Flèche hautFlèche basi'll kiss you in the rain so you get twice as wet – zahslak


i'll kiss you in the rain so you get twice as wet – zahslak
avatar
Aslak Hill-Lehtonen
l« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 14/01/2018
Messages : : 113
Points : : 597
Avatar : : travis fimmel
Autres comptes : : siobhan (zmalik), jad (robbie wadge), jens (hunnam) et ollie (taylor lashae)
Pseudo internet / prénom : : feeling free. (clacla)
Crédits : : babine (ava) J'ai : quarante-et-un ans et mon anniversaire est le : treize novembre. Je suis : naturalisé américain et mes origines sont : finlandaises du côté maternel et américaines par le paternel. En ce moment, je : bosse en tant que restaurateur de bateaux, à harbor area. Si jamais vous me cherchez, j'habite : (ou squatte) chez zahra, dans sa baraque beaucoup trop grande. Ce qui m'attire ce sont : les femmes et leurs sublimes regards et côté coeur je suis : en amour avec la belle sirène qui réchauffe son coeur, zahra.
. :
HALTOMMYZAHHILL


i'm in love again
with my old pain




if she could put the
hollow ache that haunts
her into words, she
would tell him “i miss
the father you never
were.”



why your eyes are
like sapphires
sparkling so bright



he looks at you
and sees the sun



the lure of the lighthouse
for our islanded souls



Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : Pouvoir vivre, sans encombre, sans obstacle.

  Lun 14 Mai 2018 - 18:35
Mon regard s’arrête sur le violet de ces plantes. Elles sont un peu trop éclatantes pour rester dans ce jardinet et bien trop éclatantes pour ne pas être volées. Alors clairement, c’est ce que je m’apprête à faire. Un arrêt en catastrophe sur le bord de la route, un regard ou deux aux alentours pour vérifier que je suis seul –ce serait embêtant de devoir tuer un éventuel témoin. Ni une ni deux, je n’attends pas plus de deux secondes pour sauter hors de ma camionnette de fortune. Les voilà les belles fleurs violettes, elles sont dans ma voiture, bien mieux qu’à pourrir devant la maison. Au moins, moi, j’en ferai bon usage. Les rues de Los Angeles qui défilent rapidement, une vitesse peut-être supérieure à la limitation mais qu’importe ? J’aime la vitesse, et les fenêtres ouvertes, je sens la chaleur de la ville s’engouffrer dans le véhicule. Mes cheveux brassés, ma barbe aussi. Un peu de bon temps après cette longue journée de travail, des résidus de peinture encore sur mes mains. Il y en aura toujours de toute façon. Et j’esquisse un fin sourire, pour moi-même, parce que personne n’est là pour le voir. Je me sens bien, et peut-être heureux à l’idée de la retrouver elle. Elle. Zahra.

Les maisons plus grandes, plus chic. C’est l’énorme contraste comparé au quartier du port. Et je roule, je roule, salue quelques voisins un peu hypocritement. Je ne les aime pas, et je sais que c’est réciproque. Alors tout est bien qui finit bien. J’ai cependant interdiction de n’en faire qu’à ma tête, et pourtant, une guerre des voisins aurait été amusante. Je ralentis lorsque j’arrive à bon port, coupe le contact. Je passe une main dans mes cheveux, qui sont pourtant déjà bien lissés et naturellement coiffés. Je n’oublie pas de prendre les fleurs fraîchement coupées, mais au moment de fermer la porte, voilà que le bouquet se coince dans la portière. Et merde. Putain, fait chier. Les fleurs qui pendent, le bouquet plié au niveau des tiges. Bon, ça reste quand même un bouquet. Le pire, c’est certainement quand j’envisage d’ouvrir la porte et que je n’ai pas les clés. Pas dans mes poches, pas dans la voiture. Peut-être au boulot, ou perdues. Ça ne m’étonnerait même pas. Je me retrouve alors devant la porte,  le bouquet défoncé, attendant que Zahra daigne m’ouvrir. J’espère qu’elle est là. Prière entendue, voilà que j’entends des talons de l’autre côté du mur et bientôt, la porte qui s’entrouvre un peu, jusqu’à laisser découvrir la magnifique silhouette de ma petite-amie. Bonsoir ! J’ai oublié mes clés. Petit cadeau ! Je sors le bouquet de derrière mon dos, et Zahra peut désormais admirer le chef d’œuvre. C’est ridicule, et je ne pourrais même pas me vexer si elle rigolait. Les fleurs ne sont plus aussi belles, mais ne dit-on pas que c’est le geste qui compte ?

