Flèche hautFlèche bas— chase your stars fool, life is short.


— chase your stars fool, life is short.
avatar
Quinn Manning
m« ERITIS SICUT DEAE »
proud theta
Date d'inscription : : 21/02/2018
Messages : : 130
Points : : 225
Avatar : : bella hadid
Pseudo internet / prénom : : VOL DE NUIT./ caro
Crédits : : morrigan (av) J'ai : vingt-quatre ans et mon anniversaire est le : dix-neuf avril. Je suis : australo-américaine et mes origines sont : américaines. En ce moment, je : suis étudiante en journalisme, pour devenir présentatrice de télévision. En dehors des cours je fais partie : du club de cheerleading. Si jamais vous me cherchez, j'habite : Bel Air, dans la ville familiale. Ce qui m'attire ce sont : les hommes, les garçons qui ne font rien comme les autres et côté coeur je suis : célibataire, sans doute un peu entichée.
. :


I'LL STICK TO YOU FOREVER
because family, this is permanent


✧ ✧ ✧


i chase your love around a figure eight
- - - - - - - - - -



  Dim 18 Mar 2018 - 23:39
Une lumière presque divine émanait joliment des nuages blancs, donnant des airs dorés aux paysages californiens qu’elle connaissait à présent par cœur, car elle grandissait sur ces terres prestigieuses depuis qu’elle était petite. Elle n’était pourtant pas née ici mais à Sydney, et elle se considérait davantage comme une australienne qu’une américaine. Seulement, on pouvait affirmer que Quinn Manning avait davantage le cœur d’une californienne. Berverly Hills, Bel Air, Malibu, chaque recoin de quartiers les plus huppés ne lui étaient pas étrangers. Et elle en était très fière, la gamine bienheureuse.

De ses yeux contemplatifs, elle jetait un œil sur ses derniers achats, ceux qui trônaient au milieu de la pièce principale de la monumentale villa familiale, dans de grands sacs luxueux. Elle avait savouré le plaisir d’être liée à la foule en parfaite inconnue, sans éléments perturbateurs. Des furtives heures, elle avait été libre de tout, de faire les choses dont elle avait secrètement eu envie. Quinn était bien ravie. Pourtant, il semblait encore lui manquer quelque chose. Une satisfaction de plus, au moins une, avant la fin de la journée. Sur ce sentiment bien connu qu’était l’envie, lui parler l’obsédait, et elle hésitait toujours.

Elle se sentait tout bonnement tentatrice, prise d’un caprice soudain. Alors d'humeur contente, Quinn l’avait contacté, l’être de ses pensées mystérieuses. Et elle avait été encore plus enchantée lorsqu’il lui avait répondu. Froidement, typique du garçon. La tornade qu’elle était avait gentiment feinté, laissant croire à son interlocuteur qu’elle avait besoin de lui pour sa carrière à la télévision. Dans un sens, il n’y avait pas que du faux ((elle aurait probablement besoin de ses contacts dans un futur proche)). Si ce mensonge sonnait doux, c’est parce qu’elle avait réellement souhaité le voir. Encore une fois et plus que la normale. Éternellement peut-être. Quant à lui, il avait simplement ajouté que si Quinn avait quelque chose à lui demander, elle pouvait venir chez lui, que ça serait bien plus tranquille.

Ainsi, poussée par une étrange force qu’elle remerciait agréablement, l’américaine s’en alla dans sa Maserati pour rejoindre la demeure de celui qui l’attendait probablement. Son trench coat sur ses frêles mais solides épaules, son chapeau divinement posé sur son crâne et ses lunettes de soleil devant ses yeux de biche lui donnaient un air à la fois mystérieux et captivant. Splendide erreur, elle qui n’avait pas voulu se faire remarquer. Mais bientôt, alors qu’elle arpenta quelques éblouissantes maisons, Quinn arriva jusqu’au grand portail, qu’on ouvra instantanément pour sa venue. Agréable surprise, elle ne cacha pas le sourire satisfait qui naquit sur ses traits de porcelaine. En quelques secondes, moteur coupé, la splendide s’aventura dans l’allée principale puis vînt rapidement sonner à la porte de la villa. Ezekiel ne tarderait pas à venir. Elle espérait sincèrement qu’il ne se fasse pas prier pour qu’il lui ouvre, lui qui savait à quel point Quinn ne demeurait pas une personne patiente. Seulement au fond d’elle-même, la belle sentait qu’elle pourrait probablement attendre quelques minutes de plus, le Lloyd avait toujours su la rendre dingue. « Eze, je sais que t’es là, ouvre-moi gredin ! »

