Flèche hautFlèche bas(tessa), just to be near you. - Page 2


(tessa), just to be near you.
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
avatar
Tessa Dyer
l« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 17/04/2018
Messages : : 453
Points : : 1123
Avatar : : eliza taylor.
Pseudo internet / prénom : : MARY-W./marie.
Crédits : : @weaslaide. (avatar). J'ai : vingt-huit ans et mon anniversaire est le : vingt-huit avril. Je suis : américaine et mes origines sont : purement américaines. En ce moment, je : prie pour devenir une actrice... un jour... peut-être. en attendant faut mettre du beurre dans les épinards, alors je travaille chez un publiciste. Ce qui m'attire ce sont : les hommes, les femmes- les gens et côté coeur je suis : en couple, mais bordel, que c'est compliqué.
. :

  Mar 1 Mai 2018 - 23:22


you look perfect tonight
i found a love for me. darling just dive right in and follow my lead. i never knew you were the someone waiting for me, 'cause we were just kids when we fell in love, not knowing what it was. i will not give you up this time but darling, just kiss me slow, your heart is all i own (@tumblr)

Pour toute la mauvaise humeur ou la lassitude qui avaient menacé de la submerger au réveil, Tessa, elle voulait profiter maintenant, être heureuse, qu’Aodren soit là à ses côtés. Il avait fait ces efforts pour elle, pour ce jour si spécial qui n’concernait qu’elle: à l’époque de Noël, elle aurait bien pu continuer sa mauvaise foi, et prétendre qu’il avait aussi sa famille, qu’il pourrait avoir envie de voir autant qu’elle. Mais en ce vingt-huit avril, il n’y avait qu’elle, qui avait quelque-chose à fêter. Et apparemment, il n’avait pas été le seul à déployer tout un tas d’efforts pour que cette journée en particulier soit si spéciale: Tessa, elle comptait bien à demander à son petit-ami qui d’autre avait été dans la confidence, histoire d’pouvoir elle-même aller remercier toutes ces personnes qui avaient tant fait pour elle. Tout autant qu’elle pouvait se fustiger et râler de la morosité de son quotidien depuis quelques temps, elle savait voir le bon côté des choses - surtout quand c’était avec l’homme qu’elle aimait, le soir de son anniversaire, sur ce coin-là de Venice Beach, où elle aussi, elle avait de bons souvenirs. Bien sûr qu’elle se souvenait encore avec assez d’exactitude, de tout ce qu’ils avaient partagé tous les deux, pour savoir ce qu’elle représentait, cette plage; c’était là qu’il l’avait embrassée pour la toute première fois, là qu’il avait été celui qui avait sauté le pas pour eux deux, leur permettant d’ouvrir un tout nouveau chapitre de leur relation, ensemble. Maintenant qu’elle était là, qu’elle s’était laissée prendre au jeu pendant toute la journée et qu’elle avait découvert la plus inattendue des surprises devant l’océan, elle voulait profiter à cent pour cent. Parce qu’elle était aussi faite de ça, la Dyer, non? Elle avait quitté Fresno, déterminée et convaincue de ses chances d’avoir un futur à Los Angeles, et d’être heureuse ici. Et elle l’était, heureuse- bien sûr qu’elle l’était, quand bien même elle avait eu d’autres images dans le crâne, dans sa jeunesse. Y’avait les rêves, et y’avait la réalité, hein? Mais elle n’se voyait pas rentrer à Fresno, déçue de ce qu’elle avait connu ici, ou des gens qu’elle avait rencontrés - pas même des expériences qu’elle avait acquises, les bonnes comme les nouvelles. Rien que pour être positive, elle pourrait très bien parler de son boulot comme si elle l’adorait, en reconnaissant qu’elle avait au moins développé de nombreux talents, depuis qu’elle était employée dans cette boîte de pub. Orgueilleusement, Tessa, elle aurait bien envie de prouver à ses parents qu’elle s’en sortait au moins mieux que c’qu’ils pouvaient imaginer- et au pire, si elle devait à jamais stagner dans sa stupide entreprise publiciste, ils n’en seraient que plus heureux, persuadés qu’elle avait au moins, gardé un travail ‘réaliste’, plutôt que de tout empirer dans ses choix, pour poursuivre des rêves qui ne deviendraient jamais réalité. Ce soir, il n’était pas question d’un casting ou d’une audition- elle était juste avec Aodren, et elle n’avait envie de penser à rien d’autre. Malheureusement, y’avait bien cette petite conviction profondément lovée dans sa tête, lui murmurant que la réalité finirait bien assez vite par les rattraper - alors autant en profiter: il n’était certainement pas revenu pour de bon, ou même pas pour une semaine. Qui sait, il partirait sans doute lundi au plus tard, si elle était chanceuse. Il y avait encore beaucoup d’place pour la tristesse et la déception- assez d’occasions pour la faire retomber de son petit nuage.

Qu’elle y flotte, alors- elle n’pouvait pas se contrôler de toute façon, son coeur battait comme un fou, et dès qu’elle avait vu le brun, elle avait oublié son mal de pieds, ou quelque complainte qu’elle aurait pu avoir, vis à vis de cette chasse aux trésors à l’échelle de la ville toute entière. Ce petit voyage lui avait permis d’capter à quel point ça faisait longtemps qu’ils se connaissaient tous les deux, toutes les choses qu’ils avaient partagées, en tant qu’amis, en tant que partenaires, ou amoureux. Leur endroit qu’elle préférait, ça restait l’appartement; pour ce soir, elle aurait été heureuse de le voir rempli à nouveau d’une présence qui lui manquait tant ces derniers temps. Mais la plage, c’était idyllique, paradisiaque - et au moins, elle n’devrait pas partager le temps et l’affection de l’Adkins avec Leia. « T’as intérêt. J’veux dire, imagine si j’me retrouve paralysée, j’vais devoir poser des jours de congé et tout. Ce serait vraiment dommage. » elle ironisa clairement, levant les yeux au ciel, un rire léchant ses lèvres: quand ils parlaient au téléphone depuis ces derniers mois, elle avait appris à ne plus trop râler sur son travail, parce qu’elle s’était toujours dit qu’ils avaient mieux à se raconter que tout ça. Mais quand elle était à Los Angeles, là, posée dans ses bras, fallait croire que c’était plus fort qu’elle- et au pire, s’il devait être question de ses cuisses, elle préférait raconter ses mésaventures de jambes à Aodren, histoire qu’il aille péter la tronche de ses ‘collègues’ qui les mataient un peu de trop près, dès qu’elle avait le malheur de porter une de ces jupes, ou une robe. Pour cette fois, elle était contente d’être ‘irrésistible’ à sa façon, que le brun n’puisse pas garder ses mains pour lui- elle non plus, elle n’pouvait pas garder ses mains pour elle, ni quitter son visage du regard, ni arrêter de sourire. Il était là, il était vraiment là, et cette seule réalité suffisait à la jeune femme pour que rien d’autre n’ait la moindre importance. Elle voulait que c’en soit l’cas, en tout cas, pour ce soir. Au moins, elle pouvait toujours se consoler en se disant qu’il avait, apparemment, monté dans sa tête tout un mythe d’elle, avec la séparation. Une évidence qui la fit clairement ricaner: elle doutait clairement de ses capacités à savoir masser qui que ce soit. Certes, elle n’en était pas non plus à ruiner le dos des autres en étant trop brusque, c’était même plutôt l’inverse. Ses ‘massages’ devaient être bien inutiles parce qu’elle était trop douce, trop dissipée - à vrai dire, avaient-ils véritable partagé des ‘massages’ pour de vrai, depuis qu’ils étaient en couple? La façon dont les choses tournèrent, sembla prouver le contraire, alors qu’en quelques secondes, les choses avaient dégénéré. Tessa sentit sa bretelle doucement glisser le long de son épaule, incapable d’y penser plus d’une fraction d’instant, avant que son souffle ne se suspende, qu’un frisson ne lui donne la chair de poule, et que sa tête soit submergée de mille sensations. Non, ce serait inhumain de penser, inhumain de raisonner ou même de reprendre son souffle- bien contente de pouvoir serrer encore ses jambes, à la recherche d’un soulagement quelconque pour répondre aux envies grandissant au creux de ses reins, elle oublia la moindre retenue. « Hmhm, et c’est ton fantasme? » qu’elle demanda, vaguement; il y avait bien le bruit des vagues, la caresse d’un vent frais pour s’ajouter à tout ça - mais elle les sentait et entendait à peine, Tessa, ces sensations. Tout ce qui existait, c’était les lippes d’Aodren, la cyprine d’entre ses cuisses, trahissant de ces désirs grondant comme le torrent du sang dans ses veines. Et pour mieux lui rendre la monnaie de sa pièce, lui rendre une fraction des plaisirs qui lui donnaient déjà le tournis, Tessa, elle délaissa son fameux massage qui n’en était pas vraiment un, sa main dégringolant tout le long de cette chemise pas encore tout à fait enlevée. Jusqu’à ce que ses doigts ne se fassent aventureux eux aussi, au bas de son ventre, à Aodren, le long de la sculpture de ses abdominaux, et plus bas encore. Elle voudrait bien espérer pour le coup, Tessa, que tout ça, ce soit un de ses fantasmes, au brun- qu’ils vivent une soirée mémorable pour le temps qu’ils avaient ensemble.



----------------------------------------
angel sent from up above, you know you make my world light up. when i was down, when i was hurt, you came to lift me up. life is a drink and love's a drug
- i'll cross the sky for your l o v e.

☆☆☆

avatar
Aodren Adkins
s« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 17/04/2018
Messages : : 181
Points : : 810
Avatar : : bob morley.
Pseudo internet / prénom : : sweet poison (anaïs).
Crédits : : sweet poison (avatar). J'ai : trente-deux ans. et mon anniversaire est le : vingt-cinq mai. Je suis : américain. et mes origines sont : mexicaines. En ce moment, je : suis enseignant à l'ucla, département d'espagnol, en plein projet de recherche au pérou. Ce qui m'attire ce sont : les femmes. et côté coeur je suis : en couple.

  Mer 2 Mai 2018 - 12:04
all i really want is just to hold you for a while.
I have seen a sunset in the western sky, Ain’t nothin’ like the brightness in your eyes And I have seen the moon reflecting in the sea But that don’t compare to how you shine on me. After everything I’ve seen, I rather see you smile, Cause all I really want is just to hold you for a while and be your man. So will you dance with me? I will lead you. Give every moment that I have Just to be near you.
tessa dyer et aodren adkins

L’anniversaire de Tessa, c’était important pour Aodren, ça l’avait toujours été, depuis les dix ans qu’il la connaissait, alors y avait pas de raison pour que ça change aujourd’hui. Il n’était pas au Pérou en se disant que sa Tessa n’avait plus aucune importance maintenant et qu’il pouvait facilement l’oublier pendant qu’il faisait sa vie au Pérou. C’était loin d’être le cas, il pensait souvent à Tessa, si bien qu’il lui envoyait toujours tout un tas de message et qu’il tenait à l’avoir au téléphone le plus souvent possible. Si le Pérou, ça avait été le meilleur moyen de laisser Tessa de côté, sans doute qu’il n’aurait pas eu ce besoin fou de lui parler comme ça, tous les jours. Heureusement qu’il faisait bien attention à la batterie de son téléphone, parce que ça le rendrait fou qu’il le lâche au beau milieu d’une journée passée là-bas. Déjà, des fois, il avait des choses – toujours très intéressantes – à raconter à la blonde et le réseau n’était pas toujours au beau fixe et ça avait tendance à l’agacer au plus haut point. Il avait besoin de Tessa dans sa vie, ce n’était pas nouveau ça. Qu’il soit ici à Los Angeles ou à l’autre bout du continent, il avait besoin d’elle. Si ça avait été une option possible, il lui aurait demandé de l’accompagner au Pérou, pour qu’ils puissent profiter de ce voyage ensemble. Ça aurait été difficile pour lui alors, d’oublier son anniversaire et de ne rien faire pour l’occasion. Il avait tenu à être là aujourd’hui et y avait pas grand-chose qui aurait pu le retenir au Pérou, à part peut-être si aucun avion ne décollait pour une raison ou pour une autre. Clairement, tout ce qu’il avait voulu pour aujourd’hui, ça avait été être avec sa petite amie, pour célébrer son anniversaire avec elle. C’était important pour lui, tout autant que ça l’était pour elle, le vingt-huit avril.

Il s’était donné les moyens de faire les choses en grand, même s’il n’avait pas été là pour tout organiser, il avait fait de son mieux. Maintenant, il était là, il était rentré à Los Angeles pour l’occasion et il voulait profiter du temps qu’il avait avec elle. Ce n’était que quelques jours avant de repartir pour la dernière ligne droite, mais autant en profiter à fond. C’était déjà bien parti, d’après là, sur ce coin de plage. Ils étaient bien sur ce petit coin de plage, à l’abri des regards. Il aurait très bien pu choisir l’appartement comme dernier lieu pour le jeu de piste qu’il avait lancé à Tessa, ils étaient été chez eux et ça aurait été sympa aussi, mais la plage, c’était peut-être plus romantique et puis c’était là que leur histoire avait commencé, alors ça avait du sens pour eux deux. Et puis, la dernière fois qu’il avait tenté de lui faire une surprise, il l’avait faite à l’appartement et ça ne s’était pas passé aussi bien qu’il l’aurait voulu, alors changer d’endroit ça lui avait semblé être une bonne idée. Il espérait que c’était vraiment le cas. « Peut-être que tu devrais quand même leur faire croire ça, à ton boulot, pour les prochains jours. » Comme ça, ils seraient rien que tous les deux, pendant quelques jours, enfin bon, si elle devait aller bosser, il n’allait pas non plus l’en empêcher, c’était lui qui revenait à l’improviste après tout. Cela dit, la blonde détestait tellement son boulot et ses collègues – et lui aussi, ils les détestaient du coup – qu’il avait bien envie de la kidnapper pour les prochains jours pour lui éviter d’avoir besoin d’aller affronter ce job qu’elle n’aimait pas. Pour le moment, ils étaient là, sur ce petit bout de plage, l’un avec l’autre et y avait pas de Pérou, pas de boulot pénible, y avait rien qu’eux, le soleil, le bruit des vagues et les caresses et les baisers qu’ils échangeaient. Il ne savait pas trop ce que ça donnait, les massages faits par des professionnels dans les spa, mais c’était forcément moins bien que ce qu’il pouvait ressentir ici avec Tessa. Il n’avait pas envie d’aller perdre son temps dans un spa, de toute évidence, de toute façon, il avait déjà oublié la pression dans ses muscles, causée par le voyage en avion, ça c’était du passé maintenant. « J’y ai jamais réfléchis avant aujourd’hui, mais c’est vraiment en train de devenir mon fantasme, là. » Il ne s’était jamais demandé si ça pouvait être bien de faire l’amour sur une plage et pourtant maintenant, il en avait vraiment envie et ce n’était pas les caresses de Tessa qui allaient lui faire sortir l’idée de la tête, bien au contraire. Elles avaient éveillé le plaisir en lui, il en laissa échapper un soupire incontrôlable, suivit d’un frisson lui remontant le long de l’échine. Heureusement qu’il n’y avait personne sur ce bout de plage, heureusement aussi que ce qu’il avait préparé était maintenu au frais dans une glacière, parce qu’il ne pouvait plus se concentrer là-dessus pour le moment, alors clairement, le repas allait attendre. Il revint l’embrasser, alors qu’il passait maintenant ses mains, juste sous son haut, pour commencer à le remonter un peu, caressant la peau de ses hanches, s’y agrippant avec force, alors qu’il l’embrassait avec toujours plus d’envie, incapable de s’arrêter plus d’une fraction de seconde, histoire de reprendre un peu d’air. Tessa, elle lui avait vraiment trop manquée ces derniers mois et maintenant qu’ils étaient ensemble, c’était vraiment trop dur de s’imaginer s’éloigner d’elle.



 
avatar
Tessa Dyer
l« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 17/04/2018
Messages : : 453
Points : : 1123
Avatar : : eliza taylor.
Pseudo internet / prénom : : MARY-W./marie.
Crédits : : @weaslaide. (avatar). J'ai : vingt-huit ans et mon anniversaire est le : vingt-huit avril. Je suis : américaine et mes origines sont : purement américaines. En ce moment, je : prie pour devenir une actrice... un jour... peut-être. en attendant faut mettre du beurre dans les épinards, alors je travaille chez un publiciste. Ce qui m'attire ce sont : les hommes, les femmes- les gens et côté coeur je suis : en couple, mais bordel, que c'est compliqué.
. :

  Mer 2 Mai 2018 - 21:40


you look perfect tonight
i found a love for me. darling just dive right in and follow my lead. i never knew you were the someone waiting for me, 'cause we were just kids when we fell in love, not knowing what it was. i will not give you up this time but darling, just kiss me slow, your heart is all i own (@tumblr)

Tessa, on pouvait bien dire qu’elle avait eu la belle vie; pleine de possibilités, pleine de joie, pleine de personnes pour la soutenir, quoiqu’elle fasse. Quoiqu’elle en dise, ses parents l’avaient aidée plus qu’elle ne voudrait bien l’admettre: s’ils avaient vraiment voulu lui couper l’herbe sous le pied et la priver de ces rêves qu’ils trouvaient si irréalistes, ils ne l’auraient jamais soutenue financièrement dans son départ à Los Angeles, ou dans ses études. Le fait qu’ils aient toujours payé son appartement, qu’elle ait toujours eu de l’argent sur son compte pour aider, était la raison pour laquelle elle avait pu faire des auditions et des castings en plus de l’Université, quand elle avait été plus jeune: sans ça, elle n’aurait eu qu’à travailler, trimer tout le temps, pour n’avoir que la moitié du confort qu’elle avait connu jusque-là. Ouais, elle vivait au coeur d’un quartier bien joli et paisible, dans un appartement assez grand pour qu’elle puisse accueillir Aodren quand il en avait eu besoin- et UCLA, ça n’avait pas été gratuit non plus, tout ça. Et encore, même aujourd’hui, alors qu’elle se plaignait si souvent et si facilement de son job, le fait était qu’elle en avait un, au moins. Certes, ç’avait été parce qu’elle avait activement fait campagne auprès des entreprises du coin pour trouver quelque-chose - et aussi parce qu’elle avait bien travaillé pour obtenir ses diplômes, trop conscience d’au combien l’ambition d’actrice pouvait être instable à souhait. A croire qu’au fond du fond, Tessa elle-même avait été plus raisonnable qu’elle ne voulait bien l’admettre: mais, et si elle avait perdu tout son temps à faire des études et à se chercher un travail, quand elle aurait pu faire encore plus de castings et plus d’auditions? Si elle était passée à côté de sa chance, à cause de l’Université et de tout ce qu’elle avait dû faire, pour prouver à ses parents qu’elle était plus rationnelle et digne de confiance qu’ils ne voulaient bien le croire? Pour tout ce que sa famille avait connu avec l’histoire d’Adam, le procès et toutes ces choses, la situation aurait pu être pire - la blonde en avait bien conscience, malgré ce qu’elle disait, et malgré l’aisance avec laquelle la frustration pouvait la faire se plaindre, si souvent. Parce qu’elle n’en était certainement pas au même stade qu’Aodren, au niveau de sa vie personnelle ou professionnelle - elle était à des milliers d’années lumières (il lui semblait) de se marier, d’avoir un enfant, et de construire quoique ce soit des images de maison à barrière blanche qu’on pouvait avoir dans le crâne. Et même au-delà de ça, elle n’avait certainement pas la même carrière que lui, certainement pas le même salaire, certainement pas les mêmes opportunités. Et Alaina elle aussi, elle était partie pour mieux, ces chances que la blonde, elle, n’avait jamais vu pointer pour elle. Après tout ça, ouais, y’avait sans doute une part de frustration, tournant en elle, la pourchassant au quotidien et collant à sa peau un peu plus, avec le temps qui passait: et c’n’était ni la faute d’Aodren et de ses propres ambitions à lui, ni la faute de personne d’autre. Peut-être la sienne à elle, pour n’pas avoir assez de talent, pour avoir rêvé trop grand et cru que ça pourrait marcher. Elle n’était pas grand-chose, et voilà qu’à vingt-huit ans, elle était confrontée au fait qu’elle n’avait pas fait grand-chose, malgré ses chances et ses opportunités; pas de quoi être particulièrement fière.

Pas étonnant non plus, qu’elle n’ait pas eu envie de sortir de sous sa couette, aujourd’hui, face à elle-même, confrontée à ces songes qui parasitaient insidieusement son esprit depuis quelques temps maintenant. Et peut-être que depuis l’autre bout du continent même, Aodren avait pressenti tout ça; qu’il n’était pas là juste par envie, juste parce qu’il avait voulu faire une petite folie, mais parce que tout meilleur ami qu’il était pour elle depuis dix ans, il commençait à capter que la corde de sa patience et de sa foi, commençait à s’user. Plus qu’elle n’l’admettait, plus qu’elle n’voulait le voir pour elle-même : parce que, que pouvait-elle faire, maintenant? Il semblait que ses chances étaient perdues, et quand elle regardait autour d’elle, Tessa voyait juste ce qui n’était pas là. Pour ce soir au moins, elle pourrait se consoler avec quelqu’un qui était bel et bien là - Aodren était venu pour elle- elle l’avait au moins lui dans son petit monde, la rencontre la plus importante qu’elle ait faite, depuis qu’elle était arrivée à Los Angeles. Oui, facilement, quand elle décidait de se concentrer sur le meilleur, Aodren était en tête de liste, il avait été son repère, son soutien, la personne auprès de laquelle la Dyer avait relâché la pression tous les jours qui venaient. Et tout autant qu’ils essayaient, sa compagnie par sms ou quelques appels téléphoniques sporadiques, c’n’était pas autant que ce à quoi ils avaient été habitués. C’n’était pas autant que ce dont elle avait besoin, elle, la petite-amie un peu ‘needy’ qui n’semblait plus savoir comment s’occuper d’elle-même. « N’importe quoi... » qu’elle rit donc, à la réplique de son petit-ami, levant les yeux au ciel: si elle avait su qu’il serait avec elle, elle l’aurait fait, sans l’ombre d’une hésitation - repousser son retour au travail après son anniversaire, juste pour être avec lui. Mais bon, est-ce qu’il y avait la moindre chance qu’il reste plus longtemps que le week-end, Aodren? Prétendre être malade et se prendre - sans doute - des remarques de la part de ses supérieurs juste pour être toute seule, ça n’en valait pas le coup, pour sûr. Si elle était chanceuse, ouais, Aodren n’aurait pas à lui annoncer dès demain matin qu’il devrait repartir - mais elle n’en était certainement pas à espérer qu’il avait pris sa semaine, lui, pour être avec elle. Mais pour l’heure, Tessa, elle n’avait pas envie de parler de ce sujet plein de réalité: elle n’voulait pas demander combien d’temps ils avaient encore devant eux, ou quand est-ce qu’elle devrait le revoir partir. Encore. Alors elle préférait en rigoler, réfugiant son visage au creux du cou du brun pour un instant, humant son parfum pour chasser ses chagrins, un instant. Pour le coup, elle préférait se perdre dans le moment, sur cette plage - quitte à ne même pas penser à quand ils rentreraient ou à demain, quand ce vingt-huit avril serait passé, et qu’elle réaliserait qu’il y avait bel et bien une année encore, qui était passée sous son nez. Sous les mains de son petit-ami, embrasée par ses baisers, elle se sentait importante, au moins- vivante plus qu’elle ne l’avait jamais été, son coeur battant son vite contre sa poitrine, chaque caresse d’air titillant la chair de poule qui avait recouvert toute sa peau. « J’aime cette idée... » murmura-t-elle tout contre ses lèvres, tendre et doucereuse, tentatrice et vibrant d’envies elle aussi, alors qu’elle profitant des épaules fortes d’Aodren pour se redresser, glissant ses jambes de chaque côté de sa taille à lui pour se retrouver à califourchon sur ses genoux. Comme ça, elle avait un meilleur accès à ses lèvres, qu’elle embrassa encore, et encore, comme l’eau qui lui redonnait vie, seconde après seconde. « Que tu réalises tes fantasmes avec moi... » maligne, Tessa lécha les lippes d’Aodren avec son rire taquin, ses doigts étant venus caresser ses boucles noires, jusqu’à dessiner la sculpture de sa nuque. Bien assez vite, elle concentra son attention sur la chemise du jeune homme à nouveau, défaisant un à un, lentement, patiemment, les boutons de celle-ci. Rien ne pressait, hein? Il semblait que là maintenant, serait le seul moment où elle pourrait penser comme ça, ses lèvres accrochées à celles de l’homme qu’elle aimait, son coeur battant si vite que chaque seconde passait comme une infinité d’instants dont ils avaient tant besoin.



----------------------------------------
angel sent from up above, you know you make my world light up. when i was down, when i was hurt, you came to lift me up. life is a drink and love's a drug
- i'll cross the sky for your l o v e.

☆☆☆

avatar
Aodren Adkins
s« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 17/04/2018
Messages : : 181
Points : : 810
Avatar : : bob morley.
Pseudo internet / prénom : : sweet poison (anaïs).
Crédits : : sweet poison (avatar). J'ai : trente-deux ans. et mon anniversaire est le : vingt-cinq mai. Je suis : américain. et mes origines sont : mexicaines. En ce moment, je : suis enseignant à l'ucla, département d'espagnol, en plein projet de recherche au pérou. Ce qui m'attire ce sont : les femmes. et côté coeur je suis : en couple.

  Jeu 3 Mai 2018 - 1:07
all i really want is just to hold you for a while.
I have seen a sunset in the western sky, Ain’t nothin’ like the brightness in your eyes And I have seen the moon reflecting in the sea But that don’t compare to how you shine on me. After everything I’ve seen, I rather see you smile, Cause all I really want is just to hold you for a while and be your man. So will you dance with me? I will lead you. Give every moment that I have Just to be near you.
tessa dyer et aodren adkins

Pendant de nombreuses années, Aodren avait pu se dire qu’il avait plutôt bien réussi sa vie et pourtant, ça n’avait pas été gagné d’avance. Il n’était pas né dans une famille favorisée, les premières années de sa vie, il avait surtout connu la misère, même si ses parents s’étaient toujours battus, tant bien, que mal pour essayer d’apporter le meilleur à leurs enfants. Ils s’étaient dit que ce serait mieux aux Etats-Unis, c’était pour ça qu’ils avaient décidé de passer la frontière et finalement, même arrivé dans ce pays, les choses avaient été compliquées, à tel point que sa mère avait préféré s’ôter la vie plutôt que de continuer à se battre. Des fois, Aodren, il se disait que sa mère avait su qu’ils finiraient dans une famille qui aurait les moyens de subvenir à tous leurs besoins, si elle venait à disparaitre et que son choix, elle l’avait fait en penser à elle. Il ne savait pas vraiment si c’était le cas, il ne le saurait jamais, mais il préférait voir les choses comme ça, plutôt que de se dire que sa mère n’avait pas eu la force de se battre pour ses enfants. Il avait perdu sa mère et son père, mais au sein des Adkins, il avait eu la chance de pouvoir se construire une vie dont il était fier à présent. Il avait une famille qu’il adorait, des mères formidables et des sœurs dont il était très proche. Il avait eu la possibilité de faire des études et maintenant qu’il travaillait en tant que professeur à l’université, il avait un salaire plus que généreux. Il était sorti de la misère, il avait de quoi en être fier et puis, au milieu de tout ça, il avait connu un beau mariage et il avait eu un fils extraordinaire, alors, quelques années plus tôt, il avait été persuadé d’avoir complètement réussi sa vie.

C’était différent aujourd’hui, peut-être que tout perdre d’un coup, d’une façon violente et douloureuse lui avait fait réaliser qu’il y avait encore plein de choses qu’il pouvait atteindre. Il n’avait plus de femme, plus de fils et maintenant, il avait tout à reconstruire. Ça lui avait pris des années avant qu’il n’imagine que ça puisse encore être possible, qu’il pouvait être de nouveau vraiment amoureux et essayer de se construire une vie avec quelqu’un, mais maintenant, il savait qu’il pouvait le faire. Il voulait le faire, avec Tessa. Mais perdre James, ça le poussait aussi à se dire qu’il pouvait y avoir d’autres choses importantes dans la vie, en dehors d’une vie de couple et de famille équilibrée. Il avait un job qui comptait pour lui et il n’avait jamais exploré les possibilités que ce dernier avait à lui offrir, parce qu’il s’était toujours dit qu’il avait déjà tout pour être heureux. Heureux, il ne l’avait plus été pendant des années et en pleine reconstruction de son bonheur, y avait d’autres pistes qu’il avait envie d’explorer, ce voyage au Pérou en faisait partie, quand bien même il le poussait à laisser Tessa un peu derrière lui pendant plusieurs mois. C’était difficile pour lui aussi d’être loin d’elle, elle lui manquait énormément, mais ce projet était important pour lui, alors il allait le mener à bien. C’était lui qui était parti, alors maintenant qu’il était là pour les prochains jours, il ne pouvait pas demander à la blonde de s’adapter à lui et de elle, rester bien sagement à la maison parce qu’il voulait passer du temps avec elle. Ça lui aurait plu à Aodren, de passer ses quelques jours à Los Angeles enfermé à l’appartement avec Tessa, mais il n’allait pas exiger d’elle qu’elle loupe le début de la semaine pour ses beaux yeux. « J’aurais essayé au moins. » Qu’il marmonna, le sourire encore accroché aux lèvres, parce qu’il n’était certainement pas vexé de la réponse de la jeune femme. Il était venu à l’improviste, pour mettre en place sa surprise d’anniversaire, alors évidemment qu’elle n’avait pas prévu de rester à la maison lundi et mardi juste pour lui. Tant pis, au lieu de se projeter dans l’avenir pour penser aux prochains jours, ils pouvaient largement profiter du moment présent et puisqu’ils étaient partis à s’embrasser de plus en plus passionnément, ce n’était pas franchement difficile de faire abstraction de tout le reste, pour ne se concentrer que sur ce qui pouvait se passer ici et maintenant. Alors que la blonde était venue se mettre à califourchon sur lui, il en profita pour lui retirer son haut et profiter de sa peau nue en déposant des caresses contre sa peau, d’une main, le long de sa hanche, puis vers sa poitrine encore couverte. Son autre main, il la plaça dans son dos, pour serrer la jeune femme contre lui. « J’ai aucun fantasme sans toi dedans de toute façon. » C’était elle dont il était amoureux, la seule qu’il voulait dans sa vie comme dans son lit, alors elle était le point commun à l’ensemble de ses fantasmes. Elle était celle qui hantait si souvent ses songes, même s’il était tout seul au Pérou. Il en avait des pensées coquines, des rêves érotiques, avec Tessa dedans et évidemment que tout était mieux ici, avec la vrai Tessa contre lui, qu’au beau milieu de ses rêves, dans un pays éloigné.


 
avatar
Tessa Dyer
l« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 17/04/2018
Messages : : 453
Points : : 1123
Avatar : : eliza taylor.
Pseudo internet / prénom : : MARY-W./marie.
Crédits : : @weaslaide. (avatar). J'ai : vingt-huit ans et mon anniversaire est le : vingt-huit avril. Je suis : américaine et mes origines sont : purement américaines. En ce moment, je : prie pour devenir une actrice... un jour... peut-être. en attendant faut mettre du beurre dans les épinards, alors je travaille chez un publiciste. Ce qui m'attire ce sont : les hommes, les femmes- les gens et côté coeur je suis : en couple, mais bordel, que c'est compliqué.
. :

  Jeu 3 Mai 2018 - 3:36


you look perfect tonight
i found a love for me. darling just dive right in and follow my lead. i never knew you were the someone waiting for me, 'cause we were just kids when we fell in love, not knowing what it was. i will not give you up this time but darling, just kiss me slow, your heart is all i own (@tumblr)

Niveau amour, Tessa, elle avait toujours été celle qui donnait, plutôt que celle qui recevait. Que ce soit avec des garçons ou avec des filles, elle était ‘la romantique’ de ces couples dans lesquelles elle avait choisi de s’engager. Et pour le temps qu’elle avait fermé son coeur, elle avait essayé de se détacher de tout ce dont elle avait tant eu besoin dans ses amourettes: peut-être était-ce pour ça qu’elle s’était tant rapprochée d’Aodren, quitte à ce qu’il devienne si indispensable- qu’ils en soient aujourd’hui à être en couple, alors même qu’ils avaient été à des années-lumière de s’l’imaginer, quand il avait frappé à sa porte après avoir quitté sa femme. Peut-être que pour plus de clarté, histoire d’éviter les potentiels jugements qui pourraient lui tomber sur le coin de la gueule, la Dyer, elle aurait même préféré que les choses restent infiniment simples entre eux deux; elle avait été la première à dire que le brun, il avait été le meilleur meilleur ami qui soit. Attentif et généreux, toujours là pour elle, toujours à l’écoute - ouais, vraiment, tout ce dont elle avait toujours eu besoin dans ses couples, quand elle s’était donné la peine d’en construire. Mais avec Aodren à ses côtés, ça n’avait plus semblé être si important - et ç’avait été aisé comme ça, de n’avoir besoin de s’ouvrir à personne, quand il était là, qu’il l’écoutait, et qu’il tenait à elle bien plus que n’importe qui d’autre. Le pauvre, peut-être n’avait-il pas su dans quoi il s’embarquait, avec une fille plus mielleuse qu’il n’aurait pu l’imaginer; Tessa, elle n’était même pas aussi indépendante qu’elle aimait le prétendre, dans son coin. Ce qui l’avait motivée et dirigée pendant si longtemps après le départ d’Alaina, ç’avait été la tristesse, un genre de deuil de tellement d’attentes, tellement de désirs, qu’il lui avait fallu des mois et des mois pour s’en remettre. D’elles deux, la blonde avait été celle qui avait aimé aveuglément et passionnément, loin de s’attendre à ce que la réalité vienne prendre leur vie en couple et la mettre sens-dessus-dessous. Ouais, elle n’avait pas cru que quelque-chose d’aussi trivial que le travail serait quelque-chose qui lui coûterait sa petite-amie, mais ç’avait été le cas, et contre ça, aucun mot d’amour, aucune envie commune, aucun rêve qu’elles avaient pu se confier sur l’oreiller en quelques confessions tendres, n’avait pu la faire changer d’avis. N’en était-il pas, techniquement, de même pour Aodren? Certes, lui, il n’était parti que pour quelques mois, lui, il reviendrait. Normalement. Mais pourtant, ils avaient aussi passé plein de matins séparés, à devoir oublier la présence de l’autre, à devoir vivre avec rien d’autre que la solitude, quitte à s’adapter à celle-ci. C’était stupide, ouais, probablement, de vivre cette condition comme la pire qui soit, un gros coup de hache dans le lien qui les connectait depuis si longtemps - la blonde elle-même n’voulait pas voir les choses de façon aussi finie et nette. Parfois, c’était comme s’il était là, juste avec elle; ses sms la remplissaient de bonheur pour toute la journée. D’autres fois, elle s’disait que c’était trop dur, que c’n’était pas pour elle- que ce couple, entre eux deux, c’n’était qu’un amas de déceptions pour elle, qu’elle devait garder secrètes, histoire de ne pas empirer les choses.