@zahra o. manning



it means you're giving me your heart.
avatar
Zahra O. Manning
m« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 28/04/2018
Messages : : 55
Points : : 70
Avatar : : Katheryn Winnick
Autres comptes : : Vitoria, Aurora, Liora & Mia
Pseudo internet / prénom : : Hmtbn
Crédits : : balaclava J'ai : trente huit ans et mon anniversaire est le : 10 février. Je suis : américaine et mes origines sont : américaines En ce moment, je : suis journaliste sportive pour SportsCenter. Si jamais vous me cherchez, j'habite : à Bel Air avec un certain Aslak. Ce qui m'attire ce sont : les hommes et côté coeur je suis : officieusement en couple avec le pire des hommes : Aslak.
. :


m  a  n  n  i  n  g
We’re beautiful like diamonds in the sky


✾❃✾

`

You're the only thing I know
And I don't wanna let this go




...


unfaithful
You told me you loved me
Why did you leave me, all alone
Now there's just no chance, for you and me,
there'll never be


  Mer 16 Mai 2018 - 12:31
Un énième coup de téléphone à un manager pour obtenir une interview. Les questions qui prennent places sur le papier blanc de manière naturelle. Souvent les mêmes, puis les questions d'actualités. Il fallait tout suivre. Du dernier match de football américain au golf en passant par la natation c'était ça ton métier après tout. Sans jamais cacher certaines préférences pour quelques sports. Du moins tu ne le cachais pas chez toi. Sur le plateau tu étais impassible, aucune préférence. C'était au public de faire son choix. Rangeant minutieusement chaque stylo en fonction des couleurs dans cette fameuse boite strictement réservée à cet effet après avoir raccroché, tu pensas que c'était le moment de faire un brin de ménage le temps qu'Aslak n'était pas là. Pas que tu ne puisses pas le faire quand il est là mais il était désordonné et n'avait toujours pas pris l'habitude de remettre chaque objet à sa place. Deux centimètres à côté n'était plus la place. Tu préférais le faire toi même. Bien qu'il ait déjà essayé et que tu aies trouvé l'attention bonne jamais la maison ne sera aussi bien rangée que par toi-même. Finissant la cuisine ce fut la sonnette de la maison qui te fit terminer ta tâche bien prématurément. Pensant à la voisine t'apportant un reste de gâteau comme elle pouvait avoir l'habitude, c'est sur Aslak que tu tombas. Un sourire apparut sur ton visage, puis tu entendis que monsieur avait oublié ses clés. Vos clés. Même le bouquet à l'allure particulière ne te fit pas quitter l'idée de lui reprocher. "Oubliées ou perdues ?" Ce n'était pas pareil et le laissant rentrer, posant un baiser sur ses lèvres entourées de cette barbe dont tu rafales tes yeux se portèrent enfin sur le bouquet. Du moins ce qu'il en restait. "Comment tu t'es débrouillé ?" Un rire s'échappa de ta gorge alors qu'une nouvelle fois tu venais l'embrasser. "Merci mon coeur." Surnom mielleux déjà trop présent. Comme lui. Il avait chamboulé ton quotidien depuis ce fameux jour à l'hôpital. Les deux corps malades.



his love roared louder

than her demons    
avatar
Aslak Hill-Lehtonen
l« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 14/01/2018
Messages : : 113
Points : : 597
Avatar : : travis fimmel
Autres comptes : : siobhan (zmalik), jad (robbie wadge), jens (hunnam) et ollie (taylor lashae)
Pseudo internet / prénom : : feeling free. (clacla)
Crédits : : babine (ava) J'ai : quarante-et-un ans et mon anniversaire est le : treize novembre. Je suis : naturalisé américain et mes origines sont : finlandaises du côté maternel et américaines par le paternel. En ce moment, je : bosse en tant que restaurateur de bateaux, à harbor area. Si jamais vous me cherchez, j'habite : (ou squatte) chez zahra, dans sa baraque beaucoup trop grande. Ce qui m'attire ce sont : les femmes et leurs sublimes regards et côté coeur je suis : en amour avec la belle sirène qui réchauffe son coeur, zahra.
. :
HALTOMMYZAHHILL


i'm in love again
with my old pain




if she could put the
hollow ache that haunts
her into words, she
would tell him “i miss
the father you never
were.”



why your eyes are
like sapphires
sparkling so bright



he looks at you
and sees the sun



the lure of the lighthouse
for our islanded souls



Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : Pouvoir vivre, sans encombre, sans obstacle.

  Lun 21 Mai 2018 - 21:13
Un instant, je songe au sort que j’ai donné –malencontreusement– aux clés, qui devraient être dans ma poche de pantalon ou au moins dans mon vieux pick-up. Mais elles n’y sont pas, et je hausse les épaules face à une Zahra qui m’en demande un peu trop sur le sujet. Oubliées ou perdues… Le résultat est le même. J’affiche un sourire espiègle, parce que quoi que dise la journaliste, je sais que j’ai raison. Cette dernière ne tarde pas à remarquer que je ne viens cependant pas les mains vides, qu’un bouquet se trouve en ma possession. Bouquet abimé, bouquet qui a subi la violente portière de la bagnole… mais bouquet qui vient du cœur. Et aussi d’un jardin. Zahra saisit l’occasion pour rire de la situation et elle a bien raison. C’est d’un ridicule, mais ce genre d’évènement n’arrive qu’à moi. Demande à la portière. Du menton, je lui désigne le véhicule garé dans mon dos. Les fleurs n’ont plus fière allure, mais je tente de les faire tenir à l’aide de ma main. Elles sont presque en bonne forme, faut juste avoir un peu d’imagination. Et à peine ma main enlevée, ces foutues fleurs reprennent leur triste état. Un second baiser après celui être entré, voilà que de nouveau, nos lèvres se rencontrent. Tu sais bien que ce genre d’histoire n’arrive qu’à moi. Tout aurait été trop beau si je n’avais pas oublié mes clés et si en prime, les fleurs étaient aussi belles qu’avant. Et puis, tu n’aurais pas eu de quoi te foutre de moi. Surplombant la demoiselle de plusieurs centimètres, mes yeux se glissent dans les siens, alors que la proximité de nos corps est presque nulle. Je t’en voudrais pas si tu les jettes. Je voulais juste paraître gentleman pour une fois, que je lui dis, d’un air et d’un visage aussi taquin l’un que l’autre. Je ferme la porte d’entrée de mon pied, entraînant la belle dans sa demeure. Quest-ce que tu faisais à part t’ennuyer sans moi ? Ta journée, bien ? Je pose vulgairement les fleurs sur le comptoir de la cuisine –même si dans deux secondes à peine Zahra va s’en charger. D’ailleurs, c’est vers la délicieuse blonde que je me tourne ; un œil qui détaille sa tenue, aussi son parfait visage. Parce que je suis bien content d’enfin la retrouver, après une journée loin d’elle.



