Flèche hautFlèche bas-- i hear the secrets that you keep when you're talkin' in your sleep {h.m}


-- i hear the secrets that you keep when you're talkin' in your sleep {h.m}
avatar
Martin Devereaux
m« DECET IMPARATOREM STANTEM MORI »
ambitious epsilon
Date d'inscription : : 06/08/2017
Messages : : 607
Points : : 192
Avatar : : sam claflin.
Autres comptes : : maxon, lexie, maisie et marla.
Pseudo internet / prénom : : castamere/ anne.
Crédits : : blindness (avatar), skate vibe (icons). J'ai : vingt-six ans et mon anniversaire est le : treize février. Je suis : français et mes origines sont : franco-américaines. En ce moment, je : suis étudiant en première année de doctorat de sciences politiques. Si jamais vous me cherchez, j'habite : dans une villa sur Beverly Hills (moins belle que celle d'Aliénor). Ce qui m'attire ce sont : les femmes et côté coeur je suis : titulaire d'une annulation de mariage fraîchement émise suite à un séjour à Las Vegas avec Roxane Andrews. Et à part ça, célibataire.
. :
m i l l i o n  d o l l a r  m a n
 
ONE FOR THE MONEY,--------
-----------TWO FOR THE SHOW


- - - - - - - - - - - - - - - - - - -
adèle
bbc (aidan/cael/julian)
hédiya
aliénor/laïs

Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : (☆) devenir président de la république française.

  Mar 17 Avr 2018 - 19:29
snap back to reality — assis sur l'un des bancs du tribunal en attendant son rendez-vous avec le procureur de district adjoint, martin devereaux fait le malin. son costume hors de prix jurant affreusement avec les vêtements du dimanche usés jusqu'à la corde portés par les personnes qui passaient devant lui, la tête basse. un sourire moqueur orné sur ses lèvres, le français prend le temps d'observer ses alentours plutôt de se concentrer sur le pourquoi du comment était t-il convoqué ici. il s'en fichait totalement. si son père jouissait du privilège de sa fonction en étant intouchable, sa protection s'étendait bien souvent à son fils par simple entente de son nom de famille. il supposait plutôt que l'homme qui l'avait convoqué avait besoin de lui pour un témoignage ou quelque chose qui s'y référerait. peut-être cette histoire l'année dernière, où deux de ses anciens frères epsilons s'étaient embarqués dans une sale histoire de sabotage à la tonya harding. il n'en avait que faire martin, il n'était pas de son ressort de trier le linge sale de la fade populasse. trouvant que le temps s'éternisait bien qu'il ne soit arrivé que quelques minutes plus tôt, le français jeta un coup d'oeil ennuyé à sa rolex. 14 heures 30 venaient de sonner. l'heure du rendez-vous. passant une main dans ses cheveux, il observe le couloir pour voir si cet assistant a eu le mérite de se pointer à l'heure, mais il ne voit qu'une silhouette féminine dans le couloir. amateur des belles formes, il laisse son regard traîner sur les courbes de la belle blonde qui se rapproche de lui, séduit. seulement, martin, dans son appréciation du corps féminin, il n'a pas pris le temps de relever son horizon et d'apercevoir le visage de la sirène. alors qu'elle s'arrête à ses côtés, les lèvres du garçon se barrent d'un sourire charmeur avant de croiser les prunelles de la belle. hédiya. son coeur lâche malgré lui un battement erratique. c'est hédiya.


too many joy rides in daddy's jaguar, too many white lies and white lines, super rich kids with nothing but loose ends
-- i hear the secrets that you keep when you're talkin' in your sleep {h.m}