sur le corps).
. :
even when the sky comes fallin, even when the sun don't shine. i got faith in you and i, so put your pretty lil hand in mine. even when were down to the wire babe, even when it's do or die.we can do it babe simple and plain.
this love is a sure thing
best friends ? well, i guess you could call us that but i think we are more like...
b r o t h e r s
let people see the real, imperfect, flawed, quirky, weird, beautiful, magical person that you are.
just be yourself
don't forget :
 


  Mar 5 Déc 2017 - 2:33
« Il ne sortira pas maman, je ferai en sorte que ça ne se passe pas. » Je tourne en rond dans mon appartement, bouillonnant de rage et mes doigts se crispant sur mon portable. Ma mère, à l’autre bout du téléphone, est en larmes, complètement paniqué par ce qu’elle a appris. Cette ordure -ou mon père aux yeux de la loi- va être libéré pour bonne conduite. J’ai eu du mal à le croire lorsqu’elle me l’a dit et pourtant, c’est la cruelle vérité. Il va sortir, pouvoir vivre impunément à quelques pâtés de maisons de ma famille, juste de quoi respecter l’interdiction de nous approcher. Ce n’est pas possible… J’ai juste envie de tout exploser. Je promets à ma mère de trouver une solution, lui disant que je prendrais le premier avion pour les rejoindre elle et mes frères. Rassurée, elle raccroche tandis que moi, je fais les 100 pas. Putain, je n’aime vraiment pas ce qui se passe... Il ne devrait pas sortir maintenant, pas après à peine 6 ans de taule... Il faut que je trouve un moyen pour empêcher ça, quoi qu’il m’en coûte. Alors je commence à fouiller dans les tiroirs des meubles, éparpillant des feuilles ou des dossiers un peu partout sur le sol du salon. Je ne fais même plus gaffe à ce que je laisse traîner. Hors il s’agît parfois d’affaires au nom "Petrovic", mon patronyme de naissance, tel que mon dossier médical. Mais je n’y pense même plus. Je pense encore moins au fait qu’Irina va bientôt rentrer du boulot. Je pense encore moins à écouter si la porte d’entrée s’ouvre. Je suis bien trop concentré dans ma recherche pour me rendre compte qu’elle est déjà là et, lorsque je tourne la tête, j’en ai le souffle coupé. Elle est debout, mon dossier médical dans les mains, les yeux fixés sur le contenu. Je déglutis. « Irina... T’es là depuis quand ? » Sûrement assez longtemps pour avoir lu plus qu’elle n’aurait dû. Il ne manquait plus que ça, bordel...

avatar
Irina Kelso
y« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 10/08/2017
Messages : : 209
Points : : 239
Avatar : : Kristina Bazan
Autres comptes : : Pepper la plus parfaite (G. Hadid), Lilo la catastrophe ambulante (J. Skriver) et Laïs la sale gosse (N. Peltz)
Pseudo internet / prénom : : Riverside ou Leo (Eleonore)
Crédits : : Afanen J'ai : 27 ans et mon anniversaire est le : 24 décembre. Un jour de merde pour fêter son anniversaire si vous voulez mon avis. Je suis : serbo-américaine et mes origines sont : serbes par ma mère, américaines par mon père. En ce moment, je : suis photographe de mode, désirant un jour voir mes photos en couverture de Vogue, Vanity Fair and co. Si jamais vous me cherchez, j'habite : à Echo Park, dans mon appart la moitié du temps. L'autre moitié je squatte chez Lucca, le voisin (et plus). Ce qui m'attire ce sont : les hommes, bien qu'il n'y en ait plus qu'un seul maintenant, et côté coeur je suis : en couple depuis un moment, même si ça reste officieux depuis tout ce temps.
. :
done :
 

M ; L ; H ; S ; Y


Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : Devenir la nouvelle Mario Testino, Annie Leibovitz, Patrick Demarchelier...

  Jeu 14 Déc 2017 - 1:40
Sa journée de boulot a été éreintante, ce genre de shooting photo elle s’en passerait bien. Pourtant elle sait que ce sera surement loin d’être son dernier, mais devoir supporter les caprices d’une petite actrice de téléfilms de l’après-midi qui se prend pour une diva, ça lui a mis les nerfs à vif. Tout ce dont elle a envie maintenant c’est de rentrer se mettre en pyjama et se blottir dans les bras de Lucca. Mais quand elle entre dans l’appartement, pose ses affaires, enlève ses chaussures et lève la tête, ce qu’elle trouve n’est pas ce à quoi elle s’attendait. Elle le voit dans le salon, à faire les cent pas. Il a l’air préoccupé, elle ne l’avait jamais vu comme ça. Tellement qu’il ne l’a même pas entendue entrer. Alors qu’elle avance pour s’approcher de lui elle sent quelque chose sous son pied nu. Elle n’a pas fait attention à où elle allait et a marché sur ce qui semble être son carnet de santé. Elle le ramasse et, par curiosité, elle l’ouvre. Histoire de voir ce qu’a vécu Lucca dans son enfance, quelles maladies il avait eu étant petit, s’il avait eu des allergies, des petites choses comme ça. Ils n’avaient jamais parlé de tout ça, il ne lui a jamais vraiment parlé de cette période de sa vie. « Irina... T’es là depuis quand ? » Elle tourne la tête brusquement, elle en avait oublié qu’il était là, à quelques mètres d’elle. Elle le regarde une seconde avant de reposer les yeux sur le papier, fronçant les sourcils face à ce qu’elle lit. « Je comprends pas. » Le nom de famille inscrit, elle ne le connait pas, elle ne l’a même jamais entendu. Fleming c’est son nom, alors pourquoi est-ce que ce n’est pas celui qu’elle voit. « Lucca Petrovic, c’est… c’est pas ton nom ça. » Elle ne comprend pas pourquoi c’est ce qui est écrit, elle essaie bien de réfléchir à une explication mais rien ne lui vient. Ça pourrait être une erreur. Mais une erreur qui n’aurait pas été corrigée en trente deux ans ? Non, elle ne comprend vraiment pas. « Pourquoi c’est pas ton nom de famille dans ton carnet de santé ? » A nouveau elle pose le regard sur lui, curieuse d’en savoir plus, le regard interrogateur.
avatar
Lucca Fleming
s« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 19/08/2017
Messages : : 854
Points : : 396
Avatar : : Jamie Dornan
Autres comptes : : eli, le sexy hollandais (f. lachowski) ; teo, le prof séduisant (a. gallagher) ; aaron, le bébé parfait (l. lerman) et aleks, le séducteur né (d. barrueco).
Pseudo internet / prénom : : potatoe (al).
Crédits : : .sassenach aka Amy la magnifique (avatar). J'ai : trente-trois ans et mon anniversaire est le : vingt février. Je suis : anglo-américain et mes origines sont : américaine par ma mère et croate par mon père. En ce moment, je : suis lieutenant à la brigade criminelle de LA. Si jamais vous me cherchez, j'habite : à Echo Park, à 50% dans mon appartement, à 50% dans celui d'Irina, ma voisine, femme la plus canon, la plus intelligente, la plus parfaite du monde. Ce qui m'attire ce sont : les magnifiques courbes d'Irina, son corps de déesse, sa perfection tout simplement, et côté coeur je suis : 100% pris par Irina, mon coeur n'appartient qu'à elle, mes yeux ne voient qu'elle (et je vais me faire tatouer son prénom partout partout sur le corps).
. :
even when the sky comes fallin, even when the sun don't shine. i got faith in you and i, so put your pretty lil hand in mine. even when were down to the wire babe, even when it's do or die.we can do it babe simple and plain.
this love is a sure thing
best friends ? well, i guess you could call us that but i think we are more like...
b r o t h e r s
let people see the real, imperfect, flawed, quirky, weird, beautiful, magical person that you are.
just be yourself
don't forget :
 