it means you're giving me your heart.
avatar
Zahra O. Manning
m« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 28/04/2018
Messages : : 55
Points : : 70
Avatar : : Katheryn Winnick
Autres comptes : : Vitoria, Aurora, Liora & Mia
Pseudo internet / prénom : : Hmtbn
Crédits : : balaclava J'ai : trente huit ans et mon anniversaire est le : 10 février. Je suis : américaine et mes origines sont : américaines En ce moment, je : suis journaliste sportive pour SportsCenter. Si jamais vous me cherchez, j'habite : à Bel Air avec un certain Aslak. Ce qui m'attire ce sont : les hommes et côté coeur je suis : officieusement en couple avec le pire des hommes : Aslak.
. :


m  a  n  n  i  n  g
We’re beautiful like diamonds in the sky


✾❃✾

`

You're the only thing I know
And I don't wanna let this go




...


unfaithful
You told me you loved me
Why did you leave me, all alone
Now there's just no chance, for you and me,
there'll never be


  Jeu 31 Mai 2018 - 20:41
Par chance Aslak était arrivé après avoir fini ton ménage, tout était plus ou moins à sa place pour l'accueillir. Du moins, pour son retour à la maison. C'était chez lui désormais. La maison si vide d'habitude avait l'air tellement vivante depuis qu'il était là. Au fond ça te faisait du bien, la solitude te tuait petit à petit et d'un autre côté tu pouvais laisser parler ton instinct maternel sur l'homme qui partage ta vie. En attendant il avait fait une bêtise, peu grave mais qui t'agaçait quand même légèrement. "J'appellerai le serrurier". Hors de question de prendre le risque de laisser trainer des clefs afin que n'importe qui s'infiltre chez vous. Pire, si un journaliste ou un paparazzi avait le malheur d'apprendre que des clefs trainaient, des recherches seraient engagées. Pourtant Aslak arrive à t'apaiser, de sa belle gueule à ses fleurs détruites. La portière étant donc à moitié responsable de l'état de celles-ci. L'intention était quand même là puis comme il disait avec un peu d'imagination elles étaient parfaites. "J'adore me foutre de toi en plus. Je crois que t'es mon malchanceux préféré."  Souriant de nouveau à ses mots, tu caressas sa joue de ta main alors que tes yeux étaient eux aussi glissés dans les siens. "Je ne les jetterai pas, c'est gentil d'avoir pensé à moi." Ça te changeait de ceux avec qui tu avais antérieurement partagé ta vie. Des égoïstes purs & simples qui ont tous détruits un moment ton petit coeur. Deux particulièrement. Le premier amour, le père de l'enfant et la plus longue relation que tu pouvais compter. C'était une chance d'être tombée sur Aslak dans cet hôpital, d'avoir pris ton courage pour lui laisser ton numéro. Jamais ce jour tu n'aurais cru que vous en seriez là. Réunis à des kilomètres de votre lieu de rencontre, que deux malades arriveraient à se rendre heureux avant que la maladie emporte l'un ou l'autre. Avançant avec lui jusqu'à la cuisine tu attrapas les fleurs afin de les placer dans un vase assez haut, et au préalablement remplie d'un peu d'eau,  qui donnera l'illusion que les tiges sont intactes. "Je suis rentrée du plateau puis j'ai appelé afin d'obtenir une interview pour demain soir en différé que j'ai eu, j'ai préparé les questions et j'allais me mettre au fourneau. Tu veux manger quoi ?" demandas-tu te tournant vers lui. "Ta journée s'est bien passée ?" finis-tu par demander alors que ton regard ne quittait le sien.



his love roared louder

than her demons    
avatar
Aslak Hill-Lehtonen
l« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 14/01/2018
Messages : : 113
Points : : 597
Avatar : : travis fimmel
Autres comptes : : siobhan (zmalik), jad (robbie wadge), jens (hunnam) et ollie (taylor lashae)
Pseudo internet / prénom : : feeling free. (clacla)
Crédits : : babine (ava) J'ai : quarante-et-un ans et mon anniversaire est le : treize novembre. Je suis : naturalisé américain et mes origines sont : finlandaises du côté maternel et américaines par le paternel. En ce moment, je : bosse en tant que restaurateur de bateaux, à harbor area. Si jamais vous me cherchez, j'habite : (ou squatte) chez zahra, dans sa baraque beaucoup trop grande. Ce qui m'attire ce sont : les femmes et leurs sublimes regards et côté coeur je suis : en amour avec la belle sirène qui réchauffe son coeur, zahra.
. :
HALTOMMYZAHHILL


i'm in love again
with my old pain




if she could put the
hollow ache that haunts
her into words, she
would tell him “i miss
the father you never
were.”



why your eyes are
like sapphires
sparkling so bright



he looks at you
and sees the sun



the lure of the lighthouse
for our islanded souls



Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : Pouvoir vivre, sans encombre, sans obstacle.

  Ven 1 Juin 2018 - 23:08
Je hausse les sourcils face à la solution de Zahra. Le serrurier ? Pour si peu ? Je secoue un peu la tête. Je dois juste fouiller mon pick-up, elles y sont sûrement. Et puis sinon je changerai la serrure. Si Zahra veut être rassurée, et puis si on peut éviter de débourser de l’argent pour rien. Autant mettre à profit mes talents de bricoleur, pour une fois que j’ai des compétences dans le domaine. La jeune femme saisit les fleurs, les accepte même avec plaisir. Certes le bouquet n’est plus tellement beau, mais c’est l’intention qui compte, non ? Le fait d’avoir pensé à celle que j’aime, d’avoir eu cette petite attention rien que pour pouvoir admirer son beau sourire et ses yeux qui brillent. Je n’avais pas remarqué tu aimais te foutre de moi. Vraiment pas. Je prends un air un peu étonné par la nouvelle, même si bien sûr, ce serait plus étrange de passer un jour sans les moqueries de Zahra plutôt que d’en avoir aucune. Mais c’est ce que j’aime chez elle –l’une des choses. Sa franchise, sa spontanéité et puis, son sens de l’humour. Zahra, avec qui on se comprend très bien, à tel point qu’un regard nous suffit parfois pour se dire quelque chose. La cuisine nous accueille, et j’observe un peu ce qu’il s’y passe, à la recherche de ce que faisais Zahra. Mais c’est bien cette dernière qui retient toute mon attention et je prends le temps de m’intéresser à sa journée. Parce que c’est bien ce qu’il faut faire dans un couple. Prendre du temps pour soi, mais aussi pour l’autre. Echanger, discuter. Je l’écoute, en profite pour m’accouder sur le comptoir. Tu as bien bossé alors. Maintenant, faut se détendre. Et je dis bien ça parce que la jeune femme est du genre à se démener, mais c’est son métier qui veut ça, et parce que Zahra, elle veut toujours bien faire. Je me sens toujours victorieux lorsque j’arrive à lui faire penser à autre chose. Je mange tout ce qu’il y aura. Toi y compris si tu es au menu. J’ai vraiment très faim. Inutile de compliquer le tout en imposant des envies culinaires. Je suis bien le dernier à faire le chieur là-dessus, tant que j’ai de quoi me mettre sous la dent. Nourriture ou Zahra. D’ailleurs, je termine ma phrase par un petit rire tout fier, me redressant finalement. Très bien, une bonne journée. Le boulot, rien de spécial. Pour une fois qu’il ne m’arrive pas un grand malheur, je peux m’estimer heureux d’avoir passé cette journée. Je me décale alors jusqu’à trouver Zahra, me glissant dans son dos pour l’enlacer. Je fourre mon visage dans son cou, ferme les yeux pour profiter de ce doux moment. Mais je suis content d’être rentré. Première fois depuis des années que je me sens vraiment chez moi quelque part. La maison de Zahra devenue mienne, notre petit cocon rien qu’à nous. Là où je suis toujours impatient de rentrer. Et toujours impatient de retrouver la belle journaliste.



it means you're giving me your heart.
Contenu sponsorisé

  
i'll kiss you in the rain so you get twice as wet – zahslak