Flèche hautFlèche basfake goodbyes – tommy

Forum au ralenti pour les vacances, plus d'infos par ici.
Mais pas d’inquiétudes, on n'abandonne pas SGD et il revient au top de sa forme (tout comme ses admins) après la rentrée !

fake goodbyes – tommy
avatar
Aslak Hill-Lehtonen
l« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 13/01/2018
Messages : : 113
Points : : 597
Avatar : : travis fimmel
Autres comptes : : siobhan (zmalik), jad (robbie wadge), jens (hunnam) et ollie (taylor lashae)
Pseudo internet / prénom : : feeling free. (clacla)
Crédits : : babine (ava) J'ai : quarante-et-un ans et mon anniversaire est le : treize novembre. Je suis : naturalisé américain et mes origines sont : finlandaises du côté maternel et américaines par le paternel. En ce moment, je : bosse en tant que restaurateur de bateaux, à harbor area. Si jamais vous me cherchez, j'habite : (ou squatte) chez zahra, dans sa baraque beaucoup trop grande. Ce qui m'attire ce sont : les femmes et leurs sublimes regards et côté coeur je suis : en amour avec la belle sirène qui réchauffe son coeur, zahra.
. :
HALTOMMYZAHHILL


i'm in love again
with my old pain




if she could put the
hollow ache that haunts
her into words, she
would tell him “i miss
the father you never
were.”



why your eyes are
like sapphires
sparkling so bright



he looks at you
and sees the sun



the lure of the lighthouse
for our islanded souls



Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : Pouvoir vivre, sans encombre, sans obstacle.

  Dim 29 Avr 2018 - 16:40

Putain de merde. Qu’est-ce qu’il a à déconner celui-là ?  Qu’est-ce qu’il a à faire des siennes comme ça, comme par magie ? Je me retrouve sur ce lit un peu trop blanc à mon goût, dans cette pièce un peu trop blanche aussi. Et puis cette tenue ridicule, cette espèce de robe de grand-mère. Mon âge est avancé, certes, mais ce n’est pas une raison. Alors mes yeux qui divaguent dans la pièce, je me tourne les pouces. Plus précisément : je me fais chier. Et je me demande quand je vais sortir de là, et je me dis que j’espère que ce putain de cœur ne recommencera pas. J’ai envie de partir d’ici, de fuir, de prendre mes jambes à mon cou, comme si ça allait m’aider à guérir. Mais je déteste cet endroit et je déteste encore plus l’horrible bouffe qu’on y donne. Puis boire de l’eau, sérieusement ? Pas de bière ? Petits joueurs. Mais j’ai décidé d’arrêter de jouer au patient chiant, parce que sinon j’allais finir au crématorium rapidement. Ils ont appelé Tommy, qu’ils m’ont dit. Et quand je leur ai demandé quand est-ce qu’il arrive, ils n’ont pas su. Alors j’ai soupiré, mais le genre de soupir que l’on peut entendre à l’autre bout de l’établissement. Mais, je connais Tommy. Et je sais que s’il déteste foutre les pieds dans un hôpital, il arrivera aussi vite que la lumière. Parce qu’il sera inquiet, et puis parce que je suis son meilleur ami.

Allongé sur le lit, j’entends toquer à la porte de la chambre. Si je passais mon temps à lire le magazine féminin posé sur la table de chevet, je lâche tout pour jouer le gars bien malade. Rien que pour taquiner Tommy, rien que pour l’entendre me faire une belle déclaration. Yeux à moitié fermés, je réagis à peine lorsqu’il entre dans la salle. C’est un rire que je retiens, parce que je vais bien. Certes un peu fatigué, car bon, le cœur, c’est un peu douloureux quand ça déconne. Une fausse alerte, certes, mais qui aurait pu me coûter la vie si les secours n’étaient pas venus au boulot. J’en joue, sur ce lit d’hôpital. Salut… T’es venu vite. Voix faible, tête qui se tourne lentement vers un Tommy un peu décomposé. Qu’est-ce que je suis cruel de lui faire ça, mais ça ne l’empêchera pas de m’aimer jusqu’à ma vraie mort.




