Flèche hautFlèche bas — when the saints come marching in. (sean)

Partagez | 
avatar
Date d'inscription : : 03/12/2017
Messages : : 96
Points : : 134
Avatar : : ana de armas
Autres comptes : : cael el-hadid & hédiya stawinsky
Pseudo internet / prénom : : fucking face. (jaël)
Crédits : : saturn (bzrt) J'ai : vingt-trois ans et mon anniversaire est le : 1 décembre. Je suis : américaine et mes origines sont : natives et cubaines. En ce moment, je : suis étudiante en cinquième année de comptabilité, mais réellement dealeuse. En dehors des cours je fais partie : d'un gang, les boyle heights reapers Si jamais vous me cherchez, j'habite : dans une caravane dans les rues palabres de boyle heights Ce qui m'attire ce sont : les femmes, et les hommes, les personnes, genre à part et côté coeur je suis : célibataire
. :
ace, sean, avy

FILLE DE VOYOU
[money, dick, power]
as clever as the devil and twice as hot
___________________

THE WORLD WOULD BE VERY QUIET
without you around
- - - - - - - - - - - - - - - - - -



___________________
L A V I E E N R O S E

she's so pretty, you two look so great. time for me to move on now, it was probably just a silly crush anyway. but I just cant help but think that we, we could've had something. have I really been blind to reality?

♡ ♡ ♡


Meara Locklear
s« JUSTICIA OMNIBUS »
just lambda



Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : en secret, ouvrir une galerie d'art
() Dim 21 Jan 2018 - 2:28
❝ when the saints come
marching in.

SEAN & MEARA LOCKLEAR

Un pied hors du lit, mon bras gauche cachant mon visage de la lumière du jour, traversant les volets de la fenêtre de ma caravane. Je ruminais. J'étais encore ivre de la veille, je le savais, je le sentais, et je n'avais pas envie de sortir de mon lit. Ces temps-ci, je ne faisais que ça. Boire, consommer, sans faire attention, sans y penser et dormir. Je laissais mes responsabilités de côté, j'avais beau savoir que tôt où tard quelqu'un allait venir me rappeler à l'ordre, je continuais ma descente en chute libre... Je n'étais pas prête. Pas prête à ce que tout redevienne "normal", à faire comme s'il ne s'était rien passé, comme si Leo n'avait jamais existé. Pas prête à le voir mourir. Pour la première fois de ma vie, je ne savais pas comment agir. Tout était tellement plus simple avant qu'il n'entre dans nos vies, et pourtant, je n'arrive pas à me souvenir comment elle était avant qu'il ne s'y introduise. Je faisais peine à voir, et j'en étais embarrassé. Alors je me cachais, j'évitais Sean, Nazarov, les autres membres. Je passais mon temps dans ma caravane ou ailleurs, des endroits où on ne me chercherait pas, où Sean ne serait jamais. Ça me faisait du mal de ne pas le voir, il était l'homme de ma vie, la seule personne dont je pensais avoir besoin, ma moitié, mon tout. Il ferait tout pour moi et je ferais tout pour lui, rien ne pourrait changer ça. Il me connaissait mieux que je me connaissais moi-même, et je le connaissais mieux que personne. Je savais lire dans ces yeux, prédire ces faits et gestes. Je pouvais le regarder dans les yeux et savoir exactement ceux à quoi il pensait, et quand il était en colère. Je savais très bien qu'aujourd'hui, si j'y regardais, j'y verrai de la haine et un désir de vengeance. Je ne pourrais le calmer, c'était hors de ma portée. Et oh combien je le voudrais... Je ne voulais pas qu'il me voie, qu'il comprenne. Qu'il voit à quel point je suis attaché à lui, à Leo, que je n'arrive pas à laisser son souvenir derrière moi. Il le pressentait sûrement déjà... C'était la première fois que je me cachais de lui, c'était invivable, intenable. Je me faisais du mal, me torturait, et pourquoi ? Pour quelqu'un qui n'était pas là, plus là, qui m'avait menti, trompé, dupé. J'étais faible. Faible comme je ne l'avais jamais été, et je n'y trouvais pas de solution. Il n'y avait aucune parfaite solution. Alors je fuyais, les évitais. Pour vivre dans le déni un peu plus longtemps, ne pas faire face à ses problèmes sans solutions, à ces mots de têtes assurés, à ses disputes. Je me renferme, vends et consomme ma propre marchandise, comme une débutante. Je me fais de la peine, j'ai envie de me secouer, de me reprendre en main... Faute de réussir, j'essaie de ne pas y penser...


© MADE BY LOYALS.



something told me it was all over. when i saw and her talking. something deep down in my soul said "cry girl" --- when i saw you and that girl walking around. i would rather go blind boy, than see you walk away from me now. so you see, i love you so much that i don't want to watch you leave. most of all, i don't wanna be free.  etta james, i'd rather be blind -------
avatar
Date d'inscription : : 16/01/2018
Messages : : 15
Points : : 26
Avatar : : Alex Høgh Andersen
Pseudo internet / prénom : : Павел
Crédits : : schizophrenic J'ai : 25 ans et mon anniversaire est le : 20 octobre. Je suis : Américain et mes origines sont : assez éparpillées. En ce moment, je : suis dealer, ça m'va bien. Quand j'peux je vais me battre un peu histoire de gagner un peu d'argent en m'amusant. En dehors des cours je fais partie : des boyle heights reapers. Si jamais vous me cherchez, j'habite : là où tu ne me trouveras pas, c'est moi qui te trouverai. Ce qui m'attire ce sont : Les femmes ça c'est sûr, pour les hommes ça reste à confirmer mais le milieu n'est pas très propice à ce genre de tendances et côté coeur je suis : libre comme l'air.
. :


¤ ¤ ¤



She is the only angel in this city

Sean Locklear
y« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen


() Dim 21 Jan 2018 - 17:28

Locklear only
Meara & Sean
Depuis quelques temps une ambiance pesante planait. Sans qu'il sache réellement pourquoi, Meara l'évitait. Cela n'aurait sans doute eu aucun effet sur l'humeur de Sean si cette dernière n'avait pas été la seule personne qui compte un temps soit peu dans ce monde, à ses yeux. Il se doutait bien de la raison de ce comportement, depuis les récents événements tous leurs problèmes étaient liés à un seul et même individu. Si le choc avait été terrible, le jeune homme semblait tout de même mieux encaisser le contre coup, sans doute était-ce ce désir de vengeance qui l'avait sortis si rapidement des méandres du chagrin. Le dealer n'était pas vraiment du genre à fuir ses problèmes, ce n'était nullement du courage, mais il les affrontait en face, mettant les pieds dans le plat, agissant le plus rapidement possible pour prendre les ennuis de cours. Evidemment ce n'était pas adapté à toutes les situations, aussi dans le cas présent avait-il préféré lui laisser le temps de souffler, ne la forçant pas à se confronter ses problèmes. Mais même s'il était loin d'être présent, il n'en était pas stupide pour autant, bien au contraire. Il savait ce qu'elle faisait, ses moindres gestes, il les connaissait. Et il fallait bien avouer que tout cela ne lui plaisait pas énormément.

Il était entré dans la caravane sans un bruit, à une heure où toutes personnes normalement constituées serait debout en train de s'activer. Seulement il savait bien que ce ne serait pas son cas. Malgré son imposante carrure, il parvint à se faufiler jusqu'à la chambre de sa semblable. Cette dernière se trouvait dans un état pitoyable, allongée, tentant désespérément de repousser la lumière du soleil et de retrouver les bras de Morphée, elle faisait peine à voir. Dans d'autres circonstances le grand brun ne se serait pas gêné pour attraper une spatule et une casserole afin d'achever le réveil de la belle au bois dormant, mais tout cela risquait de tourner au vinaigre au vu du contexte. Alors Sean opta pour une approche plus diplomatique. Grimpant sur le lit, il se glissa à ses côté sans dire le moindre mot. Les mots étaient parfois inutiles entre eux, leurs discussions pouvaient être faite de silence. Pendant un instant il tenta d'oublier les cadavres d'alcool qui jonchaient le sol, d'oublier l'état mental de sa sœur, d'oublier ce qu'elle s'infligeait pour profiter un peu plus de sa présence, de son contact. Cette force douce et rassurante lui avait manqué, il en avait terriblement besoin. "Arrête de te faire du mal comme ça." Fit-il simplement. Ses intentions étaient louables mais les mots n'avaient jamais réellement été à son service, aujourd'hui encore il payait les conséquences d'une scolarité avortée. "Il faut qu't'arrêtes de penser à ça." Ça désignait la trahison qu'ils avaient subis, nul besoin d'envenimer les choses, il suffisait de les évoquer pour que ce soit assez douloureux. "Et arrête de toucher à ces merdes." Ces merdes c'était ce qu'ils vendaient, il connaissait très bien les effets que cela avait sur les organismes, il ne pouvait que souffrir à l'idée que sa petite soeur se fasse du mal à ce point.

Emi Burton


If I had a heart

by Wiise

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: