Flèche hautFlèche bas- have a drink on me. (ft. Giucy)

Forum au ralenti pour les vacances, plus d'infos par ici.
Mais pas d’inquiétudes, on n'abandonne pas SGD et il revient au top de sa forme (tout comme ses admins) après la rentrée !

- have a drink on me. (ft. Giucy)
avatar
Giulia Falco
l« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 23/06/2018
Messages : : 30
Points : : 298
Avatar : : Marzia (bae) Bisognin
Autres comptes : : Jack'o lantern Won (min yoongi)
Pseudo internet / prénom : : Nasty
Crédits : : @nasty-graph (tumblr) J'ai : 22 ans et mon anniversaire est le : 6 octobre. Je suis : californienne d'adoption et mes origines sont : italiennes. En ce moment, je : gagne ma vie grâce à ma chaîne youtube et mon instagram, tout en travaillant sur de nombreux projets caritatifs. Si jamais vous me cherchez, j'habite : dans un appartement à Echo Park. Ce qui m'attire ce sont : les beaux sourires et les mots doux, et côté coeur je suis : mieux seule.
. :



Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : Passer à autre chose, profiter de la vie pleinement & se débarrasser de cette anxiété. Une fois que ce sera fait, imposer Strawberry Fields comme une vraie marque de make-up, et la voir vendue à Sephora.

  Ven 13 Juil 2018 - 22:39
have a drink on me
Dizzy, drunk and fightin' on tequila white lightnin'. My glass is getting shorter on whiskey, ice and water. So come on and have a good time end get blinded out of your mind. ©️️ by anaëlle.

Giulia connaissait le coréen depuis ses quinze ans. Ils s'étaient rencontrés chez le psy, qu'ils avaient fuit ensemble jusqu'à que leurs mères les retrouvent et qu'ils ne se prennent la rouste de leur vie. Le coup de coeur avait été immédiat, et aujourd'hui encore, elle avait du mal à croire que Jack était son aîné, avec sa tête de gamin. Il lui rapellait son frère, avec ses grands sourires et son air en permanence absent. Vraiment, Giulia n'avait jamais put lui refuser quoi que ce soit. Alors, lorsque son pianiste préféré lui avait demandé de veiller sur Lucy pour lui après leur dispute, elle avait aveuglément accepté sans même avoir idée de ce qu'il avait derrière la tête. Oui, la version humaine d'un marshmallow qu'elle était fondait, littéralement, devant leur relation. C'était adorable, cet attachement sans faille malgré leurs fiertés respectives. Giulia aussi voulait un Jack, rien qu'à elle.
Ce à quoi Giulia ne s'attendait pas cependant, c'était d'être obligée d'aller le voir à l'hôpital le sur-lendemain. Le petit con qu'il était avait reprit l'héroïne, venait de faire une overdose. Elle n'était pas particulièrement compatissante, au contraire. D'horribles flashbacks lui étaient revenus à l'appel de Lucy, mais il avait déjà réussit à arrêter moins de deux ans auparavant. Cette overdose, Giulia l'espérait, ne serait rien de plus que le coup de pied au cul nécessaire pour que Jack arrête définitivement. Dans son minuscule lit d'hôpital tout blanc, pendant qu'il jouait à un émulateur de pokemon rouge feu sur son téléphone, Jack avait avoué avoir glissé une brochure pour un centre d'alcooliques anonymes dans le sac à main de Lucy. Bordel, était-elle la seule dans ce groupe de potes à avoir une vie potable ? Entre autres, il voulait que Giulia s'assure que Lucy se rendait bel et bien à ces réunions, et qu'elle le tienne au courant. Trop peureux pour prendre lui-même des nouvelles ? Peut-être.

Les bras croisés sur sa poitrine, Giulia regardait la brune avec un petit sourire, avec une grande fierté. Elles attendaient que toutes les personnes présentes ne s'installent avant que la séance ne commence.
Sa consommation d'alcool l'avait toujours inquiétée, mais jamais au point de prendre les mesures que l'asiatique avait prises - avec sa discrétion habituelle. À sa grande surprise, c'était même Lucy qui avait réclamé sa présence, après qu'elle lui ait annoncé qu'elle souhaitait se rendre aux alcooliques anonymes. Giulia ne l'avait pas jugée. Au contraire, elle l'avait encouragée et lorsqu'elles s'étaient retrouvées devant le bâtiment tant redouté, la méditerranéenne l'avait félicitée. Tout en délicatesse, méthode incongrue pour la jeune femme aux allures de meringue, elle lui avait tendu la main pour la lui tenir de l'entrée jusqu'à la salle. « Allez Lucy. T'es pas obligée de parler, mais je vais rester avec toi. » Elle avait sourit, doucement. L'irlandaise ne semblait pas rassurée, pas forcément à l'aise à l'idée de se faire accompagner par Giulia. Cette dernière, décelant l'hésitation dans son regard, avait aussitôt répliqué. « Si si, je viens. C'est pour t'encourager ! Et après je t'offre une glace. » À l'italienne, évidement.

avatar
Lucy Wolfe
s« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 17/02/2018
Messages : : 243
Points : : 2427
Avatar : : Emily Rudd
Pseudo internet / prénom : : paradis
Crédits : : (c) Nasty J'ai : 24 ans. et mon anniversaire est le : 5 mars. Je suis : made in USA, mais devant une photo de la reine d'angleterre et mes origines sont : anglaises & Irlandaise. En ce moment, je : suis une styliste en recherche d'emploi, temporairement reconvertie en danseuse dans un bar miteux ... Open bar contact pour 50$. En dehors des cours je fais partie : des AA Si jamais vous me cherchez, j'habite : dans un appartement miteux du China Town avec un colocataire et mon fils d'adoption. Ce qui m'attire ce sont : Les artistes coréens sentimentalement déficients. Bonus point pour une addiction à l'héroïne. et côté coeur je suis : Dans un déni plus profond que le grand canyon... 사랑해
. :

It ain't right if you ain't lost your mind. I don't want easy, I want crazy



Blame me for the madness you create, cause either way you'll burn me at the stake. Go ahead, blame me for your sins. Go ahead and sacrifice me.
━━━━━━━━━━━━
My f*cked up and family

  

━━━━━━━━━━━━


  Sam 14 Juil 2018 - 14:43
have a drink on me
Dizzy, drunk and fightin' on tequila white lightnin'. My glass is getting shorter on whiskey, ice and water. So come on and have a good time end get blinded out of your mind. ©️️ by anaëlle.

À n’importe quel autre moment dans sa vie – genre les quatre dernières années – Lucy aurait nié en bloc les allégations contre son problème d’alcool, refusant catégoriquement toute similitude avec sa loque de paternel, elle aurait probablement pris les nerfs, jurant qu’elle n’avait aucune addiction et que franchement, ce n’était pas des affaires de l’accusateur… Oh oui, elle aurait hurlé contre le coréen, pour avoir osé déposer une dépliant de groupe de soutient dans son sac, cet abruti… Sauf que voilà, lorsqu’elle avait eu le papier, cette-fois, la claque de réalité n’avait pas tardé. Peut-être qu’elle n’était pas si en contrôle qu’elle aurait aimé le croire, peut-être que cette propension vers la bouteille lui avait mis des œillères sur d’autres trucs importants, capitaux… La santé de son inséparable, par exemple… Quelle amie merdique elle faisait! Jack avait fait une overdose. Jack avait fait une putain d’overdose, tout seul, comme un grand, faute de s’être envoyé un peu trop de poison dans les veines… et elle, qu’avait-elle fait pour l’en empêcher, pour lui retirer toute possibilité de foutre sa vie en l’air? Rien. Absolument rien! Alors elle se retrouvait là, quelques jours plus tard, rongée par la culpabilité, démolie par son incapacité chronique à reprendre sa vie en main, tremblante du manque d’alcool, dont elle avait été incapable d’avaler une seule goute avec la nausée qui ne la quittait plus. Ça devait changer… elle ne pouvait pas être aussi aveugle quand, quoi qu’il en dise, le coréen avait besoin d’elle… Alors Lucy avait fait ce qu’aucun Wolfe avant elle n’avait été capable de faire : piler sur son égo et demander de l’aide.

L’aide, il prenait la forme d’un peppermint humaine, qui la rejoignit devant les portes d’un bâtiment minable, ou on lisait clairement une affiche de AA. Elle avait soupiré, glissant sa main dans celle de l’italienne, les lèvres pincées, pas du tout à l’aise. « … J’ai pas envie … » qu’elle avait couiné, en arrivant devant la porte. Un coup d’oeil à l’intérieur lui permis de voir un amalgame de ravagés, plus avancées qu’elle dans leur dépendance, ou plus brisé par celle-ci, Lucy avait le luxe de la jeunesse. Elle avait soupiré, les pieds enfoncés dans le sol, refusant de faire le pas décisif vers la salle. « On est pas obligée d’entrer…. On peut suivre d’ici… ………….. non? » parce que franchement, elle était pétrifiée, elle n’osait pas franchir le seuil, c’était au-delà de ses forces. Elle n’osait pas le dire à son amie, de peur de la vexer, mais ce pas là, elle s’était naïvement imaginée de ne pas avoir à le faire, parce que c’était une humiliation trop grande, que d’avouer un problème… Et si Giulia la jugeait? Si elle foutait en l’air des années de confidence par une telle démonstration de faiblesse… Libérant la main de l’italienne, elle s’était mise à tortiller ses doigts, tic nerveux, tirant sans scrupule sur la chaire autour de ses ongles, comme pour se punir physiquement de la terreur qui la paralysait. Il n’y avait qu’une main, qu’elle voulait tenir quand elle était au plus bas, qu’une personne autorisé à voir ses travers et ses faiblesses… alors aussi précieuse soit Giulia à ses yeux… ce pas vers la guérison, elle se voyait mal le faire sans Jack. Soupirant, elle avait essayé un : « Je suis pas alcoolique Giu’ …. C’est une perte de temps. »




Double shot

until you've lost it all
If you never felt the fire running through your veins. If you've never seen the devil face to face... You don't know Jack ♥️

avatar
Giulia Falco
l« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 23/06/2018
Messages : : 30
Points : : 298
Avatar : : Marzia (bae) Bisognin
Autres comptes : : Jack'o lantern Won (min yoongi)
Pseudo internet / prénom : : Nasty
Crédits : : @nasty-graph (tumblr) J'ai : 22 ans et mon anniversaire est le : 6 octobre. Je suis : californienne d'adoption et mes origines sont : italiennes. En ce moment, je : gagne ma vie grâce à ma chaîne youtube et mon instagram, tout en travaillant sur de nombreux projets caritatifs. Si jamais vous me cherchez, j'habite : dans un appartement à Echo Park. Ce qui m'attire ce sont : les beaux sourires et les mots doux, et côté coeur je suis : mieux seule.
. :



Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : Passer à autre chose, profiter de la vie pleinement & se débarrasser de cette anxiété. Une fois que ce sera fait, imposer Strawberry Fields comme une vraie marque de make-up, et la voir vendue à Sephora.

  Mer 18 Juil 2018 - 23:17
have a drink on me
Dizzy, drunk and fightin' on tequila white lightnin'. My glass is getting shorter on whiskey, ice and water. So come on and have a good time end get blinded out of your mind. ©️️ by anaëlle.