  Mar 19 Déc 2017 - 3:40
J’ai toujours fait attention à ce qu’elle ne tombe jamais sur ce dossier, document que je conserve précieusement avec moi afin de l’avoir sous le coude en cas de pépin. Comme aujourd’hui. J’en ai besoin pour mon séjour à New-York, pour montrer aux juges que, non, ce type ne mérite pas de sortir pour s’être bien conduit en taule. Il n’a pas le droit d’être libéré, ça ne peut pas se passer ainsi. Sauf que le problème actuel n’est pas lui, mais plutôt la jeune femme qui se trouve à présent dans la pièce. « Je comprends pas. Lucca Petrovic, c’est… c’est pas ton nom ça. » Et merde… Elle est complètement perdue, ce qui est normal. « Pourquoi c’est pas ton nom de famille dans ton carnet de santé ? » Son regard se pose sur moi et je déglutis. Je décide de dire la vérité, ou du moins, juste en ce qui concerne ce nom. « C’est le nom de mon géniteur et le mien pendant un moment, mais ça ne l’est plus depuis des années. » Parce que j’ai changé de nom et c’est tout ce qu’elle a besoin de comprendre. C’est tout ce que je suis capable de fournir à l’instant présent, n’étant pas prêt à la voir s’apitoyer comme tous les autres en entendant ce que j’ai pu subir. Je n’ai pas envie qu’elle soit triste en s’imaginant ce que j’ai dû ressentir à cette période. Et pour ça, il faut surtout qu’elle referme ce dossier maintenant et qu’elle me le rende. L’air tendu, je tends la main vers elle et déclare : « Donne-moi le dossier, Irina. Le lis pas. » Ce qu’elle pourrait y lire n’est que cruauté. Des côtes fracturées à diverses reprises, d’autres os cassés bien trop de fois en si peu d’années, des pommettes trop souvent amochés, des bleus et contusions à divers endroits, et j’en passe. Non, ça serait trop horrible qu’elle le lisse, autant pour elle que pour moi. Et si seulement ce n’était que de l’écriture… Certaines photos sont aussi dans ce dossier, en tant que preuve visuelle, et ce n’est pas très beau à voir.
avatar
Irina Kelso
y« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 10/08/2017
Messages : : 209
Points : : 239
Avatar : : Kristina Bazan
Autres comptes : : Pepper la plus parfaite (G. Hadid), Lilo la catastrophe ambulante (J. Skriver) et Laïs la sale gosse (N. Peltz)
Pseudo internet / prénom : : Riverside ou Leo (Eleonore)
Crédits : : Afanen J'ai : 27 ans et mon anniversaire est le : 24 décembre. Un jour de merde pour fêter son anniversaire si vous voulez mon avis. Je suis : serbo-américaine et mes origines sont : serbes par ma mère, américaines par mon père. En ce moment, je : suis photographe de mode, désirant un jour voir mes photos en couverture de Vogue, Vanity Fair and co. Si jamais vous me cherchez, j'habite : à Echo Park, dans mon appart la moitié du temps. L'autre moitié je squatte chez Lucca, le voisin (et plus). Ce qui m'attire ce sont : les hommes, bien qu'il n'y en ait plus qu'un seul maintenant, et côté coeur je suis : en couple depuis un moment, même si ça reste officieux depuis tout ce temps.
. :
done :
 

M ; L ; H ; S ; Y


Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : Devenir la nouvelle Mario Testino, Annie Leibovitz, Patrick Demarchelier...

  Lun 12 Fév 2018 - 2:24
Elle ne sait pas trop quoi penser de ce qu’elle voit, pas grand-chose en fait. Elle est juste perdue et ne sait pas par quelle question commencer. La plus simple et évidente, ça semble le meilleur choix. « C’est le nom de mon géniteur et le mien pendant un moment, mais ça ne l’est plus depuis des années. » Le nom de son "géniteur", il n’a pas dit son père. Le sien. Il était né Lucca Petrovic, mais ce n’est pas comme ça qu’elle le connait. Et la seule chose qu’elle arrive à se dire à ce moment-là c’est qu’elle ne connait donc pas le vrai Lucca. Que si elle n’est pas au courant de ça, ce n’est surement pas la seule chose qu’elle ignore sur lui. « T’as changé de nom ? » Elle pose à nouveau le regard sur les papiers, comme si relire ce nom lui donnerait plus de détails. Du coin de l’œil elle le voit tendre la main vers elle. « Donne-moi le dossier, Irina. Le lis pas. » Elle n’a jamais ressenti le besoin d’aller à l’encontre de ce qu’il demande, de faire le contraire de ce qu’il veut, pas pour des choses importantes. Elle n’a jamais eu envie de le forcer à lui parler de choses dont il n’aime pas parler. Pourtant là elle évite sa main en s’éloignant légèrement et tourne la page. Sa gorge se serre en découvrant ce qui s’y trouve. Elle a un haut le cœur. Elle tourne une autre page, puis une autre, et se décompose au fur et à mesure. Les choses fusent dans sa tête, elle essaie de mettre le puzzle en place, commence à comprendre certaines choses. Du moins elle croit. « Pourquoi t’as changé de nom Lucca ? » Encore une fois ses yeux se dirigent sur lui. Mais son regard ne sait plus quelle émotion exprimer. Elle sent arriver la réponse, une réponse qu’elle n’a pas envie d’entendre. Elle ne veut pas qu’il confirme ce qu’elle s’imagine. Elle ne sait pas si elle a envie de laisser les larmes lui monter aux yeux ou si elle a envie lui lancer un regard noir. « Dis-moi qu’il y a une bonne explication, dis-moi que c’est pas toi sur ces photos, dis-moi que j’ai aucune raison de me sentir comme la dernière des idiotes… »
avatar
Lucca Fleming
s« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 19/08/2017
Messages : : 854
Points : : 396
Avatar : : Jamie Dornan
Autres comptes : : eli, le sexy hollandais (f. lachowski) ; teo, le prof séduisant (a. gallagher) ; aaron, le bébé parfait (l. lerman) et aleks, le séducteur né (d. barrueco).
Pseudo internet / prénom : : potatoe (al).
Crédits : : .sassenach aka Amy la magnifique (avatar). J'ai : trente-trois ans et mon anniversaire est le : vingt février. Je suis : anglo-américain et mes origines sont : américaine par ma mère et croate par mon père. En ce moment, je : suis lieutenant à la brigade criminelle de LA. Si jamais vous me cherchez, j'habite : à Echo Park, à 50% dans mon appartement, à 50% dans celui d'Irina, ma voisine, femme la plus canon, la plus intelligente, la plus parfaite du monde. Ce qui m'attire ce sont : les magnifiques courbes d'Irina, son corps de déesse, sa perfection tout simplement, et côté coeur je suis : 100% pris par Irina, mon coeur n'appartient qu'à elle, mes yeux ne voient qu'elle (et je vais me faire tatouer son prénom partout partout sur le corps).
. :
even when the sky comes fallin, even when the sun don't shine. i got faith in you and i, so put your pretty lil hand in mine. even when were down to the wire babe, even when it's do or die.we can do it babe simple and plain.
this love is a sure thing
best friends ? well, i guess you could call us that but i think we are more like...
b r o t h e r s
let people see the real, imperfect, flawed, quirky, weird, beautiful, magical person that you are.
just be yourself
don't forget :
 