♡ ♡ ♡ :
 


i want it more than i can tell.
avatar
Ezekiel Lloyd
m« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 10/03/2018
Messages : : 271
Points : : 197
Avatar : : thomas brodie-sangster
Pseudo internet / prénom : : fayrell (flo)
Crédits : : (av) self J'ai : vingt-sept ans et mon anniversaire est le : quatorze février. Je suis : irlano-américano et mes origines sont : exclusivement irlandaises, de ce que je sais. En ce moment, je : suis un acteur pas mal sollicité et mannequin à mes heures perdues. Si jamais vous me cherchez, j'habite : dans les beaux quartiers de Bel Air. Ce qui m'attire ce sont : les courbes, bien féminines, coquettes à souhait dans de la très belle dentelle et côté coeur je suis : célibataire de cœur, mais semi-lié par le bijou que je cache sous mon haut.
. :
I    H A D   T O   F I N D   Y O U

T E L L   Y O U   I   N E E D   Y O U

HEADS ARE A SCIENCE APART
· · · · · · · · · · · · · · · · · · ·


  Lun 19 Mar 2018 - 0:55
Excitation qui courrait en ses veines tandis qu'il jouait à merveille. Ezekiel était là, un accoutrement spécifique au rôle interprété. Le repos réservé à ceux qui choisissait de vivre plus tranquillement, on le lui avait bien spécifié ; s'il souhaitait rester à l'affiche, le répit ne lui serait pas encore accordé. Puisqu'il ne pouvait aussi aisément tuer le temps. Le travail devait constituer presque cent pour cent de son temps, avec sa nutrition, son sommeil et la préparation de son image évidement. Alors, bien que fatigué, il prenait très à cœur son activité et figurait comme il le devait devant la caméra. Pour maintenir sa détermination le blond pensait à son passé, ou aux futurs heures où il pourrait nager, l'un comme l'autre parvenait à le motiver même s'il devait passer une nuit blanche.

Le soleil réchauffant de la glorieuse ville l'éveillait tandis qu'il récupérait la couronne qui lui revenait, évitant de peu le baiser d'une princesse qui n'avait pas le visage de celle qu'il désirait. Il ouvrit les yeux, un peu hébété, encore plongé dans la scène qu'il tournait hier. Sa détente lui avait été accordé, et elle l'était à longueur de temps ; puisqu'il n'y avait pas plus acharné. Forcé aux congés. Bien qu'un temps agréable avait séché son corps mouillé, quelques gouttes de ses longueurs perlaient encore ici et là. Apportant quelques frissons. Pour autant, aucun de ceux-ci n'étaient désagréables, le poussait même à replonger dans la piscine extérieure. Et c'est ce qu'il aurait certainement fait, si son smartphone n'avait pas vibré, là où un cocktail de fruit trônait. Un message qui lui tira un sourire, un peu contre son gré.

La réponse avait été rapide, le timing parfait. Un peu trop même. Un message tandis qu'il s'éveillait et l'acteur regardait à droite et à gauche, persuadé qu'elle était sans cesse là, à l'espionner. Depuis qu'il avait bien accepté de l'aider dans son projet d'avenir. Une perspective qui l'enchantait autant qu'elle pouvait l'effrayer. Et dans ce même sentiment de l'avoir toujours près de lui, c'est d'un instinct authentique qu'il l'invita simplement à le rejoindre. En soi, aller chez les Manning n'était pas un problème, il avait même passé un certain temps là-bas, mais il ne se sentait pas de voir Maxon aujourd'hui, ni même demain, pour le moment. Et dans ce semblait d'excuse, l'envie d'être seul avec Quinn était bien présente.