Une fois la main de sa frangine de substitution dans la sienne, Giulia avait pénétré dans le bâtiment. Derrière elle, Lucy traînait des pieds et rapidement, le sang de l'italienne ne fit quun tour. Malgré les plaintes de son amie, elle ne lui adressa pas un regard. Il n'aurait fallut que ça pour qu'elle ne s'emballe, qu'elle ne la plante là avec ses excuses bidons. Et puis, elle eut le malheur de confier qu'elle "n'avait pas envie." Giulia, qui s'était présentée à l'accueil sans la lâcher, fronça les sourcils. Toute bonne humeur s'envola de ses traits, et ses mots se durcissaient. « T'as pas envie  de quoi ? D'aller mieux ? Et tu crois que j'en ai quelque chose à faire ? Tu viens. C'est tout. » De nouveau, elle tira sur le poignet qui s'offrait, pour au final se confronter à des pieds comme cimentés. Son emprise se ressera sur la peau diaphane de la danseuse. La seule chose qui la retenait, c'était la promesse débile faite au coréen. Parce que là, le comportement de Lucy l'exhortait. Rentrer dans le bâtiment des AA, mais pas dans la salle ? C'était quoi l'idée ? « Tu crois que tu peux traiter Jack de junky sans qu'on te mette le nez dans tes problèmes ? » Ses yeux noisettes lançaient des éclairs. Les autres personnes présentes les dévisageaient, alors Giulia décida de poser une main dans le dos de la petite brune, pour la faire avancer sans trop de ménagement. « Tu sais pas ce qu'il a vécu, Lucy. Moi oui, et crois-moi que toi aussi te serais piquée. Alors tu bouges ton petit cul dans cette salle tout de suite. » Elle poussa de sa main. D'abord, assez doucement pour ne pas la brusquer. Puis, avec plus d'empressement : tout les autres anonymes ayant déjà prit place, on n'attendait plus qu'elles. « Oh mon dieu. Lucy, stop. Je t'aime mais tu commences sérieusement à m'emmerder. » Enfin, elle réussit à débloquer la jeune femme. Une fois l'encadrement de porte passé et les regards curieux évaporés, le chemin vers deux chaises côté à côte fut plus simple. Avec un grand sourire, on ne peut plus professionnel, elles s'étaient assises alors que Giulia lançait une politesse peut-être un peu incongrue. « Bonsoir ~ » Un membre du staff vint bientôt à leur rencontre après que la petite nouvelle aux cheveux tagada ne lui ait fait un signe. « Mon amie n'avait pas le courage de venir toute seule, est-ce que je peux rester le temps de la séance ? » Battements de cils pour le convaincre, et il finit par céder. « oui, bien sûr. Mais ne faites pas trop de bruit, et .. gardez la confidentialité, d'accord ? » Giulia hocha vigoureusement de la tête, un sourire poli aux lèvres. Elle savait que Lucy n'était pas prête à entendre la plupart de ces alcooliques. À vrai dire, elle non plus. Des humains, des gens comme elles. Mais qui avaient déconné plus que les autres avec la boisson. Autant que Lucy, voir plus. Peut-être que ces écorchés vifs, ces rescapés de comas éthylique seraient l'électrochoc donc la brune aurait besoin. Vu son comportement jusqu'ici, voir son crush de lycée dans un lit d'hôpital n'avait pas été suffisant pour la secouer, alors Giulia comptait sur ces inconnus pour confier leurs histoires les plus sordides. Parce que, mine de rien,elle commençait à désespérer de Lucy. Avait-elle seulement envie d'arrêter ?

avatar
Lucy Wolfe
s« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 17/02/2018
Messages : : 243
Points : : 2427
Avatar : : Emily Rudd
Pseudo internet / prénom : : paradis
Crédits : : (c) Nasty J'ai : 24 ans. et mon anniversaire est le : 5 mars. Je suis : made in USA, mais devant une photo de la reine d'angleterre et mes origines sont : anglaises & Irlandaise. En ce moment, je : suis une styliste en recherche d'emploi, temporairement reconvertie en danseuse dans un bar miteux ... Open bar contact pour 50$. En dehors des cours je fais partie : des AA Si jamais vous me cherchez, j'habite : dans un appartement miteux du China Town avec un colocataire et mon fils d'adoption. Ce qui m'attire ce sont : Les artistes coréens sentimentalement déficients. Bonus point pour une addiction à l'héroïne. et côté coeur je suis : Dans un déni plus profond que le grand canyon... 사랑해
. :

It ain't right if you ain't lost your mind. I don't want easy, I want crazy



Blame me for the madness you create, cause either way you'll burn me at the stake. Go ahead, blame me for your sins. Go ahead and sacrifice me.
━━━━━━━━━━━━
My f*cked up and family

  

━━━━━━━━━━━━


  Jeu 19 Juil 2018 - 13:57
have a drink on me
Dizzy, drunk and fightin' on tequila white lightnin'. My glass is getting shorter on whiskey, ice and water. So come on and have a good time end get blinded out of your mind. ©️️ by anaëlle.

Lucy était incroyablement douée pour éviter ses problèmes, elle avait parfois l’impression que le mal-être qui la possédait comme un poison, le spleen qui coulait dans ses veines devait être ignoré à tout prix, sans quoi, un gouffre béant s’ouvrirait sous ses pieds et qu’elle n’aurait d’autre choix que de matérialiser la source de cette agonie interne, la vérité qu’elle avait beau nier, demeurait inaltérable : aussi indissociable qu’un organe, elle avait en elle la ferme conviction de n’avoir aucune valeur, qu’on serait mieux sans elle dans cet univers minable, bousiller son foie de soirs en soirs, c’était en quelque sorte une longue tentative de suicide, commise par une femme trop lâche pour opter pour la voie rapide. Mais de voir Jack dans ce lit d’hôpital, perforé de partout, de voir cet être si cher tellement fragile, comme si on aurait pu lui arracher à tout moment avant qu’elle n’ait eu la chance de recoller les pots cassés, de se faire pardonner ses milliards de conneries, de lui dire franchement, autrement que quand il était trop défoncé pour s’en souvenir, combien il lui était précieux, indispensable avait été suffisant pour la secouer. Si elle ne se relevait pas pour elle-même, de qui elle avait piètre estime, peut-être devrait-elle le faire pour lui? Pas peut-être, il le fallait. Assez même, pour qu’elle ose demander assistance à Giulia. Aussi désagréable serait la prise de bec, elle avait assez confiance en l’italienne pour savoir qu’elle lui botterait le cul au besoin, et qu’une fois l’idée lancée, il n’y aurait plus de possibilité de faire volte-face. Comme devant cette porte, ou elle refusait d’entrer.

C’était probablement pour cela que leur amitié avait survécu aussi longtemps, parce que sa cadette avait une capacité surhumaine à gagner même contre l’esprit borné de l’irlandaise, d’ailleurs, en se sentant poussée, elle daigna faire un pas, pour mieux s’immobiliser et la dévisager à la mention de Jack. Évidement qu’il lui avait dit… et évidement qu’elle avait merdé, ses joues avaient prises une teinte cramoisie, honteuse, alors qu’elle soupirait, plus calme que ce soir-là, moins en état de choc qu’à cet instant merdique ou elle avait perdu le cap, trop submergée par la peur de le perdre pour faire preuve de délicatesse. Elle était comme ça, Lucy, à se protéger par la colère. Fixant ses pieds, elle avait lancé un faible : « Junky… Je… j’aurais pas dû lui dire ça…c’est pas… j’voulais pas l’insulter… mais il a failli y rester Giu’ … il a failli ne pas se réveiller et il a dit qu’il allait bien! Bien bordel. » Alors qu’il était blême comme un drap et tout  maigre, alors qu’il se dissipait sous ses yeux! Comme d’habitude, sa maladresse verbale avait pris le dessus, ce qu’elle aurait vraiment voulu lui dire, à la Jackouille, c’était que non, il n’allait pas bien, pas du tout, mais qu’elle voulait l’aider à s’en sortir. Mordant sa lèvre inférieure, sans regarder son amie, elle avait demandé, coupable. « … J’ai juste… perdu le cap… en pensant qu’il aurait pu mourir… »

