Flèche hautFlèche baswhat kind of father abandons his daughter ? – maxyne

Partagez | 
avatar
Date d'inscription : : 14/01/2018
Messages : : 44
Points : : 8
Avatar : : travis fimmel
Autres comptes : : siobhan (zmalik), jad (alex ludwig), jens (hunnam) et ollie (rosie tupper)
Pseudo internet / prénom : : feeling free. (clacla)
Crédits : : feeling free. (ava) J'ai : quarante-et-un ans et mon anniversaire est le : treize novembre. Je suis : naturalisé américain et mes origines sont : finlandaises du côté maternel et américaines par le paternel. En ce moment, je : bosse en tant que restaurateur de bateaux, à harbor area. Ce qui m'attire ce sont : les femmes et leurs sublimes regards et côté coeur je suis : un célibataire divorcé.
. :
HILL2TOPICTOPIC


i'm in love again
with my old pain




if she could put the
hollow ache that haunts
her into words, she would
tell him “I miss the father
you never were.”



may god bless and keep you always
may your wishes all come true

Aslak Hill-Lehtonen
l« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen



Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : Pouvoir vivre, sans encombre, sans obstacle.
() Dim 21 Jan 2018 - 19:48
Je me contente d’écouter l’eau qui s’écrase contre le béton, qui se frotte aux coques des bateaux. C’est l’endroit le plus agréable au monde, ou du moins, celui où je préfère être à Los Angeles. Si j’y passe du temps, c’est parce que le garage à bateaux est à deux pas d’ici. Mais je fais une pause, une coupure dans mon travail pour la plus logique des raisons : Maxyne va débarquer d’un moment à l’autre. Ma fille, oui, qui m’a rappelé, qui a accepté de me revoir, moi son vieux père qu’elle déteste tant. Son numéro qui s’est affiché sur mon portable et mon cœur qui a manqué un battement. Le bonheur, il s’est directement lu dans mes yeux. Je suis assis sur le bord, au sol, les pieds au-dessus de l’eau. Je bouge machinalement mes jambes, comme le ferait un gamin sur un banc trop haut. Je patiente, j’attends. Je suis impatient de la voir. Maxyne, elle va me dire ce qu’elle a sur le cœur, je le sais, parce qu’elle m’a parlé d’une « conversation interrompue ». Alors, nous allons la poursuivre, éclaircir la situation ou alors, l’issue de cet espèce de rendez-vous sera tout autre. Des pas dans mon dos, qui sont légers. Je me tourne et aperçoit ma fille. Il n’y a que moi ici, forcément qu’elle n’a pas eu de mal à me trouver. Je me lève, dans une grimace à cause de mon dos qui tire. Pour la deuxième fois depuis des années, je lui fais face. Plus vieux, mais toujours plus grand qu’elle. J’esquisse un fin sourire face à son visage éternellement enfantin à mes yeux. Celui d’une poupée aux grands yeux. Content de te revoir, Maxyne. Vraiment, je le pense du plus profond de mon cœur. Elle peut-être moins. On …marche ? C’est une invitation à la discussion. Comme si le fait de marcher allait nous aider à délier les langues, éclaircir nos pensées. Peut-être, et c’est ce que je veux. J’ai besoin de savoir ce qu’elle pense de moi, même si je m’en doute et qu'elle me l'a en partie dit l'autre jour. Qu’elle me fasse encore plus regretter d’avoir joué au père absent. Parce que, ce serait justifié que j’aie mal autant qu’elle a eu mal.



it means you're giving me your heart.
avatar
Date d'inscription : : 07/05/2017
Messages : : 815
Points : : 740
Avatar : : alexis ren.
Autres comptes : : ugo, anaé et joa.
Pseudo internet / prénom : : karen.
Crédits : : potatoe, al la magicienne (avatar). J'ai : vingt-et-un ans et mon anniversaire est le : vingt-sept avril. Je suis : purement américaine et mes origines sont : finlandaises grâce au grand nordique qui me sert de père. En ce moment, je : suis étudiante en première année de master degree en ingénierie chimique. oh et escort à mes heures perdues. En dehors des cours je fais partie : du club de natation. Si jamais vous me cherchez, j'habite : chez les tri-pi avec la jolie maisie. Ce qui m'attire ce sont : les hommes et côté coeur je suis : célibataire endurcie.
. :

GHOST FROM
THE PAST


you said that you loved me,
you said that you cared.
so how could i know
i had something to fear ?