Et la tendresse, la douceur, la compagnie qui avaient fait leur relation pendant si longtemps, avant même qu’ils ne soient en couple, tout ça lui manquait, à Tessa. Et elle avait peur que ce soit parti pour de bon; à cause d’elle, à cause d’Aodren et de ses choix, ou peut-être même d’envies inconscientes et de pensées incontrôlables qu’il aurait lui aussi. Et si le Pérou lui manquait plus quand il reviendrait, qu’elle n’avait pu lui manquer quand il avait été là-bas? S’il réalisait qu’il voulait privilégier sa carrière à tout le reste? S’il s’disait que ça en valait le coup, tout comme Alaina avait fini par se l’dire? Son coeur à Tessa, il n’avait plus assez de résistance pour affronter une autre déception de c’genre, d’autres plaies profondes, à la limite de la trahison. La docile Tessa, qui laissait les personnes à qui elle tenait, vivre leurs vies, quitte à c’que ça la rende malheureuse voire même lui brise le coeur quand on la laissait derrière pour de bon. Des fois, elle s’demandait ce que ses partenaires pouvaient penser d’elle, pour si aisément l’abandonner comme ça, en étant sûrs qu’elle serait toujours là. Etait-ce synonyme de stabilité? Ou au contraire, juste le fait qu’elle était pitoyable comme ça, accrochée à ses amours au point qu’on la prenne comme un bien acquis qui resterait là jusqu’à ce qu’on le jette? C’était injuste d’penser d’Aodren de telles choses - il était son meilleur ami depuis tellement longtemps, il avait si souvent été là pour elle, de façon totalement altruiste. Elle avait tant besoin de lui, dans sa vie. Mais c’était ça, non, le noeud de l’histoire? Quand on faisait confiance à quelqu’un si aveuglément, quand on tenait à quelqu’un autant, les blessures, elles semblaient faire mille fois plus mal. Et la Dyer, elle en était à n’pas pouvoir supporter les peines, au point de n’pas avoir le courage de poser ces questions si évidentes à son petit-ami: des sujets qu’ils se devraient d’appréhender, au moins à un moment, comme des adultes responsables, mais qu’elle n’voulait pas affronter maintenant. Elle s’demandait bien pourquoi il aurait tant tenu à ce qu’elle prenne des jours de congé, quand il était évident qu’il n’serait pas là pour en profiter avec elle - et non, même si elle détestait son travail et le disait assez souvent, elle n’en était pas encore réduite à préférer tourner en rond dans son appartement à se morfondre, plutôt que d’aller travailler. Bosser, et tourner et retourner des rancoeurs contre ses collègues, ça la gardait connectée à Los Angeles, à ce quotidien qu’elle avait ici, cette vie qu’elle avait acquise dans cette ville. C’n’était pas parfait, mais c’était ce qu’elle avait: les éléments stables de sa vie, quand ses couples s’étaient plantés, qu’elle avait été blessée par les gens qu’elle avait aimés, ou qu’elle avait tourné la page de certaines autres histoires. « Faudrait que tu mettes encore plus de volonté à essayer... » plaisanta-t-elle dans un souffle, entre les baisers du brun, comme pour clôturer la conversation. Pour aussi longtemps qu’Aodren avait choisi de rester - un jour, deux jours, plus? - elle avait peur, aussi, de ce qui pouvait arriver. Ils pouvaient tout aussi bien s’embrasser que s’disputer, il semblait; dans le noeud de ses entrailles, c’était du moins ce qu’elle pensait, c’qu’elle ressentait, la blonde. Des mots lui brûlaient les lèvres, des confessions qui faisaient mal et qui feraient du mal à leur couple- des choses qu’elle aurait préféré n’jamais ressentir, n’jamais ressasser. Y’avait au moins ça, quand elle travaillait, il lui manquait moins. Et elle risquait moins d’faire ou de dire des conneries. « C’est bon à savoir... » oui, le coeur battant si vite dans sa poitrine, les lippes accrochées à celles du brun, elle pouvait difficilement penser à autre chose - à quoique ce soit d’assez vaste pour tout foutre en l’air. Elle n’était que sensations, là, brûlant sous sa peau alors que, pour se réfugier du vent frais porté par le soleil couchant, elle se serra encore plus contre lui, distraite un instant, avant d’enfin lui enlever sa chemise, à Aodren. Et il était si chaud, assez chaud pour qu’elle n’sente pas la nuit lentement assombrir l’horizon sur sa nuit d’anniversaire. « C’est une bonne façon de commencer cette année... » qu’elle rit encore, le souffle court, mordillant le coin de la lèvre du brun avant de l’embrasser, langoureusement, passionnément, ses doigts courant le long de ce torse enfin dénudé. Comme ça, là maintenant, si bien accompagnée, elle était presque heureuse d’avoir déjà vingt-huit ans.



----------------------------------------
angel sent from up above, you know you make my world light up. when i was down, when i was hurt, you came to lift me up. life is a drink and love's a drug
- i'll cross the sky for your l o v e.

☆☆☆

avatar
Aodren Adkins
s« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 17/04/2018
Messages : : 181
Points : : 810
Avatar : : bob morley.
Pseudo internet / prénom : : sweet poison (anaïs).
Crédits : : sweet poison (avatar). J'ai : trente-deux ans. et mon anniversaire est le : vingt-cinq mai. Je suis : américain. et mes origines sont : mexicaines. En ce moment, je : suis enseignant à l'ucla, département d'espagnol, en plein projet de recherche au pérou. Ce qui m'attire ce sont : les femmes. et côté coeur je suis : en couple.

  Jeu 3 Mai 2018 - 12:48
all i really want is just to hold you for a while.
I have seen a sunset in the western sky, Ain’t nothin’ like the brightness in your eyes And I have seen the moon reflecting in the sea But that don’t compare to how you shine on me. After everything I’ve seen, I rather see you smile, Cause all I really want is just to hold you for a while and be your man. So will you dance with me? I will lead you. Give every moment that I have Just to be near you.
tessa dyer et aodren adkins

Il n’avait jamais voulu trahir qui que ce soit Aodren, ce n’était pas son genre après tout. Il estimait être quelqu’un de relativement loyal, il ne laissait pas tomber les autres sans raisons. Il n’avait pas laissé tomber Tessa pour aller voir ailleurs si l’herbe était plus verte. Il n’avait jamais voulu faire de mal à personne en partant, même s’il avait su que ce serait compliqué, pour lui comme pour elle. Mais il ne pouvait pas dire qu’il l’avait trahie pour autant. Il ne lui avait pas menti et dès qu’il était au Pérou, il n’en profitait pas pour s’envoyer en l’air avec toutes les nanas qu’il rencontrait au Pérou. Il avait toujours été honnête avec elle, même à propos de ce voyage, elle savait exactement de quel genre de projet il s’agissait et avec tous les messages qu’il pouvait lui envoyer à longueur de journée, elle savait à peu près tout ce qu’il faisait de ses journées, voir même tout ce qu’il pouvait manger. Il était toujours très honnête avec elle et elle le savait ça au moins ? Elle ne doutait pas de tout ce qu’il pouvait dire et des sentiments qu’il avait pour elle non ? Il était sincère, il l’aimait, il l’aimait vraiment et il avait la volonté de faire sa vie avec elle. Il était aussi honnête quand il disait que malgré cette envie, il avait aussi la volonté de mener à bien ce projet, de prendre un tournant dans sa carrière et de faire quelque chose qui sortait un peu de sa routine habituelle. Il aimait donner des cours à l’université, son boulot, il lui plaisait, mais c’était sympa d’en explorer aussi un autre aspect. C’était temporaire, il allait revenir et après ça, il n’avait pas l’intention de repartir. Il n’était pas non plus en train d’imaginer qu’on lui propose un autre projet dans le même genre d’ici peu de temps, alors il ne se demandait pas ce qui pourrait se passer si l’opportunité se présentait encore à lui.

Il n’avait pas assez d’ambition de toute façon pour que sa carrière prenne trop de place dans sa vie. Là c’était important parce qu’on lui avait proposé le projet, mais après, il redeviendrait probablement juste un professeur comme un autre à l’université et ça lui irait très bien. Il avait accompli un projet qui lui tenait à cœur, il avait exploré cet aspect là de sa vie et il en était satisfait, mais il avait d’autres choses importantes dans sa vie et évidemment Tessa en faisait partie. Il espérait que les choses n’allaient pas se compliquer quand il allait revenir, qu’il n’allait pas y avoir un reste de rancune de la part de Tessa ou quelque chose du genre. Il n’avait de toute évidence, jamais voulu précipité la fin de leur histoire en partant, pour lui, ça avait été une évidence, que même si leur histoire d’amour était récente, ils étaient assez stables pour tenir le coup même s’il était parti au Pérou, ils se connaissaient depuis dix ans, elle avait été sa meilleure amie pendant des années, alors Aodren, il avait l’impression qu’ils pouvaient survivre à tout. Peut-être qu’il était juste trop optimiste ou trop naïf dans le fond, mais il n’avait certainement pas envie d’avoir à le découvrir, surtout pas ce soir. C’était l’anniversaire de Tessa et c’était bien tout ce qui comptait pour le moment. « Je ferais ça. » Qu’il répondit vaguement à la blonde, il retrouverait d’autres arguments pour essayer de la convaincre de passer du temps avec lui, mais plus tard, parce que là, c’était trop difficile pour lui de se concentrer sur autre chose que sur les baisers qu’il échangeait avec la blonde et la caresse de sa peau contre la sienne. Comment est-ce qu’il pourrait réfléchir correctement alors que tous ses sens étaient en train de rentrer en ébullition ? Sans sa chemise sur sa peau, il se sentait s’autant plus libre et les mains de Tessa contre son torse suffisaient à le faire frissonner. Il aventura ses mains jusque dans son dos, pour détacher l’attache de son soutien-gorge, le retirer et l’envoyer un peu plus loin sur la couverture et rapidement il pu aventurer sa main contre sa poitrine nue. Sa peau semblait plus douce encore que du satin sous ses doigts. Tout ça, ça lui manquait tellement au quotidien qu’il était bien content de tout retrouver ici et maintenant. « Ouais, je trouve aussi. Avec un début pareil, ce sera forcément une bonne année. » C’était tout ce qu’il lui souhaitait à Tessa, une excellente année, pleine de bonheur et de réussite et il serait là pour la soutenir quoi qu’il puisse arriver. Pour le coup, il était au moins là pour faire de son mieux avant que cette soirée d’anniversaire soit aussi agréable que possible et si elle appréciait le moment autant que lui, alors il pouvait dire que c’était une réussite.



 
avatar
Tessa Dyer
l« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 17/04/2018
Messages : : 453
Points : : 1123
Avatar : : eliza taylor.
Pseudo internet / prénom : : MARY-W./marie.
Crédits : : @weaslaide. (avatar). J'ai : vingt-huit ans et mon anniversaire est le : vingt-huit avril. Je suis : américaine et mes origines sont : purement américaines. En ce moment, je : prie pour devenir une actrice... un jour... peut-être. en attendant faut mettre du beurre dans les épinards, alors je travaille chez un publiciste. Ce qui m'attire ce sont : les hommes, les femmes- les gens et côté coeur je suis : en couple, mais bordel, que c'est compliqué.
. :

  Jeu 3 Mai 2018 - 22:13


you look perfect tonight
i found a love for me. darling just dive right in and follow my lead. i never knew you were the someone waiting for me, 'cause we were just kids when we fell in love, not knowing what it was. i will not give you up this time but darling, just kiss me slow, your heart is all i own (@tumblr)