C'est pourquoi il ne replongeait pas à l'eau et rentrait chez lui après des heures passées près de son bassin. Montant à l'étage pour aller dans sa chambre, même s'il traînait à le faire, si bien qu'il enfilait simplement son jean tandis que la voiture de son invitée pénétrait son allée. La seule personne étant à son service en permanence ayant été libéré afin qu'il puisse profiter de son calme, il devait lui-même se rendre à son entrée pour lui ouvrir ; mais le garçon était bien décidé à la faire patienter. Simplement parce qu'il savait qu'elle ne l'était pas. C'est pourquoi il finissait d'attraper une chemise pour l'enfiler sur son balcon, interpellant la belle brune et son chapeau de grande dame. « Oh, d'ici je ne vois pas à qui j'ai affaire. On m'a toujours dit de ne pas ouvrir aux inconnus... » bien que sa manière de parler indiquait clairement de qui il s'agissait. Alors qu'elle relevait la tête, l'aîné disparu à nouveau pour réapparaître et lui lancer les clés. Se fichant de savoir si elle serait capable de bien les réceptionner, ni même sans la prévenir. Il profita du temps qu'elle mettrait à ouvrir pour quitter la chambre la plus proche de son entrée et descendre l'un des nombreux escaliers. La chemise mal boutonnée et les cheveux encore humides. « Dans les films, le trench et les lunettes promettent toujours un bel ensemble en dentelle noire. » discrètement amusé, il ne prit pourtant pas la peine de la jouer hôte convenable en lui retirant sa veste. L'invitant simplement à entrer d'un geste. « Je t'offre quelque chose à boire ? » simple formalité, il se servirait en même temps qu'elle et lui demanderait ce qu'elle veut puisqu'elle était là pour ça, et qu'il ne lui montrait jamais l'intérêt qu'il lui portait. Sauf si elle possèdait vraiment cet ensemble allégeant. Une pensée un peu folle, qui lui amenait une insensée excitation.

♡ ♡ ♡ :
 






(    t h i s      i s      u l t r a v i o l e n c e    )
avatar
Quinn Manning
m« ERITIS SICUT DEAE »
proud theta
Date d'inscription : : 21/02/2018
Messages : : 130
Points : : 225
Avatar : : bella hadid
Pseudo internet / prénom : : VOL DE NUIT./ caro
Crédits : : morrigan (av) J'ai : vingt-quatre ans et mon anniversaire est le : dix-neuf avril. Je suis : australo-américaine et mes origines sont : américaines. En ce moment, je : suis étudiante en journalisme, pour devenir présentatrice de télévision. En dehors des cours je fais partie : du club de cheerleading. Si jamais vous me cherchez, j'habite : Bel Air, dans la ville familiale. Ce qui m'attire ce sont : les hommes, les garçons qui ne font rien comme les autres et côté coeur je suis : célibataire, sans doute un peu entichée.
. :


I'LL STICK TO YOU FOREVER
because family, this is permanent


✧ ✧ ✧


i chase your love around a figure eight
- - - - - - - - - -



  Lun 19 Mar 2018 - 9:40
La patience était une force morale incroyable, elle le savait et pourtant, Quinn avait beau essayer de la comprendre, de devenir son amie, cette même patience ne semblait pas l’aimer. Alors quand c’était le cas, quand son manque de constance se faisait oublier, elle laissait tout son empressement s’exprimer, peu importe ce qu’elle avait devant elle. Et dans ce cas-là, un certain garçon qui se faisait désirer, telle la célébrité qu’il était. Authentique comportement excédant… Pourtant, il y a les échos d’une voix terriblement familière qui viennent résonner jusqu’à ses oreilles, il y a la risette satisfaite, presque conquérante qui vient s’échouer sur son visage aux traits parfaits, il y a son chapeau qui la protège de toute émotion. Mais le plus important, il y a lui, lui qui se dévoile enfin, au plus grand plaisir de sa cadette. Peu importe, elle ne lui montrerait pas son bonheur en ces instants, il l’avait fait attendre de longues minutes, elle ne lui pardonnerait pas aussi facilement. « Tu sais ce qu’elle te dit l’inconnue ? Elle te dit que... » Quinn releva la tête en direction du balcon mais s’arrêta dans ses paroles lorsqu’elle ne vît aucune silhouette, aucun Ezekiel à l’horizon. Se payait-il vraiment sa tête ? Elle eut l’obligeance de demeurer stoïque encore quelques instants, le temps qu’il ne fasse voler les clés de la porte d’entrée en l’air. Ces dernières retombèrent sur le sol, un peu plus loin. Regard noir inédit qu’elle lui lança sous son grand chapeau, elle ne voulût tout d’abord pas les ramasser. Trop loin, trop difficile et surtout, trop récompensant pour lui. Elle n’avait guère envie de le laisser gagner. Pourtant, Quinn dût se forcer un peu à la tâche, et ce, bien malgré elle. Ramasser l’objet était la seule façon de pouvoir enfin le voir, cet acteur qui ne savait que trop bien s’immiscer dans ses pensées intimes.

Alors la californienne s’exécuta nonchalamment, triste mais tout de même ravie à l’idée de le retrouver. Attrapant les clés sur le sol de graviers ((une chance qu’elle les ait directement trouvées)), Quinn marcha calmement en direction de la porte, puis inséra ces dernières dans la serrure. Il lui fallût quelques secondes de réel acharnement, mais elle parvînt tout de même à ouvrir la barrière de verre. Force était de constater que cette entrée ne se trouvait pas banale. Une rencontre qui s’annonçait déjà haute en couleurs, mais tout de même joyeuse, car tel était l’état d’esprit de la demoiselle lorsqu’elle avait la chance de pouvoir le côtoyer. Elle adorait croiser son chemin, en toutes circonstances. Sursaut momentané, gêne minime, elle ôta rapidement le chapeau qui lui tâchait une bonne partie de sa vision avant de pénétrer dans le grand hall, toujours sans lui adresser une quelconque attention. Mais pourtant, l’envie de répliquer de façon cinglante la démangea, et elle prit position sur tout le reste. « Ah oui ? Dommage pour toi, il sera gris, cet ensemble. » Elle continua, amusée, cette fois-ci. « Si tu trouves que je suis jolie, dis-le franchement Ezekiel. » Inutile de passer par des futilités. « Je veux bien. Est-ce que t’as du vin ? » Boisson alcoolisé qu’elle chérissait presque autant que sa famille. Et sans attendre le moindre accord, la jeunne femme se dirigea vers son salon, avant qu’elle ne s’installe définitivement dans son canapé, comme si elle était chez elle. « Tu t’es encore baigné ? Ta chemise est trempée. »


i want it more than i can tell.
avatar
Ezekiel Lloyd
m« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 10/03/2018
Messages : : 271
Points : : 197
Avatar : : thomas brodie-sangster
Pseudo internet / prénom : : fayrell (flo)
Crédits : : (av) self J'ai : vingt-sept ans et mon anniversaire est le : quatorze février. Je suis : irlano-américano et mes origines sont : exclusivement irlandaises, de ce que je sais. En ce moment, je : suis un acteur pas mal sollicité et mannequin à mes heures perdues. Si jamais vous me cherchez, j'habite : dans les beaux quartiers de Bel Air. Ce qui m'attire ce sont : les courbes, bien féminines, coquettes à souhait dans de la très belle dentelle et côté coeur je suis : célibataire de cœur, mais semi-lié par le bijou que je cache sous mon haut.
. :
I    H A D   T O   F I N D   Y O U

T E L L   Y O U   I   N E E D   Y O U

HEADS ARE A SCIENCE APART
· · · · · · · · · · · · · · · · · · ·


  Lun 19 Mar 2018 - 14:59
Ignorant, Ezekiel préférait siffloter plutôt que de l'entendre se plaindre. Lui indiquant ainsi que si elle n'entrait pas par elle-même, il la laisserait derrière la porte en verre sans la moindre once de remord. Bien que son inconscient aurait pu l'obliger à lui ouvrir afin de l'avoir à ses côtés le plus rapidement possible. L'acteur mettait sous silence ce que son corps réclamait. Ainsi que son esprit le plus secret. Profitant alors de son passage par les couloirs pour souffler, recentrer le but premier de sa visite ; ce qu'elle avait à lui demander. Une fois la conversation terminée, l'épisode serait clôt et le blond l'a renverrait chez elle ((alors même que la totalité de son être s'y opposait déjà)). Bien qu'il fit taire ce sentiment dès que son regard croisait la silhouette de la jeune fille. Peut-être irrité, lui qui aimait le look femme fatale pensait un instant que celui-ci ne lui allait pas. Il s'avançait vers le salon plus serein, tandis qu'elle lui répondait comme elle savait si bien le faire. « Terne. » un peu déçu il pourrait quand même bien être tenté de le contempler, mais se priva bien de le lui dire. C'était trop risqué. Alors, de son sourire un peu froid, de son air détaché qui lui allait si bien, le plus adulte des deux osait les épaules avec une nonchalance certaine. « Désolée Quinn, mais tu es bien plus mignonne quand tu ne te caches pas derrière cette apparence de femme fatale anonyme. » Il ne doutait pas un instant, pourtant, qu'elle serait très jolie, une fois le trench enlevé, la tenue dévoilée et que malgré tout elle avait son charme avec celui-ci. Seulement il était hors de question qu'il en dise quoique ce soit. Il en avait déjà probablement trop dit. Et puis le garçon était franc, toujours, et ça elle le savait parfaitement. Ce n'était pas un soucis. Bien qu'il savait aussi quand il fallait se taire.

Il ne la suivit pas tout de suite dans le salon, se dirigeant en premier lieu vers la cuisine afin d'aller chercher une bouteille de vin. L'une des meilleurs qui soit. Comme le désirait la demoiselle. Bien qu'il aimait le breuvage autant qu'elle ((ce qui expliquait probablement l'immensité de sa cave en plus des bouteilles présentes dans sa cuisine)) un alcool un peu plus brun tentait davantage le garçon qui se servit un verre. Deux glaçons en prime et le voilà qui revenait vers elle, son verre dans une main et le sien dans l'autre. Ce n'est qu'une fois qu'elle l'eut dans les siennes qu'il vint s'installer à côté d'elle. Une distance suffisante entre les deux, qui lui ferait prendre conscience qu'il était là, pas loin. « C'est un jour de repos. » Ce qui signifiait, pour ceux qui le connaissait bien ((comme elle)) qu'il passait ces journées-là à nager. C'était son truc et ça le détendait plus qu'une virée shopping, ou qu'un bon film. « Tu m'as pris au dépourvu, et je n'allais pas t’accueillir à moitié nu. » ou nu. Arrivait des jours où chercher un maillot mettait trop de temps. De ce fait, enfiler un pantalon, bien qu'encore mouillé était la seule solution qui s'était présenté à lui. Il n'avait pas eu le temps, ni même l'envie de passer par une douche, un séchage, et une séance d'habillage. « À moins que tu ne tenais à passer plus de temps en tête à tête avec ma porte d'entrée ? » d'un sourire amusé, il regardait l'étudiante du coin de l’œil. Une gorgée de la liqueur ambrée avant que sa tête ne se pose sur le canapé, dans un position plus décontractée. Ezekiel aimait faire attention, à lui, à son apparence, mais il n'était pas le genre à être maniéré. Il n'avait donc aucun soucis à ne pas être droit comme un piquet, même en compagnie. « Juste au cas où, si tu cherches Mr. Jackman, il n'est pas caché ici. Donc... Qu'est-ce que je peux faire pour toi de si urgent ? »






(    t h i s      i s      u l t r a v i o l e n c e    )
avatar
Quinn Manning
m« ERITIS SICUT DEAE »
proud theta
Date d'inscription : : 21/02/2018
Messages : : 130
Points : : 225
Avatar : : bella hadid
Pseudo internet / prénom : : VOL DE NUIT./ caro
Crédits : : morrigan (av) J'ai : vingt-quatre ans et mon anniversaire est le : dix-neuf avril. Je suis : australo-américaine et mes origines sont : américaines. En ce moment, je : suis étudiante en journalisme, pour devenir présentatrice de télévision. En dehors des cours je fais partie : du club de cheerleading. Si jamais vous me cherchez, j'habite : Bel Air, dans la ville familiale. Ce qui m'attire ce sont : les hommes, les garçons qui ne font rien comme les autres et côté coeur je suis : célibataire, sans doute un peu entichée.
. :


I'LL STICK TO YOU FOREVER
because family, this is permanent


✧ ✧ ✧


i chase your love around a figure eight
- - - - - - - - - -



  Dim 8 Avr 2018 - 22:35
Passablement iritée par la remarque de son ami de longue date, elle fît mine de garder son agacement pour elle. Il était gentiment énervant. Tendrement isolent. Mais c’était aussi l’une des choses qu’elle préférait chez lui, sa façon bien à lui de dire les choses, ce qu’il pensait réellement, sans cacher la vérité. Alors elle rétorqua d’une manière presque cinglante, qu’on lui connaissait parfaitement bien. « Il fait chaud. Et le noir, c’est triste. » Bien qu’elle aimait porter cette couleur. La deuxième réplique du garçon, elle la garda pour elle. Secrètement ravie, un soupçon étourdie. Alors il la trouvait mignonne ? Ou n’était-ce que les voix de son esprit encombré, qui lui jouaient un mauvais tour ? Pourtant elle voulut y croire. Alors elle le fît. C’était bon à savoir, pour le moment. Néanmoins, momentanément vexée par l’attitude du garçon, elle ôta un instant le manteau qui lui couvrait les épaules, et le déposa avec soin à côté d’elle, croisant les bras, ne laissant apparaître sur son visage qu’une expression fermée.

Ainsi, l’ouragan qu’elle était le regarda la rejoindre et s’installer nonchalamment dans le canapé, à quelques centimètres de sa propre personne. « Hum, je vois. » Elle le savait, qu’il passait ses journées dans l’eau lorsqu’il ne tournait pas. Bonne chose pour lui, au moins, il n’était pas paresseux. Les boucles qui se formaient dans ses cheveux encore humides attirèrent quelques secondes la demoiselle. « Ça aurait été franchement gênant. » Ou au contraire, un divertissement plaisant. Elle ne pensait pas vraiment ce qu’elle disait, la jeune femme, mais c’était toujours mieux que d’admettre la vérité. « Haha. T’aurais raté une chance de me voir et tu m’aurais supplié de venir plus tard, parce que t’aurais pas supporté la distance. » Même s’il arborait l’attitude du garçon totalement insensible et désintéressé de tout ((sauf de sa piscine, apparemment)), elle savait qu’il l’appréciait. Au moins un minimum. Et on pouvait le constater, la présence de Quinn apportait un certain charme, une sorte de chaleur à l’ambiance glaciale qui régnait dans la demeure de l’acteur. « Je m’en doute bien, mais une promesse est une promesse, tu dois me le faire rencontrer. Tu dois tenir parole. » Un furtif moment, ses lèvres s’étaient étirées en une risette éphémère, mais suffisamment durable pour qu’Ezekiel l’ait remarqué. Quinn qui souriait, c’était un tableau rare, d’une beauté brute. Et ce geste qui paraissait le plus naturel pour les autres, mais qui semblait bien moins présent chez elle, lorsqu’il se montrait, il était d’une attirance sans pareille. Alors, à moitié satisfaite, elle porta le verre que le jeune homme lui avait apporté jusqu’à ses lèvres. Le liquide vint lui chatouiller la gorge. « Je venais juste te voir. En réalité. Y’a pas d’urgence Eze. » Lentement, elle pencha sa tête sur le côté, plongeant ses iris sur la silhouette du garçon qui se tenait à côté d’elle. L’urgence était juste une ruse bien exécutée. La fille Manning savait qu’il n’aurait probablement pas bougé le petit doigt si elle lui avait seulement dit qu’elle avait envie de le voir… Enfin, c’est ce qu’elle croyait. « Tu bosses sur quelque chose en ce moment ? Ça fait longtemps que tu ne m’as pas parlé de tes projets. » ça fait longtemps qu'on a pas parlé tout court.


i want it more than i can tell.
Contenu sponsorisé

  
— chase your stars fool, life is short.