Lorsque sa tendre moitié ouvrit à nouveau la bouche, pour mentionner le passé trouble du coréen, cette parcelle de sa vie qu’il lui cachait et dont le reste de la terre semblait au courant, elle pinça les lèvres, murmurant un : « Mais justement, je ne sais pas. » parce que personne ne lui disait rien, parce qu’une fois de plus, elle se sentait trahie, dévalisée d’informations précieuses qui l’auraient peut-être aidée à comprendre, à voir… À ne pas l’écouter quand il lui avait demandé de rompre contact. « Je sais rien merde. Rien du tout! Et la seule putain de fois où il aurait eu besoin de moi, j’étais trop défoncée pour l’aider. Bordel il m’a dit qu’on ne devrait plus se voir, et je l’ai écouté! » Le ton était calme, les mots susurrés, mais le dégoût qu’elle avait envers elle-même était palpable, la culpabilité l’étouffait… Ouai finalement, elle allait peut-être bien faire sa thérapie dans le corridor. Se laissant pousser vers l’intérieur par son amie exaspérée, elle avait forcé un sourire triste, mais sincère : « Merci... de pas me laisser abandonner. » Suivi la jeune femme jusqu’à leurs chaises, à peine fut-elle assise que le groupe lui donna envie de suffoquer. Elle allait vraiment faire ça? Vraiment faire face à ses problèmes? Sa main retrouva cette de son amie et elle la serra, fort. Pour Jack, comment pouvait-elle l’aider si elle était une loque? Alors que l’animateur débutait ce putain de tour de cercle ou tout le monde avoue son prénom, son problème ou sa sobriété, les yeux de Lucy était résolument posés sur ses pieds, honteuse. Elle avait toujours haïs ce sentir vulnérable… Distraitement, elle écouta les anecdotes, un mec venait vraiment d’avouer avoir tué quelqu’un en conduisant ivre? Merde. Lorsqu’enfin on l’interpela, elle demeura obstinément assise, détestant tous ces regards posés sur elle. Plutôt que de faire face à ce groupe d’écorchés, elle posa ses iris sur son amie, la seule personne qu’elle endurait. « … J-je m’appelle Lucy. » grande inspiration, ses doigts serraient ceux de Giulia à les briser pour masquer ses tremblements. « … et je suis alcoolique. »




Double shot

until you've lost it all
If you never felt the fire running through your veins. If you've never seen the devil face to face... You don't know Jack ♥️

avatar
Giulia Falco
l« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 23/06/2018
Messages : : 30
Points : : 298
Avatar : : Marzia (bae) Bisognin
Autres comptes : : Jack'o lantern Won (min yoongi)
Pseudo internet / prénom : : Nasty
Crédits : : @nasty-graph (tumblr) J'ai : 22 ans et mon anniversaire est le : 6 octobre. Je suis : californienne d'adoption et mes origines sont : italiennes. En ce moment, je : gagne ma vie grâce à ma chaîne youtube et mon instagram, tout en travaillant sur de nombreux projets caritatifs. Si jamais vous me cherchez, j'habite : dans un appartement à Echo Park. Ce qui m'attire ce sont : les beaux sourires et les mots doux, et côté coeur je suis : mieux seule.
. :



Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : Passer à autre chose, profiter de la vie pleinement & se débarrasser de cette anxiété. Une fois que ce sera fait, imposer Strawberry Fields comme une vraie marque de make-up, et la voir vendue à Sephora.

  Mer 1 Aoû 2018 - 22:53
have a drink on me
Dizzy, drunk and fightin' on tequila white lightnin'. My glass is getting shorter on whiskey, ice and water. So come on and have a good time end get blinded out of your mind. ©️️️ by anaëlle.

Le concours de têtes de mule durait depuis presque huit ans, entre l'irlandaise & l'italienne. Il fallait un courage surhumain pour que l'une ou l'autre des jeunes femmes ne s'abandonne, ne laisse l'autre prendre le dessus & choisir à sa place. C'était exactement ce qu'il était en train de se passer, alors que Giulia traînait la belle par le poignet à l'intérieur du bâtiment. Mais Lucy était trop coriace pour son propre bien, assez pour qu'elle n'ait d'autre choix que de l'attaquer sur un sujet particulièrement sensible : Won, et son overdose. Lorsque Lucy avait avoué à Giulia qu'elle voulait se rendre aux alcooliques anonymes, Jack avait été le premier - et le seul - au courant. Il était à l'origine de cette démarche, bien que la danseuse soit la seule à ne pas être au courant. « Première nouvelle : Won est un imbécile. Ça te surprends encore ? » Question sincère. Adolescentes, Giulia avait été aux premières loges de la relation de ses amis, deux gamins épris mais trop peureux pour se l'avouer. Absolument tout le monde savait qu'ils étaient dingue l'un de l'autre, sauf jamais autant oser murmurer le mot "amour". Ou pas en leur présence, du moins. A la stupeur de Giulia, l'attachement qu'elle ressentait dans les mots de Lucy n'avait pas changé. Le ton était peut-être un peu plus brisé, mais elle faisait confiance au coréen pour avoir la patience de recoller chaque morceau. Avec douceur, elle lui accorda un regard accompagné d'une promesse. « Lucy, s'il ne te raconte pas, je le ferai. Mais pas tant que tu ne sera pas rentrée dans cette foutue salle. » Rien n'y faisait, Lucy avait toujours les yeux baissés vers le sol. Dans un souffle, que Giu avait l'impression de lui arracher des entrailles, la petite brune avait avoué sa pire crainte. Probablement ce qui l'avait poussée à venir ici. Lâchant son poignet, l'ex-danseuse avait attrapé ses mains pour en caresser le dos. « Oublie-le une seconde et pense à toi pour une fois, d'accord ? » Elle n'essayait pas d'être faussement rassurante, Lucy avait d'ailleurs totalement raison. Jack aurait pu mourir, et elle aussi si elle continuait de noyer son foie.