C’était aussi simple que ça, Tessa, elle n’demandait qu’à être heureuse: un peu comme tout le monde, non? Il semblait pourtant qu’elle, elle avait des désirs plutôt élémentaires: c’n’était pas faute d’avoir des rêves de grandeur qui pourraient la faire voyager aux quatre coins du monde- comment est-ce qu’on devenait de ces célébrités indémodables qu’on voyait partout, et qui collectionnaient les films qui leur rapportaient des millions? Quand elle avait commencé à cultiver ses envies de devenir actrice, Tessa, elle n’s’était jamais vue devenir c’genre de personne, monter au sommet avec tant de volonté et tant de détermination. Elle voulait juste faire quelque-chose qu’elle aimait, quelque-chose qui lui procurait du plaisir comme rien d’autre; et bien sûr que maintenant, la blonde n’pouvait que s’demander si elle n’s’était pas plantée sur tout ça depuis le début. Si on pouvait vraiment venir d’un petit coin de Fresno, sans aucun contact dans le monde d’Hollywood, et avoir des rêves de grandeur de la sorte, alors même qu’on était comme elle - pas particulièrement une beauté exceptionnelle qu’on n’voyait pas aux quatre coins de la ville. A Los Angeles, y’avait, sans l’ombre d’un doute, plein de nanas plus jolies qu’elle, plus charismatiques aussi sans doute : ces bonnes images dont on avait tant besoin dans les films, des femmes aux longues jambes effilées, à la peau bien colorée, aux cheveux soyeux. Peut-être que dans cette vision-là des choses, il n’était que logique qu’Alaina ait réussi, elle, et que la Dyer n’ait fait que stagner. Les principaux rôles qu’on lui offrait la plupart du temps, étaient ceux de la blonde clichée un peu bébête, niaise et stupide. Et tout autant qu’elle détestait ça, peut-être était-il temps d’admettre que c’était ce qu’elle était vraiment, dans sa vie de tous les jours, au moins un peu. Elle s’était construit des ambitions trop grandes, et peut-être bien que même elle, elle n’serait pas capable de tout endosser, si elle devait vraiment arriver là où elle s’imaginait qu’une vie parfaite la mènerait. Est-c’qu’elle y avait pensé, à tout ça? De toute manière, plus le temps passait, plus Tessa, elle savait qu’elle devait commencer à formater son esprit à accepter que l’opportunité était perdue, et qu’elle n’serait jamais ce qu’elle avait pu ambitionner de devenir, dix ans plus tôt ou même cinq ans auparavant. Qui sait, peut-être que si elle faisait ça pour de bon, elle s’donnerait assez de le travail qu’elle avait, pour grimper les échelons plus vite qu’elle ne l’avait fait, depuis qu’elle était rentrée dans cette boîte de pub, avec ses si beaux diplômes. Peut-être qu’elle trouverait quelque-chose pour s’épanouir là-dedans, à défaut d’avoir réalisé tous ses rêves de gamine. Et peut-être même qu’elle pourrait être heureuse, juste heureuse, comme ça; après tout, c’qu’elle ressentait quand Aodren était là, quand elle se sentait aimée avec lui, c’était tout c’qu’elle pourrait appeler du bonheur. Son coeur battait si fort, son esprit planait comme s’il était libre, et elle savait, elle savait que sur son visage, son sourire était collé à ses lippes. Qu’est-ce qu’il y avait à changer à tout ça? ‘Rien du tout’ serait-elle la première à répondre; alors pourquoi chercher plus loin, hein?

Peut-être était-ce l’évidence de la vie, ça, cette fameuse réalité adulte que ses parents voulaient tant qu’elle voit. Tessa, elle voulait bien tout oublier pour le temps qu’ils seraient sur cette plage; peut-être même les promesses d’Aodren autant que le reste. Comme ça, elle n’avait pas à calculer le temps qui leur restait, ou à estimer les jours d’absence dont elle allait encore avoir à souffrir en silence, dans son coin, à Los Angeles. Le présent quand ils étaient tous les deux, il en valait déjà largement la peine, hein? Dans un coin de son crâne et de son coeur, sans avoir le courage de le demander à haute voix, quitte à passer pour une égoïste, la Dyer, elle espérait aussi qu’avec elle, sur cette plage, sous le doux bruit des vagues qui glissaient sur le sable, le brun avait aussi oublié le Pérou. Et peut-être même toutes ces choses qu’il pourrait avoir envie de retrouver tout autant qu’elle, à L.A. C’était son anniversaire, hein, elle avait bien le droit de ne l’avoir qu’à elle, non? Après tout le temps qu’elle avait passé pendant cette journée, à chasser des indices, elle pouvait se reposer, maintenant. Et déjà, elle avait oublié la petite douleur tirant dans ses jambes, ou la façon dont ses pieds avaient souffert dans ces fameuses chaussures qu’elle aurait mieux fait de ne pas choisir. Les seules sensations qui la submergeaient, étaient celles laissées par la peau d’Aodren caressant la sienne, le souffle du jeune homme glissant au coin de ses lippes, brûlant le grain de son épiderme alors que tout en elle frissonnait avec délice. Elle n’savait déjà plus qu’à moitié ce qu’elle pouvait raconter, son cerveau en effervescence, comme un fou, sa respiration suspendue aux baisers qui lui donnaient le tournis. « Hmhm... oui... » murmura-t-elle vaguement, un rictus doré retroussant le coin de ses lèvres, disparaissant pourtant bien assez vite alors qu’elle l’embrassait, encore. Encore. Ils avaient des mois à compenser, sans affection et sans contact. Peut-être était-ce pour ça qu’ils finissaient toujours comme des désespérés, à se sauter dessus dès qu’ils commençaient à faire balader leurs mains ici ou là. Elle avait reçu un de ses baisers à nouveau - et pour le peu de temps qu’elle l’avait avec elle, elle voulait graver dans sa tête et dans son coeur, tout ce qu’ils partageraient. Comme ça au moins, ils prenaient leur temps plus qu’ils ne se précipitaient, la blonde, éparpillant la caresse doucereuse de ses doigts, dessinant dans son inconscient les tracés des abdominaux du jeune homme, alors qu’inconsciemment, incontrôlablement, elle se retrouvait à onduler des hanches, s’embrasant sous sa présence, si chaude. Ce ne fut qu’au prix de bien des efforts, que la blonde parvint à lâcher sa bouche, à Aodren - une volonté qui fut bien vite récompensée quand elle huma son parfum au creux de son cou, goûtant l’arôme de sa peau avec sa langue et ses lèvres, sur son épaule, à ses muscles roulant sous son passage. Ses mains, elles, ne se perdirent pas, retrouvant son pantalon, entre ses cuisses à lui, intimement perdues entre leurs corps. A souffler, souffler sur les braises de leurs envies grandissantes alors qu’elle avait défait sa ceinture, la fermeture de son jean pour s’y insinuer, coquine, taquine, happée elle aussi, par ce fameux fantasme rien qu’à eux.



----------------------------------------
angel sent from up above, you know you make my world light up. when i was down, when i was hurt, you came to lift me up. life is a drink and love's a drug
- i'll cross the sky for your l o v e.

☆☆☆

avatar
Aodren Adkins
s« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 17/04/2018
Messages : : 181
Points : : 810
Avatar : : bob morley.
Pseudo internet / prénom : : sweet poison (anaïs).
Crédits : : sweet poison (avatar). J'ai : trente-deux ans. et mon anniversaire est le : vingt-cinq mai. Je suis : américain. et mes origines sont : mexicaines. En ce moment, je : suis enseignant à l'ucla, département d'espagnol, en plein projet de recherche au pérou. Ce qui m'attire ce sont : les femmes. et côté coeur je suis : en couple.

  Ven 4 Mai 2018 - 12:26
all i really want is just to hold you for a while.
I have seen a sunset in the western sky, Ain’t nothin’ like the brightness in your eyes And I have seen the moon reflecting in the sea But that don’t compare to how you shine on me. After everything I’ve seen, I rather see you smile, Cause all I really want is just to hold you for a while and be your man. So will you dance with me? I will lead you. Give every moment that I have Just to be near you.
tessa dyer et aodren adkins

Le Pérou, c’était beau, c’était nouveau, c’était intriguant, évidemment. Pour Aodren, c’était une expérience incroyable, unique. Même s’il avait beaucoup voyagé dans son enfance, notamment entre le Mexique, le Nouveau-Mexique et la Californie, ça n’avait rien à voir. Il était passé de ville en ville quand on l’avait trimballé d’une famille à une autre et franchement, dans ces conditions, c’était compliqué d’apprécier les paysages. C’était différent avec le Pérou, il adorait ce voyage et tout ce qu’il faisait là-bas. C’était vraiment un voyage intéressant et pour une fois qu’il pensait un peu à sa carrière, il ne pouvait pas s’empêcher de se dire que c’était une bonne chose sur ce plan là aussi. Il n’était pas parti définitivement et sa vie n’allait pas résumer à retourner au Pérou tous les quatre matins pour des durées plus ou moins longue, après tout, s’il était ce pays, il n’avait pas pour autant envie que sa vie se résume en des allers-retours entre la Californie et le Pérou. Il aimait la stabilité quand même Aodren et il trouvait ça pénible, les voyages en avion, ce n’était pas ça qui l’avait retenu alors qu’il avait voulu revenir auprès de Tessa pour son anniversaire, mais il ne voulait pas passer sa vie à faire la navette entre deux pays. Il était quand même plus du genre sédentaire Aodren, il aimait son petit confort, sa petite vie et il serait bien content de la retrouver quand il reviendrait définitivement du Pérou le mois prochain. Pour l’instant ce n’était que quelques jours, parce qu’il s’était arrangé pour venir fêter son anniversaire avec Tessa et qu’il n’avait carrément pas envie de reprendre l’avion dès le lendemain, mais il avait quand même l’intention d’en profiter pour retrouver sa petite vie pendant quelques jours, avant de retourner au Pérou, pour la dernière ligne droite de ce projet sur lequel il travaillait depuis des mois maintenant.

Ce soir sur cette plage, avec le soleil qui descendait lentement mais surement dans le ciel, le bruit des vagues et la légère brise qui soufflait, Aodren, il était très loin du Pérou, il ne pensait plus à tout ça, il ne pensait plus à rien qui puisse aller plus loin que leur petit coin de plage à Tessa et à lui. Il était revenu pour elle, mais aussi pour lui, parce qu’elle lui avait manqué et qu’il voulait passer cette soirée en sa compagnie. Il n’avait pas forcément eu de plan précis en tête, un emploi du temps auquel il fallait se tenir sans distraction, alors il devait bien admettre qu’il aimait beaucoup la tournure des choses. Finalement, ces retrouvailles là, elles étaient mieux qu’un pique-nique au soleil et un verre de vin. Tant pis s’il avait passé du temps à préparer tout ça, qu’il s’était appliqué pour que le repas soit à la hauteur de la soirée, il avait fait de son mieux, il n’était pas sûr du résultat, mais il n’avait pas envie d’y penser pour le moment. Il avait l’esprit ailleurs maintenant, concentré uniquement sur Tessa, sur ses baisers et ses mains contre son corps. C’était difficile de se concentrer sur autre chose dans ces conditions de toute façon. Quelqu’un pouvait bien se pointer sur cette plage et les surprendre qu’il ne le remarquerait même pas Aodren, tant il avait l’impression que le monde extérieur n’existait plus. Y avait que Tessa et lui qui comptaient pour le moment. Il avait l’impression d’être déjà à bout de souffle et même si se défaire des lèvres de Tessa lui avait permis de reprendre de l’air, l’avancée de ses mains jusqu’à son pantalon lui coupa bien vite le souffle, lui arrachant un léger grognement de plaisir incontrôlable en plus d’un frisson lui traversant le corps de la tête aux pieds. Il avait l’impression d’avoir du mal à tenir le coup, si bien qu’il se laissa tomber sur le dos, entrainant Tessa avec lui, peu désireux d’éloigner trop longtemps ses lèvres de sa peau. Il glissa ses mais dans son dos pour chercher la fermeture de sa jupe et la descendre, d’un geste imprécis alors que le plaisir qui gonflait dans ses veines crispait déjà ses muscles. Trouver la concentration dans ces moments là, c’était impossible et là, il avait l’impression que Tessa lui avait tellement manquée pendant ces derniers mois que tous ses sens étaient déjà en ébullition et qu’il allait finir par exploser. Ce n’était pas forcément ce qu’il avait imaginé pour les premières minutes de leurs retrouvailles, il n’avait même pas osé penser à de telles choses, tant ça lui avait manqué, mais franchement, c’était mieux que tout ce qu’il avait pu imaginer ça, c’était mieux que les fameux fantasmes qui pouvaient parfois se dessiner dans son esprit, parce qu’au moins, là, c’était réel, ce n’était pas qu’un songe ou un rêve, il était vraiment là, avec Tessa et tout était parfait.


 
avatar
Tessa Dyer
l« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 17/04/2018
Messages : : 453
Points : : 1123
Avatar : : eliza taylor.
Pseudo internet / prénom : : MARY-W./marie.
Crédits : : @weaslaide. (avatar). J'ai : vingt-huit ans et mon anniversaire est le : vingt-huit avril. Je suis : américaine et mes origines sont : purement américaines. En ce moment, je : prie pour devenir une actrice... un jour... peut-être. en attendant faut mettre du beurre dans les épinards, alors je travaille chez un publiciste. Ce qui m'attire ce sont : les hommes, les femmes- les gens et côté coeur je suis : en couple, mais bordel, que c'est compliqué.
. :