  Lun 12 Fév 2018 - 19:05
« T’as changé de nom ? » Elle lit à nouveau les papiers qu’elle a sous les yeux et je tente de la faire arrêter avant qu’elle n’aille plus loin. Mais, pour une fois, elle ne m’écoute pas. Non, elle continue de feuilleter le dossier, tournant pages après pages, devant mon regard impuissant. Qu’est-ce que je peux faire pour qu’elle arrête ? Rien, hormis lui arracher les papiers des mains, mais c’est bien une chose que je ne ferai pas. Au fur et à mesure qu’elle avance, je vois son visage se décomposer. Ça me fait mal de la voir ainsi. Pourquoi ne m’a-t-elle pas écouté et rendu le dossier ? Tout aurait été plus simple, moins douloureux. « Pourquoi t’as changé de nom Lucca ? » Elle me questionne, posant enfin ses yeux sur moi et mon cœur se serre. Son regard exprime un flot d’émotion à la fois et j’ai du mal à ouvrir la bouche. Alors, elle continue et me balance : « Dis-moi qu’il y a une bonne explication, dis-moi que c’est pas toi sur ces photos, dis-moi que j’ai aucune raison de me sentir comme la dernière des idiotes… » Je me pince les lèvres, fait un pas en avant vers elle, avant de me stopper. Je ne sais pas pourquoi, mais je sens que si je m’approche encore, elle va me recaler. « Irina… » Je la regarde, un air déboussolé sur le visage et le regard meurtri. « J’ai changé de nom parce que je ne veux pas être associé à ce type. » Ce type, en gros, mon père. Ou plutôt géniteur, comme je le dis bien souvent. Il a perdu son titre de paternel le jour où il a levé la main sur mes frères, ma mère et moi. Alors, non, je ne veux plus porter son nom, ni avoir le moindre truc qui se rapporte à lui. Lucca Petrovic n’était qu’un pauvre gamin martyrisé. Il n’existe plus à présent. Plus dans mon monde. Me mordillant l’intérieure de la joue, je déclare : « Tu n'aurais pas dû voir ça, Irina... Je suis désolé. » Désolé qu’elle se retrouve à devoir faire face à tout ça. Désolé de ne pas avoir été assez fort pour affronter son regard. Désolé de ne pas lui avoir dit de moi-même par manque de courage. Désolé de lui avoir mentit durant toutes ses années. Mais je ne pouvais tout simplement pas en parler, c’était bien trop éprouvant. Je m’assois sur une chaise, posant mes coudes sur mes genoux et glissant ma tête entre mes mains. Puis, dans un murmure, je lâche : « Ce qui se trouve dans ce dossier est bien explicite… Ne m’oblige pas à en parler, s’il te plaît... »
avatar
Irina Kelso
y« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 10/08/2017
Messages : : 209
Points : : 239
Avatar : : Kristina Bazan
Autres comptes : : Pepper la plus parfaite (G. Hadid), Lilo la catastrophe ambulante (J. Skriver) et Laïs la sale gosse (N. Peltz)
Pseudo internet / prénom : : Riverside ou Leo (Eleonore)
Crédits : : Afanen J'ai : 27 ans et mon anniversaire est le : 24 décembre. Un jour de merde pour fêter son anniversaire si vous voulez mon avis. Je suis : serbo-américaine et mes origines sont : serbes par ma mère, américaines par mon père. En ce moment, je : suis photographe de mode, désirant un jour voir mes photos en couverture de Vogue, Vanity Fair and co. Si jamais vous me cherchez, j'habite : à Echo Park, dans mon appart la moitié du temps. L'autre moitié je squatte chez Lucca, le voisin (et plus). Ce qui m'attire ce sont : les hommes, bien qu'il n'y en ait plus qu'un seul maintenant, et côté coeur je suis : en couple depuis un moment, même si ça reste officieux depuis tout ce temps.
. :
done :
 

M ; L ; H ; S ; Y


Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : Devenir la nouvelle Mario Testino, Annie Leibovitz, Patrick Demarchelier...