Enfin, elle avait réussit à la traîner à l'intérieur de la salle de réunion - ou la pousser, mais peu importait l'allure qu'avait prit la bataille, elles y étaient. Assises, prenant pleine part au milieu de ce cercle d'anonymes, les frissons parcouraient une Giulia en apparence parfaitement calme. L'habitude de garder pour elle, d'essayer de ne rien ressentir, mais son incertitude, elle la passait sur les caresses répétées sur la main de Lucy. D'un chuchotement, elle tenta de la rassurer, à sa manière. « Si je dois te scotcher à ta chaise, je le ferai. » Quelques instants de silence suivirent, chacun se dévisageant, découvrant les petits nouveaux alors que certains habitués se saluaient. Une femme, dans la quarantaine et particulièrement propre sur elle, rentra dans la pièce en fermant la porte derrière elle. Avant de se taire pour de bon, l'italienne lâche un léger « courage. » et s'enfonça un peu plus dans sa chaise, sans pour autant lâcher son amie.
Les histoires s'enchaînaient, toutes plus affreuses les unes que le autres. Cet homme, qui avouait avoir répétitivement menacé, voir frappé sa femme sous l'emprise de l'alcool avait tout simplement terrorisée Giulia. Les histoires, plus ou moins édifiantes, s'enchaînaient sans que l'influenceuse ne puisse s'empêcher d'imaginer Lucy à la place de ces gens, ou de leurs victimes. Elle évitait de regarder les directement, lorsqu'ils parlaient. Elle avait peur qu'ils se se sentent aussi acculés que Lucy, de ruiner des mois, voir des années de travail. La séance continua, sur tout un tas de présentations plus sobres des petits nouveaux, et le tour de Lucy arriva enfin. Une fois qu'elle eut fini, les autres applaudirent comme il en était coutume, et Giulia se pencha pour lui glisser quelques mots. « Je suis fière de toi. »

avatar
Lucy Wolfe
s« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 17/02/2018
Messages : : 243
Points : : 2427
Avatar : : Emily Rudd
Pseudo internet / prénom : : paradis
Crédits : : (c) Nasty J'ai : 24 ans. et mon anniversaire est le : 5 mars. Je suis : made in USA, mais devant une photo de la reine d'angleterre et mes origines sont : anglaises & Irlandaise. En ce moment, je : suis une styliste en recherche d'emploi, temporairement reconvertie en danseuse dans un bar miteux ... Open bar contact pour 50$. En dehors des cours je fais partie : des AA Si jamais vous me cherchez, j'habite : dans un appartement miteux du China Town avec un colocataire et mon fils d'adoption. Ce qui m'attire ce sont : Les artistes coréens sentimentalement déficients. Bonus point pour une addiction à l'héroïne. et côté coeur je suis : Dans un déni plus profond que le grand canyon... 사랑해
. :

It ain't right if you ain't lost your mind. I don't want easy, I want crazy



Blame me for the madness you create, cause either way you'll burn me at the stake. Go ahead, blame me for your sins. Go ahead and sacrifice me.
━━━━━━━━━━━━
My f*cked up and family

  

━━━━━━━━━━━━


  Sam 11 Aoû 2018 - 14:51
have a drink on me
Dizzy, drunk and fightin' on tequila white lightnin'. My glass is getting shorter on whiskey, ice and water. So come on and have a good time end get blinded out of your mind. ©️️ by anaëlle.

« … T’as intérêt à le faire pour vrai. Tout le monde est au courant sauf moi… j’suis si indigne de confiance? » Dès l’instant où elle avait franchi la porte et pénétré dans cette pièce suffoquant, Lucy regrettait sa décision. Quoi qu’en dise Giulia, avec sa bonne volonté et sa ténacité légendaire, la brunette n’avait pas l’impression que penser à elle-même soit la solution à tous ses maux. Ni même que cette bande de ratés, tous plus ravagés l’un que l’autre, parviendrait à sauver l’épave qu’elle était. Non, elle n’avait rien en commun avec ces gens … rien de plus qu’un foie malade et un estomac lourds d’angoisse, elle se sentait aussi paumée dans ce groupe qu’à son premier jour de lycée … peut-être qu’elle devrait s’y faire, à ce sentiment omniprésent de d’appartenir nulle part. Lèvre serrées, silencieuse, elle s’était contentée d’obéir à son amie, de lui faire se plaisir, ne serait-ce que pour s’éviter la mort par décapitation si elle mettait sa cadette en rogne. Du coin de l’œil, la jeune styliste observait son italienne, comme si elle redoutait qu’à la moindre inattention, elle s’évapore et la laisse toute seule au milieu de cet attroupement de déchets humains. Nerveusement, elle s’afférait à torturer la peau de ses cuticules, son pied tapotant sans arrêt le sol alors que les histoires les plus horribles meublaient le silence. Tous ces gens… elle les haïssait avec une conviction indestructible, tous ces minables qui blâmaient sur la bouteille leurs choix pathétiques.

… Elle valait mieux que ça… non? Dévisageant un homme qui avouait avoir frappé sa femme « sous influence » elle ne put retenir un rictus de dégoût. On croirait entendre son père… la jeune Wolfe avait beau passer la majorité de ses temps libres défoncée, elle n’avait jamais frappé personne, elle n’avait jamais perdus le nord au point d’extérioriser une hargne cruelle, de ne pas assumer ses actes de la sorte. Elle avait envie de hurler sur cet inconnu que la bouteille n’était pas une excuse facile, qu’il n’était qu’un raté, un minable, c’était comme si ses tripes retournées lui rappelaient avec un peu trop de douleur le pathétisme dont avait fait preuve son géniteur. Elle avait soupiré, cramponnée à la main de son italienne. Peut-être devrait-elle expliquer à Giulia qu’elle n’était pas comme ces gens, que l’alcool n’était pas une échappatoire, une béquille pour expliquer ses vices… c’était… franchement plus insidieux que ça. Les dommages sur sa santé, l’agonie de la carence, elle les subissait volontairement… et était certaine, du plus profond de son âme, de les mériter. Elle n’était après tout, qu’une gamine à problème, une créature brisée, inutile dont personne ne voulait, alors à quoi bon tenter d’être un humain fonctionnel… pour elle, les bouteilles étaient d’avantage une forme lente d’automutilation. Quoi qu’il en soit, elle s’était levée et avait marmonné la tragique vérité, avant de s’assoir, et de s’accrocher plus certainement à son amie. Le reste de la rencontre se passa sans aucune intervention de la part de la petite brune, plus blême de minute en minute, lorsqu’enfin on lui accorda sa liberté, elle traina carrément son escorte vers la sortie, sa petite silhouette encore tremblante. « ... Je… j’veux plus jamais revenir ok? … J’suis pas comme eux Giu’, ça m’aide pas. » elle avait pris une grande, très grande inspiration, bien consciente que les mots qui franchiraient ses lèvres allaient fâcher sa confidente, voir, lui mériter une claque. « … j’bois pas pour oublier… ou pour voir un alibi de merde pour des coups injustes… » fixant ses pieds, elle avait un instant pincé les lèvres, avant d’avouer dans un couinement, un secret qu’elle croyait pourtant bien gardé. « j-je… j’veux juste que ça s’arrête… … pour de bon. » elle aurait peut-être dû choisir la corde, ça aurait été plus rapide pour combler son envie de crever. Ce pincement au cœur, cette montagne de sentiments dévastateurs, ce sentiment de solitude cuisante… la souffrance morale avait gangréné ses chaires, et elle n’avait aucun droit, aucun, de réclamé au pianiste qu’il répare des dégâts dont il n’était pas responsable… Jack avait ses propres soucis, il ne pouvait pas être son placébo… et peut-être que d’en chercher un était inutile, au final.