it means you're giving me your heart.
avatar
Tommy Fields
s« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 28/04/2018
Messages : : 162
Points : : 850
Avatar : : tom fucking ellis.
Autres comptes : : james l'éternel, julian le petit con & ali la belle française.
Pseudo internet / prénom : : tia. (laufeyson)
Crédits : : (avatar) hoodwink. J'ai : trente-cinq ans et mon anniversaire est le : vingt-trois mars. Je suis : americano-finlandais et mes origines sont : anglaises et françaises. En ce moment, je : suis membre de la brigade spéciale de la LAPD, ancien soldat d'élite pour l'armée américaine. également professeur bénévole de self-defense. Si jamais vous me cherchez, j'habite : dans une maison à valley glen, avec ma nièce. Ce qui m'attire ce sont : les femmes encore et encore et côté coeur je suis : célibataire depuis cinq ans et tuteur légal de ma nièce de seize ans.
. :

but are we all lost stars ?
TRYING TO LIGHT UP THE DARK ?


you have me
UNTIL EVERY LAST STAR IN THE GALAXY DIES. YOU HAVE ME.



I want to show you
every scar, whether it’s on my skin or on my heart



but i'd follow you to the great unknown.



I wonder where love goes to die.




L A P D




Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : rendre son jumeau fier.

  Lun 30 Avr 2018 - 8:01
why do I even remain friend with you ?
asshole


“Okay c’est tout pour aujourd’hui les filles, pratiquez par vous-mêmes les mouvements que vous avez appris aujourd’hui pour la semaine prochaine, et on verra vos progrès ! Bonne journée à toutes !” Les applaudissements habituels de fin de séance sont suivis par la cacophonie familière de ses élèves, lui lançant tour à tour un au-revoir chaleureux. Comme toutes les semaines, il y avait des nouvelles alors que certaines disparaissaient. Il le savait, il y en avait toujours qui venaient de par la réputation qu’il avait — et cela n’était vraiment pas difficile de les reconnaître — qui finissaient soit par abandonner car au final elles ne voulaient pas faire autant d’effort juste pour pouvoir le mater ou l’inviter à boire un verre, soit elles appréciaient sincèrement ce qu’il enseignait et elles finissaient par se concentrer réellement sur le cours. Cela ne dérangeait pas Tommy outre mesure, c’était toujours agréable de se sentir attirant et s’il pouvait leur apprendre malgré tout quelques techniques d’auto-défense, tout le monde était gagnant dans l’histoire.

Il était en train d’éteindre les lumières de la salle lorsqu’il reçut un coup de téléphone d’un numéro inconnu. Calant son smartphone entre son visage et son épaule, il répondit tout en fouillant dans son sac de sport pour retrouver ses clés de voiture. “Allo ?” “Bonjour, Mr Timothy Fields ?” Pas un faux numéro, donc. Ni même un de ses collègues en galère utilisant un téléphone inconnu pour le contacter en urgence. “Lui-même.” Il récupéra son téléphone dans sa main une fois ses clés en main, rêvant déjà d’une bonne douche et de changer de vêtements. Il devait être au central dans deux heures trente, ce qui ne lui laissait pas trop de temps, lorsqu’on connaissait le traffic de Los Angeles. “Ici l’hôpital Ronald Reagan. Mr Hill-Lehtonen nous est arrivé ici ce matin en ambulance, et il aurait besoin que l’on vienne le récupérer. Vous faites bien partit de ses contacts d’urgence ?” Il s’arrête immédiatement dans sa marche, son ventre atterrissant dans ses chaussettes. “O-Oui. Est-ce qu’il va bien ? Que lui est-il arrivé ?” Cet abruti qui passe son temps à lui dire que tout va parfaitement bien, le voilà qui se retrouve à l’hôpital. Il allait l’assassiner pour être aussi inconscient au point de finir par devoir appeler une ambulance. “Je ne peux malheureusement vous en dire plus, mais il est parfaitement en état de rentrer chez lui. Est-il possible pour vous de venir le chercher ?” Il est déjà dans sa voiture, la clé dans le contact. “Oui évidemment, j’arrive le plus rapidement possible.” “Merci Monsieur, soyez prudent sur la route.” Ou pas, hein, mais cela est plutôt une habitude pour Tommy après tout. La vitesse fait partit de lui depuis toujours, et il a tellement confiance en ses capacités de pilote qu’il s’autorise probablement bien trop de choses particulièrement dangereuses. Mais il finit malgré tout par arriver à l’hôpital en ce qu’il considère un temps record, oubliant tout envie de douche et de vêtements de rechange. Pénétrant dans l’hôpital, on lui indique la chambre d’Aslak. Il se force à ne penser à rien alors qu’il arpente les murs blancs, ne fait pas attention à son coeur qui s’emballe aux souvenirs que cet endroit lui évoque. Il est anxieux, alors qu’il ouvre la porte 104. La dernière fois, cela avait signé la mort d’une partie de lui. Il n’était pas certain de vouloir revivre cela. La vision d’Aslak allongé dans ce lit lui fit à la fois l’effet d’un coup de poing dans le ventre et un saut dans le passé, et il lui fallut un instant avant de se sentir capable de lâcher la poignée de la porte. “Comment tu te sens ?” Il s’approche de lui, pas vraiment le coeur de l’engueuler vu son état. Mieux valait rapidement le sortir de là — attendez une seconde. Si on l’appelait pour le ramener chez lui, c’était qu’il allait bien, non ? Il fronça les sourcils, lui lançant un regard suspicieux. “Attends une minute toi, tu serais pas entrain de te foutre de moi là ?”