  Ven 4 Mai 2018 - 23:28


you look perfect tonight
i found a love for me. darling just dive right in and follow my lead. i never knew you were the someone waiting for me, 'cause we were just kids when we fell in love, not knowing what it was. i will not give you up this time but darling, just kiss me slow, your heart is all i own (@tumblr)

Elle n’pouvait pas mentir, Tessa; pour toutes les choses qu’elle avait vécues à Los Angeles, les rencontres qu’elle avait faites ici depuis son arrivée de Fresno, elle était heureuse, ici. Plus heureuse que ce qu’on pourrait croire, probablement, en faisant un bilan de sa vie: ça lui minait le moral à elle également, quand elle pensait à toutes ces envies qui avaient fait briller ses yeux face à la cité des Anges, mais qui n’étaient pas encore devenues quoique ce soit de concret. Et qui ne le deviendraient peut-être jamais. Et à voir Alaina et Aodren embrasser leur carrière à ce point-là, à quelques années d’intervalles, ne faisait que lui rappeler à elle, à quel point elle stagnait. A quel point, d’son côté du monde, les choses restaient les mêmes, quitte à ce qu’elle soit même coincée sur un poste depuis la fin de ses études: peut-être qu’elle le méritait, après tout, elle avait si souvent démontré qu’elle avait d’autres rêves qui la mèneraient toujours loin de cette boîte de publiciste dans laquelle on l’avait engagée. Pourquoi est-c’qu’on se donnerait la peine de lui faire monter les échelons, si elle n’aspirait qu’à partir? Peut-être bien qu’on lui servirait ça comme réponse, si la blonde devait un jour demander des comptes, sur pourquoi elle était toujours ‘l’assistante’ dans cette boîte - sous-estimée et sans cesse rattrapée au moindre petit faux pas, avec un air condescendant balancé par tous les types qui pouvaient l’entourer. Il était sûr que ça n’aurait jamais été dans son job qu’elle aurait rencontré l’amour - ou peut-être chez une des femmes qui travaillaient là-bas, mais et encore, pour la Dyer, tout était trop compétitif, trop élitiste, trop critique. Heureusement alors, qu’elle avait ces rencontres faites à la chance, à cette aisance qu’elle avait à créer des contacts avec les autres, et à toujours s’laisser attirer par les gens qui lui correspondaient parfaitement. Et pourtant, elle avait probablement vu Aodren et Alaina comme moins ambitieux qu’ils ne l’étaient en réalité: le prouvait aujourd’hui la condition dans laquelle elle se retrouvait, si seule et délaissée, mise face à l’inexistence de sa propre carrière, quand celle des autres, s’avérait si satisfaisante pour eux. D’son côté à elle, même si elle avait un jour la chance de grimper les échelons de la boîte qui l’avait embauchée, elle n’serait jamais celle qui embarquerait dans un avion pour aller s’éclater dans un pays étranger. Et techniquement, c’n’était pas ce qu’elle recherchait - ni dans sa vie de tous les jours, ni dans son job. Elle n’voulait pas être actrice pour faire le tour du monde, de tapis rouge en tapis rouge ou de gros film en gros film. Elle n’voulait pas consacrer dix mois par an de sa vie à créer des blockbusters qui seraient diffusés dans tous les cinémas de la planète. Elle voulait juste... faire de la comédie, même si ça devait être la comédie la plus simple qui soit, juste à Los Angeles - après tout, Hollywood, c’était largement suffisant, pas besoin de conquérir le globe, les Oscars ou elle n’savait quoi d’autre. Certes, la blonde aimait les voyages comme n’importe qui; elle aussi avait ses destinations de rêve, ces horizons différents vers lesquels elle n’était jamais allée, faute de moyens, de temps. Elle était, pourtant, plus sédentaire qu’on n’pouvait l’imaginer, en la voyant si apte à s’amuser: Tessa, elle était bien à L.A: être ici, en soit, c’était déjà un accomplissement pour elle.

Irrémédiablement, peut-être que ces sentiments-là rendaient le vide encore plus difficile; elle comprenait Aodren et ses envies de changer d’air, tout autant qu’elle éprouvait tous les mauvais côtés de cette décision. Elle. Pas lui. Lui, s’il avait un coup de blues, il pouvait sans doute juste sortir dans la rue, découvrir de nouvelles choses, faire de la randonnée dans des lieux inconnus ou peut-être même discuter avec ses collègues si merveilleux ou ses étudiantes si brillantes. Pour le coup, la Dyer, elle s’était retrouvée trop souvent à s’dire que ses amis étaient tous les mêmes, toujours les mêmes au bout de x années depuis qu’elle était ici. Que ses collègues étaient eux aussi tous les mêmes. Que les quartiers dans lesquels elle faisait ses courses ou où elle sortait, étaient également tous les mêmes. Même en dix ans, on faisait le tour d’une ville comme Los Angeles. La preuve en était sans doute le parcours qu’elle avait fait au cours de cette journée, à travers tous ces coins terriblement familiers. C’était paradoxal, vraiment, comme quand elle était seule comme ça, cette ville dont elle avait tant rêvé, devenait trop petite pour elle. Si ce soir devait lui rappeler une chose, c’était qu’elle n’avait plus qu’un mois à tenir, hein? Qu’un mois à garder la tête hors de l’eau, avant qu’Aodren ne revienne, et que tout s’arrange. Soi-disant, selon sa conscience, ses espoirs et peut-être même ce que le jeune homme voulait bien croire, aussi, de son côté. Et pourtant, la frustration, la peine, le désarroi qui étaient nés de toute cette situation, eux, ils semblaient plus tenaces que c’qu’ils voulaient bien croire. Au téléphone, et peut-être même à elle-même, Tessa, elle n’arrivait pas à admettre tout c’qu’elle questionnait désormais vis à vis de sa vie, de ses propres désirs ou de ses accomplissements. Mieux valait qu’elle n’se mette pas à réfléchir à ses propres déceptions, à tout c’qu’elle sentait lui être passé sous le nez, perdu à jamais. Et pour le coup, elle, elle n’savait pas comment les choses tourneraient une fois que le brun serait revenu. Est-ce qu’il aurait assez ‘accompli’, lui, pour n’pas avoir envie de repartir encore une fois? Est-c’qu’il aurait miraculeusement fait le deuil de son fils, parce qu’il avait passé x mois dans un autre pays, et que tout avait marché comme il l’avait voulu? Et elle? Elle, qu’est-c’qu’elle aurait à dire, qu’est-c’qu’elle aurait à vouloir ou à espérer encore? Ce soir n’était pas l’moment pour s’poser ces questions si sérieuses, hein? De toute manière, il n’était pas encore de retour, Aodren; il repartirait bien assez tôt, et elle encore une fois, elle devrait porter dans son ventre, le poids du vide qu’il laisserait derrière lui. Il n’restait plus qu’un mois, non? Et elle avait tenu bon, hein? Sa peine ne s’était pas transformée en rancoeur si ardente qu’elle n’arrivait pas à le regarder ou à lui parler - et au pire, comme ça, en s’embrassant, en se consumant de la sorte, ils n’risquaient pas d’appréhender les sujets qui pouvaient fâcher. Est-ce qu’il pensait la même chose, lui, alors qu’ils partageaient leurs baisers passionnés, qu’ils en oubliaient ce fameux pique-nique qu’il avait spécialement préparé pour l’occasion? Tessa, elle n’voulait pas tout foutre en l’air et comme ça au moins, elle avait l’impression de faire les choses bien. Le sexe avait toujours marché entre eux- ç’avait toujours été synonyme de ‘pas d’prise de tête’ dans leur relation; tant mieux, alors. Accrochée à ses lèvres, donc, elle le suivit dans sa chute, arrivant allongée sur lui, collée contre son torse, à à peine respirer entre leurs baisers. Elle en avait fait, des choses folles, depuis son arrivée à Los Angeles, mais se retrouver à moitié nue, sa main dans le pantalon de son petit-ami, sur une plage, ça, c’était autre chose. Tant mieux, au moins c’était quelque-chose qu’ils partageaient, tous les deux, quitte à complètement oublier le monde, alors que l’air dans leurs poumons était si brûlante, que les frissons électrisants couraient de plus en plus vite le long de leurs corps. Incapable de se détacher du brun pour pouvoir enlever sa jupe, elle se contenta de remonter celle-ci, vaguement, jusqu’à la courbe de ses reins, une invitation à ses caresses. Elle, elle poursuivit le tracé de sa bouche le long de quelques muscles du jeune homme, sur son torse, partout où elle pouvait aller, alors que de ses hanches, elle ondulait tout contre lui, tous ses sens grondant au creux de ses cuisses avec envie. Il n’y avait là, plus de Pérou, plus de pays, plus de futur pas même d’ici quelques heures ou dans un mois, quand il reviendrait. Il n’y avait que le maintenant, vertigineux, emballant son coeur et brûlant ses lèvres, habitant son corps des pieds à la tête. Et comme ça, l’amour n’était que beau et facile.



----------------------------------------
angel sent from up above, you know you make my world light up. when i was down, when i was hurt, you came to lift me up. life is a drink and love's a drug
- i'll cross the sky for your l o v e.

☆☆☆

avatar
Aodren Adkins
s« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 17/04/2018
Messages : : 181
Points : : 810
Avatar : : bob morley.
Pseudo internet / prénom : : sweet poison (anaïs).
Crédits : : sweet poison (avatar). J'ai : trente-deux ans. et mon anniversaire est le : vingt-cinq mai. Je suis : américain. et mes origines sont : mexicaines. En ce moment, je : suis enseignant à l'ucla, département d'espagnol, en plein projet de recherche au pérou. Ce qui m'attire ce sont : les femmes. et côté coeur je suis : en couple.

  Dim 6 Mai 2018 - 12:30
all i really want is just to hold you for a while.
I have seen a sunset in the western sky, Ain’t nothin’ like the brightness in your eyes And I have seen the moon reflecting in the sea But that don’t compare to how you shine on me. After everything I’ve seen, I rather see you smile, Cause all I really want is just to hold you for a while and be your man. So will you dance with me? I will lead you. Give every moment that I have Just to be near you.
tessa dyer et aodren adkins

Il était à l’écoute Aodren, prêt à écouter Tessa quoi qu’elle puisse avoir à lui dire. Depuis dix ans qu’il la connaissait, est-ce qu’il l’avait déjà snobée, ou est-ce qu’à un moment ou à un autre, il l’avait laissée penser qu’il n’était pas disponible pour elle ? Même à l’autre bout du téléphone, quand ils n’avaient pas d’autres moyen de communication que ça, il était soucieux de savoir comment elle allait et tout ce qui pouvait se passer dans sa vie. Il n’avait jamais voulu qu’elle se sente complètement abandonner parce qu’il était parti au Pérou. Huit mois, c’était long pour un voyage comme celui-là, il en avait bien conscience, mais il avait voulu le faire, pour plein de différentes raisons et il s’était dit qu’il pourrait quand même trouver un moyen d’être proche de Tessa, même s’il était à l’autre bout du continent. Il avait continué d’appeler, de laisser des messages, il ne l’avait jamais laissée bien longtemps sans lui donner de nouvelles. Elle avait même plus de nouvelles d’elle que ses mères et ses sœurs, parce que c’était à elle qu’il pensait le plus au quotidien, même quand il était loin. Elle était un point central dans sa vie Tessa, depuis plus de dix ans maintenant, alors évidemment que même au Pérou, il ne l’oubliait pas, comme si leur histoire n’avait pas la moindre importance à ses yeux. Même s’il était parti, qu’il avait jugé que pour quelques mois il voulait faire passer sa carrière avant le reste, ça ne voulait pas dire que plus rien d’autre ne comptait à ses yeux. Il n’était pas parti en oubliant Tessa et en se plongeant dans le déni total quant à ce qu’elle, elle pouvait ressentir vis-à-vis de tout ça, il y pensait assez pour culpabiliser parfois, pour toujours tout faire pour être le plus disponible possible pour elle, même s’il était loin. Il n’était certainement pas parti en se disant ‘tant pis pour Tessa’ et si ça devait être comme ça qu’elle ressentait les choses, alors clairement, il avait foiré son coup, ou ils se comprenaient bien moins qu’il avait tendance à le croire.