Double shot

until you've lost it all
If you never felt the fire running through your veins. If you've never seen the devil face to face... You don't know Jack ♥️

avatar
Giulia Falco
l« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 23/06/2018
Messages : : 30
Points : : 298
Avatar : : Marzia (bae) Bisognin
Autres comptes : : Jack'o lantern Won (min yoongi)
Pseudo internet / prénom : : Nasty
Crédits : : @nasty-graph (tumblr) J'ai : 22 ans et mon anniversaire est le : 6 octobre. Je suis : californienne d'adoption et mes origines sont : italiennes. En ce moment, je : gagne ma vie grâce à ma chaîne youtube et mon instagram, tout en travaillant sur de nombreux projets caritatifs. Si jamais vous me cherchez, j'habite : dans un appartement à Echo Park. Ce qui m'attire ce sont : les beaux sourires et les mots doux, et côté coeur je suis : mieux seule.
. :



Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : Passer à autre chose, profiter de la vie pleinement & se débarrasser de cette anxiété. Une fois que ce sera fait, imposer Strawberry Fields comme une vraie marque de make-up, et la voir vendue à Sephora.

  Mer 29 Aoû 2018 - 20:21
have a drink on me
Dizzy, drunk and fightin' on tequila white lightnin'. My glass is getting shorter on whiskey, ice and water. So come on and have a good time end get blinded out of your mind. ©️️ by anaëlle.

La femme qui était rentrée dans la salle pour occuper la dernière chaise libre, ne demanda pas le silence immédiatement. Alors qu'elle saluait les habitués d'une façon qui glaçait le sang de Giulia, cette dernière prit le temps de chuchoter à son amie. « C'est pas que tu es indigne de confiance, c'est que tout le monde a peur de ta réaction. » Ce qui était on ne peut plus vrai. Autant pour elle, que les autres misfits. Une Wolfe en colère ? Bien sûr que tout le monde cherchait à l'éviter, ou à se réfugier dans un quelconque bunker avant de croiser son chemin. Elle-même avait peur de se faire incendier sur place en détaillant toutes les mésaventures du pianiste, alors ce dernier ? Pas étonnant qu'elle ne soit toujours au courant de rien huit mois après son retour. La jeune femme eut même préféré qu'on laisse l'irlandaise dans une ignorance totale, que Jack ne feigne de bons rapports avec son père au moins le temps que Lucy ne trouve une certaine sobriété, ou au moins, une stabilité émotionnelle. Et un meilleur job. « On a tous essayé de l'aider, ça juste pas été assez. Tu vas nous en vouloir, c'est certain, alors autant te le dire le plus tard possible. » que Giu eut le temps de gromeller, avant que celle qui ne se présentait comme Mrs. Belcher n'entame la séance. Drôle de pragmatisme de la part de l'italienne, qui souhaitait plus s'épargner une engueulade que les sentiments de son amie. Non, ces derniers, il n'y avait plus vraiment besoin de les ménager. Pas après l'heure qu'elles avaient passée, assises entre maris violents et meutrier accidentel au volant.

La torture se profila de longues minutes. Lucy ne lui lâchait pas la main, comme pour empêcher sa cadette d'ignorer son mal-être, les pressions arythmiques et les caresses anxieuses de ses doigts sur sa peau olive. Pour Giulia, c'était dur de se projeter les histoires d'épouvante que les inconnus narraient probablement à chaque cours. C'était impossible d'accepter bêtement qu'il s'agissait de tranches de vie, et pas d'histoires. Pas de ces faits divers sordides, aussi émouvants que rapidement oubliés. La violence de chaque mot qui la heurtait en plein dans sa sensibilité, dans son apathie naturelle. N'y avait-il pas un moyen de s'en débarrasser, de ne pas ressentir aussi intensément ces rollercoaster émotionnels ?
Et Lucy, dans tout ça ? Giulia grimaça. Merde, ce devait être absolument infernal pour elle. La jeune femme s'enfonça dans sa chaise, se plongeant dans ses pensées comme pour se couper de la salle et des alcooliques qui l'entouraient. Elle refusait d'en entendre plus.

Les yeux dans le vague, sourcils légèrement froncés, Giulia releva le regard vers Belcher lorsqu'elle prit de nouveau la parole, annonçant enfin la fin de la séance. Elle suivit alors Lucy, qui l'entrainait rien qu'un peu trop vite pour elle. Dernières arrivées, premières parties, pas sûr que Belcher le prenne bien.
Arrivée devant l'entrée, elle entreprit de chercher dans son sac à dos les clés de sa voiture, acquise à peine deux semaines auparavant. Elle soupira, alors que Lucy brisait le silence exactement de la façon dont l'italienne le redoutait. Cette dernière tenta de répliquer, avec toute la douceur et la bonne volonté qu'il lui restait. « Chut. Tu reviendra jusqu'à ce que la moindre vision d'alcool te dégoûte. » Sinon Won va pas me lâcher, s'était-elle retenu de préciser. Le coréen agissait sous couverture, comme toujours lorsqu'il s'agissait d'aider Lucy. Il aurait put l'étranger sans état d'âme si elle vendait la mèche, elle le savait. « T'es pas comme eux mais t'as le même problème. » Il ne fallait pas la ménager, mais c'était impossible de croire, en tant que meilleure amie, que Wolfe puisse un jour tomber aussi bas que ces inconnus. « Comment ça que ça s'arrête ? » Petite moue, qui ne s'effaça pas malgré qu'elle ait enfin trouvé ses clés. Une idée, terrifiante, commença alors à faire son petit bout de chemin dans l'esprit de Giu, qui ne put retenir son expression choquée. « Oh- Lucy ! T'as pas le droit de dire des choses comme ça » Le choc lui avait coupé tout instinct de tendresse. Elle refusait de mettre des mots sur l'idée que Lucy lui murmurait à demi-mots. Finalement, elle passa une main réconfortante dans le dos de la brune, pour la calmer. « On est là pour t'aider tu sais ? Viens, je te raccompagne chez toi. » La devanture des AA n'était pas vraiment le lieu idéal pour une crise existentielle, aussi elle guida son amie vers le parking où elle s'était garée plus d'une heure auparavant. La Fiat de Giulia aurait au moins l'avantage de l'intimité relative d'un espace clos. « Tu veux qu'on en discute ? Tout ce que tu veux chaton. » Il fallait bien que quelqu'un s'en charge - et peu probable que ce soit un jour cet imbécile de Won qui s'en occupe.

avatar
Lucy Wolfe
s« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 17/02/2018
Messages : : 243
Points : : 2427
Avatar : : Emily Rudd
Pseudo internet / prénom : : paradis
Crédits : : (c) Nasty J'ai : 24 ans. et mon anniversaire est le : 5 mars. Je suis : made in USA, mais devant une photo de la reine d'angleterre et mes origines sont : anglaises & Irlandaise. En ce moment, je : suis une styliste en recherche d'emploi, temporairement reconvertie en danseuse dans un bar miteux ... Open bar contact pour 50$. En dehors des cours je fais partie : des AA Si jamais vous me cherchez, j'habite : dans un appartement miteux du China Town avec un colocataire et mon fils d'adoption. Ce qui m'attire ce sont : Les artistes coréens sentimentalement déficients. Bonus point pour une addiction à l'héroïne. et côté coeur je suis : Dans un déni plus profond que le grand canyon... 사랑해
. :

It ain't right if you ain't lost your mind. I don't want easy, I want crazy



Blame me for the madness you create, cause either way you'll burn me at the stake. Go ahead, blame me for your sins. Go ahead and sacrifice me.
━━━━━━━━━━━━
My f*cked up and family

  

━━━━━━━━━━━━


  Jeu 30 Aoû 2018 - 18:58
have a drink on me
Dizzy, drunk and fightin' on tequila white lightnin'. My glass is getting shorter on whiskey, ice and water. So come on and have a good time end get blinded out of your mind. ©️️ by anaëlle.

La jeune danseuse crevait d’envie de presser l’italienne afin d’extirper de sa tête tout ce qu’elle savait sur Jack, sur les quatre années ou l’irlandaise avait manqué à l’appel, sur les coups durs qu’il avait encaissé et qu’il semblait déterminé à lui dissimuler aussi longtemps que possible. Sa curiosité était presque palpable, les mots brûlants sur le bout de ses lèvres pourtant, elle ne dit rien. Pas parce qu’elle était lâche, ou voulait repousser l’inévitable, pas parce qu’elle souhaitait baigner encore un peu dans son ignorance… non … mais plutôt, par respect pour Jack. S’il se donnait un mal de chien pour la garder dans le noir, alors soit, ce genre de révélations, elle ne voulait les entendre de personne d’autre que de lui, convaincue qu’il ne lui pardonnerait jamais d’avoir forcé des confidences pour lesquelles elle n’avait aucune légitimité. Pourtant, ses iris bleutés s’étaient voilés un instant, d’une étrange noirceur, deux gouffres sans fond, sans pitié, alors qu’elle les reposait sur la salle. Elle avait beau ne rien dire, il n’en demeurait pas moins que les paroles de son amie lui avait fait l’effet d’un coup de poignard, au moins aussi poignait que cette certitude : lorsqu’enfin, elle saurait, il est certain qu’elle serait furieuse.

Le reste de la séance avait été une véritable torture … au point ou elle en vint à se demander si son propre père avait un jour cherché l’absolution chez de tels déchets pour justifier ses agissements. Blâmait-il l’alcool devait témoins, pour les blessures qu’il laissait chez son épouse, pour les coups dont il rouait sa filles ainées? Avait-il encore suffisamment d’humanité pour regretter ses agissements ? Lucy s’était toujours dit qu’il semblait y prendre un drôle de plaisir presque sobre, inavoué, une jouissance malsaine à les maintenir dans la peur... Non, ça n’avait rien à voir avec la bouteille. Si celle-ci était responsable que ses excès, de ses pertes de contrôle, elle était à peu près certaine que les premiers coups, ceux intelligemment porté pour ne laisser aucune trace visibles, était presque toujours donnés sobre. Elle soupira, paumée dans ses pensées, cramponnée à Giulia comme à une bouée. Pauvre merise, elle avait beau être ici, la soutenir, l’huitre qu’elle était n’avait jamais eu qu’une seule combinaison, quand venait le temps de se confier, d’être vulnérable… et celle-ci avait une saveur plutôt coréenne. Lorsqu’enfin ce cirque pris fin, elle tira presque son amie vers la sortie, en refusant catégoriquement de revenir. Une fois encore, on visage était un bloc de glace. Elle secoua la tête, alors que Giulia insistait pour qu’elle revienne. Hors de question. Surtout pas quand son problème n’était pas un baril … si elle ne buvait plus, on pourrait tout autant le retrouver pendante au bout d’une corde… elle ne voulait pas oublier, elle voulait cesser d’exister.

Dans un silence buté, elle avait suivi l’italienne jusqu’à sa voiture, secouant la tête à sa nouvelle demande… Non, elle n’avait besoin de rien, de rien que son amie pouvait lui offrir en tout cas. « Non merci… je vais marcher, ça va me faire du bien. » elle voyait bien, que Giu essayait de l’aider, mais ça, c’était sa bataille. « Merci d’être venue avec moi, juste… merci d’être là, j’suis chiante, je le sais. » le truc avec Lucy, c’est que lorsqu’elle était calme, c’était signe d’une tempête bien pire à venir. Elle avait soupiré, brutalement franche, les lèvres pressées en une ligne sévère. « Je vais arrêter. Pour de vrai, tu as ma parole. Parce que Jack a besoin d’aide… et que j’aurais jamais du croire que ça irait bien, si quelqu’un d’autre prenait le relais… J’aurais dû être là pour lui à chaque putain de secondes depuis cinq ans. » Elle avait reculé d’un pas, d’un autre, les paroles de Giulia encore vives dans son esprit, gravées au fer rouge, brûlées. Elle avait eu ce sourire triste, la lueur sombre à nouveau bien vive dans ses iris, une blessure trop profonde pour un jour cicatriser. D’une voix sans équivoque, elle avait murmuré un : « Tu sais… vous faites bien de ne rien me dire… parce que je suis certaine que quand Jack finira par le faire… j’pourrai pas… j-je… si vous l’avez laissé souffrir sans me le dire, s’il a eu mal et qu’aucun de vous a jugé bon de me retracer… » elle avait serré les poings, c’était pourtant clair pour tous non, qu’elle aurait laissé son père la battre à mort, elle serait revenu le supplier de la reprendre, si ça avait pu alléger le fardeau du coréen. Sa volonté de survie s’arrêtait à l’instant même où on lui faisait du mal… il était son tout, son univers, et elle aurait enduré les pires tortures pour les lui éviter. « J’y arriverai pas, à les pardonner… Ya pas une excuses qui sera assez bonne… Pas une. » un sourire triste plus tard, elle s’éloigna en sens inverse, consciente que Giulia aurait le bon sens de ne pas la suivre. L’italienne avait un passe droit, elle n’était qu’une gamine, quatre ans plus tôt… Jae… il était aveugle… mais Mary et Cami … Hors de question.




Double shot

until you've lost it all
If you never felt the fire running through your veins. If you've never seen the devil face to face... You don't know Jack ♥️

avatar
Giulia Falco
l« CHILLING UNDER THE SUN »
citizen
Date d'inscription : : 23/06/2018
Messages : : 30
Points : : 298
Avatar : : Marzia (bae) Bisognin
Autres comptes : : Jack'o lantern Won (min yoongi)
Pseudo internet / prénom : : Nasty
Crédits : : @nasty-graph (tumblr) J'ai : 22 ans et mon anniversaire est le : 6 octobre. Je suis : californienne d'adoption et mes origines sont : italiennes. En ce moment, je : gagne ma vie grâce à ma chaîne youtube et mon instagram, tout en travaillant sur de nombreux projets caritatifs. Si jamais vous me cherchez, j'habite : dans un appartement à Echo Park. Ce qui m'attire ce sont : les beaux sourires et les mots doux, et côté coeur je suis : mieux seule.
. :



Bucketlist
Challenge accepted :
Mission Accomplished :
Souhait à long terme : Passer à autre chose, profiter de la vie pleinement & se débarrasser de cette anxiété. Une fois que ce sera fait, imposer Strawberry Fields comme une vraie marque de make-up, et la voir vendue à Sephora.

  Lun 10 Sep 2018 - 22:17
have a drink on me
Dizzy, drunk and fightin' on tequila white lightnin'. My glass is getting shorter on whiskey, ice and water. So come on and have a good time end get blinded out of your mind. ©️️ by anaëlle.

Si Giulia avait accepté d'aider Won à guider Lucy sur le chemin d'une "guérison" de son alcoolisme, même si elle n'était que partielle ou un complet échec, elle l'avait fait en pleine connaissance de cause. Et c'était bien pour ça que le pianiste lui avait demandé de l'aide à elle, et pas à Jaemin ou n'importe lequel de ses colocataires. L'une ou l'autre de ces infirmières improvisées savaient parfaitement dans quoi ils se lançaient : à quel point l'esprit de la danseuse était dur à pénétrer, la lutte constante que c'était pour tenter d'y faire rentrer la plus simple des idées - qu'elle méritait bien mieux que ce qu'elle s'infligeait, entre autres. En soi, c'était déjà miraculeux de réussir à la traîner ici sans qu'elle n'ait, ou n'admette avoir fait le lien entre le prospectus pour les AA que le brun avait glissé dans son sac à main ce fameux soir au philharmonique, et l'entrain de Giulia à l'accompagner sans poser une seule question ou émettre un soupçon de doute. Ils savaient, Giulia savait que de forcer la petite brune à mettre le nez dans ses problèmes ne serait absolument pas une partie de plaisir. À vrai dire, elle s'attendait à des cris, des scènes comme celle qu'elle lui avait faite en refusant d'entrer dans la petite salle. Les disputes, aussi. Toutes les deux sanguines, elles avaient l'habitude d'hausser la voix, de se disputer comme deux petites filles têtues. Giulia s'était même préparée à l'idée que Lucy refuse de rester son amie après ce tout cirque, qu'elle se vexe trop pour à nouveau pouvoir supporter la présence de son chamallow personnifié. En toute sincérité, elle l'aurait comprise : putain, ce que ce devait être insultant de se faire comparer à ces gens. De ceux qui se détruisent le foie plutôt que d'admettre leur culpabilité, leur humanité éparpillée au sol comme du verre brisé. De s'y faire comparer par ses amis ? Non, la danseuse avait beau s'agriper à son bras, sa cadette savait que ce à quoi elles venaient d'échapper lui retomberait dessus un jour où l'autre.

Ces insultes, cette haine et cette voracité, elles rassuraient Giulia. Du haut de leur mètre soixante, toutes les deux, elles n'avaient que peu d'autres mécanismes de défense que leur hargne vocale. Alors le silence de Lucy, il avait brisé le coeur de la napolitaine en deux.

Le bourdonnement de Los Angeles l'aurait rendue folle si sa voiture avait été garée plus loin, s'il fallait marcher encore un peu plus - jusqu'à la fiat ou une éventuelle crise nerveuse, impossible à deviner. Le bruit de ses talons résonna sur le parking et Lucy la lacha, laissant une empreinte presque froide contre son bras. Elle avait prévu de la ramener chez elle, de regarder un drama et d'éventuellement, que Sun les rejoigne. Concrètement, de lui changer les idées. Alors se sentait-elle vraiment prête à laisser son amie seule avec ses remords ? Non. Absolument pas. Pas sans lutter. « T'es sûre ? Je peu dép- » Lucy reprit la parole d'une petite voix rapidement interrompue. Elle l'écouta avec toute la patience qu'il lui restait, mais ne put retenir un soupir lorsqu'elle évoqua Jack. Pire qu'un vynile rayé, elle roula des yeux. « comme tu veux, chaton. » Toute négociation devenait impossible dès qu'il était question de cet imbécile, l'estomac de Giu se ressera encore un peu. Il n'était pas une motivation suffisante, pourtant elle se retint de tout commentaire. Elle venait de lui promettre d'arrêter ? peu importe la raison, l'italienne était prête à l'accepter sans protester. Qu'elle admette avoir un problème était déjà un progrès considérable. « tu devrais être fière de toi Lucy, au lieu de t'inquiéter. » Jack était gérable maintenant, Wolfe beaucoup moins. Mais elle balaya aussitôt cet élan d'inquiétude par un conseil on peut plus affectueux. « fais attention sur le chemin, et appelle-moi dès que tu veux bouger. On a besoin d'une soirée entre filles. » Un sourire, un signe de la main, et la plus jeune se retrouvait assise derrière son volant, démarrant dès qu'elle eut trouvé une station radio supportable. Le temps de démarrer, et ses yeux se retrouvèrent embués. Difficilement, elle ravala ce sanglot incongru : hors de question de laisser l'opportunité à son mascara de couler. Et puis, et si Lucy la voyait ?
Contenu sponsorisé

  
- have a drink on me. (ft. Giucy)