you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you
avatar
Aslak Hill-Lehtonen
l« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 13/01/2018
Messages : : 113
Points : : 597
Avatar : : travis fimmel
Autres comptes : : siobhan (zmalik), jad (robbie wadge), jens (hunnam) et ollie (taylor lashae)
Pseudo internet / prénom : : feeling free. (clacla)
Crédits : : babine (ava) J'ai : quarante-et-un ans et mon anniversaire est le : treize novembre. Je suis : naturalisé américain et mes origines sont : finlandaises du côté maternel et américaines par le paternel. En ce moment, je : bosse en tant que restaurateur de bateaux, à harbor area. Si jamais vous me cherchez, j'habite : (ou squatte) chez zahra, dans sa baraque beaucoup trop grande. Ce qui m'attire ce sont : les femmes et leurs sublimes regards et côté coeur je suis : en amour avec la belle sirène qui réchauffe son coeur, zahra.
. :
HALTOMMYZAHHILL


i'm in love again
with my old pain




if she could put the
hollow ache that haunts
her into words, she
would tell him “i miss
the father you never
were.”



why your eyes are
like sapphires
sparkling so bright



he looks at you
and sees the sun



the lure of the lighthouse
for our islanded souls



Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : Pouvoir vivre, sans encombre, sans obstacle.

  Dim 6 Mai 2018 - 16:06
Tommy qui se pointe finalement, et qui sera celui qui me délivra de l’enfer qu’est l’hôpital. Il entre, et moi, je ne trouve rien de mieux que de jouer la comédie. Je suis certes réellement fatigué, mais pas au moins de plus bouger. Ce que Tommy comprend, et il se dit peut-être que si je peux rentrer, c’est que j’ai le feu vert des médecins. Alors je ris, retrouve mon état normal. Je me redresse même. C’était juste pour voir ta tête décomposée. Mon plaisir personnel, tu comprends. Oh, il doit avoir envie de me tuer, le grand brun. Et il a toutes les raisons de le faire. Je me débarrasse de la couverture du lit et pose les deux pieds à terre, tourné vers mon meilleur ami. Je sais qu’il attend des explications, si on ne les lui a pas déjà données. Ça va mieux maintenant, je pète la forme. Je passe une main d’un geste bref et rapide sur mon cœur, avant de baisser les yeux sur la tenue. Ça n’a jamais rien eu d’excitant leurs espèces de grandes robes. Mon regard ne fait qu’un tour dans la pièce jusqu’à se poser sur mes affaires. Les voilà. Je les attrape, me déshabille sans hésiter. En fait, c’était pour avoir le reste de ma journée. Je l’avoue. Si j’en tourne ça à la rigolade, ça n’a rien de marrant. Ce que Tommy risque de me balancer en pleine tronche et il aura bien raison. On ne rit pas avec les maladies cardiaques, et on ne rit pas avec les incidents. J’aurais pu y passer aujourd’hui, mais c’est un peu le résumé de mon quotidien après tout. Je vais très bien Tommy. Ne me regarde pas comme ça. Un peu crevé, mais après une bonne nuit ça ira mieux. C’est pas la première fois. Ni la dernière, mais jusqu’à quand ? J’enfile mon jean, mon tee-shirt, puis les chaussettes et les chaussures. Déjà, tu dois retenir le fait que j’ai appelé moi-même l’ambulance, que je n’ai pas joué les gros durs en disant que ça va passer. Le doigt levé, les sourcils haussés. C’est ce que je faisais avant. Mais quand on a l’impression de crever sur place, on se dit que la prochaine fois, mieux vaut contacter les urgences. Et puis entre Tommy et Zahra, j’ai plutôt intérêt de ne pas jouer le type immortel. Parce que je ne le suis pas, et c’est bien ce que mon meilleur ami a toujours essayé de me faire comprendre – on ne rigole pas avec la santé.



it means you're giving me your heart.
avatar
Tommy Fields
s« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 28/04/2018
Messages : : 162
Points : : 850
Avatar : : tom fucking ellis.
Autres comptes : : james l'éternel, julian le petit con & ali la belle française.
Pseudo internet / prénom : : tia. (laufeyson)
Crédits : : (avatar) hoodwink. J'ai : trente-cinq ans et mon anniversaire est le : vingt-trois mars. Je suis : americano-finlandais et mes origines sont : anglaises et françaises. En ce moment, je : suis membre de la brigade spéciale de la LAPD, ancien soldat d'élite pour l'armée américaine. également professeur bénévole de self-defense. Si jamais vous me cherchez, j'habite : dans une maison à valley glen, avec ma nièce. Ce qui m'attire ce sont : les femmes encore et encore et côté coeur je suis : célibataire depuis cinq ans et tuteur légal de ma nièce de seize ans.
. :

but are we all lost stars ?
TRYING TO LIGHT UP THE DARK ?


you have me
UNTIL EVERY LAST STAR IN THE GALAXY DIES. YOU HAVE ME.



I want to show you
every scar, whether it’s on my skin or on my heart



but i'd follow you to the great unknown.



I wonder where love goes to die.




L A P D




Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : rendre son jumeau fier.

  Dim 3 Juin 2018 - 5:59
why do I even remain friend with you ?
asshole


Il déteste cette odeur, il déteste cette lumière trop criarde, ces murs trop blancs. Il n’a jamais particulièrement apprécié les hôpitaux, mais tout cela est bien pire depuis Ismo. Son pire cauchemar, sans aucun doute. Son enfer personnel, cet endroit. Alors il hésite sincèrement entre cogner Aslak le plus fort possible ou simplement se barrer lorsqu’il se rend compte que cet imbécile est en train de se foutre de lui. “T’es vraiment qu’un pauvre connard.” Il se contente d’une insulte donc, car après tout il est malade, contrairement à ce qu’il veut bien reconnaître, et il n’a pas entièrement le coeur à le laisser ici tout seul. Trop gentil, ça finira par le perdre. “Ne compte pas sur moi la prochaine fois.” Mensonge, évidemment. Ils le savent tous les deux. Comme s’il pouvait l’abandonner, comme s’il en était capable. Il a beau jouer les durs Tommy, il est prêt à tout pour ses proches. Et cet abruti en face de lui est ce qu’il a de plus proche d’un frère désormais. “Ne pète pas trop la forme non plus, sinon je n’aurai aucun remord à te frapper.” Il lui lance un faux regard menaçant, mais il a sourire qui joue sur le coin de ses lèvres parce que vraiment, Aslak dans une tenue d’hôpital, cela est quelque chose à voir. Déjà que cette fichue robe rend tout le monde ridicule, cela l’est encore plus sur la montagne qu’est son meilleur ami. “Flemmard”, qu’il lui balance alors que l’autre se rhabille, avant de rajouter un magnifique “Tes fesses manquent de bronzage” avec un sourire moqueur sur le visage. Il roule des yeux lorsque Aslak lui précise qu’il a, pour une fois, appelé une ambulance. “Bravo, tu veux une sucette pour te féliciter d’avoir été un adulte responsable pour une fois ?” Il finit par pousser un soupir, reprenant un air sérieux. “T’as fais des examens ? Si t’as besoin de médicaments ou même d’une opération, tu dois le savoir et le faire, Aslak.”



you were not born of stardust, darling, stardust was born from you, it’s why the stars feel your sorrow and aching heart, they are the fragments of your lost soul, scattered across an endless galaxy, but don’t be afraid, darling, maybe life has broken you, but it can never destroy you
Contenu sponsorisé

  
fake goodbyes – tommy