Il se demandait si elle le voyait comme un égoïste de première qui lui avait imposé sa décision sans se soucier de ce qu’elle avait à dire. Ils en avaient discuté quand même, mais à l’arrivée, ça n’avait pas changé sa décision. Peut-être que ça avait été une situation qui n’avait pas eue de bonne solution de toute façon. A partir du moment où on lui avait proposé ce projet, il en avait vu les nombreux avantages, l’opportunité sans doute unique dans sa vie, dans sa carrière, alors s’il avait dû rester, pour Tessa ou pour n’importe qui d’autre, combien de temps il lui aurait fallu pour être rongé par le regret d’avoir laissé filer une telle chance ? Il avait fait ce qui lui avait semblé être le choix le plus judicieux, après tout, il pouvait partir au Pérou sans avoir à renoncer à Tessa et à sa vie à Los Angeles, alors que s’il avait dû rester à Los Angeles, il aurait été obligé de renoncer au Pérou. Il n’avait pas voulu choisir entre les deux et il était bien content que Tessa n’ait pas décidé de lui poser un ultimatum entre elle et son projet, parce qu’il l’aurait de toute évidence très mal pris. Il n’était pas du genre à dire que c’était donnant-donnant, mais depuis qu’il la connaissait, il la soutenait dans ses propres rêves, alors ça aurait quand même été vexant que le jour où lui, il s’en trouve un d’objectif, elle le laisse tomber. Il savait qu’il lui demandait beaucoup, parce que huit mois, c’était énorme, mais c’était ce qu’il voulait faire, alors ça devait bien compter un peu non ? De toute façon, dans un mois, ce serait fini et peut-être que ce serait un moment décisif dans leur couple, qu’ils allaient devoir découvrir ce qu’il restait d’eux à présent et qu’ils en seraient déçu. Il n’avait pas envie de penser aussi négativement Aodren, il ne pouvait pas croire que huit mois soit plus important dans leur relation que dix ans. De toute façon, pour le moment, il ne pensait plus au moment où il allait repartir au Pérou, ni à celui où il reviendrait définitivement. Ils étaient là, sur cette plage, la moitié de leurs vêtements déjà retirés, à s’embrasser, à se caresser et tout ça, ça l’empêchait de penser à quoi que ce soit de plus loin qu’au moment qu’ils partageaient maintenant. Dans le fond, il ne s’était jamais imaginé se retrouver dans une situation pareille à la plage, mais tant pis, c’était un détail auquel il ne pensait déjà plus, d’autant plus que la main que la blonde avait glissée dans son pantalon lui avait fait perdre son dernier contact avec la réalité. Tout ce à quoi il pouvait penser, c’était Tessa, si bien que dès qu’elle eut remonté sa jupe, il ne se priva pas pour aller déposer ses mains contre ses fesses, l’une restant plus ou moins sagement là, alors qu’il avait ramenée l’autre vers le creux de ses cuisses, pour y déposer des caresses contre le tissu de son sous-vêtement, aussi taquin et provocateur qu’elle pouvait l’être avec lui. Le reste du monde n’existait vraiment plus pour le moment sur cette plage et Aodren, il en était bien content, au moins c’était beau des retrouvailles comme ça. Ce n’était, à ses yeux en tout cas, pas juste un moyen de repousser les discussions à plus tard, ce n’était pas un moyen de fuir quoi que ce soit, est-ce qu’il avait quelque chose à fuir de toute façon ? Il n’en avait pas l’impression, alors pour lui tout ça, c’était juste un excellent moyen de retrouver la femme qu’il aimait.

 
avatar
Tessa Dyer
l« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 17/04/2018
Messages : : 453
Points : : 1123
Avatar : : eliza taylor.
Pseudo internet / prénom : : MARY-W./marie.
Crédits : : @weaslaide. (avatar). J'ai : vingt-huit ans et mon anniversaire est le : vingt-huit avril. Je suis : américaine et mes origines sont : purement américaines. En ce moment, je : prie pour devenir une actrice... un jour... peut-être. en attendant faut mettre du beurre dans les épinards, alors je travaille chez un publiciste. Ce qui m'attire ce sont : les hommes, les femmes- les gens et côté coeur je suis : en couple, mais bordel, que c'est compliqué.
. :

  Dim 6 Mai 2018 - 19:26


you look perfect tonight
i found a love for me. darling just dive right in and follow my lead. i never knew you were the someone waiting for me, 'cause we were just kids when we fell in love, not knowing what it was. i will not give you up this time but darling, just kiss me slow, your heart is all i own (@tumblr)

Tessa, elle avait construit toutes les théories dans sa tête, tous les scénarios possibles et imaginables pour essayer d’faire changer de trajectoire à son coeur, sa mauvaise foi, sa paranoïa ou ce elle ne savait quoi qui n’avait de cesse de lui miner le moral. Si les rôles étaient inversés, n’serait-elle pas bien contente qu’Aodren soit là pour la soutenir? Il le ferait, n’est-ce pas? Bien sûr, dans tous les schémas qu’elle construisait dans son crâne, elle était la seule à n’pas assurer, la seule à n’pas réussir à être pleinement heureuse pour l’autre. La seule qui n’faisait pas les choses assez bien, parce qu’elle n’pouvait s’empêcher d’être rattrapée par des ressentiments qu’elle n’avait certainement pas vus venir, quand toute cette histoire avait pointé le bout de son nez. Non, c’n’était pas une question de volonté, c’n’était pas une question d’amour non plus - en dix ans qu’elle le connaissait, elle l’aimait assez, la blonde, pour vouloir que son meilleur ami soit heureux dans sa vie, quels que soient les choix qu’il ferait. Ç’avait toujours été ce qu’elle avait voulu pour les autres, tous les gens à qui elle tenait, tous ceux qui lui avaient tant apporté, dans son existence à elle. Ç’avait été pour ça qu’elle avait laissé partir Alaina, aussi. Et quel que soit le niveau d’acceptation dont on pouvait faire preuve dans les situations de c’genre, ça n’rendait pas l’avenir moins vide, ou moins compliqué. Est-c’que, de toute manière, Aodren pouvait-il vraiment dire ce qu’il ferait à sa place, s’il n’avait jamais été à sa place, hein? Que ce soit dans son histoire passée, son mariage, ou avec elle- il avait tout eu ici, juste là, à Los Angeles. Et avec les départs qu’il avait subis, les années qu’il avait essuyées sans voir sa soeur, sans savoir ce qu’elle devenait, est-c’qu’il pouvait vraiment prétendre bien l’vivre, si elle devait se retrouver à l’autre bout du monde, comme ça, assez vite, au beau milieu de ce qu’ils avaient? Dans les mois qui composaient leur relation aujourd’hui, ils avaient passé plus de temps séparé qu’ensemble - et peu importait c’qu’elle s’disait pour se rassurer, comme quoi ça faisait dix ans qu’ils se connaissaient, dix ans qu’ils partageaient un pan de leur quotidien et même trois ans qu’ils vivaient sous le même toit. Tout ça, c’n’était rien comparé au fait d’être en couple. Pour elle, en tout cas, c’n’était pas pareil. Rien qu’ça, encore aujourd’hui, elle n’savait pas ce qu’ils voulaient, vraiment, à être tous les deux- c’qui avait bien pu conduire Aodren jusqu’à elle, parmi toutes les autres, ou même en comparaison des histoires - ou de la grande histoire - qu’il avait connues par le passé. Elle n’avait pas l’allure d’son ex-femme, ni même les mêmes assurances que celle-ci, ou quoique ce soit laissant sous-entendre qu’elle pourrait embarquer avec lui dans l’aventure qu’il avait connue plus jeune: était-ce exactement ça qu’il voulait? Tessa la meilleure amie, en petite-amie, celle qui vivait sans conséquence, proposait du sexe en plein milieu de la cuisine parce qu’il avait eu une mauvaise journée, et qui traçait son chemin après, sans prise de tête? Peut-être alors qu’il n’aurait jamais dû mêler les sentiments à tout ça, peut-être qu’elle n’aurait jamais dû être aussi stupide et s’laisser prendre à son propre jeu, persuadée qu’elle contrôlait la situation.

Combien d’conversations n’avaient-ils pas eues, au juste? Sur le papier comme ça, ils pouvaient déjà dire que ça faisait un an qu’ils étaient ensemble- et pourtant, elle n’avait jamais parlé d’Aodren à ses parents, puisque d’toute manière, il n’avait pas été là, elle n’aurait jamais pu le leur présenter, et elle n’aurait jamais su quoi répondre s’ils avaient posé ne serait-ce qu’une question. Tout ce qu’ils auraient pu comprendre, c’était encore à quel point elle s’était foutue dans une situation stupide, qu’elle ne maîtrisait absolument pas. C’était une chose, non, d’accepter que son petit-ami ait un genre de double-vie qui l’amène pour son travail à l’autre bout du continent - c’en était une autre, de subir ces départs encore et encore, de rester à ne rien faire, de stagner dans sa propre situation, et de n’avoir rien d’autre que des doutes et des questions à faire tourner dans sa tête. Est-c’que c’était si stupide que ça? Ils s’étaient déjà disputés parce qu’Aodren vivait mal une certaine journée à cause d’un souvenir particulier qu’il avait avec son fils, avec sa femme, avec ce passé qui était toujours si profondément ancré dans le présent. Et soi-disant que c’était mieux au Pérou, parce qu’il avait des choses différentes à faire, des paysages qui ne lui rappelaient pas James ou tout ce qu’il avait perdu. Peut-être bien que l’appartement dans lequel ils vivaient lui était insupportable, trop réminiscent de cette période où il avait touché le fond, au point de n’même plus avoir de toit, et de ne trouver refuge que chez elle, la meilleure amie qui avait été dans les parages, au moins. Qu’est-c’qu’elle en savait, hein? Aodren, il préférait ‘prendre sa vie en mains’ d’son côté, en partant dans un pays étranger, plutôt que de lui en parler. C’était ça, la seule réalité qui restait quand il partait; et Tessa, visiblement, elle devait juste le soutenir, parce que quand lui en parlait, il n’était pas question d’leur couple, de leur histoire ou de leur avenir, mais juste d’un travail qu’il faisait, parce que c’était une opportunité si unique qu’il n’pouvait pas passer à côté. Mais- et si c’n’était pas une opportunité unique, hein? Si la prochaine fois, on lui proposait plus longtemps et plus loin encore? Est-c’qu’il n’aurait pas toujours exactement les mêmes ‘bonnes raisons’ pour justifier l’fait de prendre ces missions-là, aussi? Après tout, c’était un peu comme tout, une fois que les premières opportunités s’présentaient, y’en avait toujours d’autres qui suivaient, non? La blonde, fallait bien admettre, elle avait surtout l’allure du boulet qui restait à Los Angeles, et qui semblait n’avoir qu’envie de retenir les autres à Los Angeles également. Comme s’il n’était question que de carrière, de caprice, de stupides pensées qu’elle avait parce qu’elle était toute seule. Mais aujourd’hui et si souvent, tout c’que Tessa pensait en premier lieu c’était-... et si... et si Aodren et elle n’avaient tout simplement aucun avenir, hein? S’ils n’avaient pas les mêmes rêves, les mêmes envies, les mêmes projets? S’il partait, si elle partait, qu’est-c’que ça ferait d’eux? Probablement deux personnes qui s’épanouissaient dans leur travail-... à vingt-huit ans, elle réalisait, la Dyer, que c’n’était pas ce qu’elle voulait. Que c’n’était pas que ce qu’elle voulait. Pour le coup, peut-être valait-il mieux qu’ils continuent de s’embrasser; Tessa, elle voulait bien profiter de son anniversaire, pour le coup- et peut-être de ce dernier mois qui allait passer, comme une dose de déni dont elle aurait bien besoin. Elle n’avait jamais été très douée pour appréhender les sujets sérieux: et le sexe, au moins, elle savait que ç’avait toujours bien marché entre eux deux. Ils ressentaient encore ça, tous les deux, à s’embrasser jusqu’à en perdre haleine, leurs corps frissonnant de ces désirs gonflant dans leurs veines. Tout contre la peau du brun, elle, elle se retrouva à lâcher un souffle, un gémissement traitre alors que ses mains à lui se faisaient baladeuses; aussi baladeuses que les siennes à elle. Il avait fait chaud aujourd’hui à Los Angeles, mais rien de comparable avec la température qui lui brûlait la peau et lui collait la chair de poule tout à la fois. « Si on était à la maison... » qu’elle souffla contre ses lippes, alors qu’elle revenait l’embrasser, sa poitrine, ses hanches, tout son être se pressant contre lui. Il devait bien savoir c’qu’elle voulait dire, dans l’intimité de leur chez eux, ils avaient toujours bien fait les choses- surtout en préliminaires. Sur cette plage, ça semblait plus compliqué- ils étaient un peu pressés par le temps, forcés par les éléments, non? Elle n’avait pas envie de rentrer Tessa, pourtant, son coeur battait déjà assez vite, ses frissons étaient déjà assez ravageurs- ils ne s’étaient pas vus ou touchés depuis des mois, forcément que ç’avait son petit effet. Il lui avait manqué de toutes les façons possibles et imaginables, tout simplement.



----------------------------------------
angel sent from up above, you know you make my world light up. when i was down, when i was hurt, you came to lift me up. life is a drink and love's a drug
- i'll cross the sky for your l o v e.

☆☆☆

avatar
Aodren Adkins
s« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 17/04/2018
Messages : : 181
Points : : 810
Avatar : : bob morley.
Pseudo internet / prénom : : sweet poison (anaïs).
Crédits : : sweet poison (avatar). J'ai : trente-deux ans. et mon anniversaire est le : vingt-cinq mai. Je suis : américain. et mes origines sont : mexicaines. En ce moment, je : suis enseignant à l'ucla, département d'espagnol, en plein projet de recherche au pérou. Ce qui m'attire ce sont : les femmes. et côté coeur je suis : en couple.

  Dim 6 Mai 2018 - 21:27
all i really want is just to hold you for a while.
I have seen a sunset in the western sky, Ain’t nothin’ like the brightness in your eyes And I have seen the moon reflecting in the sea But that don’t compare to how you shine on me. After everything I’ve seen, I rather see you smile, Cause all I really want is just to hold you for a while and be your man. So will you dance with me? I will lead you. Give every moment that I have Just to be near you.
tessa dyer et aodren adkins

Il n’avait pas souvent réfléchi à ce qu’il voulait dans la vie Aodren. Dans le fond, même être père, il ne savait pas si ça avait été une envie gravée en lui à côté de laquelle il n’avait pas pu passer. Son fils, ça avait été un accident, un enfant qui était né de l’imprudence de ses parents, pas d’une longue décision, chargée d’émotion au terme de laquelle ils auraient choisi d’avoir un enfant. Ce n’était pas prévu, ça leur était tombé dessus à sa petite-amie et à lui. Un beau jour, elle s’était pointée devant lui pour lui dire qu’elle était enceinte et de là, tout s’était accélérait, il n’avait pas pris la fuite, il était resté, assumant parfaitement sa part de responsabilité dans cette grossesse. Ils avaient choisi de s’installer ensemble, bien bite après ça, alors qu’ils avaient tous les deux étaient au beau milieu de leurs études, parce que ce serait mieux pour s’occuper du bébé et puis ils s’étaient mariés un peu plus tard, parce qu’ils en avaient eu envie, mais ça n’avait pas été comme ça qu’ils avaient imaginé les choses dans le fond. Il n’avait jamais pris le temps de réfléchir à ce qu’il voulait vraiment Aodren. Etre heureux, ouais, c’était ce que tout le monde voulait et il avait été heureux avec sa femme et son fils pour le temps que ça avait duré, mais est-ce que la vie devait se résumer à ça ? Est-ce qu’il ne pouvait pas voir un peu plus loin que ça ? Chercher autre chose pour son bonheur qu’une vie de couple qui marchait, un beau mariage et des enfants ? Ça ne voulait pas dire qu’il ne voulait plus de tout ça, pour les avoir déjà connu, c’était des aspects de la vie qui l’attirait encore aujourd’hui, dans un genre de honte dont il n’arrivait pas à se défaire. Alors peut-être que c’était vraiment le moment idéal pour lui d’aller chercher ailleurs quelque chose qui lui donnerait l’impression d’avoir réussi sa vie.

Il voulait être heureux avec Tessa, c’était une évidence ça, il ne se posait pas de question là-dessus. Mais il voulait aussi penser un peu à ce qu’il y avait dans sa vie en dehors d’une relation amoureuse. Le mieux, ça aurait été d’y penser avant d’être en couple, il en avait bien conscience lui, mais bon, on ne lui avait jamais vraiment donné matière à réfléchir à cet aspect là de sa vie, avant et lui, il n’avait pas l’ambition de Tessa, il n’avait pas de rêve bien inscrit dans sa tête. C’était un truc qu’il admirait chez Tessa, même si souvent, elle était déçue de ne pas y arriver, elle avait des objectifs au moins et il lui souhaitait, évidemment, d’arriver à les accomplir. Lui, il n’avait jamais vraiment eu ça avant qu’on lui propose le Pérou, alors ça aurait été dommage de ne pas saisir cette chance. C’était vraiment quelque chose qu’il n’avait jamais fait dans sa vie, un truc auquel il n’avait même pas eu le temps de penser quand les choses s’étaient enchainées dans sa vie, alors quand ça avait été là, concret devant lui, il avait saisi sa chance. Il restait quand même plus sédentaire que voyageur, alors il n’allait quand même pas tout plaquer pour explorer le monde. Une fois le Pérou fini, il voulait rentrer ce poser et il avait envie de se lancer dans un projet plus littéraire, écrire un bouquin, même si ça semblait fou à première vue, avec tout ce qu’il avait découvert et vu, il se disait qu’y avait plein de trucs à exploiter et peut-être que ce serait un autre projet, plus personnel dans lequel il se lancerait plus tard. Au moins là, il pouvait très bien le faire depuis Los Angeles. Tout ce qu’il pouvait se dire c’était qu’au moins, le Pérou, ça avait redonné de l’intérêt à sa carrière alors même qu’il avait été en train de stagner complètement. Pour la suite de sa vie, sa relation avec Tessa, il voulait que ça tienne le coup, qu’il survive à ça. Il avait envie de faire des projets avec elle aussi, même s’il ne savait pas trop quelle direction ils pourraient prendre tous les deux. Est-ce qu’elle voulait se marier Tessa ? Avoir des enfants ? Ce n’était pas forcément le sujet sur lequel ils s’étaient le plus étendu et peut-être que, peu importait ce qu’elle voulait Tessa, elle n’avait pas envie d’en parler à cause de son passé à lui. Il avait l’habitude maintenant que personne n’ait envie de parler d’enfant en sa présence, comme si ça allait le faire fondre comme la neige au soleil. Y avait des jours, où il tenait mal le choc, c’était vrai, parce qu’il y avait des hauts et des bas, mais il espérait que Tessa, quoi qu’elle ait à dire, elle n’aurait jamais peur de le faire avec lui. Surement que s’ils se mettaient à parler d’enfants tous les deux, il penserait à son fils, c’était inévitable, mais il ne voulait pas qu’elle fasse taire ses volontés pour ne pas le froisser, de toute façon, y aurait bien un moment où lui aussi, il devrait bien se poser des questions sur tout ça, autant le faire à deux, le moment venu. Pas ce soir, de toute évidence. Ils avaient d’autres projets que les grandes et sérieuses discussions pour le moment. Il ne pouvait pas se lancer un long discours sur quoi que ce soit pour le moment, alors que l’air venait à lui manquer et qu’il frissonnait sous le plaisir des baisers et des caresses de la blonde. S’ils étaient à la maison, les choses seraient différentes, sans doute. L’idée le fit sourire, bêtement. « On aura qu’à recommencer à la maison, pour voir la différence. » Ils n’auraient qu’à recommencer toute la nuit tient, il était loin d’être contre cette idée, certain qu’il ne pourrait jamais se lasser de tout ça. Pour l’instant, peut-être que c’était compliqué de faire les choses comme à la maison, mais c’était tout le but du fantasme plage non ? Faire les choses différemment. Différemment, ça ne voulait définitivement pas dire moins bien, sinon, il ne serait pas envahi par mille frissons à chaque baiser et à chaque caresse de la blonde. Il dû puiser bien du courage en lui alors, pour attraper la blonde par les hanches et retourner la situation, se retrouvant au dessus d’elle. Il fut alors capable de faire glisser un peu le sous-vêtement de la blonde, assez pour pouvoir trouver le creux de ses cuisses du bout des doigts. Ce n’était pas parce qu’ils n’étaient pas à la maison qu’il fallait aller trop vite quand même. Certes, les conditions ne leur permettait pas de prendre leur temps comme d’habitude, mais il n’avait rien envie de presser, il voulait pouvoir profiter de ce moment avec Tessa qui lui semblait si unique et si familier à la fois, comme un truc nouveau et qui pourtant lui avait manqué ces derniers mois.



 
avatar
Tessa Dyer
l« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 17/04/2018
Messages : : 453
Points : : 1123
Avatar : : eliza taylor.
Pseudo internet / prénom : : MARY-W./marie.
Crédits : : @weaslaide. (avatar). J'ai : vingt-huit ans et mon anniversaire est le : vingt-huit avril. Je suis : américaine et mes origines sont : purement américaines. En ce moment, je : prie pour devenir une actrice... un jour... peut-être. en attendant faut mettre du beurre dans les épinards, alors je travaille chez un publiciste. Ce qui m'attire ce sont : les hommes, les femmes- les gens et côté coeur je suis : en couple, mais bordel, que c'est compliqué.
. :

  Lun 7 Mai 2018 - 0:58



----------------------------------------
angel sent from up above, you know you make my world light up. when i was down, when i was hurt, you came to lift me up. life is a drink and love's a drug
- i'll cross the sky for your l o v e.

☆☆☆

avatar
Aodren Adkins
s« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 17/04/2018
Messages : : 181
Points : : 810
Avatar : : bob morley.
Pseudo internet / prénom : : sweet poison (anaïs).
Crédits : : sweet poison (avatar). J'ai : trente-deux ans. et mon anniversaire est le : vingt-cinq mai. Je suis : américain. et mes origines sont : mexicaines. En ce moment, je : suis enseignant à l'ucla, département d'espagnol, en plein projet de recherche au pérou. Ce qui m'attire ce sont : les femmes. et côté coeur je suis : en couple.

  Lun 7 Mai 2018 - 21:59
all i really want is just to hold you for a while.
I have seen a sunset in the western sky, Ain’t nothin’ like the brightness in your eyes And I have seen the moon reflecting in the sea But that don’t compare to how you shine on me. After everything I’ve seen, I rather see you smile, Cause all I really want is just to hold you for a while and be your man. So will you dance with me? I will lead you. Give every moment that I have Just to be near you.
tessa dyer et aodren adkins

avatar
Tessa Dyer
l« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 17/04/2018
Messages : : 453
Points : : 1123
Avatar : : eliza taylor.
Pseudo internet / prénom : : MARY-W./marie.
Crédits : : @weaslaide. (avatar). J'ai : vingt-huit ans et mon anniversaire est le : vingt-huit avril. Je suis : américaine et mes origines sont : purement américaines. En ce moment, je : prie pour devenir une actrice... un jour... peut-être. en attendant faut mettre du beurre dans les épinards, alors je travaille chez un publiciste. Ce qui m'attire ce sont : les hommes, les femmes- les gens et côté coeur je suis : en couple, mais bordel, que c'est compliqué.
. :

  Mar 8 Mai 2018 - 2:13



----------------------------------------
angel sent from up above, you know you make my world light up. when i was down, when i was hurt, you came to lift me up. life is a drink and love's a drug
- i'll cross the sky for your l o v e.

☆☆☆

Contenu sponsorisé

  
(tessa), just to be near you.
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant