Flèche hautFlèche baswe found each other (anaé&ari) - Page 2

Forum au ralenti pour les vacances, plus d'infos par ici.
Mais pas d’inquiétudes, on n'abandonne pas SGD et il revient au top de sa forme (tout comme ses admins) après la rentrée !

we found each other (anaé&ari)
Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Anaé Adzovic
s« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 08/07/2017
Messages : : 883
Points : : 926
Avatar : : natalia dyer.
Autres comptes : : ugo, maxy, joa et len.
Pseudo internet / prénom : : karen.
Crédits : : wcsted (avatar). J'ai : dix-huit ans et mon anniversaire est le : dix-neuf janvier. Je suis : américaine et mes origines sont : serbes. En ce moment, je : suis de retour à la vie civile. Si jamais vous me cherchez, j'habite : avec mes soeurs, Ollie et Elsy, à Echo Park. Ce qui m'attire ce sont : les hommes (je suppose) et côté coeur je suis : vide.
. :
ari + philip + jens 2
♕:
 


i said maybe you're gonna be the one who saves me ? and after you're my wonderwall.

avant:
 


Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme :

  Dim 24 Juin 2018 - 13:36
« Je demande à voir. » Il ne serait pas déçu ou peut-être que si finalement puisque comme la grosse majorité des gens, il préfère sans doute sortir vainqueur d’une partie de jeu quelconque plutôt que perdant. C’est bien dommage qu’elle ne se trimbale pas avec un jeu de cartes autrement elle n’aurait pas hésité à lui montrer ce qu’elle sait faire à savoir gagner. « Euh... bonne question. » Une question avec laquelle elle a de toute évidence surpris son interlocuteur. En effet, la lumière dégagée par le portable du jeune homme lui a suffi pour discerner son expression en disant long sur son étonnement. « Pourquoi des millions de gens fument ? Ennui, stresse, envie de faire comme tout le monde... Et puis après, on devient tous accro et on se souvient même plus pourquoi on a commencé. » Woh, triste réponse. Ari semble lui avouer à demi-mot qu’il a fait une erreur en essayant la cigarette. Au moins, il en est conscient. Cependant, la demoiselle a comme l’impression que ce n’est pas suffisant pour qu’il tente d’arrêter. Peut-être a-t-elle tort. Elle se surprend elle-même à espérer que ce soit le cas. Pourquoi ? Anaé n’a aucune réponse et ça aussi, c’est surprenant. « Donc si t'as envie d'essayer... je suis pas sûr d'avoir envie d'être celui qui te fait tomber là-dedans. » La brunette secoue doucement de la tête, montrant son désintérêt pour la chose. Si il y a une petite minute, elle semblait intriguée, la réponse honnête du jeune homme lui a ôté cette idée stupide de la tête. « Non, merci. Ça ira. » Surtout qu’elle commence à se rendre compte qu’elle n’est pas franchement fan de l’odeur.

« J'ai l'impression qu'on entend plus que les sirènes de la police mais plus les bruits de la foule... y a du progrès. » Anaé tend l’oreille et en effet, la police semble être dorénavant seule sur place. « Je suppose. » qu’elle répond simplement. Qu’est-ce qu’elle en sait ? C’est bien la première fois qu’elle se retrouve dans une telle situation. « Tu veux essayer de sortir ? » Au fond, l’idée est loin de lui déplaire. Être enfermée de la sorte commence doucement mais sûrement à lui rappeler de mauvais souvenirs. Elle est de moins en moins à l’aise. Alors, elle tente de vendre son idée du mieux possible. « Je pense pas qu’on paraîtrait suspect. Les balades nocturnes, ça se fait. » La preuve, c’est dans l’unique but d’arpenter les rues de la ville qu’elle a fait une nouvelle fois le mur à la tombée de la nuit.
avatar
Ari Fairfield
l« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 24/03/2018
Messages : : 52
Points : : 475
Avatar : : Harvey Newton Haydon
Pseudo internet / prénom : : Raine
Crédits : : Sweet Disaster J'ai : 25 ans et mon anniversaire est le : 5 mars. Je suis : américain et mes origines sont : australiennes. En ce moment, je : assistant réalisateur pour une série télévisée tournée en ville. Ce qui m'attire ce sont : ces dames et côté coeur je suis : célibataire.
. : ANAÉ - JAD- JAY - ZEPPELIN

Spoiler:
 



ARI
They say all good boys go to heaven
But bad boys bring heaven to you


◮ ◮ ◮

FAMILY PORTRAIT
Can we work it out ? Can we be a family ?
I promise I'll be better
In our family portrait, we look pretty happy




  Sam 7 Juil 2018 - 18:42
« Non, merci. Ça ira. » dit-elle après mon speech sur la cigarette. J'esquisse un sourire en portant à nouveau la mienne à mes lèvres. Je ne tire aucune fierté à fumer, je regrette même d'avoir essayé un jour mais c'est comme ça. Je suis coincé avec cette manie depuis quelques années et autant faire avec. Du coup, quand elle rejette l'idée que je la fasse essayer la cigarette me soulage. Ca m'aurait fait chier qu'elle commence à cause de moi. Je continue de tirer sur ma clope malgré tout ce que je pense sur le fait d'avoir commencer. C'est comme un petit réconfort, un repère sur lequel je peux compter et qui me calme quand j'en ai besoin. Une envie pressante et irrésistible qui surpasse le savoir que fumer, c'est mal, comme on dit dans les médias. Je regarde Anaé, observe les lignes de son visage grâce à la lumière de mon portable. Elle ne semble pas vraiment attirée par le fait de fumer de toute façon et je me demande même si, du coup, la fumée va pas finir par la gêner mais je me fais peut-être des idées. De toute façon, je l'ai bientôt terminée.

« Je suppose. » répond Anaé quand je lui dis avoir l'impression que les choses progressent dehors. Attentif au moindre bruit, j'ai vraiment la sensation que tout s'est un peu calmé même si on  entend encore un peu les sirènes de la police. « Tu veux essayer de sortir ? . » Je me tourne à nouveau vers elle pour la regarder. A cet instant, je regrette à nouveau de l'avoir entrainée dans tout ça. Certes, je n'ai pas demandé son aide mais bon... ça reste quand même de ma faute si elle se retrouve coincée dans cette cabane de pêcheur au beau milieu de la nuit avec un mec qu'elle connaît pas... moi en fait.« Si t'es partante, oui. J'ai peur qu'ils reviennent après pour fouiller la zone. » ai-je fait pensif. Ils pourraient totalement faire ça, ça leur ressemblerait bien. Les deux possibilités sont risquées de toute façon mais si on reste ici et qu'on se fait choper... ça sera difficile de trouver une excuse. « Je pense pas qu’on paraîtrait suspect. Les balades nocturnes, ça se fait. » poursuit Anaé. Je souris. « C'est vrai que t'en sais quelque chose. » ai-je fait pour la taquiner. Je me redresse, m'étire et vais me planter devant la porte. Je lui jette un coup d'oeil. « T'es prête ? » Je coince ma cigarette entre mes lèvres puis, appuie doucement sur la poignée. L'air doux nocturne me caresse le visage. J'expire longuement en voyant qu'il n'y a personne à l'horizon. Silencieusement, je fais signe à Anaé de me suivre. Et nous voilà dehors, la cabane derrière nous. Je respire un peu mieux à chaque pas que nous faisons pour nous éloigner de l'entrepôt. Tout semble un peu près calme et je m'autorise même à sourire. « Dis-moi où t'habites, je te raccompagne. » Oui parce que c'est pas vraiment une question en fait. Après ce qu'elle a fait pour moi, c'est le minimum que je puisse faire. Seulement voilà, avant qu'elle me réponde, tout mon corps se tend en entendant des bruits de pas.


life of the party ◆ I got my eyes on you, you’re everything that I see. i want your hot love and emotion, endlessly. i can't get over you, you put your mark on me.
avatar
Anaé Adzovic
s« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 08/07/2017
Messages : : 883
Points : : 926
Avatar : : natalia dyer.
Autres comptes : : ugo, maxy, joa et len.
Pseudo internet / prénom : : karen.
Crédits : : wcsted (avatar). J'ai : dix-huit ans et mon anniversaire est le : dix-neuf janvier. Je suis : américaine et mes origines sont : serbes. En ce moment, je : suis de retour à la vie civile. Si jamais vous me cherchez, j'habite : avec mes soeurs, Ollie et Elsy, à Echo Park. Ce qui m'attire ce sont : les hommes (je suppose) et côté coeur je suis : vide.
. :
ari + philip + jens 2
♕:
 


i said maybe you're gonna be the one who saves me ? and after you're my wonderwall.

avant:
 


Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme :

  Dim 8 Juil 2018 - 18:31
« Si t'es partante, oui. J'ai peur qu'ils reviennent après pour fouiller la zone. » Partante n’est pas vraiment le mot qu’elle utiliserait. A vrai dire, elle n’était partante pour rien de ce qui s’est passé ce soir. Elle-même ne sait pas pourquoi elle est intervenue au lieu de laisser Ari se débrouiller seul avec les conséquences de ses actes. Il est de toute façon trop tard pour se poser la question et ce n’est pas vraiment le bon moment pour ça. En tout cas, elle a envie de sortir. L’endroit exigu et sombre la met de moins en moins à l’aise et elle regrette d’avoir autorisé son interlocuteur à allumer sa cigarette. Cette chose empeste ! « C'est vrai que t'en sais quelque chose. » Taquinerie lancée. Même si Anaé ne connait pas Ari, elle pourrait jurer que ce dernier en est plutôt fier. C’est le cas de tous les moqueurs sur cette Terre. La gamine le sait parce qu’à une époque, elle l’était elle aussi. D’ailleurs, la Anaé d’avant n’aurait pas laissé les choses-là et aurait trouvé une bonne répartie, quelque chose de quoi clouer le bec du jeune homme mais au lieu de ça, elle préfère garder le silence. Le silence comme zone de confort ? Non, le silence comme la prison qu’elle semble avoir bien du mal à quitter définitivement.

« T'es prête ? » Comme simple réponse, la brunette se contente de hocher positivement la tête. Impossible de savoir si Ari a vu cette réponse silencieuse mais peu importe, il est déjà près de la porte, ouvrant cette dernière. Elle ne le quitte pas des yeux et alors, en le voyant expirer longuement, elle comprend que la voie est libre. Alors, elle le suit. Après quelques pas, les deux jeunes se trouvent sur le trottoir le plus proche. A présent éclairés par les lampadaires de la ville, Anaé pleine de curiosité, ne peut s’empêcher de regarder son interlocuteur de plus près. Il sourit, encore et cette fois-ci, elle l’aperçoit pleinement. Il est vraiment beau, ce sourire bien qu’encore un peu crispé à cause des circonstances. « Dis-moi où t'habites, je te raccompagne. » Ceci ne sonne même pas comme une question et pour cause, ça n’en est pas une. Ari semble avoir pris la décision de la raccompagner sans même lui demander son avis. Elle arque un sourcil, Anaé. Il ne manque pas d’air ! « Je saurais retrouver mon chemin. » qu’elle répond, ne faisant absolument pas assez confiance au jeune homme pour lui donner son adresse. Elle s’attend à ce qu’il persévère mais il n’en fait rien, interrompu par l’arrivée de deux policiers. Ils viennent à leur encontre. Ils sont là, juste devant eux. « Les jeunes ! Qu’est-ce que vous faite dehors à cette heure-là ? » L’air sévère, l’officier donne clairement l’impression de les suspecter de quelque chose. Anaé, une nouvelle fois, se terre dans le silence. La dernière fois qu’elle a vu des hommes en uniforme, pistolet à la ceinture, deux êtres humains se sont abattre sous ses yeux. Les voilà les images qu’elle refuse de revoir depuis des mois, les images qui la hantent.
avatar
Ari Fairfield
l« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 24/03/2018
Messages : : 52
Points : : 475
Avatar : : Harvey Newton Haydon
Pseudo internet / prénom : : Raine
Crédits : : Sweet Disaster J'ai : 25 ans et mon anniversaire est le : 5 mars. Je suis : américain et mes origines sont : australiennes. En ce moment, je : assistant réalisateur pour une série télévisée tournée en ville. Ce qui m'attire ce sont : ces dames et côté coeur je suis : célibataire.
. : ANAÉ - JAD- JAY - ZEPPELIN

Spoiler:
 



ARI
They say all good boys go to heaven
But bad boys bring heaven to you


◮ ◮ ◮

FAMILY PORTRAIT
Can we work it out ? Can we be a family ?
I promise I'll be better
In our family portrait, we look pretty happy




  Sam 21 Juil 2018 - 11:46
Mon coeur se remet à battre un peu plus vite, comme si l'idée de quitter notre refuge était un nouveau shot d'adrénaline. On pourrait clairement se faire prendre par un flic resté en arrière par exemple. On a aucune garanti mais on sait tous les deux, je pense, qu'on pourra pas rester ici éternellement. En plus, quand je dis que j'ai peur qu'ils reviennent fouiller dans le coin, je pense que c'est vraiment un truc qu'ils pourraient faire donc... j'ai qu'une envie c'est de me casser d'ici. En regardant Anaé, j'ai pas l'impression que ça la tente beaucoup mais je pense qu'au fond, elle sait que c'est ce qu'on doit faire. Je parie qu'elle doit vraiment regretter de m'avoir donné un coup de main ce soir. C'est tout moi ça: me mettre dans la merde et entrainer quelqu'un avec moi. Ouais je sais, j'ai le sens du partage. Dans le cas présent, celle que j'ai entrainé avec moi dans cette situation garde un silence déroutant. Bon sang, qui est cette fille qui se balade toute seule en pleine nuit et qui donne l'impression que les mots sont inutiles ? Le fait qu'elle me rende curieux est l'euphémisme de l'année. Je sais que ce n'est pas le moment mais est-ce qu'il y aura... autre chose après ce soir ?

Je lui demande si elle est prête et un léger mouvement me donner l'impression qu'elle a hoché la tête. Je ne suis pas sûr à 100%  mais si elle n'était pas prête, elle me le dirait je pense, surtout que je suis devant la porte, la main sur la poignée... Nouveau shot d'adrénaline. J'appuie doucement, mon coeur bat dans mes oreilles. Tout se passe au ralenti et avant que je ne m'en rende réellement compte, me voilà avec un pied dehors, à la merci du monde extérieur. Mes yeux parcourent rapidement les alentours et je constate avec soulagement que la zone est déserte. Déserte. Je ne peux m'empêcher de pousser un long soupir de soulagement. Mes épaules, jusque là tendues, s'affaissent. Anaé semble comprendre tout de suite que la voie est libre car elle me rejoint dehors, sans un mot. Son silence me réconforte. Ça me donne l'impression que tout va bien. On fait un pas, puis un autre et un autre. Toujours en silence parce qu'on sait jamais. On veut juste être sûrs de ne pas se faire avoir. Je sens son regard sur moi, comme si elle voulait récupérer le temps perdu passé dans la pénombre. Je fais semblant de ne pas remarquer et finis par sourire avant de lui demander où elle habite parce que je la raccompagne. Je précise que ce n'est pas une question. « Je saurais retrouver mon chemin. » répond Anaé. Je hausse un sourcil en la regardant. Vu le ton de sa voix, j'ai l'impression que je l'ai offensé. J'ouvre la bouche pour répondre mais malheureusement quelque chose me coupe totalement : l'apparition de deux policiers. Eh merde. « Les jeunes ! Qu’est-ce que vous faite dehors à cette heure-là ? » lance l'un d'entre eux qui doit se prendre pour le chef. J'ai l'impression qu'Anaé se raidit à côté de moi, ce qui est sûrement normal vu la situation. Je n'ai pas besoin de temps pour savoir que c'est à moi de nous sortir de ce pétrin. Je suis mon instinct et me colle à ma camarade du soir, en espérant qu'elle comprenne vite où je veux en venir. Je passe mon bras autour de sa taille et esquisse un sourire. « Bah moi et ma copine on se balade, est-ce que ça pose un problème messieurs les agents ? » Je prends un air confus pour appuyer mes propos. Mentir ? Je sais faire, surtout pour me sortir de la merde. On grandit pas dans une famille comme la mienne sans savoir s'y prendre à ce niveau. Le copain du premier policier prend un air soupçonneux. « Si tard ? » Il pense qu'il va m'avoir comme ça lui ? « Je vois pas en quoi ça vous regarde mais oui, si tard. Ma copine souffre d'insomnies en ce moment. Vous voulez des détails ? » ai-je répondu en feignant l'agacement. Putain, je mérite un oscar. Le premier toussote mais le deuxième ne me quitte pas des yeux. « Très bien, très bien. Avant de vous laisser continuer votre balade nocturne. Avez-vous entendu ou vu quelque chose ? » Je passe en mode confusion infini et mon regarde passe d'Anaé à Starsky et Hutch. « Euh on a rien vu. Mais on a entendu pas mal de bordel maintenant que vous le dites. Il s'est passé quelque chose ? » ai-je fait, débordant de curiosité avant de regarder Anaé. « T'as vu un truc toi ? » ai-je fait, ma main appuyée sur sa hanche.
Spoiler:
 


life of the party ◆ I got my eyes on you, you’re everything that I see. i want your hot love and emotion, endlessly. i can't get over you, you put your mark on me.
avatar
Anaé Adzovic
s« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 08/07/2017
Messages : : 883
Points : : 926
Avatar : : natalia dyer.
Autres comptes : : ugo, maxy, joa et len.
Pseudo internet / prénom : : karen.
Crédits : : wcsted (avatar). J'ai : dix-huit ans et mon anniversaire est le : dix-neuf janvier. Je suis : américaine et mes origines sont : serbes. En ce moment, je : suis de retour à la vie civile. Si jamais vous me cherchez, j'habite : avec mes soeurs, Ollie et Elsy, à Echo Park. Ce qui m'attire ce sont : les hommes (je suppose) et côté coeur je suis : vide.
. :
ari + philip + jens 2
♕:
 


i said maybe you're gonna be the one who saves me ? and after you're my wonderwall.

avant:
 


Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme :

  Jeu 9 Aoû 2018 - 13:12
Anaé s’est foutue dans une belle merde ce soir, pour parler clairement. Alors que de base, elle voulait simplement venir en aide à Ari, elle se retrouve elle-même dans une position où un coup de main ne lui ferait pas de mal. C’est malin. Ça lui apprendra à aider un parfait inconnu. Qu’est-ce qui lui a pris franchement ? Elle qui est pourtant d’un naturel solitaire depuis sa libération, voilà qu’elle se la joue sauveuse des temps modernes. Pas de quoi en rire puisque ça l’amène à être abordée – pour ne pas dire interrogée – par deux policiers. C’était un risque. Elle en était consciente en prenant la décision de quitter la cabane de pêcheurs, tout comme Ari certainement. Dans le meilleur des mondes, les deux jeunes auraient retrouvé leurs domiciles respectifs sans aucun problème mais Anaé est bien placée pour savoir qu’ils ne vivent pas dans le meilleur des mondes. Ari doit également en être conscient. En tout cas, il ne semble pas plus surpris que ça d’être alpagué par ces deux officiers ou alors, il le cache particulièrement bien. Dans les deux cas, c’est une bonne chose puisqu’il est vite capable de prendre les choses en mains. Du moins, c’est ce qu’on pourrait croire mais ce n’est pas aussi simple. Sa technique ne fait que crisper davantage Anaé. Les contacts physiques, voilà une des principales choses sur lesquelles elle doit travailler. Elle ne supporte pas l’idée qu’on la touche, son plus proche entourage en fait les frais et là, c’est un inconnu qui la prend par la taille. Souffrir en silence, ne rien laisser paraître. « Bah moi et ma copine on se balade, est-ce que ça pose un problème messieurs les agents ? » Les yeux d’Anaé se baladent de son prétendu petit-ami aux policiers. Elle ne sait comment mais elle parvient à affronter leurs regards. « Si tard ? » Elle hoche même les épaules, d’un air nonchalant qu’elle ne se connaissait pas. Ari poursuit. « Je vois pas en quoi ça vous regarde mais oui, si tard. Ma copine souffre d'insomnies en ce moment. Vous voulez des détails ? » Anaé le trouve un brin insolent voire provocateur sur cette réplique mais jusqu’à présent son petit numéro a l’air de fonctionner donc elle n’interrompt pas. Elle ne s’en sent pas franchement capable, il faut dire. « Très bien, très bien. Avant de vous laisser continuer votre balade nocturne. Avez-vous entendu ou vu quelque chose ? » Entendu, vu, participé même mais ça, ils vont bien se garder de l’avouer. « Euh on a rien vu. Mais on a entendu pas mal de bordel maintenant que vous le dites. Il s'est passé quelque chose ? » Instinctivement, malgré la tension qu’engendre la situation, Anaé approuve d’un signe de tête avant que son partenaire du soir ne la mette à contribution. « T'as vu un truc toi ? » Elle sent la pression exercée par Ari sur sa hanche comme si elle n’était pas suffisamment tendue surtout qu’à présent, trois paires de yeux sont rivées sur elle. La gamine ne s’est jamais sentie aussi petite mais elle sait qu’elle n’a pas le droit de commettre d’erreurs là-dessus. Une réponse convaincante et ils les laisseront partir. « Bah, non. » Elle répond avec aplomb la gamine, peut-être un peu insolente à son tour mais en même temps, si Ari prétend n’avoir rien vu, elle se doit bien de tenir le même discours. En tant que « couple », ils sont censés avoir passé la soirée ensemble ce qu’ils ont fait au final, seulement pas de la façon dont ils le racontent aux officiers. « Très bien, vous pouvez y aller. Ne traînez pas trop par ici. » A nouveau, Anaé hoche la tête. Puis sans demander leur reste, ils continuent leur route. Une fois hors de la vue de deux agents, Anaé se dégage de l’emprise d’Ari. Ok, il faut qu’elle rentre chez elle et vite. Ça devient trop pour elle, trop à gérer.
avatar
Ari Fairfield
l« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 24/03/2018
Messages : : 52
Points : : 475
Avatar : : Harvey Newton Haydon
Pseudo internet / prénom : : Raine
Crédits : : Sweet Disaster J'ai : 25 ans et mon anniversaire est le : 5 mars. Je suis : américain et mes origines sont : australiennes. En ce moment, je : assistant réalisateur pour une série télévisée tournée en ville. Ce qui m'attire ce sont : ces dames et côté coeur je suis : célibataire.
. : ANAÉ - JAD- JAY - ZEPPELIN

Spoiler:
 



ARI
They say all good boys go to heaven
But bad boys bring heaven to you


◮ ◮ ◮

FAMILY PORTRAIT
Can we work it out ? Can we be a family ?
I promise I'll be better
In our family portrait, we look pretty happy




  Jeu 9 Aoû 2018 - 17:37
Quand j'essaie de reprendre le fil de la soirée et de la nuit, je me demande comment les choses ont pu tourner ainsi. À quel moment ça a merdé assez pour que je me retrouve devant deux flics en faisant semblant d'être le copain d'une fille que je connais pas ? Franchement, j'ai tout gagné ce soir mais ce qui me fait le plus chier c'est d'avoir entraîné Anaé avec moi. Elle mérite d'être tranquille, en sécurité dans son lit... ou du moins, en train de poursuivre sa balade nocturne en paix. Là, je parie qu'elle doit amèrement regretter de m'avoir rencontré. Je sens son corps devenir aussi rigide qu'une statue quand lui enlace la taille. Réflexion faite, elle pourrait plutôt songer à me tuer, mais je prie intérieurement qu'elle attende un peu et qu'elle joue le jeu. Quand je sens que son corps reste près du mien et qu'elle ne se dégage pas, le soulagement m'envahit et je commence mon boulot. Après tout c'est moi qui nous ai foutus dans cette merde et c'est à moi de nous en sortir. Je suis plutôt bon pour baratiner les gens et en plus, je bosse dans le monde du cinéma. Ce n'est pas comme si certains acteurs m'avaient pas donné des conseils pour améliorer mon jeu.

Les secondes passent et les paroles sortent de ma bouche avec le plus grand naturel du monde, comme si Anaé et moi on était vraiment ce qu'on prétend être. Un petit couple banal qui se baladait dans le coin et qui n'a rien remarqué. Je dois être bon car notre échange tourne dans le bon sens. J'essaie de faire participer Anaé pour renforcer le truc en lui demandant si elle a remarqué quelque chose. « Bah, non. » Une autre vague de soulagement m'envahit sans que je ne comprenne pourquoi sur le moment. La seconde d'après, je réalise qu'elle aurait pu dénoncer aux deux flics. Quoi ? Elle aurait pu en avoir marre de mes conneries, elle aurait pu leur dire que oui, elle avait vu quelque chose et que je faisais parti du quelque chose en question. Elle aurait pu changer d'avis. « Très bien, vous pouvez y aller. Ne traînez pas trop par ici. » nous lance un des agents. Je hoche la tête et m'efforce de rester dans mon rôle. « Bien sûr. Bonne soirée à vous.  » ai-je fait simplement, même si j'étais à deux doigts d'en faire trop. Les agents partent dans un sens et nous dans l'autre. Dès qu'ils sont hors de notre vue, Anaé s'empresse de s'écarter de moi comme si mon contact l'avait brûlée. « Ouais, désolé à propos de ça. J'aurais pu te faire passer pour ma petite soeur mais sur le coup, j'y ai pas pensé. » ai-je fait en lui donnant mon sourire à un million qui fait souvent son effet. Même si, pour ce que ça vaut, j'aurais vraiment voulu lui épargner toute cette situation. On continue de marcher pour s'éloigner le plus possible de la zone à risque. « Où on en était déjà ? Ah oui, tu me disais que c'était avec plaisir pour que je te raccompagne ! » ai-je fait d'un ton léger. Sachant d'avance comment elle va réagir, j'enchaîne directement en reprenant mon sérieux. « Non vraiment, après ce que t'as fait pour moi ce soir, laisse moi au moins te raccompagner chez toi, s'il te plaît... » ai-je fait sincèrement. Je lui dis pas que j'aurais l'impression d'être un vrai connard si elle refuse. Parce qu'en vrai, je peux pas la forcer, pas vrai ? Si elle veut rentrer toute seule... au pire je la suivrai. Putain, quel psychopathe je fais. Mais bon, qui sait si elle retombera pas sûr une embrouille comme celle qu'elle vient de vivre ?


life of the party ◆ I got my eyes on you, you’re everything that I see. i want your hot love and emotion, endlessly. i can't get over you, you put your mark on me.
Contenu sponsorisé

  
we found each other (anaé&ari)
Aller à la page : Précédent  1, 2