* * *
« you make my heart feel like it's summer when the rain is pouring down. you make my whole world feel so right when it's wrong. that's how i know you are the one. that's why i know you are the one. »

précédemment dans...:
 

Maxyne Hill
l« ACVBBCVBCVBCVBC »
drunken tri-pi



Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : profiter de la vie.
() Mar 23 Jan 2018 - 13:48
La décision, elle l’a prise dimanche. Il y a trois jours, elle a composé son numéro de téléphone inscrit au dos de cette photo conservée toutes ces années par Aslak. Pourtant, elle n’est toujours pas certaine qu’elle soit bonne, cette décision. Pour se rassurer elle-même, Maxyne se dit que seule l’entrevue pourra lui apporter cette réponse. En tout cas, c’est la seule réponse qu’elle attend. Aujourd’hui, si elle s’apprête à retrouver son père absent, c’est seulement pour vider son sac ou au moins, essayer. Rien d’autre. Elle a hésité, longuement. Des années qu’elle garde tous ces reproches pour elle. A présent, elle a l’occasion de les partager avec le principal intéressé mais en a-t-elle besoin ? N’est-ce pas un peu tard ? Cette question revient trop souvent lorsqu’il s’agit du barbu.
Arrivée devant l’immensité du port, elle peste contre elle-même de ne pas lui avoir demandé un lieu de rendez-vous plus précis. C’est malin, elle va passer un temps fou à le chercher. Du moins, c’est ce qu’elle imagine avant d’être rapidement contredite. Elle l’aperçoit au loin. Il est de dos, assis au bord de l’eau. Un instant, elle ne fait rien d’autre que de le regarder. Son cœur se sert, cette boule se reforme au fond de sa gorge. Elle déteste l’effet qu’il parvient à lui faire même après toutes ces années éloignés l’un de l’autre. Alors, elle espère que ce soit réciproque, qu’elle aussi ait toujours un impact sur sa personne. Ça serait la moindre des choses, non ? « Content de te revoir, Maxyne. » Voilà qu’elle lui fait face à nouveau. Elle croit apercevoir un infime sourire sur les lèvres du quadragénaire. De son côté, il n’y a aucune réaction apparente. L’est-elle ? Contente de le revoir ? Difficile de trouver une réponse. Voilà que contrairement à ce qu’elle imaginait, les questions pleuvent déjà. « On …marche ? » Ses yeux marron, si communs par rapport au regard azur de son père, observent les alentours. Pour simple réponse, elle hoche la tête. Elle commence donc à avancer, Aslak à ses côtés. « Pourquoi le port ? » Consciente que sa question peut être un peu trop vague, elle ajoute. « Il y a plein d’autres endroits où on aurait pu se donner rendez-vous. » En tout cas, elle juge le choix bon, quelle que soit la raison. A cette heure de l’après-midi, le port est calme ce qui est idéal pour accueillir une discussion comme la leur.
avatar
Date d'inscription : : 14/01/2018
Messages : : 44
Points : : 8
Avatar : : travis fimmel
Autres comptes : : siobhan (zmalik), jad (alex ludwig), jens (hunnam) et ollie (rosie tupper)
Pseudo internet / prénom : : feeling free. (clacla)
Crédits : : feeling free. (ava) J'ai : quarante-et-un ans et mon anniversaire est le : treize novembre. Je suis : naturalisé américain et mes origines sont : finlandaises du côté maternel et américaines par le paternel. En ce moment, je : bosse en tant que restaurateur de bateaux, à harbor area. Ce qui m'attire ce sont : les femmes et leurs sublimes regards et côté coeur je suis : un célibataire divorcé.
. :
HILL2TOPICTOPIC


i'm in love again
with my old pain




if she could put the
hollow ache that haunts
her into words, she would
tell him “I miss the father
you never were.”