  Jeu 1 Mar 2018 - 1:42
Elle a l’impression que son cerveau tourne au ralenti, qu’il s’est éteint d’un seul coup dès qu’elle a commencé à lire le dossier. Comme si au moment où elle avait le plus besoin de lui pour l’aider à comprendre il lui fait faux bond. Mais son cerveau il est bien en marche, c’est juste que ce qu’elle a sous les yeux est tellement inattendu, tellement gros, que c’est trop difficile à assimiler pour lui. Il lui manque beaucoup trop d’éléments pour le faire et elle a vraiment besoin d’explications. « Irina… » Il a bien fait de s’arrêter avant de s’approcher plus d’elle parce que son humeur ne ferait que se dégrader encore un peu. « J’ai changé de nom parce que je ne veux pas être associé à ce type. » Ses paroles confirment ce qu’elle pensait et elle aurait tellement voulu que ce ne soit pas le cas. Mais pourtant tout est là, il n’y a plus de doutes à avoir. « Tu n'aurais pas dû voir ça, Irina... Je suis désolé. » C’est plus fort qu’elle, elle n’arrive pas à l’empêcher, un rire sort de ses lèvres. Un rire jaune, ironique, nerveux, un rire d’énervement. « J’aurais pas du voir ça ouais. » Il aurait pu dire plus clairement que ça que c’est pas qu’elle aurait pas dû le voir mais que c’est surtout que lui voulait pas qu’elle soit au courant. Ça elle l’a bien compris. Elle ne le quitte pas du regard lorsqu’il s’assoit et prend sa tête entre ses mains. « Ce qui se trouve dans ce dossier est bien explicite… Ne m’oblige pas à en parler, s’il te plaît... » Pendant quelques secondes elle a le cœur qui se serre. Ça lui fait mal qu’il puisse penser qu’elle l’obligerait à le faire. Et aussi de le voir dans cet état. Elle aime pas le voir être mal, quand c’est le cas elle aussi elle ne va pas bien. Supporter de le voir souffrir c’est compliqué. « Tu crois vraiment que je vais t’obliger à me parler d’un truc qui te fait mal si t’en as pas envie ? » Sa voix s’adoucit, devient un peu moins sèche, mais plus triste. Elle essaie de se calmer, de ne pas lui en vouloir. Mais quand elle repose ses yeux sur les photos elle se rend compte qu’elle peut pas. Elle peut pas faire comme si c’était un truc banal, comme si elle découvrait qu’il ne lui avait jamais dit avoir fumé des joints au lycée ou des conneries du genre. « Mais putain Lucca, est-ce que t’avais au moins l’intention de me parler de ça un jour ? » Elle essaie vraiment de garder une intonation neutre, de ne pas s’énerver à nouveau, mais c’est impossible. En quelques secondes elle est passé de sèche à douce pour redevenir sèche presque aussitôt. Ça se sent dans sa voix tremblante qu’elle se sent blessée, elle ne peut pas le cacher. « Je suis si peu importante pour toi pour que t’ai pas envie de me dire un truc aussi énorme ? »
avatar
Lucca Fleming
s« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 19/08/2017
Messages : : 854
Points : : 396
Avatar : : Jamie Dornan
Autres comptes : : eli, le sexy hollandais (f. lachowski) ; teo, le prof séduisant (a. gallagher) ; aaron, le bébé parfait (l. lerman) et aleks, le séducteur né (d. barrueco).
Pseudo internet / prénom : : potatoe (al).
Crédits : : .sassenach aka Amy la magnifique (avatar). J'ai : trente-trois ans et mon anniversaire est le : vingt février. Je suis : anglo-américain et mes origines sont : américaine par ma mère et croate par mon père. En ce moment, je : suis lieutenant à la brigade criminelle de LA. Si jamais vous me cherchez, j'habite : à Echo Park, à 50% dans mon appartement, à 50% dans celui d'Irina, ma voisine, femme la plus canon, la plus intelligente, la plus parfaite du monde. Ce qui m'attire ce sont : les magnifiques courbes d'Irina, son corps de déesse, sa perfection tout simplement, et côté coeur je suis : 100% pris par Irina, mon coeur n'appartient qu'à elle, mes yeux ne voient qu'elle (et je vais me faire tatouer son prénom partout partout sur le corps).
. :
even when the sky comes fallin, even when the sun don't shine. i got faith in you and i, so put your pretty lil hand in mine. even when were down to the wire babe, even when it's do or die.we can do it babe simple and plain.
this love is a sure thing
best friends ? well, i guess you could call us that but i think we are more like...
b r o t h e r s
let people see the real, imperfect, flawed, quirky, weird, beautiful, magical person that you are.
just be yourself
don't forget :
 


  Sam 10 Mar 2018 - 3:26
« J’aurais pas du voir ça ouais. » Ses mots, son rire qui est clairement forcé, ça me fout la chair de poule. Ce n’est pas bien dur de comprendre qu’elle l'ait mal pris, mais elle a sûrement raison. Alors je me tais et ne dis rien sur cette petite pique. Il vaut mieux ne pas l’agacer encore plus. Par contre, je ne parviens pas à me retenir de la supplier de ne pas me forcer à lui raconter ce que j’ai vécu. La tête entre les mains, je l’entends me demander : « Tu crois vraiment que je vais t’obliger à me parler d’un truc qui te fait mal si t’en as pas envie ? » Mon cœur se serre face à cette voix redevenue bien plus douce. Je ne lève cependant pas la tête lorsque je lui avoue : « Non… Je sais que tu n’en serais pas capable… » Je la connais assez pour savoir que je flippe pour rien. Jamais elle ne m’a forcé à lui parler de choses qui me perturbaient, elle n’allait pas le faire maintenant. Si je commence à me faire à l’idée que la situation va redevenir calme, je me fourre le doigt dans l’œil et je le comprends à la seconde où j’entends son questionnement. « Mais putain Lucca, est-ce que t’avais au moins l’intention de me parler de ça un jour ? » Je ne sais pas quoi lui répondre sur le moment. Du moins, jusqu’à ce qu’elle ajoute d’une voix nettement blessée : « Je suis si peu importante pour toi pour que t’ai pas envie de me dire un truc aussi énorme ? » Cette fois, je relève la tête rapidement, plongeant mes yeux dans les siens et n’hésite pas une seule seconde avant de déclarer : « Je t’interdis de dire des conneries, Irina ! T’es la femme que j’aime, bien sûr que t’es importante ! Je… » Et je me rends compte de ce que je viens de dire, du tac au tac, sans y avoir réfléchi. "T’es la femme que j’aime"… Pourquoi il a fallu que cette vérité sorte à ce moment précis ? Clairement, ce n’est pas le meilleur moment pour lui dire ce genre de chose, pour lui faire savoir mes sentiments par des mots que je n’avais jamais utilisés auparavant à son égard. Dans mes pensées, j’avais imaginé mille et une façon de lui dire ces mots-là. Jamais une comme aujourd’hui. Je passe une main sur mon visage, reprend contenance et décide de me lancer. « Quand on a commencé à se fréquenter, je ne pensais pas que ça allait durer dans le temps. T’étais jeune, moi j’étais un mec plus vieux, mais pas trop mal encore… Je me suis dit que ça allait durer quelques semaines, voire quelques mois à tout casser, et qu’après on irait chacun de notre côté. Je ne voyais pas l’intérêt d’aborder ce sujet avec toi… » Pendant les premiers mois, c’était bel et bien ce que je pensais. Ça avait ensuite évolué parce que mes attentes avaient évolué, parce que mes sentiments s’étaient développés. « Et puis la première année est passé, la deuxième aussi et, plus ça allait, plus je n’avais plus le cran de te raconter tout de mon enfance. Non pas parce que je ne voulais pas t’en parler, mais parce que je craignais de le faire… » Je me lève et me déplace dans la pièce pour venir me positionner face à elle. Je sais que je prends le risque de m’en prendre une, mais qu’il en soit ainsi. Je l’aurai bien mérité, de toute façon. « J’ai eu peur, Irina… Peur que dans ton regard, il n’y ait plus que de la tristesse et de l’apitoiement pour moi. Je n’aurai pas supporté que ton comportement change ou que tu finisses par me laisser parce que tu n’aurais pas eu la force de vivre avec un homme aussi meurtri que je puisse l’être. J’ai eu peur de te faire voir cette facette de ma personne, celle de ce petit garçon blessé et perdu, cette partie de moi que je veux oublier... » Je sais que ça n’excuse pas les mensonges, les secrets et tout ce qui va avec, mais je ne peux pas lui expliquer les choses autrement. Je n’arrive pas à trouver d’autres façons de lui faire comprendre que si je n’ai rien dit, c’était pour la protéger, me protéger. Pour nous protéger. « Je suis désolé, tellement désolé… » Que je souffle doucement.
avatar
Irina Kelso
y« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 10/08/2017
Messages : : 209
Points : : 239
Avatar : : Kristina Bazan
Autres comptes : : Pepper la plus parfaite (G. Hadid), Lilo la catastrophe ambulante (J. Skriver) et Laïs la sale gosse (N. Peltz)
Pseudo internet / prénom : : Riverside ou Leo (Eleonore)
Crédits : : Afanen J'ai : 27 ans et mon anniversaire est le : 24 décembre. Un jour de merde pour fêter son anniversaire si vous voulez mon avis. Je suis : serbo-américaine et mes origines sont : serbes par ma mère, américaines par mon père. En ce moment, je : suis photographe de mode, désirant un jour voir mes photos en couverture de Vogue, Vanity Fair and co. Si jamais vous me cherchez, j'habite : à Echo Park, dans mon appart la moitié du temps. L'autre moitié je squatte chez Lucca, le voisin (et plus). Ce qui m'attire ce sont : les hommes, bien qu'il n'y en ait plus qu'un seul maintenant, et côté coeur je suis : en couple depuis un moment, même si ça reste officieux depuis tout ce temps.
. :
done :
 

M ; L ; H ; S ; Y


Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : Devenir la nouvelle Mario Testino, Annie Leibovitz, Patrick Demarchelier...

  Sam 31 Mar 2018 - 2:45
« Non… Je sais que tu n’en serais pas capable… » Il garde la tête baissée, il lui répond sans la regarder. Ça ne l’aide pas à rester calme, au contraire, elle voudrait qu’il lui parle les yeux dans les yeux. Et puis ce qu’il lui dit… Pourquoi est-ce qu’il n’a pas cherché à lui dire ne serait-ce qu’une toute petite partie de l’histoire s’il sait qu’elle ne l’aurait jamais forcé à aller plus loin s’il n’en avait pas envie. Elle aurait aimé ne pas s’énerver à nouveau mais c’est impossible, ce qu’elle pense fuse. Au moins ça le fait réagir et lever la tête. « Je t’interdis de dire des conneries, Irina ! T’es la femme que j’aime, bien sûr que t’es importante ! Je… » Il s’est rendu compte de ce qu’il vient de dire. Elle aussi, évidemment, dès l’instant où les mots ont franchi ses lèvres. La femme qu’il aime. Il ne lui avait jamais dit. Aucun des deux ne l’avait jamais fait malgré les années passées ensemble. Elle les rêve depuis longtemps ces mots, et pourtant, la situation l’empêche d’être complètement heureuse. Elle est perdue loin dans ses pensées quand il reprend la parole et la fait revenir au moment présent. « Quand on a commencé à se fréquenter, je ne pensais pas que ça allait durer dans le temps. T’étais jeune, moi j’étais un mec plus vieux, mais pas trop mal encore… Je me suis dit que ça allait durer quelques semaines, voire quelques mois à tout casser, et qu’après on irait chacun de notre côté. Je ne voyais pas l’intérêt d’aborder ce sujet avec toi… » Ça elle le comprend. Elle non plus elle avait pas misé sur une longue relation quand ils s’étaient rencontrés. Elle s’était juste laissé aller, sans trop réfléchir à l’avenir, profitant du présent et advienne que pourra. Puis sans qu’elle s’en rende vraiment compte ils en étaient arrivés là, plus de trois ans plus tard. « Et puis la première année est passé, la deuxième aussi et, plus ça allait, plus je n’avais plus le cran de te raconter tout de mon enfance. Non pas parce que je ne voulais pas t’en parler, mais parce que je craignais de le faire… » Elle le regarde se lever, venir se mettre devant elle, et elle hésite à faire un pas en arrière. Mais elle veut la suite de l’explication, alors elle se contente juste d’attendre sans bouger. « J’ai eu peur, Irina… Peur que dans ton regard, il n’y ait plus que de la tristesse et de l’apitoiement pour moi. Je n’aurai pas supporté que ton comportement change ou que tu finisses par me laisser parce que tu n’aurais pas eu la force de vivre avec un homme aussi meurtri que je puisse l’être. J’ai eu peur de te faire voir cette facette de ma personne, celle de ce petit garçon blessé et perdu, cette partie de moi que je veux oublier... Je suis désolé, tellement désolé… » Cette fois elle recule, elle se retourne et fait quelques pas dans la pièce pour s’éloigner. Elle a besoin de quelques minutes pour faire redescendre tout ça. Fermant les yeux elle passe les mains sur son visage, sur ses tempes, les frotte quelques secondes. Puis elle se tourne à nouveau vers lui et plonge son regard dans le sien alors qu’elle se rapproche. Elle attrape doucement son haut et serre les doigts autour du tissu, restant ainsi quelques secondes avant de reprendre. « T’es aussi l’homme que j’aime Lucca. » Depuis longtemps maintenant, et malgré la situation, ça lui fait du bien de lui dire. « Je t’aime. Et c’est justement pour ça que ça me blesse autant que tu m’ais pas dit tout ça plus tôt. Pas au début, évidemment, mais quand tu t’es rendu compte que c’était pas juste un petit flirt passager entre nous. » C’était ça le moment idéal pour lui raconter son enfance. Le moment où ça a commencé à devenir quelque chose de plus sérieux, où ils ont commencé à se connaitre vraiment l’un l’autre. C’est ce qu’elle croyait du moins. « Ça me fait de la peine que t’ais vécu ça, énormément, ça me rend triste, mais c’est pas pour ça que je vais changer de comportement ou que je vais avoir envie de partir. J’ai pas envie d’être avec toi juste pour les bons côtés, je veux aussi traverser les mauvais moments avec toi, mais pour ça faut que je sois au courant. Je veux pas que t’ais peur de me dire certaines choses, je veux que tu me fasses confiance, j’en ai besoin. Ça peut pas marcher si je te connais pas vraiment. » Elle ne sait pas ce que lui veut exactement mais elle c’est ce qu’elle veut, continuer avec lui, longtemps. « Moi j’ai envie que ça marche nous deux Lucca. »
avatar
Lucca Fleming
s« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 19/08/2017
Messages : : 854
Points : : 396
Avatar : : Jamie Dornan
Autres comptes : : eli, le sexy hollandais (f. lachowski) ; teo, le prof séduisant (a. gallagher) ; aaron, le bébé parfait (l. lerman) et aleks, le séducteur né (d. barrueco).
Pseudo internet / prénom : : potatoe (al).
Crédits : : .sassenach aka Amy la magnifique (avatar). J'ai : trente-trois ans et mon anniversaire est le : vingt février. Je suis : anglo-américain et mes origines sont : américaine par ma mère et croate par mon père. En ce moment, je : suis lieutenant à la brigade criminelle de LA. Si jamais vous me cherchez, j'habite : à Echo Park, à 50% dans mon appartement, à 50% dans celui d'Irina, ma voisine, femme la plus canon, la plus intelligente, la plus parfaite du monde. Ce qui m'attire ce sont : les magnifiques courbes d'Irina, son corps de déesse, sa perfection tout simplement, et côté coeur je suis : 100% pris par Irina, mon coeur n'appartient qu'à elle, mes yeux ne voient qu'elle (et je vais me faire tatouer son prénom partout partout sur le corps).
. :
even when the sky comes fallin, even when the sun don't shine. i got faith in you and i, so put your pretty lil hand in mine. even when were down to the wire babe, even when it's do or die.we can do it babe simple and plain.
this love is a sure thing
best friends ? well, i guess you could call us that but i think we are more like...
b r o t h e r s
let people see the real, imperfect, flawed, quirky, weird, beautiful, magical person that you are.
just be yourself
don't forget :
 


  Lun 9 Avr 2018 - 2:33
Je n’avais pas prévu de lui dire que je l’aime aujourd’hui, pas en pleine dispute et c’est bien pour ça qu’après l’avoir fait, je me suis arrêté de parler pendant quelques instants. C’est sorti tout seul, sans que je ne puisse le retenir et, à voir son regard, je sais qu’elle a parfaitement entendu. Ne voulant pas m’attarder là-dessus, sur ses sentiments qu’elle ne partage peut-être pas finalement, je continue sur ma lancée. Je m’excuse pour ce secret que j’ai gardé au fond de moi durant des années, pour ces années de mensonge sur mon passé, sur mon patronyme de naissance. Et, tout en parlant, je me rapproche d’elle parce que j’ai besoin de l’avoir à mes côtés, j’ai besoin d’être près d’elle. C’est vital. Ouais, c’est le mot. Cependant, lorsque j’ai fini de parler, Irina recule et s’éloigne de moi. J’ai l’impression que mon cœur tombe de haut, que tout part en vrille. Je me fais des films dans ma tête. Elle ne m’aime pas, elle va me dire que ces dernières années ont été amusantes, mais qu’elle va me quitter. Je commence à me préparer à la sentence, même si ça fait mal, même si je sais que je n’y serais jamais prêt. Non, je ne survivrais pas sans elle, c’est impossible. Je ne peux même pas imaginer une vie sans cette femme à mes côtés. Elle me fait face de nouveau et revient vers moi, serrant mon t-shirt de ses mains. Je ferme les yeux, ne pouvant la regarder plus longtemps, et me prépare à entendre les pires mots de toute mon existence. Alors qu'en fait, ce sont les plus beaux. « T’es aussi l’homme que j’aime Lucca. » Et mon cœur, il revit. Il bat à tout rompre tandis que j’ouvre les yeux pour fixer les siens. « Je t’aime. Et c’est justement pour ça que ça me blesse autant que tu m’ais pas dit tout ça plus tôt. Pas au début, évidemment, mais quand tu t’es rendu compte que c’était pas juste un petit flirt passager entre nous. » Je bois la moindre de ses paroles, l’écoutant avec attention, comprenant sa douleur à la fois. « Ça me fait de la peine que t’ais vécu ça, énormément, ça me rend triste, mais c’est pas pour ça que je vais changer de comportement ou que je vais avoir envie de partir. J’ai pas envie d’être avec toi juste pour les bons côtés, je veux aussi traverser les mauvais moments avec toi, mais pour ça faut que je sois au courant. Je veux pas que t’ais peur de me dire certaines choses, je veux que tu me fasses confiance, j’en ai besoin. Ça peut pas marcher si je te connais pas vraiment. » J’ouvre la bouche pour prononcer quelque chose, mais la referme quand elle ajoute : « Moi j’ai envie que ça marche nous deux Lucca. » En quelques secondes, sans que je n'y réfléchisse plus longtemps, mes mains se posent sur ses joues, les caressant de mes pouces et, lentement, je viens joindre mes lèvres aux siennes. Je l’embrasse avec douceur, tendresse. C’est dingue à quel point ses lèvres m’ont manquée, alors qu’on s’est embrassés ce matin avant qu’elle n’aille au boulot. Je savoure ce baiser, puis sépare nos deux bouches pour reprendre ma respiration. « Moi aussi, je veux que ça marche, Irina, je le désire plus que tout au monde. Je ne le supporterais pas si tu venais à me quitter, je n’arriverais pas à vivre avec l’idée de te perdre. T’es une partie de moi et j’ai besoin de toi pour vivre. » Dis-je juste après avoir retrouvé mon souffle. Plongeant mon regard dans le sien, j’ajoute : « Je t’aime tellement… » Puis je la prends contre moi, plaçant ma tête au creux de son cou pour respirer son odeur. Elle m’en veut encore, je le sais, mais j’ai besoin de sentir sa peau contre la mienne. Besoin d’être bien avant de me lancer dans un récit douloureux. Je fini d’ailleurs par lui dire : « Je veux bien tout te raconter, mon passé, mon enfance. Tout dans les moindres détails, si tu souhaites toujours tout savoir de moi. »
avatar
Irina Kelso
y« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 10/08/2017
Messages : : 209
Points : : 239
Avatar : : Kristina Bazan
Autres comptes : : Pepper la plus parfaite (G. Hadid), Lilo la catastrophe ambulante (J. Skriver) et Laïs la sale gosse (N. Peltz)
Pseudo internet / prénom : : Riverside ou Leo (Eleonore)
Crédits : : Afanen J'ai : 27 ans et mon anniversaire est le : 24 décembre. Un jour de merde pour fêter son anniversaire si vous voulez mon avis. Je suis : serbo-américaine et mes origines sont : serbes par ma mère, américaines par mon père. En ce moment, je : suis photographe de mode, désirant un jour voir mes photos en couverture de Vogue, Vanity Fair and co. Si jamais vous me cherchez, j'habite : à Echo Park, dans mon appart la moitié du temps. L'autre moitié je squatte chez Lucca, le voisin (et plus). Ce qui m'attire ce sont : les hommes, bien qu'il n'y en ait plus qu'un seul maintenant, et côté coeur je suis : en couple depuis un moment, même si ça reste officieux depuis tout ce temps.
. :
done :
 

M ; L ; H ; S ; Y


Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : Devenir la nouvelle Mario Testino, Annie Leibovitz, Patrick Demarchelier...

  Mer 9 Mai 2018 - 0:33
De toutes les fois où elle les avait imaginé s’avouer enfin leurs sentiments, aucune n’avait ressemblé à ça. Elle n’avait pas arrêté d’y penser, des tonnes et des tonnes de fois, de toutes les façons possibles. Du moins c’est ce qu’elle pensait. Elle avait envisagé les meilleures comme les pires situations, même celle où il la quittait après lui avoir dit que ses sentiments n’étaient pas réciproques. Mais jamais elle n’avait pensé à cette éventualité, celle où les mots sortent par hasard au cours d’une dispute où elle apprend quelque chose qu’elle n’aurait pas pu imaginer. Mais au moins maintenant c’est dit. Et malgré tout, malgré la colère qui ne l’a pas encore tout à fait quittée, elle se sent soulagée de savoir qu’il l’aime, d’avoir entendu cette phrase sortir de sa bouche. Elle aurait voulu lui dire tout ça à un autre moment, un moment plus romantique, mais elle ne peut pas ne pas lui dire qu’elle aussi elle ressent ces choses pour lui. Ils en garderont surement un souvenir un peu étrange, mais pour le coup, un souvenir unique, sur ça il n’y a pas de doute. Les mains de Lucca se posent sur ses joues lorsqu’elle arrête de parler et il vient poser ses lèvres contre les siennes, enfin. C’est la seule chose qu’elle attendait depuis qu’elle était partie ce matin et même avec toutes les disputes du monde elle ne pourrait pas ne plus en avoir envie. « Moi aussi, je veux que ça marche, Irina, je le désire plus que tout au monde. Je ne le supporterais pas si tu venais à me quitter, je n’arriverais pas à vivre avec l’idée de te perdre. T’es une partie de moi et j’ai besoin de toi pour vivre. » Elle est obligée de sourire, d’être heureuse lorsqu’il lui dit ces mots. Pendant quelques secondes il lui est impossible de continuer à lui en vouloir. Comment le faire alors qu’il lui dit exactement ce qu’elle rêvait d’entendre depuis des mois et des mois. « Je t’aime tellement… » Il l’enlace, sa tête se glissant dans son cou et elle le serre contre elle à son tour, passant ses bras autour de sa taille. « Je veux bien tout te raconter, mon passé, mon enfance. Tout dans les moindres détails, si tu souhaites toujours tout savoir de moi. » Evidemment, elle n’a pas changé d’avis, alors elle ne tarde pas à murmurer sa réponse. « Tout. Je veux tout savoir, je veux te connaitre par cœur. » Elle veut faire partie des seules personnes pour qui il n’a plus aucun secret, c’est ce qui lui permettra de vraiment se sentir importante pour lui. Se reculant légèrement elle attrape sa main pour l’emmener vers le canapé. Ça risque d’être long et de ne pas être facile, autant pour elle que pour lui, si elle doit écouter tout ça elle préfère être assise. Et alors qu’elle s’installe son regard croise à nouveau tous les papiers étalés sur le sol. Elle se rend compte que c’est pour ça que le sujet a été mis sur le tapis, que c’est pour ça qu’elle avait commencé à se poser des questions en arrivant, qu’elle avait oublié pendant plusieurs minutes que c’était ça qui était bizarre et que tout ce qu’il lui a dit jusqu’ici n’explique pas pourquoi le salon s’est retrouvé dans cet état. « Tu cherchais quoi au fait ? » Ses sourcils se froncent, ses yeux se posent sur Lucca. Là elle prend conscience que tout ça ça veut forcément dire qu’il y a quelque chose qui cloche et que cette histoire avec son père n’est pas derrière lui. « Pourquoi t’as éparpillé tous tes papiers à terre ? »
avatar
Lucca Fleming
s« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 19/08/2017
Messages : : 854
Points : : 396
Avatar : : Jamie Dornan
Autres comptes : : eli, le sexy hollandais (f. lachowski) ; teo, le prof séduisant (a. gallagher) ; aaron, le bébé parfait (l. lerman) et aleks, le séducteur né (d. barrueco).
Pseudo internet / prénom : : potatoe (al).
Crédits : : .sassenach aka Amy la magnifique (avatar). J'ai : trente-trois ans et mon anniversaire est le : vingt février. Je suis : anglo-américain et mes origines sont : américaine par ma mère et croate par mon père. En ce moment, je : suis lieutenant à la brigade criminelle de LA. Si jamais vous me cherchez, j'habite : à Echo Park, à 50% dans mon appartement, à 50% dans celui d'Irina, ma voisine, femme la plus canon, la plus intelligente, la plus parfaite du monde. Ce qui m'attire ce sont : les magnifiques courbes d'Irina, son corps de déesse, sa perfection tout simplement, et côté coeur je suis : 100% pris par Irina, mon coeur n'appartient qu'à elle, mes yeux ne voient qu'elle (et je vais me faire tatouer son prénom partout partout sur le corps).
. :
even when the sky comes fallin, even when the sun don't shine. i got faith in you and i, so put your pretty lil hand in mine. even when were down to the wire babe, even when it's do or die.we can do it babe simple and plain.
this love is a sure thing
best friends ? well, i guess you could call us that but i think we are more like...
b r o t h e r s
let people see the real, imperfect, flawed, quirky, weird, beautiful, magical person that you are.
just be yourself
don't forget :
 


  Dim 13 Mai 2018 - 23:38
« Tout. Je veux tout savoir, je veux te connaitre par cœur. » Me dit-elle. Se détachant ensuite de moi, elle me prend la main et nous conduit vers le canapé. On s’installe côte à côte et je ne lâche pas sa main, nos doigts s’entrelaçant et mon pouce caressant avec douceur le dos de sa main. Je ne veux pas rompre le contact, pas après cette prise de tête qu’on vient d’avoir. « Tu cherchais quoi au fait ? Pourquoi t’as éparpillé tous tes papiers à terre ? » Elle m’observe, attendant une réponse de ma part et je détourne les yeux après quelques secondes pour prendre ma respiration. Au lieu de répondre à son questionnement, je décide de commencer par le début et déclare : « Ce type, mon paternel… Il a commencé à nous frapper ma mère, mes frères et moi lorsque j’avais à peine neuf ans. Je ne comprenais rien à l’époque, il avait toujours été un père si doux, si attentionné… Du jour au lendemain, il a perdu son entreprise, il s’est mis à boire et il est devenu violent. Très violent. Il ne se calmait qu’après nous avoir bien amochés. » Je me stoppe quelques minutes, me replongeant dans ses souvenirs bien trop poignants, puis continue : « Les photos que t’as vu dans mon dossier, ce n’est rien comparé à la douleur psychologique qu’il a instauré… J’avais dix ans la première fois où j’ai cru que j’allai y passer à cause de la violence de ses coups. Et je voulais mourir, parce que ça me semblait être le mieux. J’avais dix ans et tout ce que je voulais, c’était de ne plus vivre… » Je ne la regarde pas une seule seconde parce que je déteste me montrer vulnérable, même pas devant elle. Et, là, clairement, je le suis complètement. « Mais étrangement, j’ai survécu. J’ai passé des mois à m’en remettre totalement, et les coups qu’il me foutait entre temps n’aidaient en rien. Ce calvaire a duré onze ans et il a pris fin le jour où il a failli tuer ma mère. » Je me souviendrais à vie de cet appel provenant de chez moi et qu’avec un collègue plus vieux, j’avais reçu dans la voiture de patrouille. « J’étais déjà dans la police à l’époque, je venais d’y entrer et ça a été ma première intervention. Chez moi, pour empêcher mon père de tuer ma mère… Si mon collègue ne m’en avait pas empêché, je l’aurais tué ce jour-là, au risque de foutre toute ma vie en l’air. » Cette fois, je tourne légèrement la tête vers Irina. Au risque de ne jamais la rencontrer, aussi, et rien que pour ça, je me dis que j’ai eu de la chance de ne pas avoir été seul ce jour-là. « Il a ensuite été arrêté et condamné grâce à nos témoignages. Mais cette pourriture est sur le point de sortir pour bonne conduite. Ma mère est complètement paniquée à l’idée qu’il soit libre, elle a peur pour sa vie et, moi, j’ai peur pour elle. Je vais la rejoindre quelques jours à New-York pour tenter de trouver une solution. C’est pour ça tout ce bordel, je cherchais des dossiers… » La réponse à son questionnement est enfin dévoilée. Elle sait maintenant que je vais bientôt partir pour New-York, pour une durée dont moi-même, je n’ai pas connaissance. Et au fond, ça ne m’enchante pas. Me retrouver loin d’elle, ce n’est pas une chose que j’aime. De plus, elle sait la vérité à présent et il serait peut-être temps pour moi de lui présenter ma famille… Il ne m’en faut pas plus pour m’entendre lui dire : « Irina… Viens avec moi. »
avatar
Irina Kelso
y« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 10/08/2017
Messages : : 209
Points : : 239
Avatar : : Kristina Bazan
Autres comptes : : Pepper la plus parfaite (G. Hadid), Lilo la catastrophe ambulante (J. Skriver) et Laïs la sale gosse (N. Peltz)
Pseudo internet / prénom : : Riverside ou Leo (Eleonore)
Crédits : : Afanen J'ai : 27 ans et mon anniversaire est le : 24 décembre. Un jour de merde pour fêter son anniversaire si vous voulez mon avis. Je suis : serbo-américaine et mes origines sont : serbes par ma mère, américaines par mon père. En ce moment, je : suis photographe de mode, désirant un jour voir mes photos en couverture de Vogue, Vanity Fair and co. Si jamais vous me cherchez, j'habite : à Echo Park, dans mon appart la moitié du temps. L'autre moitié je squatte chez Lucca, le voisin (et plus). Ce qui m'attire ce sont : les hommes, bien qu'il n'y en ait plus qu'un seul maintenant, et côté coeur je suis : en couple depuis un moment, même si ça reste officieux depuis tout ce temps.
. :
done :
 

M ; L ; H ; S ; Y


Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : Devenir la nouvelle Mario Testino, Annie Leibovitz, Patrick Demarchelier...

  Dim 17 Juin 2018 - 22:44
Irina entraine Lucca vers le canapé pour qu’il puisse lui expliquer toute cette histoire et lorsqu’ils sont installés il ne lâche pas sa main, son pouce en caressant le dos. Elle ne va pas s’en plaindre, ça a toujours un coté rassurant pour elle d’avoir ses doigts entrelacés aux siens, d’avoir toujours même un petit contact avec lui. Il prend quelques secondes avant de lui répondre, détournant les yeux. Elle, elle se contente de le regarder. « Ce type, mon paternel… Il a commencé à nous frapper ma mère, mes frères et moi lorsque j’avais à peine neuf ans. Je ne comprenais rien à l’époque, il avait toujours été un père si doux, si attentionné… Du jour au lendemain, il a perdu son entreprise, il s’est mis à boire et il est devenu violent. Très violent. Il ne se calmait qu’après nous avoir bien amochés. Les photos que t’as vu dans mon dossier, ce n’est rien comparé à la douleur psychologique qu’il a instauré… J’avais dix ans la première fois où j’ai cru que j’allai y passer à cause de la violence de ses coups. Et je voulais mourir, parce que ça me semblait être le mieux. J’avais dix ans et tout ce que je voulais, c’était de ne plus vivre… » C’est surement la phrase qui l’atteint encore plus que toutes les autres. Avoir envie de mourir quand on n’a que dix ans, ça lui semble tellement horrible. La vie d’un enfant ça devrait pas être ça, ça devrait être que de l’insouciance. Quand elle voit qu’elle a déjà très mal vécu le fait de ne pas avoir l’amour de sa mère, elle n’arrive même pas à imaginer comment il a pu vivre ça. Posant la tête sur son épaule, elle détourne le regard. Sa main encore libre attrape l'autre de Lucca, comme pour essayer d’être réconfortante, mais si elle continue à le fixer elle sent qu’elle va se mettre à pleurer, et ça n’aurait surement pas un bon effet sur lui. « Mais étrangement, j’ai survécu. J’ai passé des mois à m’en remettre totalement, et les coups qu’il me foutait entre temps n’aidaient en rien. Ce calvaire a duré onze ans et il a pris fin le jour où il a failli tuer ma mère. J’étais déjà dans la police à l’époque, je venais d’y entrer et ça a été ma première intervention. Chez moi, pour empêcher mon père de tuer ma mère… Si mon collègue ne m’en avait pas empêché, je l’aurais tué ce jour-là, au risque de foutre toute ma vie en l’air. Il a ensuite été arrêté et condamné grâce à nos témoignages. Mais cette pourriture est sur le point de sortir pour bonne conduite. Ma mère est complètement paniquée à l’idée qu’il soit libre, elle a peur pour sa vie et, moi, j’ai peur pour elle. Je vais la rejoindre quelques jours à New-York pour tenter de trouver une solution. C’est pour ça tout ce bordel, je cherchais des dossiers… » Alors il va partir pour New York, et c’est comme ça qu’elle l’apprend. Pourtant cette fois elle n’arrive pas à être énervée d’être mise au courant de cette façon. Elle serait vraiment mauvaise de se mettre en colère pour ça après tout ce qu’il vient de lui avouer. Elle a même du mal à réaliser, tout ce qui est arrivé, ce qu’il a enduré, tout ce qui pourrait arriver maintenant, elle n’en a pas encore vraiment conscience. « Irina… Viens avec moi. » « D’accord. » Pas une seule seconde elle n’hésite à répondre, pas même un millième de seconde après qu’il ait fini sa phrase. Elle ne réfléchit pas, ça sort tout seul. Ce n’est qu’après qu’elle réalise. Que tout ça ça veut dire rencontrer sa mère, et que ça devient d’un seul coup beaucoup plus stressant. Encore plus vu les conditions. Se remettant droite, elle plonge son regard dans le sien. « Je t’aime Lucca. » Mais ces mêmes conditions qui font que justement elle ne se voit pas refuser. Elle avait voulu tout savoir et maintenant que c’est le cas elle veut surtout le soutenir. « Je sais pas ce que je peux faire pour aider, rien surement, mais tout ce que t’as besoin je le ferai. »
Contenu sponsorisé

  
nobody here's perfect. (irina)