may god bless and keep you always
may your wishes all come true

Aslak Hill-Lehtonen
l« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen



Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : Pouvoir vivre, sans encombre, sans obstacle.
() Mer 24 Jan 2018 - 22:03
J’ai encore du mal à y croire. Maxyne est bien devant moi, après avoir accepté de me rencontrer de nouveau. Enfin, la première fois avait été une « surprise », je l’avais prise de court. Sa voix au téléphone quand elle m’a rappelé, ce soulagement qui s’est épris de moi … C’est indescriptible. Je ne quitte pas son visage du regard, concentré et attentif. Je l’invite même à marcher, espérant lui décrocher plus de mots que la dernière fois. J’ai besoin de l’entendre se confier. Besoin d’entendre ce qu’elle pense. Que ce soit mauvais, je m’en fiche. Après tout, je ne mérite que ça, non ? C’est une enfant abandonnée par son père, l’être humain à qui elle en veut sûrement le plus au monde. Pourtant, je suis à côté d’elle, nous marchons, le long de l’eau. Maxyne se fait soudainement curieuse et me demande pourquoi avoir choisi le port. La réponse est simple. Je restaure des bateaux. Je travaille ici, à cinq minutes à peine. C’est peut-être le métier que j’aurais dû faire il y des années de cela. Au moins, Maxyne aurait eu son père à ses côtés et le présent aurait été différent. J’ai la chance d’avoir trouvé ce métier à peine arrivé, d’ailleurs. Peut-être parce qu’il n’y a pas tellement d’hommes autant amoureux des bateaux et de l’eau que moi. Un peu trop, peut-être. Mains dans les poches, je profite du petit vent qui s’écrase contre mon visage mais me permet de respirer. Une bouffée d’air frais, puis deux… Un pur bonheur. Et puis.. c’est certainement un endroit plus tranquille que tous les autres lieux de Los Angeles. On ne pourra pas être dérangé dans notre conversation. Dans tout ce que tu as à me dire. Volontairement, j’invite ma fille à s’exprimer. Me dire ce qu’elle a sur le cœur, des paroles qui lui tiennent peut-être à cœur. Mais ici, sur ce port, je me sens plus confiant. Comme si j’étais prêt à entendre les paroles de Maxyne, alors que je sais que je ne le suis pas vraiment en réalité.



it means you're giving me your heart.
avatar
Date d'inscription : : 07/05/2017
Messages : : 815
Points : : 740
Avatar : : alexis ren.
Autres comptes : : ugo, anaé et joa.
Pseudo internet / prénom : : karen.
Crédits : : potatoe, al la magicienne (avatar). J'ai : vingt-et-un ans et mon anniversaire est le : vingt-sept avril. Je suis : purement américaine et mes origines sont : finlandaises grâce au grand nordique qui me sert de père. En ce moment, je : suis étudiante en première année de master degree en ingénierie chimique. oh et escort à mes heures perdues. En dehors des cours je fais partie : du club de natation. Si jamais vous me cherchez, j'habite : chez les tri-pi avec la jolie maisie. Ce qui m'attire ce sont : les hommes et côté coeur je suis : célibataire endurcie.
. :

GHOST FROM
THE PAST


you said that you loved me,
you said that you cared.
so how could i know
i had something to fear ?

* * *
« you make my heart feel like it's summer when the rain is pouring down. you make my whole world feel so right when it's wrong. that's how i know you are the one. that's why i know you are the one. »

précédemment dans...:
 

Maxyne Hill
l« ACVBBCVBCVBCVBC »
drunken tri-pi



Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : profiter de la vie.
() Dim 28 Jan 2018 - 20:45
Poser une question aussi anodine que celle-ci, c'est une façon neutre et facile d'entamer la discussion. Maxyne sait qu'à un moment donné, rien de ce qu'ils se diront sera neutre et encore moins facile mais pour le moment, ça lui semble être une bonne chose. Un peu comme le calme avant la tempête. Il ne faut pas oublier que cela fait des années qu'elle n'a plus eu une réelle conversation avec son géniteur, elle est loin d'être rodée. D'ailleurs, en ont-ils déjà eu une, de réelle conversation ? Vu l'âge qu'elle avait lorsqu'il a disparu de la circulation, elle en doute. « Je restaure des bateaux. Je travaille ici, à cinq minutes à peine. J’ai la chance d’avoir trouvé ce métier à peine arrivé, d’ailleurs. » Maxyne hoche la tête. Elle n'est pas surprise, Aslak a toujours été doué de ses mains. Les travaux manuels sont fait pour lui. De plus, si il y a bien une chose qu'elle connait sur lui, c'est son intérêt pour ce qui touche de près ou de loin à l'eau. Déjà à l'époque, il était pêcheur. « Et puis.. c’est certainement un endroit plus tranquille que tous les autres lieux de Los Angeles. On ne pourra pas être dérangé dans notre conversation. Dans tout ce que tu as à me dire. » Elle voit ce qu'il tente de faire là, l'inciter à parler. Un petit sourire, plus nerveux qu'autre chose prend place sur les lèvres de l'étudiante. Cependant, elle sait qu'il a raison. C'est l'unique but de cette rencontre. C'est dingue, quand même. Pendant des années, elle a imaginé tout ce qu'elle pourrait lui dire, lui reprocher si jamais elle en avait l'occasion et maintenant que c'est le cas, elle est comme figée. Les mots ne lui viennent pas. Heureusement, après un long silence, elle parvient quand même à aligner une question qui elle l'espère, débloquera la situation. « Pourquoi tu n'étais pas là ? » Ses yeux se posent sur l'homme à ses côtés, son père. « Je ne parle pas de toutes ces années où tu n'étais pas là du tout mais avant ça, avant que tu partes. » Quand elle était gamine. Quand Seth l'était encore plus. Quand elle gagnait ses premiers concours de natation. Quand elle soufflait ses premières bougies. Quand cet enfoiré a abusé d'elle, lui qui était là, à sa place, dans le lit conjugal.
avatar
Date d'inscription : : 14/01/2018
Messages : : 44
Points : : 8
Avatar : : travis fimmel
Autres comptes : : siobhan (zmalik), jad (alex ludwig), jens (hunnam) et ollie (rosie tupper)
Pseudo internet / prénom : : feeling free. (clacla)
Crédits : : feeling free. (ava) J'ai : quarante-et-un ans et mon anniversaire est le : treize novembre. Je suis : naturalisé américain et mes origines sont : finlandaises du côté maternel et américaines par le paternel. En ce moment, je : bosse en tant que restaurateur de bateaux, à harbor area. Ce qui m'attire ce sont : les femmes et leurs sublimes regards et côté coeur je suis : un célibataire divorcé.
. :
HILL2TOPICTOPIC


i'm in love again
with my old pain




if she could put the
hollow ache that haunts
her into words, she would
tell him “I miss the father
you never were.”



may god bless and keep you always
may your wishes all come true

Aslak Hill-Lehtonen
l« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen



Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : Pouvoir vivre, sans encombre, sans obstacle.
() Mer 31 Jan 2018 - 17:21
Pourquoi tu n'étais pas là ? C’est certainement la question la plus logique à me poser. La plus « simple », mais elle n’est en rien « simple ». Je réfléchis, je prends le temps qu’il faut. Je ne veux rien précipiter, dire des mots qui dépassent mes pensées. Je ne dois pas tout gâcher. Et surtout, je ne dois pas blesser encore plus celle qui est ma fille légitime. J’ai… j’ai moi aussi grandi dans une famille où l’image de mes parents n’a pas été .. la meilleure. J’ai eu des parents absents, moi aussi. Et bêtement, j’ai reproduit ce même schéma. J’ai grandi seul, tout comme toi. Et les garçons. Et je sais que ça ne justifie pas le fait que j’ai moi aussi merdé. Comme mes parents. Je soupire, discrètement. J’aurais dû éviter justement que tu vives ce que j’ai vécu et pourtant, je l’ai fait. J’ai tellement eu la notion du travail étant plus jeune, que j’en ai oublié ma propre famille. Puis avec le temps, je me suis dit que vous n’aviez plus besoin de moi. Que votre mère vous suffisait. Aveu dont je ne suis pas fier. J’aurais dû penser que mes enfants avaient autant besoin d’une figure maternelle que paternelle. J’ai été trop stupide pour me le mettre dans le crâne, trop dans ma bulle de travail, au point d’en être aveugle. Je n’ai jamais autant pensé causer de mal-être alors que moi-même, j’ai connu le vide produit par l’absence d’un parent. Ce n’est en rien logique, mais qu’est-ce que je peux changer maintenant ? Le passé restera tel qu’il est, mais le présent, il peut très largement être différent. Je regrette, tu le sais déjà. Enfin, ça ne change rien mais ce qu’on peut changer maintenant, c’est notre relation. On peut… en créer une. Relation qui a été effacée au fil du temps, même si j’ai toujours eu Maxyne dans un coin de ma tête. Je sais qu’il est désormais temps de prendre notre destin en main, de faire en sorte de vivre un peu mieux. Si Maxyne refuse ce contact, alors j’aurais au moins eu la possibilité de m’expliquer sur mon absence. De lui faire comprendre que je suis désolé, que je regrette. Et qu’aujourd’hui, je peux être le père qu’elle n’a jamais eu.



it means you're giving me your heart.
avatar
Date d'inscription : : 07/05/2017
Messages : : 815
Points : : 740
Avatar : : alexis ren.
Autres comptes : : ugo, anaé et joa.
Pseudo internet / prénom : : karen.
Crédits : : potatoe, al la magicienne (avatar). J'ai : vingt-et-un ans et mon anniversaire est le : vingt-sept avril. Je suis : purement américaine et mes origines sont : finlandaises grâce au grand nordique qui me sert de père. En ce moment, je : suis étudiante en première année de master degree en ingénierie chimique. oh et escort à mes heures perdues. En dehors des cours je fais partie : du club de natation. Si jamais vous me cherchez, j'habite : chez les tri-pi avec la jolie maisie. Ce qui m'attire ce sont : les hommes et côté coeur je suis : célibataire endurcie.
. :

GHOST FROM
THE PAST


you said that you loved me,
you said that you cared.
so how could i know
i had something to fear ?

* * *
« you make my heart feel like it's summer when the rain is pouring down. you make my whole world feel so right when it's wrong. that's how i know you are the one. that's why i know you are the one. »

précédemment dans...:
 

Maxyne Hill
l« ACVBBCVBCVBCVBC »
drunken tri-pi



Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : profiter de la vie.
() Lun 5 Fév 2018 - 22:34
A peine la question posée qu’elle s’en veut. Maxyne ne veut surtout pas lui donner l’impression qu’il puisse exister une quelconque raison suffisante expliquant son absence. Il a échoué, lamentablement. Aucune explication ne pourra lui convenir, elle le sait déjà. Peut-être qu’elle paraitrait dure, peut-être qu’elle l’est vraiment mais elle s’en moque. Elle est en droit de se montrer exigeante et intransigeante envers celui qui n’a été que déceptions alors qu’il aurait dû montrer l’exemple. Malgré tout, elle écoute la réponse de son père. « J’ai… j’ai moi aussi grandi dans une famille où l’image de mes parents n’a pas été .. la meilleure. » Intriguée, l’étudiante fronce les sourcils. « J’ai grandi seul, tout comme toi. Et les garçons. Et je sais que ça ne justifie pas le fait que j’ai moi aussi merdé. Comme mes parents. » Un pic s’enfonce dans sa gorge lorsqu’elle réalise le peu de choses qu’elle sait de lui. Aslak a beau être son père, il s’apparente plus à un étranger qu’autre chose. Ce n’est pas normal qu’elle apprenne une chose aussi importante de lui aujourd’hui alors qu’elle a déjà vingt-et-un ans. Malgré elle, malgré le fait qu’elle se refuse d’en avoir surtout vis-à-vis de lui, elle voit un regret pointer le bout de son nez. Elle aimerait le connaître plus. La vérité, c’est qu’il est l’un des ceux qu’elle connait le moins. L’inverse est vrai. Elle est sa fille mais il ne sait rien d’elle. « J’aurais dû éviter justement que tu vives ce que j’ai vécu et pourtant, je l’ai fait. J’ai tellement eu la notion du travail étant plus jeune, que j’en ai oublié ma propre famille. Puis avec le temps, je me suis dit que vous n’aviez plus besoin de moi. Que votre mère vous suffisait. » « Elle ne remplissait même pas son propre rôle. Comment voulais-tu qu’elle assure pour deux ? » Au son de sa voix non contrôlé, il est facile de comprendre toute la rancœur qu’elle ressent pour sa mère. Maxyne lui en veut, encore plus qu’à son père à cause de cet évènement tragique dont Aslak n’a jamais entendu parler. « Je regrette, tu le sais déjà. Enfin, ça ne change rien mais ce qu’on peut changer maintenant, c’est notre relation. On peut… en créer une. » Ce n’est pas pour quoi elle est là aujourd’hui. Elle ne veut pas penser à ça, pas maintenant, pas du tout. Alors, elle esquive la remarque, rebondissant sur ce qu’elle vient d’apprendre. « Tu te rends compte que m’annoncer que toi aussi tu as eu des parents absents, ça ne plaide pas en ta faveur ? » Ses yeux, meilleurs orateurs qu’elle, le fixent d’un air accusateur. « T’as donc volontairement décidé de m’infliger, de nous infliger la même douleur que t’as connu. » Parce qu’elle peut faire la fière autant qu’elle le veut, elle a morflé. Ne pas avoir eu de vrai père restera l’un des plus gros manques de sa vie.
Contenu sponsorisé


(

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: